Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

mimétisme

  • René Girard : l'anti-Rousseau

     

    actualité,phisolophie, rené girard,rousseau, mimétisme,anthropologue,rivalité, politique,société, justice, civilisation.

    René Girard nous a quittés ce 4 novembre 2015.

    Né à Avignon le 25 décembre 1923, célébré chez les Anglo-saxons, ignoré en France, historien de formation, philosophe, anthropologue, adepte de l’interdisciplinaire - littérature et sciences humaines -, la théorie mimétique est sa thèse centrale : l’homme  est l’être vivant le plus mimétique de la nature.  Ce mimétisme se divise en deux parties : l’apprentissage (il apprend par imitation-reproduction) ; et le mimétisme de la rivalité qui mène à tous les conflits des origines à nos jours :

    Les frères rivaux, le fils et le père ennemis : un père à la fois modèle et rival…

    Récit anthropologique, l’œuvre de Girard : comment les hommes vivent et pourquoi ils se combattent.

     

                  A l’origine est le sacré (le sacrifice, les rites, les mythes) ; plus tard, arrivent les institutions politiques destinées à canaliser, tout comme le sacré, cette violence originelle car, au commencement,  il y a entre les hommes non pas le contrat (Rousseau) mais le meurtre et le bouc-émissaire.

    A noter le fait que le sacré et les institutions miment cette violence initiale ; ils ont permis et permettent aujourd’hui encore, la survie de l’espèce humaine par-delà la morale et la justice.

     

                    Quid de  la politique dans la philosophie de René Girard ?

    Pour ce philosophe, la politique n’est qu’une activité humaine parmi d’autres car la politique c’est encore le développement du mimétisme fondamental par d’autres moyens : «  Ce que tu veux pour toi, je le veux aussi pour moi. La place que tu occupes, je la veux pour moi ! »

    Et dans ce désir mimétique, il y a rarement assez de place pour deux.

     

                 Il est dit que la philosophie de René Girard ouvre toutes les portes, supérieure à beaucoup d’autres, car elle explique aussi l’échec de toutes les autres philosophies (le Rousseauisme entre autres) tout en répondant aux questions restées en suspens - celles de la psychanalyse.

                    Proche du Christianisme,  pour René Girard, le Christ est venu annoncer l’innocence des victimes-émissaires à une époque où l’on croyait encore que le bouc-émissaire était coupable ; crucifié, l'échec du Christ - bouc-émissaire le plus fameux à ce jour (1) -, annonce une ère génocidaire qui ne connaîtra sans doute aucune fin.

     

                Tout aussi près de nous, à l'heure où, au Nord, nous sortons d'un demi siècle où "l'avoir" a tout emporté et tout remporté sur "l'être", la remise en cause de la protection sociale et de la sécurité matériel pour le plus grand nombre face au Sud déshérité, en danger environnemental, pourrait bel et bien provoquer un séisme d'une violence digne des temps les plus reculés où la survie du plus grand nombre reposait sur la recherche et le meurtre d'un bouc-émissaire qui sauve la communauté du naufrage.

     

               Aussi, tous aux abris !

     

     

    1 - Hier, le Christ, aujourd'hui des centaines de milliers de Musulmans boucs-émissaires de l'Ouest et de ses impératifs énergétiques et politiques, s'appuyant sans vergogne sur une rivalité somme toute relative entre Sunnites et Chiites.

     

     

                  Pour prolonger, cliquez René Girard Archives

                   

     

    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu