Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

peillon

  • Education nationale... idéologie, candeur et complaisance


                  A l'heure où la réforme du collège, pour la rentrée 2016, suscite une levée de boucliers et un appel à la grève le 19 mai de la part d'une large intersyndicale et alors qu'il est bien inutile d'en blâmer  un ministre de l'éducation,Vallaud-Belkacem, qui n'a pas plus ni moins de compétences que ses prédécesseurs et que ses successeurs pour occuper ce poste, et même si elle semble un peu plus gourde que la moyenne, revenons un instant sur ce ministère, celui de l'éducation ; ministère qui regarde les ministres passer et dont la tradition pédagogique et républicaine serait respectable si elle ne signait pas systématiquement l'échec programmé des classes populaires ; celui d'une génération, voire deux, des 25 au 40 ans que l'on a laissés sans orthographe, sans grammaire et sans syntaxe et alors que des milliers de parents savaient cet échec programmé ; d'aucuns eurent recours au retrait de leurs enfants d'un système éducatif qui les condamnait par avance.


    Cette réforme 2016, une de plus ! évoque un "traverser l'eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête" dans un "milieu aquatique profond standardisé" au lieu de parler de "natation" ; "Créer de la vitesse" au lieu de courir ; "Produire des messages à l'oral et à l'écrit" au lieu de faire des exposés et des dissertations...

                Ce ministère ne suscite aujourd'hui plus guère que mépris et colère. Et ce sont l'échafaud et sa lame qui maintenant s'impatientent et hurlent : "Vengeance !"


    ____________________


    par-324685-jpg_204357.JPG

     

    Classement PISA : la France championne des inégalités scolaires

     

                Mauvaise note attribuée par l'OCDE à la France, dans le cadre de son Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA)


    ***


                 Faut-il ici énumérer les politiques sociales, culturelles et économiques qui ont pu conduire en trente ans et plus, des pans entiers de la population française marginalisés à rejeter l'école, les savoirs et la Culture : celles des livres, des auteurs, des sciences, des langues ?...

    Des dizaines de milliers d'ados ou pré-adultes quittent l'Education Nationale chaque année sans maîtriser l'écrit ou la lecture ; 50% des étudiants inscrits à la Fac abandonnent leurs études dès la fin de leur première année.

    D'aucuns seraient tentés de croire que l'Education Nationale est principalement occupée à gérer un échec de masse, sans oublier la gestion des carrières des pédophiles qu'il faut muter de temps à autre, ici et là, quand vraiment, ça sent le roussi parce que la presse locale, alertée par des parents dégoûtés et en colère, s'en mêle...

    Occupée aussi cette institution à préparer les nouveaux outils et les méthodes pédagogiques qui, nul doute, plomberont l'avenir des gosses des classes populaires - et plus particulièrement ceux de l'immigration -, au grand désespoir de leurs parents, impuissants face à cette montagne qu'est devenue l'accès à une réussite scolaire digne de ce nom...

    Et si l'on en croit les témoignages : institution dont la vocation consiste aussi à broyer les enseignants qui tenteraient de se révolter...

    Et n'oublions pas leurs représentants syndicaux (1), bedonnants (même les femmes !), à force de déjeuners bien arrosés, avant d'aller négocier sur le dos des gosses... qui... une heure en plus, qui... une heure en moins, qui... une augmentation... enfin bref, tout ce que vous voudrez, sauf  les conditions d'une prochaine réussite scolaire des classes populaires.

    Il est vrai que l'on nomme depuis quarante ans des ministres de l'Education de gauche comme de droite qui confient leurs enfants aux meilleurs lycées, et aussi et surtout, aux écoles privées (2), tellement la confiance y règne et les résultats y sont encourageants... dans ces établissements publics...

    Quant aux enseignants : aussi préparés à affronter une réalité sociale dont aucun mur ne pourra les protéger que leurs élèves le sont à recevoir un enseignement qui les ignore puisqu'ils ne sont pas supposés s'y épanouir ou y triompher dans et avec cet enseignement...

    D'autres enseignants et d'autres établissements y pourvoient, ailleurs.

    Voyez donc ! Seulement 12% de la population possèdent un diplôme d'enseignement supérieur (un des taux les plus faibles des pays occidentaux, sinon... le plus faible).

    La caste des diplômés n'a pas de souci à se faire et les enseignants non plus puisque ce sont majoritairement leurs chers progénitures qui obtiennent ces diplômes ; enseignants qui, à propos de leurs élèves, n'hésitent pas à nous parler d'enfants coupables de tous les maux - racisme anti-français et antisémitisme -, et d'ados porteurs de tous les germes de la délinquance et du crime…

    Comment peut-on faire preuve d'un tel manque de discernement, alors qu'à l'endroit de leurs propres enfants, ces mêmes enseignants sont capables de toutes les mansuétudes, de toutes les complaisances, voire de toutes les lâchetés ?

    Faudra-t-il un jour parler de la haine des profs face à leurs élèves auprès desquels ils auront épuisé toute capacité de pardon et de compréhension, en vertu d'une nouvelle loi (peut-être pas si nouvelle que ça !) selon laquelle : quiconque empêche un enseignant de faire son métier n'aura qu'un devoir et qu'un droit : s'effacer et disparaître.

    Confrontées à un environnement difficile, souvent violent, les enseignants auraient-ils sombré, à l'instar de leurs élèves, dans le fatalisme, le désintérêt, le mépris, le défaitisme et la colère ? Mais à une différence près - et elle est de taille -, car, si ces enseignants sont face à des enfants ou des ados parfois totalement démotivés, en revanche, leurs élèves ont bien pour référents des adultes éduqués et instruits, des adultes capables de discernement et de sang froid, quand bien même ils l'auraient oublié depuis qu'à Noël, ils se font offrir, tous ces adultes enseignants ou pas, les mêmes cadeaux que leurs progénitures, à savoir : jeux vidéo et consoles.

     

    ***

     

                   Aujourd'hui, il y a urgence : ce sont les causes qu'il faut aller chercher, exposer et attaquer ; et une fois qu'on les a saisies, la mâchoire serrée, tel un chien, ne pas les lâcher !

    ____________________

     

    1 - " ...vaste mouvement de grève pour dénoncer la CASSE ORGANISEE des conditions d'enseignement... " C’était en février 2012 - le public et le privé défilent bras dessus, bras dessous…

    Cette casse n'aurait jamais eu lieu sans le concours, le soutien, le développement  et l'accompagnement du secteur privé trop content d'y participer ; secteur privé qui, si l’on en croit les informations recueillies auprès des parents, profite d’une demande bien supérieure à l'offre pour pratiquer au lycée, la sélection à l'entrée et le renvoi, même après des années de scolarité dans leurs établissements,  vers le secteur public et ses filières BAC PRO -, de nombre de lycéens, et ce afin de préserver un taux record de réussite au BAC général, S et L.

    Que penser alors de cette union du public avec le privé… de cette Gauche qui s’en va coucher avec la Droite ?

    De cette Gauche-là, celle de l’Education nationale, Gauche de toutes les trahisons au nom d'un Grand Soir toujours remis à plus tard, il n’y a décidément plus rien à sauver.

     

    2 - Enseignement privé subventionné à la hauteur de 500 milliards depuis 50 ans, complice d’une politique de l’abandon d’un enseignement public performant pour tous ; politique dont les syndicats de l’enseignement public (minoritaires de surcroît chez les enseignants !) peuvent être tenus responsables car, faute de pouvoir réformer ce système d'enseignement, l’Etat depuis trente ans a dû se résigner à financer un secteur privé destiné à offrir à des millions de familles écoeurées une porte de sortie hors d’un système qui n’a, excepté pour les enfants des profs, qu’échec et relégation à proposer aux classes populaires qui représentent 60% des effectifs ; système figé, irresponsable  car idéologisé jusqu’à l’absurde et le sacrifice de l'avenir de millions d’enfants, toujours les mêmes, génération après génération.


    Deux réactions d'enseignants suite à la publication de ce billet de blog sur Médiapart en 2013 :

     

    "....nous plaçons nos valeurs ailleurs que dans le fric et la consommation. La culture, les idées, les amis........ c'est peut être une des clés de la réussite de nos enfants."

    "Si tous les enfants des classes populaires réussissaient, ce serait bien embêtant parce que logiquement il ne devrait plus exister de classes populaires..."

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Pédophilie : Ecole, Eglise, Réseaux divers et le PS... circulez ! Y a rien à voir !

     

                

                 Contexte, Histoire et environnement : certitudes et perfidies... courage et lâcheté... idéologie et candeur complaisante - apôtres et démons - enfer et paradis.

     

    ________________

     


                 "Tous à poil", "Théorie du genre"… ou bien... "Etudes sur le genre"… belle confusion... savamment entretenue à l'occasion du programme pilote ABCD de l'égalité !

     

    Qu'à cela ne tienne... honneur à la littérature !

     

     

                  Selon les auteurs de "Tous à poil", ce livre apporte un regard décomplexé sur la nudité ; on peut aussi en faire un "usage pédagogique" ; les enseignants sont libres de son utilité.

     

                 Libres les enseignants ? Libres comme... demander aux enfants de se déshabiller pour mieux faire connaissance, peut-être ?

    Oui ? Non ?


                 Des modifications effectuées sur le site de l'ABCD de l'égalité montrent que le ministère de l'Education nationale n'est pas très à l'aise avec la polémique autour de ce livre et de son projet : c'est ICI.

    Mais des modifications effectuées sur le site de l'ABCD de l'égalité montrent que le ministère de l'Education nationale n'est pas très à l'aise avec la polémique sur le livre Tous à poil
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/tous-a-poil-toilettage-sur-le-site-des-abcd-de-l-egalite_1323974.html#Ke8lyQ0EW112JVtH.99
    Mais des modifications effectuées sur le site de l'ABCD de l'égalité montrent que le ministère de l'Education nationale n'est pas très à l'aise avec la polémique sur le livre Tous à poil
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/tous-a-poil-toilettage-sur-le-site-des-abcd-de-l-egalite_1323974.html#Ke8lyQ0EW112JVtH.99


    Une autre extravagance ?

    La programmation en classe primaire d'un film de Céline Sciamma Tomboy : ce film pour grand public évoque Laure, une fillette de 11 ans qui, à l'occasion d'un changement de domicile, décide de se présenter sous le prénom de Mickaël auprès de ces camarades d'école.

    L'avis des pédopsychiatres au sujet de cette programmation : ICI

     

     

    ***

     


    Najat Vallaud-Belkacem chez BFM :
    Vidéo à la 12e minute

     

                A propos de l'ouvrage "Tous à poil" la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud Belkacem s'exprime en ces termes  :"Ce livre montre aux enfants comment il ne faut pas avoir honte de son corps et que... filles ou garçons...  nous sommes tous des êtres humains..."

     

    Sans blague ! Parce que des enfants de 4 ans en doutent déjà ?

     

             La ministre mettra plusieurs minutes à se décider à répondre à la question : "Vous mettriez ce livre sous le nez de vos propres enfants ?"

     

    ***

     


    Ludovine de la Rochère
    à propos du projet ABCD de l'égalité 

     

                    On remarquera au passage l'assurance, l'arrogance et l'hostilité de la "journaliste" qui accueille Ludovine de la Rochegrave. A aucun moment, cette salariée de France Info au look bobo, désinvolte, couchée sur son micro, semble penser que son invitée puisse avoir une quelconque raison d'être inquiète à propos du projet ABCD de l'égalité

    Attitude symptomatique d'une industrie de l'information verrouillée à double tour.

    Néanmoins... on notera qu'aucune conviction dans le ton ne vient appuyer ce déni de légitimité à l'endroit de son invitée... le travail de cette salariée consistant simplement à balayer d'un revers de main les objections de Ludovine de la Rochegrave, tel un réflexe Pavlovien, devoir accompli... car elle sait ce que sa rédaction attend d'elle face à une "Ludovine de la Rochegrave" ainsi qu'à tout autre adversaire du projet ABCD-égalité.

     

                  Mais alors, qu'est-ce qui peut bien motiver cette salariée sinon le désir de garder son job et de prendre son chèque en fin de moins, invité après invité, un sujet chassant l'autre, semaine après semaine, routinière et détachée... un rien jeanfoutre !

     

    ***

     

    L'éducation sexuelle et l'OMS :


                 Voici un extrait d'un rapport de l'OMS de 2010 : pensé et écrit en Allemagne, ce rapport, intitulé “standard pour l’éducation sexuelle”, n’avait pas fait de remous en France avant sa traduction en 2013. Il y est évoqué le fait que “l’éducation sexuelle (et relationnelle) devrait être obligatoire”, ainsi que "les différents stades d’apprentissage pour chaque tranche d’âge". De plus, ce rapport invite les enfants à pratiquer dès le plus jeune âge “le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce”.

     

                    Mais alors... les équipes éducatives seront-elles invitées à accompagner tous ces petits enfants sur la route de la "masturbation enfantine précoce" ?

    La question est posée.

     


    On trouvera les différents rapports - OMS, Education nationale et ceux commandés par les différents ministères de tutelle... -,  touchant à l'éducation sexuelle - instructions et recommandations : ICI

     

     ***

     

     

    Journal Libération : toute une époque !

     

     

                 Complaisance oblige... déjà en 1977 paraissait dans le journal "Libération" ceci  :

     

    apprenons-l-amour-a-nos-enfants-censored.jpg

     

     


    Et inénarrable Cohn Bendit de s'y vautrer dans cette époque...

    Jeune et insouciant Cohn Bendit ? Ou plus simplement jouisseur opportuniste et insatiable selon le principe suivante  : "Y a pas de mal à se faire du bien" ?

     

     


              Et aujourd'hui encore avec maître Lévy qui déplore le fait que les relations sexuelles entre les enfants et les adultes puissent relever uniquement du code pénal.

     

     

    ***

     

    Pédophilie et Eglise

     

           AVT_Pape-Benoit-XVI_521.jpeg     Niés, ignorés, occultés depuis toujours... bien des années plus tard, Benoît XVI dénonce ICI les innombrables crimes des prêtres pédophiles jusqu'alors protégés, exfiltrés des paroisses lorsque leur situation à tous devient insoutenable... après une  presse locale alertée par des parents dégoûtés et en colère.

    Qu'en est-il aujourd'hui de ce qui a pu être mis en place pour lutter contre ce fléau dans l'Eglise catholique - entre autres églises ?

     

    ***

     

    Pédophilie et Ecole

     


                Il faut savoir que la recherche suivante effectuée sur Google "Pédophilie à l'école la colère des parents" recueille plus de 3 millions de réponses.

     

    Pour complément d'information... on se reportera à cet état des lieux effectué par le journal Libération : Ecole : Le tableau noir de la pédophilie - Affaires étouffées, laxisme administratif... un rapport accablant.

     


    ***

     

     

                Quiconque n'a pas lu ce document intitulé "La pédophilie vue par l' Association Protestante Néerlandaise du planning familiale" ne saura sans doute jamais ce à quoi les apologistes de la pédophilie nous confrontent et le challenge que cela représente que de s'y opposer. Voici un extrait :

     

            "Beaucoup de parents ont du mal à accepter la pédophilie. Il n'y a aucune raison de panique concernant l'amitié d'un pédophile et d'un enfant, même si dans cette relation il est question de rapports sexuels. 

     

    Ayez confiance en votre enfant. Si votre fils, ou votre fille, ressent cette relation comme agréable, ne détruisez pas ce lien. Votre enfant est parfaitement capable de savoir par lui-même ce qu'il aime. Votre enfant ne comprendra pas la destruction d'un tel lien."

     

     

    ***

     

     

    Ici, le journal Le monde nous communique un extrait de l'ouvrage de Frédéric Mitterrand " La mauvaise vie" de la page 293 à la page 307. L'article titre  : "La Mauvaise Vie" de Frédéric Mitterrand : les passages qui dérangent."

     

             Adepte de la prostitution auprès des mineurs, le plus souvent des pays déshérités... hier ministre de la culture, Frédéric Mitterrand anime aujourd'hui sur France Inter sa propre émission JOUR DE FRED du lundi au jeudi à 18h20, décomplexé, enjoué et avenant. 

     

    D'aucuns auraient été tentés de penser que cet ancien ministre aurait pu choisir de se faire oublier... poursuivant alors sans tapage une oeuvre littéraire pour laquelle il semblait avoir quelque disposition... tel un

    Gabriel Matzneff

    Mais non...rien n'y a fait.

    Et puis, qui aurait fortement recommandé à Frédéric Mitterrand cette discrétion ? Une hyper-classe politique et médiatique qui interdit et s'autorise tout ? On peut sincèrement en douter.

     

     

    ***

     

     

              Autre information à propos de la recherche suivante effectuée sur Google "Réseaux pédophiles l'impuissance de la police et de la justice" ; cette recherche recueille près de 400 000 entrées...

     

    Les difficultés que rencontrent (police, juges et journalistes) tous ceux qui enquêtent sur... et tentent de se faire entendre à propos de la pédocriminalité de réseaux... sont innombrables. Les uns renoncent, d'autres, en revanche, ne lâchent rien :

    Jacques Thomet, Marie-Christine Gryson (Psychologue  - expert judiciaire) Serge Garde et son documentaire : Outreau, l'autre vérité

     

    575575-elise-lucet-a-paris-le-29-decembre-620x0-1.jpgElise Lucet, journaliste de France 3, sera la première à révéler l'existence d'un réseau pédophile actif sur  toute la France contrairement à tout ce qui nous est asséné par les médias dominants avec son documentaire « Viols d'enfants : la fin du silence » en 1999

     

    _________________

     

     

                      Dans ce contexte et dans ces conditions...

     

                     A l'heure où, faute de moyens et de déterminationnous ne disposons d’aucune visibilité quant à la pédophilie à l’Ecole, quant aux réseaux pédocriminels - enlèvement, vente, exploitation sexuelle et assassinat d’une cible privilégiée parmi toutes les autres : les petites filles de 4, 6 et 8 ans…

    A l’heure où des milliers de parents sont dans l’obligation de descendre dans la rue pour obtenir un semblant de justice pour leurs enfants massacrés…  

     

    Qui peut sérieusement commettre la folie de confier la santé mentale et l’intégrité physique des plus fragiles de nos enfants… à une Najat Vallaud-Belkacem qui porte tout juste son âge, ministre béate, accueillant avec un enthousiasme jamais pris en défaut toutes les propositions de réformes sociétales d’un PS sous influence – groupes de pression à forte composante LGBT ; une composante cheval de Troie, infiltrée très certainement par d'autres "minorités sexuelles" aux objectifs inavouables...

     

    Une ministre d’une bonhomie aussi désarmante qu’inquiétante qui cache très certainement une absence totale de conviction, et plus grave encore : l'absence de compréhension des véritables enjeux pour la société dans son ensemble et la protection de ses tout petits en particulier… à l’heure où toutes les complaisances vis-à-vis des déviances dont toutes les mafias du monde savent tirer un profit colossal…ne cessent de nous scandaliser...

     

    Quant à ce Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale - un de plus ! - pour le temps qu’il lui sera donné de le rester après y être passé après tant d’autres, tous oubliés aujourd’hui ; ministres qui ont surtout brillé par leurs capacités à pousser soit les enseignants, soit les lycéens, soit les parents, ou bien un moitié de la France dans la rue… ministres aux outils pédagogiques qui condamnent à l’échec année après année toujours les mêmes catégories : les enfants des classes populaires...

     

    Un Peillon idéologue pour lequel - on serait tentés de le penser -, les enfants sont des souris de laboratoires ! Mais... ceux des autres de préférence… appartenant, comme un fait exprès, aux classes populaires (le PS sait protéger son électorat et faire payer très cher ceux qui se sont détournés de lui) ; les leurs demeurant bien à l’abri dans des cours privés de récréation élitaire et élitiste au sein d'un foyer qui sait chaque matin hisser les couleurs d'un héritage et communautaire et de classe.

     

                    Peillon, Najat Vallaud-Belkacem donc et autres gourdes et cruches, têtes éventés et cerveaux blessés... tous sans exception ont les attributs de ceux qui, tout au long de l’histoire, ont pavé l’enfer d’intentions irresponsables.

     

                  Qu'il soit permis de rappeler ici que la pédophilie ne renonce jamais… elle est patiente et déterminée ; elle est une, elle est plurielle ; elle est capable d’innombrables stratégies de contournement ; ministères, administrations, associations, médias… elle ne s’interdit aucun territoire ; la pédophilie a autant de visages qu’il y a de lois, de freins, de barrières… mais au moindre renoncement, au moindre relâchement, sachez-le : elle s’engouffre dans la brèche, impitoyable et vorace ! Elle ne se fixe qu'une priorité : approcher les enfants et légitimer d’une manière ou d’une autre… une pulsion sexuelle irrépressible à leur endroit et un passage à l’acte qui jamais ne se reconnaîtra pour ce qu’il est : une inversion de toutes les valeurs humaines dans la jungle d'une perversion sans conscience et d’un égoïsme criminel.

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Peillon ou la République de la matraque

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Vincent Peillon ou la République de la menace et de la matraque

     

     

             A l’heure où six sondés sur dix pensent que Vincent Peillon est "un mauvais ministre de l'Education nationale" – sondage BVA pour "Le Parisien"…

     

    Nul doute, il existe bien dans notre République un groupe d’activistes intolérants et dogmatiques qui se drapent dans un républicanisme fruit d’une idéologie qui, dans les faits, ne vous laissera pas un mètre cube d’air pour respirer si d’aventure vous souhaitez vous en écarter ! Et les injonctions "toute républicaine ?" dans sa brutalité, celle de la menace et de la matraque, une fois de plus, une fois de trop (après la tentative d’imposer une réforme des rythmes scolaires), d’un Vincent Peillon ministre de l’éducation à l’endroit de familles inquiètes quant à la nature du programme pilote « ABCD égalité» nous le prouvent une fois encore…

     

    Brutalité qui doit très certainement cacher, ailleurs, un laxisme inavouable et une vie de « double standard »  car, comme chacun sait, les tartuffes sont légion en politique : plus ils hurlent fort, plus ils tentent de couvrir une réalité dérangeante au possible. Et rien ne les arrête : on pensera à Cahuzac plaidant son innocence droit dans les yeux d’une Assemblée nationale qui n’a pas osé pouffer de rire car, tous se connaissent et se reconnaissent.

     

                   Cette présidence de François Hollande a manifestement besoin de provoquer les couches conservatrices de la société française et tous ceux qui seraient susceptibles de remettre en cause son agenda politique, pour mieux faire passer des mesures soit liberticides soit anti-sociales ; Dieudonné, l’IVG, la théorie du genre, le mariage pour tous etc... le PS n'a pas son pareil quand il est question de masquer les véritables enjeux, et ce depuis 1983 ; un PS au sommet de son art : celui de la diversion (souvenez-vous SOS racisme pour instrumentaliser le FN et diviser la droite au détriment d’un vivre-ensemble fraternel) pour mieux nous faire oublier et continuer de nous dissimuler tous ses revirements et ses trahisons à propos de la question sociale : salaires, emploi, l’Europe et la mondialisation, le traité transatlantique ; et la morale en politique : la main mise sur les richesses et les gouvernements africains, le soutien à Israël, Etat qui n’a plus rien à envier à l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid… ainsi qu'une guerre contre la liberté d’information et d’expression.

     

    Sans doute le PS compte-t-il  nous refaire le coup du péril "fasciste". Ici, sur le Nouvelobs, déjà…. pas un article sur un sujet de société qui ne mentionne le terme de "fasciste" contre des opposants.



                   Le PS devrait pourtant savoir que l'on peut tromper les gens une fois, deux fois mais certainement pas tout le temps !

     

    ***

     

    peillon dictée .jpg

     

               "Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a démenti mardi que la théorie du genre soit enseignée à l'école, contrairement à une rumeur propagée chez des parents d'élèves.

    Cette rumeur a coïncidé avec le lancement d'une expérimentation à la rentrée dans 10 académies pour corriger les inégalités entre les sexes dès le plus jeune âge : un programme pilote qui répond au nom de ABCD -égalité."

     

     

                     Théorie du genre… études sur le genre… encore une confusion savamment entretenue par le PS et ses supplétifs  à l'occasion de ce programme pilote ABCD - égalité afin de brouiller les cartes et les enjeux ! Et puis surtout… continuer de faire diversion.


    Car, si d’aucuns pensent que l’abolition de la différence sexuelle à l’école est bien l’objectif réel qui ressort du dispositif « ABCD de l’égalité » mis en place conjointement par l’Education Nationale et le Ministère du droit des femmes "dirigée" par une gourde Vallaud-Belkacem (l'idiote utile du PS à qui l'on peut vendre n'importe quoi !) : refuser de les entendre est un crime de lèse-société.

     

    Quant à l'égalité homme-femme… si cette égalité tient tant à cœur ce gouvernement, il pourrait commencer par poursuivre toutes les entreprises qui ne se conforment pas aux lois en vigueur... sans omettre de donner les moyens aux conseils de prud'hommes  et aux inspecteurs du travail de traiter dans un délai record toutes les demandes qui émanent de salariées, tout en leur garantissant l'immunité.

     

    80% des emplois à mi-temps et des emplois précaires sont occupés par des femmes. Là aussi, si le PS est véritablement intéressé par la question des inégalités entre les sexes, qu'il mette en place une législation qui puisse remédier à la paupérisation des femmes qui travaillent.

     

    Mais le patronat et les entreprises sont des vaches sacrées, intouchables donc…

    On préfère une campagne de culpabilisation qui tenterait de nous faire croire que nous sommes tous responsables des discriminations à l’endroit des femmes, et ce dès le plus jeune âge...


     La culpabilisation, encore et toujours la culpabilisation !

     

     

                 Jamais comme aujourd'hui, les questions de citoyenneté, de laïcité et de République... n'auront autant servi à diviser et à couvrir des malversations, des manquements et autres abandons de citoyenneté et des conditions de son exercice plein et entier : liberté d'expression à la tête du client, double standard (politique du "deux poids, deux mesures") dans l'application des lois, jugements rendus sans souci d'équilibre, prise d'intérêts et de pouvoir d'une caste qui lamine le bien commun et l'intérêt général, Education nationale à genoux, désertion des urnes des classes populaires, paupérisation de pans entiers de la société... avant d’aller hurler "au loup!" à propos d'un fascisme fantasmé à dessein.

     

    Que reste-t-il alors à tous ces sous-fifres d'une mondialisation qui n'est qu'une guerre contre les salaires et les acquis sociaux, contre les particularismes nationaux, et autre exception culturelle, pour ne rien de dire de nos chances de parvenir à une vraie démocratie...

    Il leur reste la confrontation permanente et la provocation.

     

                 La démocratie n'est plus, et ce n’est sûrement pas un débat à la télé ou à la radio de plus ou une presse entre les mains de la banque et du lobby militaro-industriel et de l’industrie du luxe, ni les élections, qui y changeront quoi que ce soit. Il n'est donc plus question de faire des "choix de société" depuis qu'il n'y a plus d'offre politique, les gouvernements étant prisonniers d'un carcan économique et financier qui ne permet plus aucune rupture ni bifurcation ; véritable muselière que ce carcan qui ne recueille le soutien d'aucune majorité d'Européens.

     

    Les médias eux, ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité qui devra marcher droit : dans le cas contraire, toutes les représailles seront à craindre : ici chômage et menaces physiques ; ailleurs les bombes.

     

    Et c’est bien sur ce quoi repose tout le discrédit de ces médias depuis trente ans ; une barque médiatique qui ressemble étrangement à un bateau fantôme à la dérive, ersatz d’équipage auquel il a été fixé un seul objectif  : malmener et tabasser le réel à coups d'articles aussi indigents que malhonnêtes, et ce afin d'assurer la protection d'intérêts partisans contre le bien commun ; intérêts qui ne souffriront aucune mise en danger.

     

                 Continuer de nous affaiblir psychologiquement afin de nous imposer un monde dont personne ne veut dans la confusion des genres -  justement ! -, telle est encore une fois la stratégie du PS (avec la complicités des Verts), soutenu par un lumpenprolétariat médiatique de France Inter à France culture en passant par RTL (il suffit de penser à un Marc Voinet, à un Hervé Gardette sur FC, à un Patrick Cohen sur France inter… des ploucs et des beaufs qui mangent avec leur serviette nouée autour du cou, une fourchette d'une main et un morceau de pain de l'autre !) ; et d’autres encore pauvrement diplômés au statut précaire... comme si un simple diplôme de journalisme suffisait à contrer une classe politique et économique qui ne recule devant aucun mensonge.

    En face d'eux, et par voie de conséquence, une société civile hautement éduquée et exclue... dans un système qui n'a sans doute plus rien à envier aujourd'hui à l'oeuvre prémonitoire d'un Georges Orwell ; notre langue ne connaît plus qu'une poignée de mot  : "Tous ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous et contre la raison !"


             Oui ! Le fascisme ne passera pas !

     

                                     Mais LE LEUR alors !

     

     ***

     

                      En attendant… rendez-vous aux prochaines élections !

     

     

    ____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Porter la crise au coeur du PS

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu