Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

salafistes

  • Dimanche 11 janvier 2015 : il était une fois...

    chef d'etat hollande netanyahu.jpg


                     Ils sont venus, ils sont tous là ! Carré de tête de la manifestation : Cameron, Jean-Claude Juncker, Merkel, Netanyahu, Hollande, le ministre américain de la Justice Eric Holder, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg...

    Grande Bretagne, Allemagne, Otan, USA, Israël, Qatar, Mali... près de 50 chefs d'Etat et de gouvernement, hier dimanche 11 janvier 2015, ont marché en hommage aux victimes des derniers attentats qui ont fait 17 morts (20 avec les assaillants).

    Si on a pu remarquer l'absence de la Russie et de l’Asie, rien ne devait néanmoins nous surprendre car... contrairement à ce qui a pu être proclamé par Hollande et  les médias, Paris n’a pas été "la capitale du monde" ce dimanche-là mais la capitale de ceux qui bombardent, plus surprenant... la capitale de ceux qui sont bombardés (l'inénarrable président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas était présent : dans les cercles autorisés on l'appelle "le baladeur" car il aime les balades ; il aime aussi se faire balader), ainsi que la capitale de ceux qui financent  tous les groupes djihadistes de la planète jusque dans nos banlieues françaises : le Qatar et deux ou trois monarchies du Golfe, elles aussi présentes.

     

     

                    La marche des hypocrites pompiers pyromanes…

                   Tous les valets et autres serviteurs de l’oligarchie nationale, européenne et mondiale principalement occidentale étaient donc présents : fauteurs de guerres, financiers des salafistes et takfiristes ! 

    Ne soyons pas dupes : ils sont tous venus enlacer la France pour mieux l'étouffer sans doute dans la crainte que les événements dramatiques de ces derniers jours ne fassent réfléchir notre pays quant sa politique étrangère de ralliement inconditionnel aux USA, à Israël et aux monarchies du Golfe. 

    L’unanimité du soutien de la France d’Etats responsables du chaos en terre d’Islam pour avoir délibérément ouvert la boîte de pandore d’une religion d’une complexité inouïe, tout en livrant des millions de Musulmans (et autres) maintenant sans Etat, sans frontières, sans police, sans armée, sans protection ni droits à un arbitraire d'une rare cruauté - groupes djihadistes proches de nos alliés du Golfe -, prouve que la France a bel et bien sombré et qu'elle s’est ralliée au pire : à une politique qui a fait la preuve de son échec depuis 20 ans si on exclut toutefois le chaos comme stratégie acceptable dans la conduite des affaires du monde et de sa domination.

                 Mais alors, cette charge, cette pression sur la France annoncent-elles un « Patriot Act » à la française ? 

     

    ***

     

    11 janvier 2015.jpg

     

                 Un rassemblement et une marche historiques : plus de 3,7 millions de Français ont défilé en hommage aux 17 victimes des tueries de la semaine.

                  Marche contre l’intolérance ? Manifestation pour la défense de la liberté d'expression ? Rassemblement apolitique ?

    Il semblerait que les Français ont eu très peur; d'où cette mobilisation.

     

                   Avec cette manifestation historique qui semble rejeter "la politique", ou se situer comme "en-dehors" sinon au-delà, parmi les trois millions et plus de participants à la marche "Je suis Charlie", un grand nombre a sans doute vu dans les événements de ces derniers jours non pas la manifestation d’une cause mais bien plutôt celle d’un effet. Or, la tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo et celle du supermarché de Vincennes auraient pourtant dû provoquer le réveil d'une prise de conscience des causes qui nous y ont menés et par voie de conséquence, à une prise de conscience politique. Aussi, ce qui semble être le rejet de cette conscience-là par toute une population aujourd'hui dépolitisée qui a trouvé à s'exprimer dimanche, annonce, qu'on le veuille ou non, des déceptions sans nombre dans les mois et les années à venir car personne, aucune société, ne peut échapper à la politique ou s'en extraire :

    - Doit-on accepter que la classe politique se laisse tenter par le maintien d'une pression sécuritaire jusqu'à la prochaine élection présidentielle à des fins électoralistes et dans l'espoir d'une prise de contrôle accrue sur notre liberté d'expression et de mouvement jusqu'au coeur dans notre intimité à grand renfort de nouvelles lois liberticides ?

    - Quelles conclusions tirer de notre ralliement à une politique étrangère atlantiste ?

    - Peut-on faire l’économie de nous interroger sur une représentation de l’Islam qui, islamophobie consciente ou inconsciente, semaine après semaine, humilie ses croyants tout en les marginalisant ?

    - La communauté juive de France peut-elle continuer de confier sa représentation à des associations qui ne sont que des officines d’un Etat étranger, Israël en l'occurrence, qui a fait la preuve de son incapacité à bâtir un état moderne, responsable, respectueux des lois internationales et dont la classe politique et les premiers ministres successifs sont devenus les véritables ennemis mortels de cette communauté, ici, sur le sol de notre République ?

    - Doit-on refuser de mettre un terme au dénigrement systématique de la France, de son passé qui désarme des millions de français issus de l’immigration ou de la colonisation et les laisse sans identité enviable autre que celle de la religion ?


    - Peut-on continuer avec la promotion d'un économisme pour lequel il n'y a de vérités qu'économiques... ratios et calculs ?

    - Peut-on nier plus longtemps encore le racisme institutionnel qui a tout recouvert : logement, travail, études, considération citoyenne ?

     

                           Là, c'est la politique qui frappe à la porte. Assourdissant !

     

    ***

     

                 « Vous avez voulu l’homme purement horizontal ; le résultat est qu’on se prend en pleine gueule une pseudo-verticalité caricaturale et meurtrière car il y a des gens qui ne renonceront pas à chercher et à trouver de la valeur dans un monde qui en est cruellement dépourvu.» - Gollum

     

    une femme musulmane attentat paris.jpg

     

                      " Il y a ceux qui se servent du clivage identitaire pour opposer les uns aux autres, et ceux qui se serviront de cette richesse de la différence pour transcender l’individu à travers une cause collective. C’est tout l’enjeu aujourd’hui, sur le plan philosophique, identitaire et économique. Est-ce que notre projet de société est « le chacun pour soi » ou « le chacun pour tous » ? Il faudrait retrouver cet esprit du Conseil national de la Résistance, lorsque après la guerre, la paix est apparue comme quelque chose d’essentiel.

    Aujourd’hui, nous vivons une dislocation sociale, des infarctus territoriaux, la marginalisation de minorités et d'exclus. Les responsables politiques ont le choix entre deux réponses. Soit, flatter la petitesse des comportements en faisant croire que la survie individuelle passera par la destruction de l’autre ou, au contraire, élever les individus et montrer que la société du bien est la société du lien. Mais quand on laisse croire à l’opinion que la solution est dans le rejet de l’autre et dans l’amalgame, la responsabilité est très lourde. Nous avons des intégrismes partout, dans toutes les religions et, aujourd’hui, au contraire, au nom de la laïcité, il faut renforcer le dialogue interculturel, développer dans les systèmes éducatifs, non pas l’ignorance des religions mais la connaissance. Pour être plus heureux il faut développer des liens de solidarité, de proximité, d’échange et de spiritualité." - Jean-Paul-Delevoye - texte dans son intégralité ICI

     
               Au cours de tous ces événements, d'aucuns se sont encore une fois plaints que "les Musulmans" ne se soient pas mobilisés pour crier "Je suis Charlie !"

    Parmi les trois millions et plus de marcheurs, dimanche dernier, les quartiers dits "sensibles" étaient-ils présents ? Nos banlieues reléguées ont-elles marché elles  aussi ?

    Résistance passive, majorité silencieuse… embarras... après tout, que sommes-nous tous ici en droit d'attendre de qui que ce soit ? De plus : de quelle légitimité morale pouvons-nous nous réclamer face à une population qui depuis plus de trois générations affronte une discrimination de tous les instants : patronymes et lieux de résidence stigmatisants, délit de "sale gueule", contrôles policiers incessants avec tutoiement et mépris de rigueur ?

    Que pouvons-nous demander et attendre de tous ceux qui ont été témoins, dès leur enfance, de l'humiliation de leurs parents au guichet de nos administrations, dans les établissements scolaires, face aux autorités de police ?

    Et puis surtout, que penser de l’absente de compassion, une absence revendiquée, institutionnalisée, d’un sang froid total, têtue et assumée, comme une punition divine, d'une intransigeance quasi inhumaine, d'une violence contenue, incommensurable, d'une froideur d'une arrogance sans précédent, celle que confère une impunité totale, absolue ; une indifférence viscérale pour cette population et le sort qui lui est fait par ceux qui, tel un véritable poison, pelures de notre République, n’ont de cesse de la traîner dans la boue tantôt de l’antisémitisme, tantôt de l’intégrisme religieux, tantôt d'une délinquance qui serait congénitale… et auxquels des médias irresponsables qui n'ont, il est vrai, de compte à rendre qu'à leurs patrons, et leurs patrons à leurs actionnaires qui appartiennent à l’oligarchie mondiale de l'armement, de la banque et de l'industrie du luxe, tendent un micro, tous les jours de la semaine, sept jours par semaine, toute l'année durant et ce depuis des années... sans relâche et sans  remords ?

    Les questions sont posées.

     

     ***

     

    je suis charlie.jpg


    Etre ou ne pas être "Charlie"...

     

                   Soyons lucides car le danger contre la liberté d’expression n’est pas à chercher du côté d’un massacre dans les locaux d’un hebdomadaire dit satirique aux caricatures pornographiquement libertaires à propos d'une actualité qui n'en est pas une, ou bien à la marge en ce qui concerne les difficultés que peuvent rencontrer  nos sociétés occidentales ; acharnement qui relève plus d’un souci à caractère obsessionnel que d’un réel désir de s’attaquer à ce qui représente un vrai danger pour notre société : les puissances de l’argent ainsi qu'une organisation de l'existence qui ne recueille l’assentiment que d’un nombre de plus en plus restreint d’individus en Europe ; d’où la chape de plomb des médias qui recouvre toutes les analyses dissidentes.

    Là est le vrai danger pour la liberté d’expression ; et ce danger ira croissant au fur et à mesure de l'avancée d'un mondialisme qui n'est qu'une guerre contre les Peuples, les Nations, les Etats providence, la démocratie représentative qui ne représente déjà plus personne, les droits sociaux, le droit du travail, l'identité de chacun d'entre nous, et nous tous ensemble.

                     Or, ce danger, il s'est affiché sans vergogne, sous notre barbe, dans le cortège qui a regroupé une cinquantaine de chefs d'Etat valets de ce mondialisme-là, et ce en plein Paris, un certain 11 janvier 2015, boulevard Voltaire...

                          Avec une arrogance et une impunité maintenant historiques.

     

     ________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : France, qu'as-tu fait de tes enfants ?

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu