Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

onfray

  • Penser la dissidence aujourd'hui avec Don Quichotte et Sancho Panza

     

                      L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche ou L'Ingénieux Noble Don Quichotte de la Manche (titre original en espagnol El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha) est un roman écrit par Miguel de Cervantes et publié à Madrid en deux parties, en 1605 et 1615.

     

    ***

    politique,orson welles,onfray,don quichotte,sancho panza,actualité,littérature,cerventes,espagne,chevalerie,romann,livres,mondialisation,médias,presse

               Don Quichotte et Sancho Panza... mais... qui est l’un, et où est l’autre ?

     

     

                     Certes, pour être brutal, le don Quichotte de Cervantès est bel et bien un mythomane paranoïaque, et son compagnon d'infortune, Sancho Panza, son          «médecin», sa tentative de cure ; Sancho est celui qui, compassionnel et patient, tentera, sans relâche, à chacune des hallucinations de son Maître, de le ramener à la raison : celle de la réalité de ce qui est, de ce qui existe contre tout ce qui n’est pas et qui n'est que le fruit d’un cerveau malade, celui de don Quichotte en l’occurrence.

                       Disons-le sans tarder : ce qui fait que ces deux figures de la littérature mondiale sont attachantes et parfois même émouvantes, c’est leur bonne foi totale, leur honnêteté à tous les deux. Ce qui fait que nous lecteurs, nous ne pouvons pas nous empêcher de les aimer c’est l’absence de vice et d’arrière-pensée chez ces deux personnages car aucun d’eux n’est manipulateur ou menteur ; aucun d’eux ne manipule l’autre ni ne lui ment : respect, commisération, efforts redoublés, l’un tentant de sauver l’autre… et l’autre d’instruire l’un sur un idéal existentiel : l’esprit de chevalerie.

    Mais alors…

    Dans cette perspective-là, - un don Quichotte paranoïaque et un Sancho Panza « médecin », et si les don Quichotte d’aujourd’hui, loin d’être attachants, ne faisaient plus sourire personne ? Car enfin, ne serions-nous pas tentés de les juger plutôt détestables tous ces négateurs d’une réalité délibérément travestie dans le but de servir non pas un esprit chevaleresque  - noblesse, courage et générosité -, mais une idéologie, une seule, celle de la domination : la protection des intérêts de la classe dominante, ou plus exactement l’hyper-classe, oligarchie mondiale aux intérêts mondiaux ?

    Car ne nous y trompons pas : nous ne sommes plus en présente d’un don Quichotte paranoïaque mais bien plutôt d’un don Quichotte machiavélique : un stratège politique hors pair.

    Aussi, il semblerait que seuls les Sancho Panza d’aujourd’hui soient encore dignes de considération. Certes, ils ne sont plus « médecins curateurs » mais activistes lanceurs d’alertes ; et s’ils ont perdu leur jovialité, leur truculence… c’est qu’aujourd’hui, les enjeux sont d’un tout autre ordre : il n’est plus question de ramener à la raison un Don Quichotte égaré et agité mais tendre et pacifique, fou à lier mais dont la folie n’est un danger pour personne excepté pour lui-même ; il s’agit bien plutôt de dénoncer et de tenter de contenir l’expansionnisme d’un Don Quichotte pour lequel le pouvoir c’est la domination et la fin…tous les moyens : manipulations , corruption, intimidations, assassinats, guerres ; un imprécateur de premier ordre.

                 Dans une autre perspective maintenant, la plus courante, même si erronée, à savoir… un don Quichotte homme des causes perdues qui se bat contre des moulins à vent alors que l’ennemi, le vrai, est ailleurs mais inaccessible - comme hors de portée -, un don Quichotte non paranoïaque donc... curieusement, il se pourrait bien que la réalité soit aujourd’hui incarnée par ce don Quichotte-là et la fiction, ou plus exactement dans le contexte qui est le nôtre, la falsification des faits aux fins de domination le soit par un Sancho Panza qui n’aurait alors qu’un souci : faire passer notre don Quichotte pour un mythomane paranoïaque aujourd’hui calomnié en tant que "complotiste" et décrié par toute une classe politico-économico-médiatique au service de la domination.

    Et la dissymétrie entre ces deux personnages est telle que le combat est loin d’être gagné. Toujours dans cette perspective d’un don Quichotte non paranoïaque, force est de constater que dans les faits, chaque jour est une défaite : don Quichotte homme des causes perdues s’effondra vaincu et mourra sans doute épuisé dans un combat pour la vérité d’une réalité de plus en plus évanescente… et Sancho Panza, l’homme de la mystification délibérée triomphera.

              En revanche, et pour revenir à Cervantès et à son don Quichotte négateur du réel, la situation s’est aujourd'hui inversée : dans le contexte d’une mondialisation liberticide, sans honneur et sans justice, c'est bel et bien le défenseur de la fausse-réalité, celle de la société du spectacle à une échelle maintenant mondiale, qui a triomphé : Don Quichotte donc, celui qui dit ce qui n’est pas ; et Sancho Panza, le soi-disant complotiste non pas négateur mais pourfendeur de cette fausse réalité, a sans doute déjà perdu même si en ces temps de confusion et de faux-semblants, les puissants avançant masqués, il se pourrait bien que tout le monde soit le don Quichotte de l’un et le Sancho Panza de l’autre car tout est fait pour entretenir une telle confusion qui ne sert qu’un seul intérêt…

    Devinez lequel !

    ______________

     

    politique,orson welles,onfray,don quichotte,sancho panza,actualité,littérature,cerventes,espagne,chevalerie,romann,livres,mondialisation,médias,presse

     

                   Billet de blog rédigé en réaction à la conférence de Michel Onfray : « Le principe de don Quichotte » en mai 2013 : ICI ; un Onfray qui, comme à l’accoutumée, évite soigneusement de prendre quelque risque que ce soit, jamais un mot plus haut que l'autre, dans une approche et analyse plutôt œcuméniques (tout le monde pouvant y trouver son compte : réconciliation et consensus), s'en prenant aux vieilles lunes du stalinisme... tout en se gardant bien de transposer cette fable de Cervantes dans un contexte pourtant bien plus brûlant : la falsification de la réalité, la distorsion des faits sans doute sans précédent dans l’histoire ( à savoir : qui fait quoi, à qui, où, comment, pourquoi et pour le compte de qui ?) par une coalition politico-énonomico-médiatique pour laquelle ce qui est ne doit pas être.

    Aussi, il semblerait bien que Michel Onfray ait lui aussi quelques problèmes avec la réalité liberticide d'une actualité de crises et de guerres aussi mensongères que dévastatrices.

    Il n'en reste pas moins qu'Onfray n’est définitivement ni un don Quichotte dans un cas ni un Sancho Panza dans un autre. Une seule réalité lui colle à la peau néanmoins : elle est commerciale et touche au marketing : une réalité qui consiste à devoir vendre des livres au plus grand nombre : pas de vague donc ! Pas de vague, pas de vague,  jamais ! Excepté dans le microcosme parisien (avec un ouvrage contre Freud et un autre contre Sartre)… microcosme dont tout le monde se fout… et dont la réprobation ne vous fera jamais perdre un seul lecteur.

     

    _________________

     

                  Images extraites de l'adaptation d'Orson Welles pour le cinéma du roman de Miguel de Cervantes( 1605). Réalisation commencée dans les années 50 et achevée dans les années 70. Ni les acteurs, ni Orson Welles ne verront le film monté. Saluons au passage Akim Tamiroff (Pancho... un fidèle... souffre douleur de Welles) et l'acteur Francesco Reiguera, et toute l'équipe de la post-production : montage image, son, musique et voix.

     

     

    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem 0 commentaire
  • Boko Haram, Daesh... ou le mirage d'un Islam conquérant

                    

                        C'est à l'opéra de Nice, le 6 juin 2015, que les deux essayistes Michel Onfray et Eric Zemmour se sont rencontrés à l'initiative de Franz-Olivier Giesbert (FOG). Le premier sujet évoqué sera... l'Islam, bien évidemment ! Intarissable Islam ; à moins que ce ne soit ceux qui s'en repaissent tout au long de l'année comme les vaches, les veaux et les porcs de fourrage, de lait et de granulés dans leur mangeoire et leur auge  respectives ! Et seules les portes des abattoirs les distinguent et les séparent tout en épargnant les uns... pour l'heure ; jusqu'au jour où... qui sait... existence commune, destin commun...

    C'est à voir. Et nous verrons.

     

    ***

     

                 Qu'à cela ne tienne !

                 Dès les premières minutes, ce débat Zemmour-Onfray avec Fog en arbitre désoeuvré, les bras ballants, nous offre la confirmation de ce que l'on soupçonnait déjà : Onfray (sorte de BHL de gauche même si... de moins en moins de gauche et de plus en plus proche de Finkielkraut) n’a finalement jamais cessé de n’être qu’un prof de philo pour terminale ; un Bac+4 d'une Université médiocre qui ferait la leçon à des BTS.

    Quant à Zemmour, aucune surprise : c’est toujours et encore le lycée qui sermonne le Collège.

    Reste Franz-Olivier Giesbert (FOG) : il est frappant à quel point le niveau du débat entre Onfray et Zemmour est à la hauteur de celui qui l’a organisé ; un FOG qui est à l’intelligence, au courage, à l’esprit critique... ainsi qu'au métier de journaliste ce qu’est un hippopotame à la course contre une actualité qui requiert la rapidité d’un jaguar.

    Avec Joffrin et FOG, omniprésent tous les deux, il faut reconnaître que ceux qui les emploient ne s’y sont pas trompés : Joffrin et FOG ont été et sont de tous les quotidiens, de tous les hebdos, de tous les partis, en trente ans de carrière, et plus... comme d'autres de toutes les chambres à coucher, roulant de lit en lit.

    Pour cette raison, qui en vaut bien d'autres, force est de faire le constat suivant : ce qui nous est donné à entendre dans ce débat qui brille par l'absence de ceux qui auraient vraiment des choses à nous dire, est sans niveau, sans expertise et sans réflexion. Le « café du commerce » en comparaison, est cent fois plus riche, plus pertinent et plus cocasse… tellement plus !

    Car enfin… croire en toute bonne foi que l’on parle de l’Islam lorsque l’on mentionne Daesh, Boko Haram, les frères Kouachi… l’Islam et le danger islamiste jihadiste intégriste en Europe et ailleurs, c’est un peu comme tergiverser autour de l’idée de «démocratie » et son déploiement eu égard à la politique conduite par les USA, de la Libye à l’Afghanistan en passant par le Yémen et l’Afrique subsaharienne depuis septembre 2001 : politique aux 3 millions de morts musulmans.

    Evoquer l’actualité d’un Islam qui n’est dans les faits qu’un « Islam spectacle » dans le sens où les situationnistes des années 60 entendent « le spectacle » ou quand "le vrai est un moment du faux"... c'est faire preuve d’une bêtise et d'une ignorance abyssales et c’est participer à une entreprise de désinformation destinée aux pauvres bougres et autres gogos des journaux de 20h. Car cet Islam-là est bel et bien un conte ; et qui plus est, un conte cruel et cauchemardesque pour adultes occidentaux à la tripe sensible et au cerveau en panne sèche... et pour longtemps. 

     


     

    ***

     

     

                

                        Que l'on se rassure néanmoins : tout n'est pas perdu. Chroniqueur politique pour le GRAND RENDEZ VOUS 2STV - émission politique la plus populaire d'Afrique de l'Ouest -, Kémi Seba, toujours en forme, veille et nous offre quelques pistes de réflexion à propos d'une actualité qui se voudrait "islamiquement barbare".

    BOKO HARAM, Daesh... Kémi Seba nous rappelle que jamais la Françafrique ne s’est aussi bien portée en Libye, au Mali, au Tchad et partout ailleurs : bases militaires sans nombre ; bases aériennes et terrestres sur les cadavres de milliers d'Africains ; soutien inconditionnel aux "chefs d'Etat" chiens de garde des multinationales françaises... jamais les intérêts français n'ont été à ce point sécurisés !

    Et pour finir : jamais la France n’a été aussi forte en Afrique subsaharienne !

     

    ***

     

                 Pas vu, pas pris !

                 N'empêche, qui peut aujourd'hui en douter : dans 20 ou 30 ans, nombreux sont ceux qui éclateront de rire à l’idée de se remémorer ces années de plomb, sabre au clair, à pied, à cheval et à vapeur, en 4x4 et à dos de chameaux aussi, dans les dunes, sous une chaleur torride, à la recherche d’une oasis introuvable ; hallucinations, vessies et lanternes... la caravane passe, on agite les bras, on tente un cri… en vain.

    Pour sûr, ce sera l'hilarité générale à la simple évocation d’un Islam prédateur sans foi ni loi ; pour ne rien dire de ce fameux conflit de civilisation car…

              Conflit… mon cul ! Civilisation… ta sœur !

     

     "Mon légionnaire" créé par Marie Dubas en 1936 : paroles de R. Asso (ancien légionnaire), musique de Monique Monnot

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Penser le monde aujourd'hui avec l'Etat profond

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Boko Haram, Daesh... ou le mirage d'un Islam conquérant

                    

                        C'est à l'opéra de Nice, le 6 juin 2015, que les deux essayistes Michel Onfray et Eric Zemmour se sont rencontrés à l'initiative de Franz-Olivier Giesbert (FOG). Le premier sujet évoqué sera... l'Islam, bien évidemment ! Intarissable Islam ; à moins que ce ne soit ceux qui s'en repaissent tout au long de l'année comme les vaches, les veaux et les porcs de fourrage, de lait et de granulés dans leur mangeoire et leur auge  respectives ! Et seules les portes des abattoirs les distinguent et les séparent tout en épargnant les uns... pour l'heure ; jusqu'au jour où... qui sait... existence commune, destin commun...

    C'est à voir. Et nous verrons.

     

    ***

     

                 Qu'à cela ne tienne !

                 Dès les premières minutes, ce débat Zemmour-Onfray avec Fog en arbitre désoeuvré, les bras ballants, nous offre la confirmation de ce que l'on soupçonnait déjà : Onfray (sorte de BHL de gauche même si... de moins en moins de gauche et de plus en plus proche de Finkielkraut) n’a finalement jamais cessé de n’être qu’un prof de philo pour terminale ; un Bac+4 d'une Université médiocre qui ferait la leçon à des BTS.

    Quant à Zemmour, aucune surprise : c’est toujours et encore le lycée qui sermonne le Collège.

    Reste Franz-Olivier Giesbert (FOG) : il est frappant à quel point le niveau du débat entre Onfray et Zemmour est à la hauteur de celui qui l’a organisé ; un FOG qui est à l’intelligence, au courage, à l’esprit critique... ainsi qu'au métier de journaliste ce qu’est un hippopotame à la course contre une actualité qui requiert la rapidité d’un jaguar.

    Avec Joffrin et FOG, omniprésent tous les deux, il faut reconnaître que ceux qui les emploient ne s’y sont pas trompés : Joffrin et FOG ont été et sont de tous les quotidiens, de tous les hebdos, de tous les partis, en trente ans de carrière, et plus... comme d'autres de toutes les chambres à coucher, roulant de lit en lit.

    Pour cette raison, qui en vaut bien d'autres, force est de faire le constat suivant : ce qui nous est donné à entendre dans ce débat qui brille par l'absence de ceux qui auraient vraiment des choses à nous dire, est sans niveau, sans expertise et sans réflexion. Le « café du commerce » en comparaison, est cent fois plus riche, plus pertinent et plus cocasse… tellement plus !

    Car enfin… croire en toute bonne foi que l’on parle de l’Islam et seulement de l'islam lorsque l’on mentionne Daesh, Boko Haram, les frères Kouachi… l’Islam et le danger islamiste jihadiste intégriste en Europe et ailleurs, c’est un peu comme tergiverser autour de l’idée de «démocratie » et son déploiement eu égard à la politique conduite par les USA, de la Libye à l’Afghanistan en passant par le Yémen et l’Afrique subsaharienne depuis septembre 2001 : politique aux 3 millions de morts musulmans.

    Evoquer l’actualité d’un Islam qui n’est dans les faits qu’un « Islam spectacle » dans le sens où les situationnistes des années 60 entendent « le spectacle » ou quand "le vrai est un moment du faux"... c'est faire preuve d’une bêtise et d'une ignorance abyssales et c’est participer à une entreprise de désinformation destinée aux pauvres bougres et autres gogos des journaux de 20h. Car cet Islam-là est bel et bien un conte ; et qui plus est, un conte cruel et cauchemardesque pour adultes occidentaux à la tripe sensible et au cerveau en panne sèche... et pour longtemps. 

     


     

                       Vidéo à partir de 4.53 - Alain Soral dresse le portrait d'un monde au chaos très organisé.

     

     

     

    ***

     

     

                

                        Que l'on se rassure néanmoins : tout n'est pas perdu. Chroniqueur politique pour le GRAND RENDEZ VOUS 2STV - émission politique la plus populaire d'Afrique de l'Ouest -, Kémi Seba, toujours en forme, veille et nous offre quelques pistes de réflexion à propos d'une actualité qui se voudrait "islamiquement barbare".

    BOKO HARAM, Daesh... Kémi Seba nous rappelle que jamais la Françafrique ne s’est aussi bien portée en Libye, au Mali, au Tchad et partout ailleurs : bases militaires sans nombre ; bases aériennes et terrestres sur les cadavres de milliers d'Africains ; soutien inconditionnel aux "chefs d'Etat" chiens de garde des multinationales françaises... jamais les intérêts français n'ont été à ce point sécurisés !

    Et pour finir : jamais la France n’a été aussi forte en Afrique subsaharienne !

     

    ***

     

                 Pas vu, pas pris !

                 N'empêche, qui peut aujourd'hui en douter : dans 20 ou 30 ans, nombreux sont ceux qui éclateront de rire à l’idée de se remémorer ces années de plomb, sabre au clair, à pied, à cheval et à vapeur, en 4x4 et à dos de chameaux aussi, dans les dunes, sous une chaleur torride, à la recherche d’une oasis introuvable ; hallucinations, vessies et lanternes... la caravane passe, on agite les bras, on tente un cri… en vain.

    Pour sûr, ce sera l'hilarité générale à la simple évocation d’un Islam prédateur sans foi ni loi ; pour ne rien dire de ce fameux conflit de civilisation car…

              Conflit… mon cul ! Civilisation… ta sœur !

     

     "Mon légionnaire" créé par Marie Dubas en 1936 : paroles de R. Asso (ancien légionnaire), musique de Monique Monnot

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Penser le monde aujourd'hui avec l'Etat profond

     

    Lien permanent Catégories : A l'international 0 commentaire
  • Boko Haram, Daesh... ou le mirage d'un Islam conquérant sous un soleil de plomb

                    

                        C'est à l'opéra de Nice, le 6 juin 2015, que les deux essayistes Michel Onfray et Eric Zemmour se sont rencontrés à l'initiative de Franz-Olivier Giesbert (FOG). Le premier sujet évoqué sera... l'Islam, bien évidemment ! Intarissable Islam ; à moins que ce ne soit ceux qui s'en repaissent tout au long de l'année comme les vaches, les veaux et les porcs de fourrage, de lait et de granulés dans leur auge respective. Seules les portes des abattoirs les distinguent et les séparent tout en épargnant les uns pour l'heure ; jusqu'au jour où... qui sait... existence commune, destin commun...

    C'est à voir. Et nous verrons.

     

    ***

     

                 Qu'à cela ne tienne !

                 Dès les premières minutes, ce débat Zemmour-Onfray avec Fog en arbitre désoeuvré, les bras ballants, nous offre la confirmation de ce que l'on soupçonnait déjà : Onfray (sorte de BHL de gauche même si... de moins en moins de gauche et de plus en plus proche de Finkielkraut) n’a finalement jamais cessé de n’être qu’un prof de philo pour terminale ; un Bac+4 d'une Université médiocre qui ferait la leçon à des BTS.

    Quant à Zemmour, aucune surprise : c’est toujours et encore le lycée qui sermonne le Collège.

    Reste Franz-Olivier Giesbert (FOG) : il est frappant à quel point le niveau du débat entre Onfray et Zemmour est à la hauteur de celui qui l’a organisé ; un FOG qui est à l’intelligence, au courage, à l’esprit critique... enfin bref... au métier de journaliste ce qu’est un hippopotame à la course contre une actualité qui requiert la rapidité d’un jaguar.

    Avec Joffrin, omniprésent tous les deux, FOG est sans doute le journaliste le plus médiocre de la scène médiatique. Il faut reconnaître que ceux qui les emploient ne s’y sont pas trompés : Joffrin et FOG ont été et sont de tous les quotidiens, de tous les hebdos, de tous les partis, en trente ans de carrière, et plus... comme d'autres de toutes les chambres à coucher, roulant de lit en lit.

    Pour cette raison, qui en vaut bien d'autres, force est de faire le constat suivant : ce qui nous est donné à entendre dans ce débat qui brille par l'absence de ceux qui auraient vraiment des choses à nous dire, est sans niveau, sans expertise et sans réflexion. Le « café du commerce » en comparaison, est cent fois plus riche, plus pertinent et plus cocasse… tellement plus !

    Car enfin… croire en toute bonne foi que l’on parle de l’Islam lorsque l’on mentionne Daesh, Boko Haram, les frères Kouachi… l’Islam et le danger islamiste jihadiste intégriste en Europe et ailleurs, c’est un peu comme tergiverser autour de l’idée de «démocratie » et son déploiement eu égard à la politique conduite par les USA, de la Libye à l’Afghanistan en passant par le Yémen et l’Afrique subsaharienne depuis septembre 2001 : politique aux 3 millions de morts musulmans.

    Evoquer l’actualité d’un Islam qui n’est qu’un « Islam spectacle » dans le sens où les situationnistes des années 60 entendent « le spectacle » quand "le vrai est un moment du faux"... c'est faire preuve d’une bêtise et d'une ignorance abyssales et c’est participer à une entreprise de désinformation destinée aux pauvres bougres et autres gogos des journaux de 20h. Car cet Islam-là est bel et bien un conte ; et qui plus est, un conte cruel et cauchemardesque pour adultes occidentaux à la tripe sensible et au cerveau en panne sèche... et pour longtemps. 

     

    ***

     

     

                

                        Que l'on se rassure néanmoins ; tout n'est pas perdu. Chroniqueur politique pour le GRAND RENDEZ VOUS 2STV - émission politique la plus populaire d'Afrique de l'Ouest -, Kémi Seba, toujours en forme, nous offre quelques pistes de réflexion à propos d'un actualité qui se voudrait "islamiquement barbare".

    BOKO HARAM, Daesh... Kémi Seba nous rappelle que jamais la Françafrique ne s’est aussi bien portée en Libye, au Mali, au Tchad et partout ailleurs ! Bases militaires sans nombre ; bases aériennes et terrestres sur les cadavres de milliers d'Africains...

    Soutien inconditionnel aux "chefs d'Etat" chiens de garde des multinationales françaises... jamais les intérêts français n'ont été à ce point sécurisés !

    Et pour finir, jamais la France n’a été aussi forte en Afrique subsaharienne !

     

    ***

     

                 Pas vu, pas pris !

                 N'empêche, qui peut aujourd'hui en douter : dans 20 ou 30 ans, nombreux sont ceux qui éclateront de rire à l’idée de se remémorer ces années de plomb, sabre au clair, à pied, à cheval et à vapeur, en 4x4 et à dos de chameaux aussi, dans les dunes, sous une chaleur torride, à la recherche d’une oasis introuvable ; hallucinations, vessies et lanternes... la caravane passe, on agite les bras, on tente un cri… en vain.

    Pour sûr, ce sera l'hilarité générale à la simple évocation d’un Islam prédateur sans foi ni loi ; pour ne rien dire de ce fameux conflit de civilisation car…

              Conflit… mon cul ! Civilisation… ta sœur !

     

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Penser le monde aujourd'hui avec l'Etat profond

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Quand Michel Onfray rentre à la maison tout en serrant les fesses

     

                Onfray à la une du Figaro avec Finkielkraut qui titre "Comment la gauche à perdu ses intellectuels" ; Onfray chez Marianne ; Onfray  attendu au côté de Zemmour le 5 juin à Nice ; Onfray dans Le Point fustigeant Emmanuel Todd...

    Onfray par-ci, Onfray par-là...

    Onfray rentre à la maison, chez les médias qui l'ont fait ; les médias dominants qui plus est.

    ______________________

     

     

    Publié en Janvier 2015

     

     

                      « Le tribal fait désormais la loi », titre Marianne à l’occasion de son entretien avec Michel Onfray, reprenant ainsi à son compte un constat de l’essayiste qui impliquera en priorité, « la tribu musulmane », tout en dédouanant toute autre religion et/ou communauté.

    A la question : « Faut-il, comme certains le proposent, redéfinir la laïcité comme respect de toutes les religions ? » Onfray répondra : « La laïcité comme respect de toutes les religions, c’est la porte ouverte aux surenchères religieuses. Il n’est pas dans la nature du judaïsme d’être prosélyte, on naît juif ou on ne l’est pas. Le christianisme n’a plus les moyens d’être prosélyte – encore qu’il reprenne du poil de la bête avec les succès engrangés par l’islam, ce qui lui donne des idée ! »

    Comme le fera justement remarquer un commentaire posté à la suite de cette interview : « Est-ce neutre et objectif pour un athée agnostique laïc de ne s'attaquer qu'à une seule religion? »

    En effet, Onfray absout le Judaïsme et son bras armé qu’est le sionisme contre deux évidences : le sort qui est fait aux Palestiniens ainsi que le chantage et les pressions exercés ici en France, avec l’appui de médias totalement sous influence, contre quiconque souhaite publiquement remettre en cause la soumission de l’Etat français et de la quasi-totalité de la classe politique à une idéologie de mort.

    Quant au Christianisme sur le dos duquel il a longtemps fait son beurre à coup d'anathèmes : Onfray oublie un Protestantisme à l'origine d'un néo-libéralisme économique qui a tout envahi, des églises évangéliques hégémoniques en Afrique, en Asie et Amérique du Sud proche des néo-cons américains et un Catholicisme aux combats d’arrière-garde aussi omniprésent que minoritaire.

    D’autant plus que le prosélytisme n’implique pas seulement « propagande et recrutement » mais peut concerner aussi, et surtout, le conditionnement des esprits conduisant à une absence totale d’analyse critique, et à la soumission face à un groupe de pression politico-religieux qui n'admet aucune contestation ni remise en cause de ses agissements et de ses fins.

     

    ***

     

                 Nombreux sont ceux qui vous avoueront en privé qu'ils ont un peu de mal avec Onfray depuis son "Les services secrets doivent s'occuper de Dieudonné !" C'était à l'occasion des élections européennes ; Dieudonné se présentait sur une liste anti-sioniste. Ce jour-là, Onfray s’est révélé être un libertaire et un gauchiste d'un nouveau type : du type petit flic, mou des genoux, adepte de l'assassinat politique d'Etat.

    C’était en 2009.

     

    Aujourd’hui isolé, ayant perdu nombre de ses lecteurs depuis l’arrivée d’Internet – il s’en plaindra en ces termes : « Plus personne ne lit ! » ; contesté sur la toile comme nulle part ailleurs et comme jamais… Onfray a découvert, voilà quelques années, qu’il ne faisait pas l’unanimité chez le citoyen lambda, le quidam à l’esprit libre, autodidacte ou pas, informé et instruit ;  unanimité en trompe l’œil… unanimité autour de ceux qui, des années durant, n’ont jamais rencontré la moindre opposition là où ils communiquent : télés, radios, presse. Et manifestement Onfray ne s’en est toujours pas remis : toutes ses déclarations à l’emporte-pièce contre Internet confirment le fait que notre essayiste a vraiment du mal à vivre cette remise en cause ; et puis, grapho-maniac, Onfray sort plus de deux livres par an depuis vingt ans ; c'est comme donner le bâton pour se faire battre, c'est sûr !

     

                (Michel Onfray pris en flagrant délit : il refuse de partager une tribune avec un de ses détracteurs tout en évoquant le cancer de sa compagne (?!). Dur dur le débat contradictoire !)

     

                   Enfant-roi pourri gâté, aujourd'hui blessé et fragilisé, Onfray choisit de rentrer à la maison, sa maison pour y chercher un refuge, là où personne ne le contestera : les médias dominants qui l’ont fait car Onfray doit tout à ce système  médiatique-là et à ses animateurs et producteurs qui choisissent régulièrement de l’inviter. Et quand on sait ce que ce système est aujourd’hui capable de laisser dire...

    Système dans lequel il a fait «carrière » et qui lui a permis une indépendance relative mais réelle : il quittera l’enseignement pour vivre de sa plume ; c’était bien avant Internet… cet internet qui est toute la mémoire du monde : mémoire de l’instant, de la seconde qui s’est écoulée, mémoire d’hier et d’avant-hier…mémoire de trois mille ans.

     

                 Déjà, sur France Inter, ICI, en septembre dernier, Onfray avait opéré ce rapprochement avec les médias ; rapprochement que l’interview de Marianne vient confirmer ; Onfray devancera même ses interlocuteurs jusqu’à donner son avis sur des sujets qu'ils n’avaient pas évoqués :

    -         Ignorant les démentis des Israéliens eux-mêmes (ICI), pour mieux condamner l'Iran, Onfray reprend une fausse information à propos de l’ancien leader iranien qui aurait appelé à la destruction d’Israël…

    -         Onfray rejoint Finkielkraut au sujet de l’école et déclare : «  Je préfère la proximité avec Finkielkraut qu’avec d’autres intellectuels ».

    -         Certes ! Le Parti de gauche recueille l’adhésion d’Onfray mais ce dernier trouve la personnalité de Mélenchon imbuvable.

    -         A propos de la censure sur Internet… pour réguler cette censure qu’Onfray appelle de ses vœux (!???),  il recommande Robert Badinter et Simone Veil (pas la philosophe mais l’autre.. celle qui somnole au dîner du CRIF, le nez dans son assiette). Censure à propos de laquelle il fera cette remarque effarante : « La liberté d’expression n’est pas la liberté de nuire à autrui ».

     

    On imagine un journalisme d’investigation qui ne nuirait à personne ; la liberté de dénoncer les corrompus et les corrupteurs qui ne nuirait, là encore, à personne…

    On savait au fil des ans qu’il y avait quelque chose d'authentique... authentiquement creux au royaume d'Onfray, quelque chose comme une vacance, un manque, presqu'un vide mais... plein, à ras-bord : absent Onfray ! Oui, absent finalement ! Et c'est très certainement la raison pour laquelle il est si présent dans les médias ! Mais là vraiment… ce jour-là, sur France Inter…

     

                 Mais alors… pourquoi le choix de Veil, ministre de la santé de Giscard sous un gouvernement Chirac qui a certes eu la lourde tâche de porter à l’Assemblée nationale un projet de loi - The projet de loi ! -, sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG) qui dépénalise l'avortement... mais c’était en 1974… et depuis, plus rien. Silence radio.

    Et pourquoi donc ce Robert Badinter à qui l’on doit une défense de DSK le jour même de sa mise en accusation à New York, une défense aussi répétitive qu’indécente dans des médias d’une complaisance inouïe à l’égard du président du FMI, de son entourage, amis et clique ! Badinter s’exprimera ainsi : « DSK ne peut être coupable, c’est mon ami, et l’ami de nombre de mes amis ! » ; et ce durant toute la soirée.

    Quant à la peine de mort, c’est Mitterrand qui a pris tous les risques de son abolition avant de constater que, finalement, il n’y avait aucun risque politique. 

    Pourquoi Veil et Badinter qui n'avaient rien demandé à personne ?

    La question est posée.

     

                 Toujours dans cette interview, et alors que, là non plus, on ne lui demandait rien   - empressement symptomatique, comme autant de lapsus et autres actes manqués, qui trahit une recherche d’acceptation totale sur le modèle d’une coopération et d'une collaboration qu’Onfray espère, à son insu ou pas, fructueuses auprès d’un système qui a pour piliers aussi et surtout des médias totalement soumis aux diktats atlantiste, sioniste et mondialiste :

    -         Onfray défendra la loi Gayssot contre Faurisson sans suggérer qu'après tout, on pourrait très bien envisager un jour de répondre à Faurisson au lieu de pénaliser la recherche historique et de créer un doute plus dommageable encore quant à la vérité sur la Seconde guerre mondiale !

    -         Onfray renverra dos à dos ce qu’il appelle "le gouvernement Israélien et le gouvernement ( ?) palestinien" ; ce qui, dans les faits, revient à soutenir le plus fort, brute et truand.

     

    Simone Veil, Robert Badinter, Dieudonné, Loi Gayssot, Faurisson, l'Iran (plus tard, viendra le moment de dénoncer un Islam guerrier. Patience ! Onfray n'oubliera rien ni personne, excepté Poutine)... il y est venu tout seul Onfray, et sans qu'on l'y pousse ! Il y est allé sans qu'on l'y invite car il fallait qu'il y aille : Onfray, comme nous tous, connaît le chemin qui mène à l'apaisement et à une protection écran-total contre les intempéries et les aléas d'une contestation tous azimuts aujourd'hui incontrôlable : accueilli à bras ouverts par les médias de la domination, Onfray est maintenant intouchable !

     

                  Alors... oui ! Vraiment... avec cette interview de Marianne et son intervention sur France Inter, tout est là, en place : il ne manque rien ! Si… une chose : pour parachever le dispositif de ralliement, Onfray s’en prendra à l’Islam qu’il n’a de cesse de qualifier, depuis deux ans, de menace essentiellement guerrière, ici en France et partout ailleurs.

    Onfray n’a manifestement aucune connaissance à l'Internationale et dans le domaine de la géopolitique  : qui fait quoi ? A qui ? Où ? Comment ? Qui finance qui ? Qui encourage ? Qui recrute ? A quelle fin ? A qui profite le crime ?  

    A sa décharge, on pourra toujours tenir compte du fait qu’Onfray s’est longtemps absenté de la scène contemporaine,  tout occupé qu’il était à revisiter une pensée grecque de masturbateurs publics (Diogène en chef de file)  et de petits farfelus excentriques sans conséquence ; de plus, c’était il y a plus de deux mille ans, alors… forcément ! D’où le reproche au sujet de son absence de contribution autour des graves questions économiques, sociales et culturelles qui secouent régulièrement les sociétés française et européennes - refus de se salir les mains avec l’actualité politique et sociale, là où sont tous les pièges,  là où il faut nommer les choses et les gens... lieu de tous les dangers pour un intellectuel de service minimum : le danger de se révéler tel que l'on est, à savoir un petit bourgeois hédoniste et conservateur soucieux avant tout de pérenniser une réussite commerciale qui compte peu d’élus dans l’Edition ?

     

             Autre signe de ralliement et de soumission à la raison du plus fort est l'utilisation d'un vocabulaire dépréciatif à l'endroit de ceux dont les critiques touchent Onfray directement : "ressentiment" est le vocable qu'Onfray affectionne tout particulièrement depuis quelques mois dans chacune de ses interventions ; ce qui trahit un refus d'accorder la moindre légitimité à toute critique ; marque ultime d'un état d'esprit propre aux à ceux qui se sont rangés du côté des nantis : une ploutocratie mondialiste en l'occurrence.

     

              C’est imparable. Là encore, pas de surprise : le ralliement d’Onfray à une pensée binaire, celle de  l’Empire et d'une oligarchie mondiale vorace et sans scrupules, cache difficilement le désir de plaire et de complaire à ceux qui, dans les années à venir, seront chargés de « nous vendre du Onfray »  comme on a longtemps essayé de nous vendre du « BHL » que plus personne ne veut d’ailleurs acheter.

    Aussi, qu'on le veuille ou non, tout comme BHL, il y a fort à parier qu'Onfray ne vendra plus de livres mais sera omniprésent dans les médias à jouer une partition qu’il croira sienne alors qu’elle aura pour compositeur, orchestre, chef d’orchestre et producteur des acteurs de l’ombre qui n’acceptent qu’une seule forme de contestation : la soumission ; c’est là sans doute une consolation comme une autre pour ce fils d’ouvrier agricole et de femme de ménage. Et à ce sujet, difficile de faire un autre constat que celui-ci : le pauvre, quand il réussit, sera toujours tenté, même après quelques années de défiance et d'indépendance, de rallier in fine un ordre social et à une organisation de l’existence auxquels il croit devoir son « repêchage » ; et c’est bien ce à quoi Onfray a fini par se résoudre.

    D’aucuns objecteront : "Après tout, si ce sont les bourgeois qui font les révolutions, c’est bien parce qu’il n’y a personne d’autres pour les penser, les organiser et les mettre en œuvre à leur place, toutes ces révolutions !"

     

    ***

     

              Qu'à cela ne tienne ! Une nouvelle fois, force est de constater, comme on a pu le voir avec Zemmour, que le sésame d'un état de grâce dans les médias dominants se décompose comme suit :

    -         condamner sans rémission Dieudonné et Alain Soral même et surtout lorsque personne ne vous le demande ; sorte de nouvelle Loi de Goldwin… tout nous y ramenant...

    -         Occulter la question « sioniste » en France (mondialisme, atlantisme, médias d’une intolérance sans précédent, rupture de notre tradition en matière de politique étrangère ; remise en cause de notre rang sur la scène mondiale, chantage à l'antisémitisme...)… ou bien se ranger ouvertement auprès de ceux qui portent fièrement son drapeau bien haut…

    -         Prendre pour cible la religion musulmane et les Musulmans.

     

                   Aussi, Après Zemmour, Finkielkraut, BHL, Elisabeth Lévy, Fourest, Moix… Michel Onfray, c’est la règle que de rares exceptions qui survivent encore ici et là sur Internet seul, n'ont de cesse de confirmer ; exceptions qu'il nous faudra continuer de soutenir en attendant la chute d'un système de représentation du réel qui n'a aucun souci de la vérité ni de la justice.

     

    __________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Un sans faute d'Aymeric Caron face à Onfray

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • E. Badinter ou quand l'hebdo Marianne invite la bourgeoisie millionnaire à sauver les jeunes filles des classes populaires musulmanes

    badinter élisabeth.jpg

     

                    L'hebdo Marianne consacre un hors-série à la laïcité, cette maladie bien française dont on ne guérit semble-t-il jamais.

    Tous les Peuples d'Europe (Grande Bretagne, Allemagne, pays scandinaves) n'ont jamais eu besoin de recourir à ce faux concept qu'est la laïcité, à ce vocable creux et vague et qui cache le plus souvent un fanatisme anti-religieux - un fanatisme anti-immigrés aussi, musulmans et arabes de surcroît -, pour faire vivre en bonne entente leurs résidents et citoyens issus de cultures du monde entier : en effet, toutes les démocraties accordent à toutes les religions un même droit d'existence, de respect et de protection.

    Mais alors, pourquoi la France a-t-elle besoin de se distinguer à ce point ? Que cache cette problématisation de l'autre, croyant, pratiquant et aujourd’hui musulman ?

     

                     Pompadour d'un féminisme de salon, marraine de guerre des tranchées d'un féminisme de la Grande guerre contre l’obscurantisme religieux non plus des poilus mais des barbus, dans un des entretiens proposés par Marianne, Elisabeth Badinter dénonce ce qu'elle considère être les lâchetés des socialistes depuis vingt-cinq ans à propos du voile.

    Ah ! Le voile. Le voile et l'Islam, encore et toujours l'Islam !

    Coutumière du fait, E. Badinter n'avait-elle déjà déploré en 2011 dans un entretien au journal Le Monde qu'en dehors de Marine Le Pen", plus personne ne défende la laïcité ?
    Encouragée par Marianne, E. Badinter persiste et signe, le ton vengeur cette fois-ci : "Je ne pardonne pas à la gauche d'avoir abandonné la laïcité" (1)

     

                  Mais alors, que cela ne nous empêche surtout pas de garder la tête froide : la raison du plus "connaissant" triomphera alors de la raison du plus "borné", raison de mère maquerelle de l'émancipation féminine ! Car personne n'est autorisé à nous demander de choisir entre l'intégrisme religieux et l'intégrisme anti-religieux monomaniaque - un intégrisme anti-musulman -, érigé au rang de religion.

     

    ***


               Année après année, E.Badinter dame patronnesse, semble confirmer son appartenance à un féminisme obtus et sectaire ; un féminisme à la manière d'un "Sauvons les femmes malgré elles !" Un féminisme "Enfer pavé de bonnes intentions" qui, dans les faits, ne connaît pas le sujet et/ou l'objet de ce qu'il croit être sa compassion ; d'où son intransigeance.

    Avec Diderot comme auteur de chevet, un auteur il est vrai bien plus respectable que Voltaire qui avait la haine du populo chevillée au corps ("la populace" disait-il), entretien après entretien, force est de conclure que E. Badinter est une femme du 18e siècle qui rend bien des services à une France et une République qui ne se reconnaissent plus aucune obligation de résultats côté justice sociale et tolérance de l'autre et son acceptation quand il est différent, et ce depuis qu'il est d'une urgence absolue d'être capable de pouvoir en afficher quelques uns... de ces résultats tant attendus et si nécessaires.

    Quant à Marianne... faut dire que cet hebdo n'est pas à son premier coup d'essai ; depuis ces derniers mois, et plus encore depuis les tueries de Janvier (Paris et Vincennes), cet hebdo est très à l'aise – à l’aise et demandeur  -, avec un discours tenu par un nombre considérable d'idiots utiles d'une islamophobie politique : principalement pro-sioniste (Michel Onfray récemment, en dernier converti) ; une islamophobie qui lorgne pas seulement du côté de la France ou de l'Europe mais aussi, du côté d'un pays étranger auquel il est décidément difficile de refuser quoi que ce soit ces temps-ci.

    Jugez plutôt : Le journal Libération, la chaîne d'information israélienne i24news et le magazine L'Express vont être réunis au sein d'un nouveau groupe plurimédias "Mag&NewsCo", détenu par le patron de Numéricable et SFR Patrick Drahi, coactionnaire de Libération, et son associé Marc Laufer. Une raison supplémentaire de ne pas lire ces journaux que l'on ne lisait plus d'ailleurs et que l'on n'avait jamais lu non plus. Un gain de temps considérable, assurément !

     

                 Si l'on doit faire un peu de sociologie, rappelons que E.Badinter dans toutes ses oeuvres de bienfaisance est, tout comme Voltaire, une millionnaire (2) rentière (elle fait travailler les autres !) qui appartient à une bourgeoisie qui se prête d'autant plus facilement à ce type d'instrumentalisation ou de récupération de la part des médias (la promotion d'une laïcité islamophobe de républicains intégristes, le plus souvent atlantistes et sionistes) que cette classe sera toujours, in fine, une fois dos au mur, confrontée à l'insoumission, à l'incontrôlable, à la liberté d'autrui, du côté de l'exclusion et de l'humiliation aux fins de domination économique, intellectuelle et morale dans laquelle se niche un dogmatisme qui n'est pas exempt d'un impensé colonial et d'un inconscient colonialiste : chassez le naturel, il revient galopant et triomphant ! même dans l'amertume et le ressentiment car l'échec rend mauvais.

                 Mais alors, pourquoi ne pas inviter E. Badinter à prendre quelques leçons auprès d'Edgar Morin par exemple ! Un Edgar Morin tellement plus sensible, c'est-à-dire, tellement plus au fait avec ce qui est, pourquoi ça l'est et pourquoi, dans certaines circonstances, il est important que ça le demeure ; car E. Badinter confirme une fois de plus que l'intolérance vient de l'incompréhension qui a pour racine l'ignorance et un rigorisme dit laïc ou laïcard, aveugle, aussi charitable que condescendant, tout en gardant à l'esprit qu'il est plus important de comprendre que de savoir. Quant à savoir - assumant que E. Badinter a bien dû lire quelques livres à défaut d'être capable de sortir de sa classe et de son arrondissement, -, ne pas avoir compris ce que l'on sait, c'est sans doute là le pire des maux ! E. Badinter semble y avoir succombé.

     

    ***

     

                La bêtise au mieux, fruit d'un dogmatisme aérien, voire galactique sans prise sur la réalité des conditions d'existence, au pire une conjuration, prospère dès qu'on cesse de la dénoncer... aussi, ne baissons jamais les bras : dénonçons-la sans relâche car il en restera toujours quelque chose !

    Devinez quoi !

    De l'intelligence ?

    C'est fort possible.

     

     

     

    1 - Faut-il s'attendre à un "rapprochement" entre ce qu'il est convenu d'appeler "les sionistes" et l'extrême droite dans sa version Front National ? Une analyse vous est proposée ICI

     

    2 - En 2011, le magazine Challenges estime la fortune de E. Badinter à 652 millions d'euros, soit la 56e fortune de France, puis la 51e. En mars 2012, elle est classée par le magazine américain Forbes 13e personne la plus riche de France, avec une fortune familiale estimée à 1,1 milliard de dollars.
     

     ________________________

     

     

     


                      Avec "Femme voilée dans la boîte", l'artiste engagée Sonia Merazga incarne une performance artistique inédite à propos des règlements et lois d'exception liberticides, ici, en France, à l'adresse des femmes voilées...

    Jusqu'à leur exclusion et... déshumanisation ?

                                C'est la question que pose cette artiste.

     

     

    Pour prolonger, cliquezLe féminisme et l'Islam : foulard et liberté

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Un sans faute d'Aymeric Caron face à Michel Onfray

     

             Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés... par une maladie : l'islamophobie.

     

     

                   Etait-ce à Michel Onfray de faire du Zemmour ou de rejoindre Finkielkraut ? Ne pouvait-il pas s'abstenir ?

    Mauvais procès que celui de Michel Onfray contre l'Islam car enfin, trouvez-nous une religion qui soit ou ait été "à l'aise" avec l'homosexualité, l'émancipation de la femme, l'avortement, les beuveries du samedi soir jusqu'au coma éthylique de nos jeunes ?

     

    ***

                  

     

                   Aymeric Caron était là : il a veillé au grain. La question qui tue, c'est lui qui la posera à Michel Onfray : " Mais alors, si, dans le texte, l'Islam est une religion si détestable, comment se fait-il que les Musulmans français soient aussi paisibles dans leur pratique de cette religion ? Ils n'auraient donc rien compris à l'Islam ?"

     

    Onfray aujourd'hui n'est plus.

     

    ***

     

              Ayant perdu nombre de ses lecteurs depuis l’arrivée d’Internet – il s’en plaindra en ces termes : « Plus personne ne lit ! » ; contesté sur la toile comme nulle part ailleurs et comme jamais… Onfray a découvert, voilà quelques années, qu’il ne faisait pas l’unanimité chez le citoyen lambda, le quidam à l’esprit libre, autodidacte ou pas, informé et instruit.

    Enfant-roi pourri gâté, aujourd'hui fragilisé, Onfray choisit de rentrer à la maison, sa maison, pour y chercher un refuge, là où personne ne le contestera : les médias dominants qui l’ont fait, car Onfray doit tout à ce système  médiatique-là et à ses animateurs et producteurs qui choisissent régulièrement de l’inviter.

    Pour cela, deux examens de passage sont requis : la critique de l'Islam et la dénonciation de l'antisémitisme supposé de nos "banlieues" et de l'extrême gauche.

               Nul doute, nombreux sont ceux qui penseront qu'il a réussi haut la main ce passage, même si, en ce qui nous concerne, ce sera : Adieu Michel Onfray !

     

    ***

     

    Les Animaux malades de la peste

     

    Un mal qui répand la terreur,
    Mal que le Ciel en sa fureur
    Inventa pour punir les crimes de la terre,
    La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom)
    Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
    Faisait aux animaux la guerre.
    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :

     

    Jean de la Fontaine : la suite ICI

     


    Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Quand Onfray rentre à la maison tout en serrant les fesses

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 1 commentaire
  • Quand Onfray rentre à la maison tout en serrant les fesses…

     

                      « Le tribal fait désormais la loi », titre Marianne à l’occasion de son entretien avec Michel Onfray, reprenant ainsi à son compte un constat de l’essayiste qui impliquera en priorité, « la tribu musulmane », tout en dédouanant toute autre religion et/ou communauté.

    A la question : « Faut-il, comme certains le proposent, redéfinir la laïcité comme respect de toutes les religions ? » Onfray répondra : « La laïcité comme respect de toutes les religions, c’est la porte ouverte aux surenchères religieuses. Il n’est pas dans la nature du judaïsme d’être prosélyte, on naît juif ou on ne l’est pas. Le christianisme n’a plus les moyens d’être prosélyte – encore qu’il reprenne du poil de la bête avec les succès engrangés par l’islam, ce qui lui donne des idée ! »

    Comme le fera justement remarquer un commentaire posté à la suite de cette interview : « Est-ce neutre et objectif pour un athée agnostique laïc de ne s'attaquer qu'à une seule religion? »

    En effet, Onfray absout le Judaïsme et son bras armé qu’est le sionisme contre deux évidences : le sort qui est fait aux Palestiniens ainsi que le chantage et les pressions exercés ici en France, avec l’appui de médias totalement sous influence, contre quiconque souhaite publiquement remettre en cause la soumission de l’Etat français et de la quasi-totalité de la classe politique à une idéologie de mort.

    Quant au Christianisme sur le dos duquel il a longtemps fait son beurre à coup d'anathèmes : Onfray oublie un Protestantisme à l'origine d'un néo-libéralisme économique qui a tout envahi, des églises évangéliques hégémoniques en Afrique, en Asie et Amérique du Sud proche des néo-cons américains et un Catholicisme aux combats d’arrière-garde aussi omniprésent que minoritaire.

    D’autant plus que le prosélytisme n’implique pas seulement « propagande et recrutement » mais peut concerner aussi, et surtout, le conditionnement des esprits conduisant à une absence totale d’analyse critique, et à la soumission face à un groupe de pression politico-religieux qui n'admet aucune contestation ni remise en cause de ses agissements et de ses fins.


    ***

     

                 Nombreux sont ceux qui vous avoueront en privé qu'ils ont un peu de mal avec Onfray depuis son "Les services secrets doivent s'occuper de Dieudonné !" C'était à l'occasion des élections européennes ; Dieudonné se présentait sur une liste anti-sioniste. Ce jour-là, Onfray s’est révélé être un libertaire et un gauchiste d'un nouveau type : du type petit flic, mou des genoux, adepte de l'assassinat politique d'Etat.

    C’était en 2009.

    Aujourd’hui isolé, ayant perdu nombre de ses lecteurs depuis l’arrivée d’Internet – il s’en plaindra en ces termes : « Plus personne ne lit ! » ; contesté sur la toile comme nulle part ailleurs et comme jamais… Onfray a découvert, voilà quelques années, qu’il ne faisait pas l’unanimité chez le citoyen lambda, le quidam à l’esprit libre, autodidacte ou pas, informé et instruit ;  unanimité en trompe l’œil… unanimité autour de ceux qui, des années durant, n’ont jamais rencontré la moindre opposition là où ils communiquent : télés, radios, presse. Et manifestement Onfray ne s’en est toujours pas remis : toutes ses déclarations à l’emporte-pièce contre Internet confirment le fait que notre essayiste a vraiment du mal à vivre cette remise en cause ; et puis, grapho-maniac, Onfray sort plus de deux livres par an depuis vingt ans ; c'est comme donner le bâton pour se faire battre, c'est sûr !

     

                (Michel Onfray pris en flagrant délit : il refuse de partager une tribune avec un de ses détracteurs tout en évoquant le cancer de sa compagne (?!). Dur dur le débat contradictoire !)


                   Enfant-roi pourri gâté, aujourd'hui blessé et fragilisé, Onfray choisit de rentrer à la maison, sa maison pour y chercher un refuge, là où personne ne le contestera : les médias dominants qui l’ont fait car Onfray doit tout à ce système  médiatique-là et à ses animateurs et producteurs qui choisissent régulièrement de l’inviter. Et quand on sait ce que ce système est aujourd’hui capable de laisser dire...

    Système dans lequel il a fait «carrière » et qui lui a permis une indépendance relative mais réelle : il quittera l’enseignement pour vivre de sa plume ; c’était bien avant Internet… cet internet qui est toute la mémoire du monde : mémoire de l’instant, de la seconde qui s’est écoulée, mémoire d’hier et d’avant-hier…mémoire de trois mille ans.


                 Déjà, sur France Inter, ICI, en septembre dernier, Onfray avait opéré ce rapprochement avec les médias ; rapprochement que l’interview de Marianne vient confirmer ; Onfray devancera même ses interlocuteurs jusqu’à donner son avis sur des sujets qu'ils n’avaient pas évoqués :

    -         Ignorant les démentis des Israéliens eux-mêmes (ICI), pour mieux condamner l'Iran, Onfray reprend une fausse information à propos de l’ancien leader iranien qui aurait appelé à la destruction d’Israël…

    -         Onfray rejoint Finkielkraut au sujet de l’école et déclare : «  Je préfère la proximité avec Finkielkraut qu’avec d’autres intellectuels ».

    -         Certes ! Le Parti de gauche recueille l’adhésion d’Onfray mais ce dernier trouve la personnalité de Mélenchon imbuvable.

    -         A propos de la censure sur Internet… pour réguler cette censure qu’Onfray appelle de ses vœux (!???),  il recommande Robert Badinter et Simone Veil (pas la philosophe mais l’autre.. celle qui somnole au dîner du CRIF, le nez dans son assiette). Censure à propos de laquelle il fera cette remarque effarante : « La liberté d’expression n’est pas la liberté de nuire à autrui ».


    On imagine un journalisme d’investigation qui ne nuirait à personne ; la liberté de dénoncer les corrompus et les corrupteurs qui ne nuirait, là encore, à personne…

    On savait au fil des ans qu’il y avait quelque chose d'authentique... authentiquement creux au royaume d'Onfray, quelque chose comme une vacance, un manque, presqu'un vide mais... plein, à ras-bord : absent Onfray ! Oui, absent finalement ! Et c'est très certainement la raison pour laquelle il est si présent dans les médias ! Mais là vraiment… ce jour-là, sur France Inter…


                 Mais alors… pourquoi le choix de Veil, ministre de la santé de Giscard sous un gouvernement Chirac qui a certes eu la lourde tâche de porter à l’Assemblée nationale un projet de loi - The projet de loi ! -, sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG) qui dépénalise l'avortement... mais c’était en 1974… et depuis, plus rien. Silence radio.

    Et pourquoi donc ce Robert Badinter à qui l’on doit une défense de DSK le jour même de sa mise en accusation à New York, une défense aussi répétitive qu’indécente dans des médias d’une complaisance inouïe à l’égard du président du FMI, de son entourage, amis et clique ! Badinter s’exprimera ainsi : « DSK ne peut être coupable, c’est mon ami, et l’ami de nombre de mes amis ! » ; et ce durant toute la soirée.

    Quant à la peine de mort, c’est Mitterrand qui a pris tous les risques de son abolition avant de constater que, finalement, il n’y avait aucun risque politique. 

    Pourquoi Veil et Badinter qui n'avaient rien demandé à personne ?

    La question est posée.


                 Toujours dans cette interview, et alors que, là non plus, on ne lui demandait rien   - empressement symptomatique, comme autant de lapsus et autres actes manqués, qui trahit une recherche d’acceptation totale sur le modèle d’une coopération et d'une collaboration qu’Onfray espère, à son insu ou pas, fructueuses auprès d’un système qui a pour piliers aussi et surtout des médias totalement soumis aux diktats atlantiste, sioniste et mondialiste :


    -         Onfray défendra la loi Gayssot contre Faurisson sans suggérer qu'après tout, on pourrait très bien envisager un jour de répondre à Faurisson au lieu de pénaliser la recherche historique et de créer un doute plus dommageable encore quant à la vérité sur la Seconde guerre mondiale !

    -         Onfray renverra dos à dos ce qu’il appelle "le gouvernement Israélien et le gouvernement ( ?) palestinien" ce qui, dans les faits, revient à soutenir le plus fort, brute et truand.


                 Simone Veil, Robert Badinter, Dieudonné, Loi Gayssot, Faurisson, l'Iran (plus tard, viendra le moment de dénoncer un Islam guerrier. Patience ! Onfray n'oubliera rien ni personne, excepté Poutine)... il y est venu tout seul Onfray, et sans qu'on l'y pousse ! Il y est allé sans qu'on l'y invite car il fallait qu'il y aille : Onfray, comme nous tous, connaît le chemin qui mène à l'apaisement et à une protection écran-total contre les intempéries et les aléas d'une contestation tous azimuts aujourd'hui incontrôlable : accueilli à bras ouverts par les médias de la domination, Onfray est maintenant intouchable !


                  Alors... oui ! Vraiment... avec cette interview de Marianne et son intervention sur France Inter, tout est là, en place : il ne manque rien ! Si… une chose : pour parachever le dispositif de ralliement, Onfray s’en prendra à l’Islam qu’il n’a de cesse de qualifier, depuis deux ans, de menace essentiellement guerrière, ici en France et partout ailleurs.

    Onfray n’a manifestement aucune connaissance à l'Internationale et dans le domaine de la géopolitique  : qui fait quoi ? A qui ? Où ? Comment ? Qui finance qui ? Qui encourage ? Qui recrute ? A quelle fin ? A qui profite le crime ?  

    A sa décharge, on pourra toujours tenir compte du fait qu’Onfray s’est longtemps absenté de la scène contemporaine,  tout occupé qu’il était à revisiter une pensée grecque de masturbateurs publics (Diogène en chef de file)  et de petits farfelus excentriques sans conséquence ; de plus, c’était il y a plus de deux mille ans, alors… forcément ! D’où le reproche adressé à notre essayiste au sujet de son absence de contribution autour des graves questions économiques, sociales et culturelles qui secouent régulièrement les sociétés française et européennes - refus de se salir les mains avec l’actualité politique et sociale, là où sont tous les pièges,  là où il faut nommer les choses et les gens... lieu de tous les dangers pour un intellectuel de service minimum : le danger de se révéler tel que l'on est, à savoir un petit bourgeois hédoniste et conservateur soucieux avant tout de pérenniser une réussite commerciale qui compte peu d’élus dans l’Edition ?


    Autre signe de ralliement et de soumission à la raison du plus fort est l'utilisation d'un vocabulaire dépréciatif à l'endroit de ceux dont les critiques le touchent directement : "ressentiment" est le vocable qu'Onfray affectionne tout particulièrement depuis quelques mois dans chacune de ses interventions ; ce qui trahit un refus d'accorder la moindre légitimité à tout point de vue opposé ; marque ultime d'un état d'esprit propre aux "larbins" d'une ploutocratie à vocation oligarchique.


                     C’est imparable. Là encore, pas de surprise : le ralliement d’Onfray à une pensée binaire, celle de  l’Empire et d'une oligarchie mondiale vorace et sans scrupules, cache difficilement le désir de plaire et de complaire à ceux qui, dans les années à venir, seront chargés de « nous vendre du Onfray »  comme on a longtemps essayé de nous vendre du « BHL » que plus personne ne veut d’ailleurs acheter.

    Aussi, qu'on le veuille ou non, tout comme BHL, il y a fort à parier qu'Onfray ne vendra plus de livres mais sera omniprésent dans les médias à jouer une partition qu’il croira sienne alors qu’elle aura pour compositeur, orchestre, chef d’orchestre et producteur des acteurs de l’ombre qui n’acceptent qu’une seule forme de contestation : la soumission ; c’est là sans doute une consolation comme une autre pour ce fils d’ouvrier agricole et de femme de ménage. Et à ce sujet, difficile de faire un autre constat que celui-ci : le pauvre, quand il réussit, sera toujours tenté, même après quelques années de défiance et d'indépendance, de rallier in fine un ordre social et à une organisation de l’existence auxquels il croit devoir son « repêchage » ; et c’est bien ce à quoi Onfray a fini par se résoudre.

    D’aucuns objecteront : "Après tout, si ce sont les bourgeois qui font les révolutions, c’est bien parce qu’il n’y a personne d’autres pour les penser, les organiser et les mettre en œuvre à leur place, toutes ces révolutions !"


    ***

     

              Qu'à cela ne tienne ! Une nouvelle fois, force est de constater, comme on a pu le voir avec Zemmour, que le sésame d'un état de grâce dans les médias dominants se décompose comme suit :

    -         condamner sans rémission Dieudonné et Alain Soral même et surtout lorsque personne ne vous le demande ; sorte de nouvelle Loi de Goldwin… tout nous y ramenant...

    -         Occulter la question « sioniste » en France (mondialisme, atlantisme, médias d’une intolérance sans précédent, rupture de notre tradition en matière de politique étrangère ; remise en cause de notre rang sur la scène mondiale, chantage à l'antisémitisme...)… ou bien se ranger ouvertement auprès de ceux qui portent fièrement son drapeau bien haut…

    -         Prendre pour cible la religion musulmane et les Musulmans.

     

                   Aussi, Après Zemmour, Finkielkraut, BHL, Elisabeth Lévy, et plus récemment Edwy Plenel… Michel Onfray, c’est la règle que de rares exceptions qui survivent encore ici et là sur Internet seul, n'ont de cesse de confirmer ; exceptions qu'il nous faudra continuer de soutenir en attendant la chute d'un système de représentation du réel qui n'a aucun souci de la vérité ni de la justice.


    __________________


    Pour prolonger, cliquez : Michel Onfray ici et là

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Michel Onfray, ici et là, et puis ailleurs, et autre part aussi !

     

                Pour tout dire, dans ma série "Penser le monde aujourd'hui avec...(1)" j'avais bien failli inclure Michel Onfray, un temps enthousiaste à son sujet. Et puis le questionnement suivant est venu tempérer mes ardeurs :

              « Onfray ? Attendez ! Mais… cet essayiste apporte quoi à notre compréhension du réel ? A t-il seulement saisi quelque chose d’un questionnement aujourd’hui incontournable : qui fait quoi, à qui, où, comment, pour-quoi et pour le compte de qui ? Pour ne rien dire des voies qu'il nous faudrait explorer pour sortir de ce qui ressemble fort à un coup d’Etat permanent sur la démocratie, la justice et la liberté par des forces qui contrôlent une désintégration systématique et mondiale de l’identité humaine. »

    J'ai cherché, je n'ai pas trouvé.

    Même si Onfray semble sincèrement de gauche, tendance  Mélenchon...

                    - A propos du NPA et du slogan  « En finir avec le capitalisme !» n’avait-il pas manqué de faire le commentaire suivant :  « C’est quoi cette connerie ?! » puisque… cela n’aura échappé à personne… tout comme le Marxiste en tant qu’outil d’analyse, le capitalisme est sans aucun doute l’horizon indépassable d’un système de production capable de tirer profit de tout,  même de la relation entre un mendiant et celui qui lui fait l’aumône, tout en étant capable de faire mourir de soif celui qui apporte l’eau et de faim, celui qui cultive la terre…

    Reste qu'en tant qu’intervenant médiatique, il ne nous donne pas grand chose à nous mettre sous la dent bien en peine qu'il est de projeter un peu de lumière sur un réel qui nous étouffe tout en nous échappant, aussi évanescent que pervers, chaque jour un peu plus liberticide et criminogène.

     

               Essayiste pour une classe moyenne dont le flirt avec ce qu'elle croit être "le monde des idées" aussi famélique et timoré soit-il, trahit sans aucun doute un besoin de supplément d'âme... au sujet d'Onfray, quelle conclusion tirer de son absence de contribution autour des graves questions économiques, sociales et culturelles qui secouent régulièrement la société française ?

    Refus de se salir les mains  avec l’actualité politique et sociale, là où sont tous les pièges,  lieu de tous les dangers pour un intellectuel de service minimum car ne faut-il pas alors nommer les choses et les gens ?

    Comme si cela représenterait à ses yeux un trop grand risque : risque de se tromper, risque de déplaire, risque de révéler un penchant bourgeois-conservateur soucieux avant tout de pérenniser une réussite commerciale qui compte peu d’élus dans l’Edition ?

    Développement personnel, affirmation de soi, thérapeute, gourou pour un peu puisqu’il paraît que « Onfray, ça fait du bien ! »,  publication après publication - deux par an en moyenne depuis 20 ans (2)  -, que faut-il attendre de cet essayiste ? Des conférences sur des "penseurs" qui appartiennent à une histoire de la philosophie dite alternative parce que… délaissée mais qu'il faut bien se résoudre à qualifier d'anecdotique ?

    Lui qui a les oreilles d’un vaste public et la confiance des producteurs (Onfray sait jusqu’où ne pas aller trop loin, quitte à faire du sur-place !) , pourquoi ne  s’attacherait-il pas à sortir de l’oubli et à réhabiliter des intellectuels proches de nous, tel que, entre autres penseurs, Clouscard aujourd'hui oublié, chef de file d'une critique sans concession du libéral-libertaire et autres bobos  qui nous ont conduit,  le PS en tête de cortège, là où nous sommes aujourd’hui ; et même si nous ne sommes pas les seuls en Europe, cela ne nous console de rien.

    Faut dire qu’avec Onfray et sa promotion de l'individualisme, de l’hédonisme et de son post-anarchisme (mais très très post alors ! Voire même… passé !) - anarchisme à la Brassens, entre deux accords de guitare et un cassoulet maison avec les copains dans le bruit et la fureur de vivre pour l’instant qui arrive, passe et revient tous les week-ends mais cette fois-ci avec un gigot d’agneau -, les bourgeois des beaux quartiers peuvent dormir tranquilles et les boutiquiers des rues Montaigne et saint Honoré aussi à l’occasion de la prochaine manifestement de la CGT entre République et Nation,  avec ou sans Mélenchon volontairement exilé à Strasbourg, là où la prochaine révolution ne manquera sans doute pas de nous surprendre tous dans notre sommeil.

    Force est de se rappeler que l’on a connu des Autonomes, eux aussi anarchistes, à la batte de baseball plus volontariste et mieux inspirée.

     

               Certes,  il a fallu à Onfray un peu de courage pour s'attaquer à la personne de Freud même s'il était assuré du soutien du grand public, sachant aussi que le succès commercial de ses livres compenserait largement le déplaisir et l’agacement d’une clique parisienne capable à tout moment de vous couper les ailes et de vous faire trébucher. Leurs sanctions : bannissement des médias et campagne de calomnie.

    Faut dire qu'Onfray n'a jamais pour autant condamné la psychanalyse en soi mais ses larbins, à genoux... idolâtres serviles devant la statue du commandeur Freud, Onfray privilégiant une alliance de la psychanalyse et du marxisme ; une psychanalyse de gauche donc qui déclarerait tous ses revenus et qui paierait tous ses impôts ; une psychanalyse citoyenne et non une psychanalyse parasitaire de hyènes et de sangsues fraudeurs du fisc selon le principe suivant : Rien dans la tronche, tout dans les poches... pleines !

     

                    Déboulonner les certitudes et les statues !

    Nul doute, cette charge contre Freud (et plus tard contre Lacan et son obscurantisme qui frôle le plus souvent l’escroquerie) était salutaire ! Et sur Sartre aussi, le roi de l’omelette et des œufs qui faut bien se résoudre à casser, au profit d’un Camus soucieux d’éthique, des fins et des moyens (après tout, il n’y a pas de raison que ce soit toujours les mêmes qui trinquent : Marx, Lénine… les communistes et l’extrême gauche)...

    Mais que penser de cet acharnement, ouvrage après ouvrage, sur un Christianisme pourtant moribond, sans plus d’influence que des représentants parfois dignes s’essoufflent à tenter de faire encore un peu exister car, enfin on ne tire pas sur une ambulance ! Sans doute Onfray s’est-il  trompé de siècle en s’acharnant sur le maillon le plus faible de la chaîne mondiale du décervelage et de l'abêtissement ; chaîne formée par nos princes de l’audimat, les maillons forts, aux compagnons de cordée à l’ascension arrogante parce que triomphante, au sommet de leur art de basse besogne.

    Quant à son mentor et Maître Nietzsche , là encore, aucun risque, Nietzsche faisant quasi l’unanimité à droite comme à gauche puisque tout le monde peut y trouver son compte, Nietzsche rendant bien des services, un peu comme les restos du cœur et l’armée du salut.

    D’aucuns vous avoueront en privé qu'ils ont un peu de mal avec Onfray depuis son : "Les services secrets doivent s'occuper de Dieudonné !". C'était à l'occasion des élections européennes, alors que Dieudonné se présentait sur une liste anti-sioniste. Ce jour-là, Onfray s’est révélé être un libertaire et un gauchiste d'un nouveau type : du type petit flic, mou des genoux, adepte de l'assassinat politique d'Etat. A croire qu’il avait besoin de donner des gages de bonne conduite après ses récentes prises de positions sur le sort injuste et cruel qui est fait aux Palestiniens ; quoiqu'il en soit, la réaction excessive d’Onfray ressemble fort à de la panique : pas de nerfs Onfray, aucun sang froid ! Si ça barde un jour, faudra donc pas compter sur lui. On est prévenus. Faudra pas dire qu’on ne savait pas.

    Reste à espérer depuis la cabale lancée contre lui à propos de son ouvrage sur Freud et plus tard dans son soutien à Jean Soler et son « Qui est dieu ?»  qu'Onfray en sortira plus avisé, un peu plus mûr,  un peu plus profond aussi, plus large, avec plus de hauteur.

    Révolution géométrique pour Onfray : celle des volumes et des espaces.

     

    *** 

     

             Animateur d’une Université dite populaire qui, si elle ne lui coûte rien sinon un peu de temps,  lui rapporte surtout des lecteurs (développement et fidélisation de la clientèle), Onfray est un des essayistes les plus prospères de l’édition, un des plus gros vendeurs de livres : sur 20 ans, des tirages entre 40 000 et 200 000 exemplaires), et ce bien que la diffusion sur France Culture, année après année, des conférences de cette Université Populaire (succédané d’une université du 3e âge ou de pré-retraités déjà en vogue dans les années 70 : moyenne d'âge : 60 ans) conduites par le Maître en personne, grand oral et cours magistral devant une audience silencieuse, sans doute à la fois médusée et comme hypnotisée, tourne vite à l'ennui car il y a bien quelque chose de routinier mais d'authentique... authentiquement creux au royaume d'Onfray, quelque chose comme un manque, presqu'un vide mais... plein, à ras-bord.

    Faut-il y voir là une vocation contrariée de chef de cuisine qui ne change pas une recette qui a fait ses preuves et porté ses fruits ?

     

               Avec Ruquier et ses acolytes on dit que le service public est à fond côté impertinence (… Peut pas faire plus ni mieux !), et ailleurs, dans le privé, c’est le néant de la bien-pensance qui ne pense plus rien sinon ce que tout le monde pense, ou bien alors, la désinformation pour omission. Jamais nous n’avons eu à notre disposition autant de canaux de diffusion et aussi peu de liberté et d’audace, Internet demeurant, bon an mal an, le dernier espace de liberté même si la censure pourra toujours frapper les plus "téméraires" d'entre nous... comme ces milliers d'auteurs et de bloggeurs, dont les comptes sur les plateformes d'hébergement sont clôturés sans préavis ni explications par des responsables éditoriaux lâches et veules (on m'affirme que certains d'entre eux changent de pantalon plusieurs fois par jour), et par des « modérateurs » (ainsi appelés) véritables commissaires politique ; et pour finir... par des petits chefs et caporaux bornés et incultes.

    Difficile alors de ne pas penser au fait qu’Onfray doit tout à ce système médiatique-là et à ses animateurs et producteurs qui choisissent régulièrement de l’inviter. Et quand on sait ce que ce système est aujourd’hui capable de laisser dire et de laisser entendre...

     

                Aussi… au fil de notre réflexion, il devient tentant non pas d’opposer Onfray à BHL (3) mais… telles deux faces d’une même pièce car si tout les sépare, tout les réunit, de définir un Onfray de gauche, casanier aux origines prolétaires, vivant en province (Argentan dans l'Orne)… pendant d’un BHL de droite, parisien, globetrotteur et millionnaire car, pour l'heure, pour nombre d'entre nous, si Michel Onfray semble avoir trouvé des solutions pour lui-même... et s'il est aussi présent ici et là, et parfois ailleurs, et autre part aussi, n'est-il pas surtout et plus simplement... introuvable là où on attend ceux qui marquent définitivement de leur empreinte leur temps et leur époque, et par la même occasion, leurs contemporains et leurs consciences assoiffées de sens, et ce pour les siècles des siècles...................................................................

                 Amen.

     _________________

     

    1 - Dans cette série, on y trouvera Rousseau, Morin, Soral, Steiner, Dieudonné, Chevènement, Kémi Séba, Chouard, Chomsky, Bartleby, Clouscard, Paul Ariès, Michéa, Pierre Carles, Emma Bovary, Piero San Giorgio, Atzmon, Guy Debord, Irène Frachon, Georg Lukács, Jules Romains...

     

    2 - Ceux qui n'ont peut-être pas idée, en auraient-ils dix par jour ?

     

    3 - BHL, pour ceux qui ne le savent toujours pas (et il y en a !),  est un intervenant médiatique qui se situe à droite de l’échiquier politique car il est bien du côté de ceux qui cognent, et qui plus est...  sur les plus faibles sans aucun souci de justice et d'humanité.

     

     

    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem 0 commentaire
  • Onfray, Soler, Corcuff, Uleski et l'antisémitisme

     

                   Sur l’affaire Soler-Onfray initiée par quelques représentants de la communauté juive et leurs relais dans les médias, sans oublier les idiots utiles à qui on n'avait rien demandé, ainsi qu’à propos du billet de Daniel Salvatore Schiffer  sur Onfray victime d’une cabale sur le thème de l’antisémitisme suite à son soutien de l'ouvrage de Jean Soler « Qui est dieu ?» (ouvrage qui traite des trois religions monothéistes)...

    J’ai proposé le commentaire suivant :

     

                Dans l’ouvrage de Soler sur les religions monothéistes, il semblerait que notre auteur en ait traitées « Une de trop » dans le sens où – et cela n’aura échappé à personne -, seule la religion juive s’est opposée à cet ouvrage et aux commentaires et soutien de Michel Onfray, brisant ainsi le pacte républicain qui veut , entre autres, que la tolérance soit de mise en matière de critique religieuse ; on peut, on doit critiquer les religions ; aucune d’elle n’est au-dessus d’une critique aussi virulente soit-elle, et plus encore, et en priorité, celle qui refuserait toute introspection extérieure, disqualifiée par avance parce que… venant d’un étranger. On ne peut être juge et partie. Tout comme le Christianisme sur lequel nous gardons tous un œil vigilant, le Judaïsme et l’Islam doivent se soumettre à cet impératif républicain sans exercer un chantage quel qu’il soit : antisémitisme, judéophobie,islamophobie. Or, dans cette affaire, aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est bien le Judaïsme qui fait la forte tête et qui refuse de plier.

    Faut-il rappeler ici ce qui suit : personne, aucun individu, aucun clan, aucune secte, aucune communauté, aucun Etat, aucune Nation ne doivent être à l'abri de la critique (1). L'être humain doit être maintenu sous le feu, "sur le billot et sous la hache" de la critique. Dans le cas contraire, on engendre des monstres, des imbéciles et des salauds.

    Aussi, toutes les religions devraient accueillir (dans le sens de... accepter) cette critique comme un droit et un devoir, reconnaissantes que l'on puisse tenter de les "sauver" malgré elles puisque toute critique sauve l'autre... toujours ! En revanche, l'absence de critique le condamne à l'enfermement et à la dégénérescence morale et intellectuelle.

    Quant à cette affirmation : "Le Judaïsme n'est pas seulement une religion, c'est une histoire, une culture, comme d'ailleurs le Christianisme ou l'Islam""

    En rupture avec le Pacte républicain, cette affirmation est l'antithèse même de la laïcité ; elle n'a qu'une conséquence : assimiler toute critique d'une religion à du racisme ou de l'antisémitisme. Ce qui est inacceptable.

     

                Dans les faits, la seule question que soulève cette vendetta contre Onfray est la suivante : pourquoi faut-il qu’Onfray soit antisémite aux yeux de ceux qui lui reprochent de soutenir l’ouvrage de Soler ? Ainsi que cette autre question : que nous révèlent cette vendetta et cette nécessité d’un Onfray antisémite, et sans doute aussi… d’un Soler ?

    Qu'à cela ne tienne...

    Que Michel Onfray goûte un peu à la calomnie, à la mauvaise foi des uns et des autres, aux procès d’intention aux intentions délibérées de lui nuire ! Qu’il tâte un peu de la condition du bouc-émissaire…  lui qui fut si prompt à condamner Dieudonné sans connaître « le dossier »…

    Sans doute en sortira-t-il un peu plus mature, un peu plus mûr, plus profond avec plus d’épaisseur et plus de hauteur aussi… loin du confort de conférences qui traitent le plus souvent d’une histoire de la philosophie qu’il faut bien se résoudre à qualifier d’anecdotique, bien en peine qu’elle est de projeter un peu de lumière consolatrice sur un réel qui nous étouffe au quotidien, tout en nous échappant, aussi évanescent que pervers, chaque jour un peu plus liberticide et criminogène.

    Il est temps qu’Onfray monte d’un cran, qu’il gravisse les quelques marches qui le séparent encore de ceux qui se moquent bien de revêtir les habits de celui qui, bon an mal an, s’arrange toujours pour occuper le beau rôle… un Onfray de gauche (2) aux origines prolétaires, casanier vivant en province… pendant d’un BHL de droite, parisien, globetrotteur et millionnaire.

    Finalement, Onfray était encore un peu puceau ; son ouvrage sur Freud lui a certes valu quelques agressions verbales et écrites… mais rien de physique et qui touche à l’âme, lui-même, se contentant, en ce qui concerne le réel, de l’effleurer, alors qu’aujourd’hui, ce qu’il faut sans aucun doute… c’est le prendre à bras le corps ce réel et sa représentation par des prestidigitateurs intéressés, juges et parties, hypocrites et méprisants.

     

     

    1- Dans cet ouvrage, Soler tente manifestement de sauver les trois religions monothéistes même si chacun d'entre nous est en droit de penser qu'il n'y a là rien qui puisse être sauvé ; quant aux "Clergés" ou Institutions religieuses et leurs pratiquants... ils ont, semble-t-il, tellement de raisons aussi bonnes que mauvaises "de croire" et "d'y croire" que personne ne les en détournera. Aussi, il faut nous contenter de garder un oeil sur eux tous parce que... forcément... si Dieu existe... alors là, c'est... comment dire ?... C'est tout simplement ENORME ! Et la République, notre République, peut bien crever en comparaison ! Et si l'on n'y prend pas garde elle (en) crèvera.

     

    2 - BHL, Onfray… deux faces d’une même pièce ? Si on oublie BHL démasqué depuis longtemps, qu’est-ce qu’Onfray depuis 20 ans apporte à notre compréhension du réel, lieu de tous les dangers pour un intellectuel de service minimum ?

     

    __________________

     

     

                  Or, ce commentaire qui est le mien a provoqué de la part d'un dénommé Philippe Corcuff, sociologue, maître de conférences à l'Institut d'Études Politiques de Lyon, chercheur au Centre de recherche sur les liens sociaux (Université Paris Descartes/CNRS), membre du comité scientifique de l'association Attac, et également bloggeur sur Mediapart le commentaire suivant : « "Seule la religion juive" : ici l'essentialisme de la formule flirte avec les penchants antisémites!" 

    Citation appartenant au passage suivant : « … seule la religion juive s’est opposée à cet ouvrage et aux commentaires et soutien de Michel Onfray …»

    Ma réponse n’a pas tardé. Des gens comme Corcuff devrait savoir qu’il ne faut jamais me tenter.

     

    "Cher Monsieur Corcuff,

    De vous, je n'en attendais pas moins. Depuis quelques mois je vous sens... comment dire... debout physiquement, certes ! Car j'imagine que vous vous déplacez encore sur vos deux jambes...  mais... mentalement et socialement, voire professionnellement... je vous sens... couché. Oui c'est ça : couché ! Debout mais... couché, à plat ventre. 

    Et aujourd'hui, vous confirmez.

    Sur médiapart, le doute est arrivé à votre sujet avec votre publication d'un billet sur le 11 septembre, c'était en 2011 ; un billet d'une obséquiosité et d'une complaisance inouïes pour un universitaire (ou pas) dit engagé, dit activiste, dit de gauche, dite extrême. Depuis, de commentaire en commentaire, vous n'avez fait que confirmer. Vous aviez sans doute besoin de vous mettre aux normes et à niveau ; au niveau du moins-disant... côté intelligence, perspicacité et courage.

    Pour faire court, je dirai ceci : pour peu que vous en portiez, vous avez manifestement baissé votre froc. Au moins, serez-vous débarrassé du souci de devoir, chaque matin, choisir un pantalon à porter ; vous pouvez même garder celui qui se trouve à vos chevilles puisque… se baisser pour le remonter serait à la fois trop risqué et représenterait très certainement un effort au-dessus de vos forces à la fois physiques et mentales.

    A votre sujet, il faut donc se faire une raison : c'est à reculons et à quatre pattes, les fesses à l'air que vous poursuivrez votre carrière d'universitaire. C'est maintenant assuré."

     

    ***

     

                      "Seule la religion juive…" : ici l'essentialisme de la formule flirte avec les penchants antisémites!"(3)

     

             Monsieur Corcuff, sournoise et insidieuse, votre remarque est revancharde parce qu'en quatre ans de Club Médiapart, je ne me suis pas privé pour vous critiquer)  ; obséquieuse aussi à l'endroit de Daniel Salvatore Schiffer, l'auteur du billet à l'origine de mon commentaire (obséquiosité propre aux arrivistes impatients : la cinquantaine est là, il faut se bouger le cul, n'est-ce pas ?) ; votre remarque a, semble-t-il, pour racine votre goût plus que prononcé pour la flagornerie (on calomnie les uns dans l’espoir de s’attirer les faveurs des autres, au mieux... leur bienveillance et au pire, leur neutralité) ; flagornerie qui, vous concernant, laisse entrevoir un avenir bien sombre : celui qui vous placera en pleine lumière, sous des projecteurs destinés aux larbins, engagés à gauche certes ! Et parce que… qui peut le plus peut le moins, à son extrême… mais larbins quand même, et surtout !

    A votre sujet, je pense déjà à tous ces colloques dans le vide, à tous ces papiers qu'on veut voir accepter par Le Monde ou Libé ; un bouquin tous les cinq ans ; passer à la télé... pour  entretenir une carrière universitaire d'un universitaire de plus.

     

               Monsieur Corcuff, qu'il soit ici permis de vous rappeler ceci : soit on se décide à œuvrer pour un projet plus grand que soi, soit on se tait, et on prend son fric comme des milliers d'autres.

     

     


    3- La religion juive, tout comme les autres religions, n'a rien d'essentialiste... puisque tous les juifs ne sont pas croyants et ne pratiquent pas cette religion. On l'aura compris, le sujet ici, c'est bien le Judaïsme et non les Juifs.

     

     

    ***

     

                      ""Seule la religion juive" : ici l'essentialisme de la formule flirte avec les penchants antisémites!"

     

                Votre remarque prouve une chose : vous savez qui il faut craindre car, le caractère disproportionné de votre commentaire est un véritable lapsus, et chacun pourra en toute objectivité constater qu'il est venu de chez vous... seul.

    Vous êtes un craintif Monsieur. Aussi, vous ne ferez jamais rien d'important (4) car les faits sont aussi dérangeants que têtus : Onfray a aujourd'hui sur le dos, entre autres : le Crif (Jean Soler et Michel Onfray en guerre contre la Bible), BHL et sa revue (3 articles) et le grand rabbin Haïm Korsia mais pas un seul Musulman, pas un Chrétien à l'horizon pour demander l'excommunication, la peau, la tête (la queue ?) d'Onfray !

     

     

    4 - Il y a "le noir et l'arabe de service", alibis d'une démocratie déliquescente. Il semblerait que les médias aient accordé à Monsieur Corcuff le statut de "gauchiste de service", courtois et propre sur lui, bien évidemment.

     

     

    ***

     

                   "Seule la religion juive…" : ici l'essentialisme de la formule flirte avec les penchants antisémites!"

     

             Petit raisonneur à tort et à travers d'un NPA à 0,2%, l'antisémitisme dans sa définition, son identification et sa dénonciation est manifestement un bien trop gros morceau pour vous Monsieur Corcuff ! Aussi, contentez-vous de mordre uniquement dans ce que vous pouvez mâcher et avaler.

     

             A bon entendeur… voici une vidéo pour vous indiquer tout le chemin qu’il vous reste à parcourir pour saisir quelque chose du réel et nous le faire partager : prise de risque, courage, pertinence, bon sens, intelligence, culture, honnêteté, bonne foi et flair… en un mot : talent. Tout ce qui semble vous faire défaut. 

     


    Alain Soral à propos de Bernard- henri Lévy

     

    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu