Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

résistance

  • Le temps de l’Avent

     

     

               Contre le développement insidieux de la culture de la peur qui paralyse et endort nos capacités de résistance ; contre le sommeil - cet état de relâchement…

    Pour ne pas laisser s’endormir notre conscience… tenir ferme…

               Voici l’Espérance… qui a pour centre vital la lutte et la désobéissance… car, plus on lutte plus on espère. Plus on se résigne à subir, plus grand est notre désespoir. Forfaiture de l’âme, pour cette raison, le désespoir est sans doute la plus haute trahison qui soit envers soi-même et notre prochain.

    L’Espérance n’est pas un don : elle se construit. L’Espérance va à l’encontre de la peur et conduit à une liberté intérieure sans précédent, à une écoute authentique des autres et de soi aussi. Elle annonce notre conversion : conversion à la résistance et à la dissidence.

    Faisons-nous disciples d’une seule maîtresse : l’Espérance !

              Joie d'être, joie d'accomplir chaque jour une tâche salutaire ! Verbe fait chair pour rassasier notre soif de justice pour tous les humiliés de la terre, l’Espérance est Action : ouverture enthousiaste au monde.

    L’avènement de cette Espérance est à la fois l’accomplissement de l’aventure humaine et l’achèvement d’une promesse car, il n’est pas dit ni écrit nulle part que nous soyons les esclaves d'une organisation de l'existence d'un cynisme d'une rare violence. Et si ce cynisme-là doit triompher, n'ayons aucune illusion : c'est bien toute notre humanité qui s'effondre.

    Règne de vie et de vérité, l’Espérance est endurance : nous devons avoir en elle une confiance absolue. Elle est le seul joug que nous acceptons de porter. Notre dépendance à la nature vorace et cruelle de ceux qui souhaitent nous dominer ne doit pas nous décourager ; notre Espérance nous rassemble et la pleine délivrance viendra de cette Espérance capable de franchir des montagnes car l’assise de cette Espérance, c’est notre détermination.

    A nous de transmettre des raisons d’espérer, tous ensemble, comme dans une course de relais. Aussi, relayons-nous les uns les autres. 

     

    ***

     

                 Le temps de l’Avent c’est la venue de cette Espérance qui nous enseigne la patience et nous fortifie chaque jour car nous savons que l’Espérance veille sur nous, même dans les heures les plus sombres et dans les prisons des corps et des âmes humiliés.

                  Le travail qui a été commencé ici ne s’arrêtera pas ; il ne connaîtra aucun achèvement ; il se poursuivra ici comme ailleurs avec le soutien de tous, et le mien à l'endroit de tous les autres.

    ___________________________

     

             

     

    Howard Zinn est connu en tant qu’historien et politologue américain, Professeur au département de science politique de l’Université de Boston durant 24 ans. Il a également été un acteur de premier plan du mouvement des droits civiques et du courant pacifiste aux États-Unis.

    Matt Damon a fait ce discours le 31 Janvier 2012 dans le cadre d’un événement appelé "The People Speak, Live !", qui donne la parole aux rebelles, aux dissidents, et aux visionnaires d’hier et d’aujourd’hui.

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Les 70 ans de "l'Affiche Rouge" et les jérémiades de Benoît Rayski



           C'est le 70ème anniversaire de l'exécution par les nazis des 22 résistants, fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérien. Une partie d'entre eux sera pris en exemple sur l’Affiche rouge, une affiche de propagande allemande placardée à Paris au printemps 1944, pendant l’occupation nazie. Elle fut tirée à 15 000 exemplaires.

     

    afficherouge.jpg

     

             Cette affiche est composée en haut d'un texte à la forme interrogative et d'un texte en bas en guise de réponse : au centre... dix photos, dix hommes avec pour légende leur nationalité et pour certains d'entre eux, leur appartenance ethnique ; tous font partie d'un groupe de Résistance appelé " Manouchian ", du nom de leur chef : Missak Manouchian. Ce groupe comprend  des FTP (Francs Tireurs et Partisans) ainsi que des MOI (Main-d'Oeuvre Immigrée).

     

    Les groupes de FTP-MOI furent créés en région parisienne, en même temps que les FTP, en 1941. Ces groupes seront constitués par les membres de la Main-d'œuvre immigrée : des étrangers communistes vivant en France et ne faisant pas partie du PCF.

     

    Les FTP-MOI sont particulièrement connus à travers les épisodes du procès de 23 membres du groupe de Missak Manouchian et de l'Affiche rouge. Le procès se déroulera devant le tribunal militaire allemand réuni à l'hôtel Continental à Paris le 15 février 1944 ; il durera entre deux et quatre jours ; après une délibération de trente-cinq minutes,  le verdict suivant sera rendu :

     

                 - 23 accusés sont condamnés à mort : en l'absence de possibilité d'appel, 22 d'entre eux sont fusillés sans délai, le 21 février, au fort du Mont-Valérien ; l'exécution d'Olga Bancic est suspendue pour supplément d'enquête. Rejugée le 10 mai 1944 à Stuttgart, elle est de nouveau condamnée à mort et immédiatement exécutée par décapitation.

     

                - 1 accusé, Migratrice, est transféré devant une juridiction française.

     

     

    ***

     


    "l'Affiche Rouge" à l’école...

     

             Or, à propos des 70 ans de cette Affiche Rouge... Benoit Rayski historien, écrivain et journaliste nous rapporte ceci : « Etant l'auteur d'un livre sur le sujet  (l’Affiche rouge), j'étais invité pour en parler devant des élèves d'un lycée professionnel de Mantes-la-Jolie. Avant que je n'entre dans la classe, la prof m'a pris à part. "Je pense que ce serait mieux si vous vous absteniez de dire qu'ils étaient juifs. Vous pourriez vous contenter de dire qu'ils étaient immigrés et étrangers. Vous comprenez, avec la Palestine et tout ça…". J'ai tout de suite compris. Et avant qu'elle me suggère de dire que les combattants de la FTP-MOI étaient, comme ses élèves, "issus de la diversité", j'ai tourné les talons."

     

    Il a tourné les talons : c’est la politique de l’assiette vide : on vous convie autour d’une table, on vous promet un repas historique stimulant  pour … in fine, vous  affamer et vous laisser sur votre soif : soif d’héroïsme, soif de courage… soif de sacrifice, soif de figures tutélaires, soif  d’Histoire peut-être aussi… à un âge où l'on regarde encore vers le haut à la recherche de quelque chose de plus grand que soi : l’adolescence. Car, ce n’est que plus tard, bien plus tard, que l’on baisse la tête, les yeux mi- clos, intéressé que par soi, soi et sa tribu seuls, soi et son petit confort, peinard et sans histoires.

     

    Il a tourné les talons. Monsieur Ravski, adulte, écrivain, historien et journaliste… (son cas s’aggrave !) n’a donc pas d’excuse.

     

             Ce qu’on doit déplorer  dans cette affaire qui n’en est pas une, et n’en sera aucune, c’est à espérer du moins, c’est que Monsieur Ravski ait été dans l’incapacité de communiquer autour de cette "Affiche" sans avoir à décliner pour autant le pedigree ethnique d’une partie des  fusillés : une Affiche qui, soit dit en passant, mentionne dix fusillés sur 22, sélectionnés à dessein avec pour légende… justement, leur appartenance ethnique.

     

    L’engagement de ces patriotes qui n’avaient pas la nationalité française  (ils étaient espagnols, polonais, « arméniens », hongrois, roumains, italiens) ne suffit-il pas largement à expliquer et à justifier une intervention en milieu scolaire dans le cadre de l’enseignement de cette période historique : celle de la seconde guerre mondiale et de la résistance à l’occupation de la France ?

     

    Monsieur Ravski a tourné les talons car une enseignante qui est sans doute plus près de l'idée que l'on se fait de la République que quiconque... de par son engagement au quotidien auprès d'une population difficile - sacrifice qui ne vous vaudra aucune remise de médaille ni aucune reconnaissance des cercles parisiens jeanfoutres et donneurs de leçons  ... une enseignante donc lui a déconseillé de dire au monde entier… à quel point une partie des 22 fusillés « morts pour la liberté et la France » était juive ; et par voie de conséquence, à quel point il l’est aussi… juif Monsieur Ravski, juif et avec eux de toute éternité !

     

                  Parler des autres pour mieux parler de soi... soi, encore soi, toujours soi… on n’en sort pas… jamais ! Soi pour soi… matin, midi et…… soi….r !  Péché d’orgueil ! Encore l’orgueil ! Mal placé au demeurant.

     

              Les intentions de Monsieur Ravski n’étaient donc pas "pures" - ou désintéressées si l'on préfère -, car enfin, en quoi l’appartenance ethnique d’une partie des 22 fusillés nous renseigne sur ce qu’étaient les groupes de FTP-MOI ?

     

    De plus : qui pouvait bien avoir besoin de savoir qu’une partie d’entre eux était juive ?

     

    Et puis enfin, et puis surtout : qui avait besoin de savoir qu’ils étaient bien plus juifs que polonais ou hongrois sinon les nazis, et ce à des fins de propagande antijuive ?

     

    Eh oui, Monsieur Ravski ! C’était à ça qu’il fallait penser avant de tourner les talons ! Car, quitte à mentionner l’appartenance juive d’une partie des fusillés, c’était bien ça qu’il fallait surtout dénoncer à propos de cette affiche, Monsieur Ravski !

     

    Manifestement, votre appartenance ethnique vous a aveuglé ; elle a fait que vous êtes passé à côté de l’essentiel !

     

    Quant à cette enseignante... ses recommandations vous ont, à votre insu, forcé à prendre conscience aussi brutalement que soudainement, et  alors que vous vous teniez sur le seuil de la porte d'une classe de lycée technique de Mantes-la-Jolie, à deux pas de votre auditoire, que vous étiez  sur le point de vous tromper d’histoire : des juifs auraient été fusillés parce qu’ils étaient juifs;  ou bien encore : ils étaient résistants parce que juifs.

     

    Orgueil froissé, c'est alors que vous  avez tourné les talons… dans un acte manqué d’une rare transparence et évidence car, dans le cas contraire, vous auriez fait face… en vous effaçant justement, avec pour seule motivation : apporter à ces lycéens ce dont ils pouvaient avoir besoin (et à ce sujet, leur enseignante a simplement cherché à vous assister dans votre démarche, et non... à vous dépouiller de votre appartenance ethnique) ... et ces ados auraient quitté leur classe grandis et exaltés  parce que vous leur auriez alors compté l’histoire universelle de la résistance à l’oppression et à la barbarie ; résistance qui ne connaît  pas de frontières ni d’apriori défavorables de classe ou d’ethnie… mais, à condition, bien évidemment qu’il soit question de célébrer avant toute autre préoccupation, le sacrifice d’une résistance farouche face à la menace de la mise en esclavage de l’espèce humaine ; et de rien d’autre.

     

                 Sachez une chose, Monsieur Rayski : ceux qui ont de bonnes raisons de craindre le froid parce que... le plus souvent socialement délaissés et méprisés, reconnaissent au premier coup d’œil celui qui, des beaux quartiers, est venu tirer la couverture vers lui, une fois encore, une fois de plus... une fois de trop sans doute.

     

    Pour faire sa leçon comme on fait la classe, il faut en avoir longtemps goûté toute l'amertume : celle de la vérité qu'on se doit à soi-même  aussi cruelle et dérangeante soit-elle : c'est là son premier devoir.

     

              Aussi Monsieur Rayski, merci d'apprendre à recevoir et à connaître avant de prétendre donner à savoir et à comprendre.

     

    On ne sermonne pas les disgraciés ! On retrousse ses manches, et l'on descend  les retrouver dans la fosse aux lions de la pauvreté et de la relégation...  et à la seule force de ses bras, on les tire un par un hors du gouffre, jusqu’à la pleine lumière, là où la force du fort rayonne sans entrave et sans arrière-pensées car, c'est de gladiateurs dont on n'a aujourd'hui besoin ! Pas de fiottes qui gémissent entre deux chroniques et sermons indécents parce que... hors sujet.

    Dans le cas contraire, on n'a qu'un devoir : se taire !

     

     

    ***

     

     

     

         Léo Ferré... sur le poème d'Aragon "l'Affiche rouge" ; un Aragon qui nous parlera à propos des 22 fusillés... de patriotes, de résistants...  de "morts pour la France".

    Il se gardera bien de décliner les nationalités et le pedigree ethnique de ceux qui se sont battus...

    Certes, n'est pas Aragon qui veut.

     

              Allez Monsieur Rayski, encore un effort, vous y êtes presque !

     

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Penser le monde aujourd'hui avec un nouveau Conseil National de la Résistance

                

                        Qui fait quoi, à qui, pour-quoi, où, comment et pour le compte de qui...

                

    _____________________

     

     

      

                (Pour la deuxième étape de son voyage européen en tant que nouveau chef du gouvernement italien, Enrico Letta a tenu une conférence de presse commune avec le président de la République, François Hollande, mercredi 1er mai.)

      

                Mélenchon : « Letta et Hollande, deux ectoplasmes de la même tribu. »

     

               Qui a bien pu penser un seul instant que de tels hommes puissent dans un premier temps endosser les habits de chef d’Etat, dans un second temps, être capables de trancher en faveur de l’intérêt général  - celui des Peuples et des Nations -, avant d’en remontrer qui au MEDEF, qui à la BCE, , au Président de la Commission européenne et à ses commissaires, aux Banques, aux paradis fiscaux, à la corruption, à Wallstreet, à l'ONU, à l’OTAN ?

     

    Qui donc ?

     

    *** 

     

              Penchons-nous un instant sur notre passé – passé riche en enseignements quant au présent -, et plus précisément sur ceux qui, depuis le départ de de Gaulle, ont présidé, ou du moins, on tenté de présider au destin de la France et de l’Europe, d’une pierre deux coups.  

    C’est Pompidou qui ouvre le bal après la démission quasi forcée d'un de Gaulle dépité. Venu de la Banque, Pompidou n’aura pas tardé à y retourner en nous vendant tous à cette même Banque avec la loi Pompidou-Giscard- Rothschild qui empêchera l'Etat de battre monnaie ; loi... véritable bombe à retardement d’un endettement diabolique. Faut dire que… Président ou pas, Pompidou semblait, une fois cette loi votée, le devoir accompli donc, bien plus intéressé par la publication d’une anthologie de la poésie française que par la fonction de chef d’Etat ; quarante ans après, personne ne l'en blâmera : l'homme était condamné par un cancer ;  quant à ses successeurs, ils ne feront guère mieux côté leadership comme on le verra. 

    Lui succédant, Giscard d’Estaing n’aura pas cessé pendant sept ans de chercher dans les penderies de l’Elysée ses habits de Président sans y parvenir ; en lui, on ne voyait que l’effort, vain de surcroît et dans la confusion des genres entre deux petits déjeuners avec ceux qui vident nos poubelles… histoire sans doute de nous faire oublier ce qu’il aurait dû être : un véritable chef d’Etat Président.

    Pour Mitterrand, élu à la fonction suprême après une cinquante années d’une activité politique bien remplie, riche en péripéties de toutes sortes, une fois ses fesses posées dans le fauteuil présidentiel, très vite on se rendit compte qu’il n’y avait plus que lui qui l’intéressait finalement, lui et la postérité.

    Certes, Jacques Chirac qui lui succéda sans enthousiasme aura su provoquer et précipiter des événements dignes d’un Président chef d’Etat… mais pas longtemps, et trop rarement… avant de baisser les bras et de céder la place à un agité qui répond au nom de Sarkozy, arriviste et inculte dans tous ses états excepté celui auquel il est d’usage de mettre une majuscule. 

    Une précision tout de même : caste tuyau de poêle... tous ont servi les uns et les autres  sous les uns, dans et sur les autres...

     

                   Aujourd’hui l’Elysée est occupé par un certain François Hollande qui a tout l' air d’un pharmacien ou d’un notaire de province sans histoire. Un Hollande sans vitalité, Président à la Obama qui sans doute n’aura de cesse pendant cinq ans de rembourser le crédit qui lui a été généreusement accordé ainsi que le bénéfice du doute sans lesquels son élection eut été inenvisageable.

                   Aussi, depuis le départ de de Gaulle, le seul Président chef d’Etat de la cinquième république semble-t-il,  force est de constater que la droite n’a pas cessé de ne pas présider, et quand elle l’a fait, c’était au profit d’aucun d’entre nous car, ce qu’il faut bien comprendre c’est que depuis les années 70, il s’est agi, et aujourd’hui encore il s’agit bien, de deux droites : une première droite (le PS) qui a abandonné son projet socialiste une fois installée à l’Elysée et une autre droite (RPR - UMP) qui a renié son héritage Gaulliste.

     

    ________________

     


    Restaurer la souveraineté abondonnée il y a cinquante ans,

              Un nouveau Conseil National de la Résistance avec pour figures tutélaires : Jeanne d'Arc  (le mystère de la foi et de la résistance), Victor Hugo, Jean Jaurès, Jean Moulin et Charles de Gaulle.

     

     

     

               

                 A l'occasion du 70e anniversaire du Conseil National de la Résistance (CNR) : un meeting organisé par le M'PEP (Mouvement politique d'émancipation populaire M'PEP), en marge de son Université d'Automne, tentera de répondre à la question : un nouveau CNR est-il possible ? Avec : François Asselineau (UPR), Georges Gastaud (PRCF), Jacques Nikonoff (M'PEP), Jacky Omer (Front syndical de classe), Jean-Luc Pujo (Clubs Penser la France).

     

    Georges GASTAUD du PRCF

     

            

    _________________________

     

    CNR  : Le Conseil National de la Résistance était l'organe qui dirigea et coordonna les différents mouvements de la Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats et des membres de partis politiques hostiles au gouvernement de Vichy à partir de mi-1943.

     


               Pour prolonger, cliquez : Penser le monde aujourd'hui avec...

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu