Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

radio france

  • Léa Salamé telle qu'en elle-même


                   Aliza Bin-Noun, "porte-parole officiel en France de la politique d'Israël" répond à Léa Salamé sur France inter

     

     

                    Regardez ce sourire de Léa, écoutez ses questions... voyez comment elle hoche la tête avant même que son invitée ne lui réponde comme si Léa Salamé partageait déjà avec elle la réponse ! Edifiant ce ton précautionneux, révérencieux, mezza voce, et puis ce corps penché en avant comme pour se faire petit, tout petit... un peu comme si, même assise, Léa Salamé se tenait à genoux ; mentalement, c'est sûr !

    Notez : rien à propos de la politique israélienne de colonisation ! Rien à propos des méthodes de maintien de cet ordre colonial sordide : 600 000 colons qui, en toute illégalité, vivent aux dépens, sur le dos, au détriment de milliers de Palestiniens sans défense !

              Nul doute, nous assistons là, une fois encore, à tout ce qui est dénoncé depuis des années par tous ceux qui ne souffrent plus la servilité avec laquelle les journalistes se plient à l'obligation, pour quiconque souhaite prospérer dans la carrière médiatique, de ne jamais mettre en difficulté, entre autres, Israël et ses représentants, CRIF inclus.

    Dont acte.

     

     

              Autre entretien, autre invité, autre attitude : jugez le ton presque menaçant de Léa Salomé à l'égard de J.P Chevènement qui peine à condamner sans équivoque Bachar al-Assad tout en se montrant réticent à l'idée d'un départ de ce dernier auquel Léa Salomé attribue, tout de go, la responsabilité de 250 000 victimes sans douter un seul instant de la véracité de cette information.

    La différence entre le premier entretien et celui-ci ?

    Devinez !

    Dans le premier entretien, l'invitée a le pouvoir de ruiner votre carrière dans les médias en exigeant que l'on y mette fin ; dans le second... déjà bien vieillissant et politiquement isolé, J.P Chevènement n'a que le pouvoir de laisser entendre aux auditeurs de France Inter que son interlocutrice n'est qu'une gourde médiatique, une gourde de plus qui sait ce qu'il faut craindre, de qui et pourquoi ; cce qu'il ne fera pas car chez J. P Chevènement "ça ne se fait pas !"

    Et c'est bien dommage.

     

    ***

     

             Pour revenir au premier entretien, qu'il soit permis ici de révéler ceci : un ami ingénieur du son chez Radio-France m'a affirmé en toute bonne foi que ce matin-là, une odeur irrespirable s'était répandu dans tout l'étage, cage d'ascenseur comprise, au passage de cette porte-parole de l'Etat d'Israël ; odeur inqualifiable m'a-t-il précisé ; pestilentielle a-t-il fini par lâcher ; l'odeur de ceux qui, sur un plan moral, jugent n'avoir aucun compte à rendre à que ce soit depuis que tous baignent dans une culture de l'impunité totale.

    Quant au studio de radio qui a accueillie cette Aliza Bin-Noun, seules deux personnes ont tenus bon confrontés à cette odeur insoutenable, sans doute le temps nécessaire à son passage à l'antenne : Léa Salamé et Patrick Cohen.

    Sachez néanmoins qu'ils ont dû être évacués tout de suite après le départ de leur invitée ; une assistance respiratoire a été requise pour tous les deux par les services médicaux appelés en urgence car, si la déontologie du journalisme a bien été bafouée et mise en danger de mort ce matin-là, en revanche, le pronostic vital des intéressés n'a pas été engagé.

    Comme quoi... le ridicule ne tue plus ; et la lâcheté et la flagornerie, pas davantage.

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez :Pour un journalisme de tous les courages

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Léa Salamé telle qu'en elle-même


                   Aliza Bin-Noun, "porte-parole officiel de la politique d'Israël en France" répond à Léa Salamé sur France inter

     

     

                    Regardez ce sourire de Léa, écoutez ses questions... voyez comment elle hoche la tête avant même que son invitée ne lui réponde comme si Léa Salamé partageait déjà avec elle la réponse ! Edifiant ce ton précautionneux, révérencieux, mezza voce, et puis ce corps penché en avant comme pour se faire petit, tout petit... un peu comme si, même assise, Léa Salamé se tenait à genoux ; mentalement, c'est sûr !

    Notez : rien à propos de la politique israélienne de colonisation ! Rien à propos des méthodes de maintien de cet ordre colonial !

     

              Nul doute, nous assistons là, une fois encore, à tout ce qui est dénoncé depuis des années par tous ceux qui ne souffrent plus la servilité avec laquelle les journalistes se plient à l'obligation, pour quiconque souhaite prospérer dans la carrière médiatique, de ne jamais mettre en difficulté, entre autres, Israël et ses représentants, CRIF inclus.

    Dont acte.

     

    ***

     

             Qu'il soit permis ici de révéler ceci : un ami ingénieur du son chez Radio-France m'a affirmé en toute bonne foi que ce matin-là, une odeur irrespirable s'était répandu dans tout l'étage, cage d'ascenseur comprise, au passage de cette porte-parole ; odeur inqualifiable m'a-t-il précisé. Quant au studio qui l'a accueillie, seules deux personnes ont tenus bon, sans doute le temps nécessaire à son passage à l'antenne : Léa Salamé et Patrick Cohen.

    Sachez néanmoins qu'ils ont dû être évacués tout de suite après le départ de leur invitée ; une assistance respiratoire a été requise pour tous les deux par les services médicaux appelés en urgence car, si la déontologie du journalisme a bien été bafouée et mise en danger de mort ce matin-là, en revanche, le pronostic vital des intéressés n'a pas été engagé.

    Comme quoi... le ridicule ne tue plus ; et la lâcheté et la flagornerie, pas davantage.

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez :Pour un journalisme de tous les courages

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Mathieu Gallet... un bellâtre à la tête de Radio France

    gallet.jpg

     

                 Un jeune blanc-bec de 36 ans dirigera pendant cinq ans Radio France et devra se porter garant d'un pluralisme qui reconnaît et accepte la diversité des opinions et de leurs représentants ; pluralisme qui s'est pourtant fait la belle et la malle depuis une bonne trentaine d'années maintenant, dans le public (comme dans le privé)... faute de détermination et de courage.

     

                 Pour sûr, tous les groupes de pression - politiques, économiques et communautaires -, doivent se réjouir ! Car, ils ne feront qu'une bouchée de ce bellâtre ! Et c'est tout cru qu'ils le mangeront... haché menu... avant même qu'il ait eu le temps de parer la déflagration... explosé en vol... éparpillé façon puzzle.

    Et tous, à cette heure, doivent sabrer le champagne :

     

    "Allez David ! Fais péter la roteuse !

    - Tout de suite chef."

     

    ***

     

                   Sorti tout droit des valises de Frédéric Mitterrand qui n'aime rien tant que la jeunesse... jeune et fringante, actuellement Président de l'INA, ce jeune gringalet succède à Jean-Luc Hees, un patron en apnée, à la tension proche de zéro, et qui était à l'autorité, au charisme et à l'opiniâtreté journalistique ce qu'est un fast-food à notre longue et belle tradition culinaire.

     

               « Nous avons choisi une personnalité jeune, la plus jeune de l'histoire de Radio France  - notre choix est celui du dynamisme et de l'audace et une conscience aiguë des enjeux numérique" - précise le CSA.

     

    En d'autres termes, c'est un hyper-VRP de Google qui a été nommé, et un PDG avec un business plan (se reporter au commentaire ci-dessous).

     

     

                   Mais alors... comment le CSA a-t-il su que nous étions aussi nombreux à ne plus rien attendre de Radio France - entre autres groupes de médias ?

     

    Mystère.

     

     

    _______________________

     

    Commentaire d'un blogueur  :

     


    Le nouveau patron veut trouver de nouvelles ressources. Pour cela, il veut remettre en cause "la culture du tout gratuit". Concrètement, il veut rendre les podcasts payants au bout d'un certain temps -aujourd'hui, ils sont gratuits durant trois ans. Toutefois, son texte n'indique pas au bout de combien de temps, mais dit juste que cette durée sera fixée "en fonction des pratiques du marché".

    http://www.bfmtv.com/economie/exclu-bfm-business-projet-mathieu-gallet-radio-france-721868.html

     

    Ce n'est pas très social, tout cela, ni très socialiste!

    Seuls les riches pourront se cultiver, avec lui.

    Cela me semble aller dans le sens opposé à ce que l'on attend d'un service public, chargé d'élever le niveau culturel et réflexif des Français. Déjà que beaucoup de gens modestes ont souvent du mal à s'intéresser à la culture, alors ce n'est pas en rendant payant l'accès aux podcasts qu'il s'y intéresseront plus, bien au contraire...


    J'ajoute que rendre les podcasts payants aura un effet très négatif pour le rayonnement culturel de la France auprès des étrangers qui apprennent le français et se cultivent sur la culture française par le biais de podcasts. Notamment dans les pays où les gens ont peu d'argent. Et cela concernera également les gens des pays d'Afrique francophone, qui se désintéresseront de plus en plus de la culture française.

    Alors qu'ils pourront télécharger gratuitement des podcasts de radios allemandes ou anglophones, hispanophones, ou lusophones.

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : France Culture à vau-l'eau

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 1 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu