Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

siel

  • Renaud Camus candidat en 2017 pour porter sa théorie du «grand remplacement»

     

    renaud camus, le grand remplacement, serge uleski

     

                Nul doute, l'annonce de la candidature de Renaud Camus créera quelques frictions dans la galaxie Front National  d'autant plus que Renaud Camus est adhérent du SIEL, un petit parti de droite identitaire satellite du FN, une des composantes principales du Rassemblement Bleu Marine (RBM). Son président Karim Ouchikh (?) commente la candidature de Camus comme suit : « Camus cherche à faire comprendre au FN que le phénomène du changement de peuple est un sujet essentiel. Et nous partageons cette conviction. Mais il a comme nous conscience que Marine Le Pen reste la seule candidate crédible et il se retirera. Il s'agit d'une stratégie d'influence pour pondérer la ligne majoritaire du FN».

     

    _____________

     

                   

                   Immigration incontrôlée, abolition des frontières, espace Schengen, « On n’est jamais assez protégé chez soi ! », la théorie selon laquelle un processus de substitution de la population française serait en cours sur le territoire - comprenez : les Musulmans seraient appelés au fil des ans à remplacer le Français de souche européenne -, a son théoricien et porte-drapeau, barbu de surcroît, et ses adeptes rasés de près : aucune nuance, aucun compromis possible, tout ce bon monde refuse l’idée d’une nécessité migratoire même contrôlée et choisie ; non contents de rejeter l’argument démographique, études à l’appui, ils font aussi superbement l’impasse sur cette vérité-ci : il y a fort à parier qu’aucun d’entre eux ne serait disposé à demander à leurs enfants d’oublier les études supérieures pour mieux s’empresser d’embrasser d’une étreinte amoureuse et d’un pas alerte et volontariste, les carrières suivantes : conduire des bus, ramasser les poubelles, récurer les toilettes des touristes des hôtels parisiens, nettoyage de millions de m2 de bureaux chaque matin, la plonge dans les restaurants jusqu'à pas d'heure, alimenter les réseaux de prostitution, « toiletter » les pensionnaires dépendants de nos maisons de retraite et de nos hôpitaux, chauffeur-livreur, balayer les rues, occuper un emploi de nounou chez la petite et grande bourgeoisie de nos centres villes, et enfin : manœuvres dans le bâtiment et les travaux publics en été comme en hiver (1).

    200 000 immigrés, chaque année (Insee ICI), extra-européens pour la moitié d'entre eux, qui sont destinés à occuper ces emplois sans lesquels la France cesserait sans doute de fonctionner.

    Que l’on se rassure : la question n’est pas de savoir si ces emplois sont dégradants mais bien plutôt, si… encore une fois, ces identitaires adeptes de la lutte contre le « grand remplacement » à venir, seront disposés à sacrifier leurs propres enfants en leur refusant des études supérieures avant d’exiger d’eux qu’ils se portent candidats à tous ces emplois, aujourd’hui majoritairement occupés par une population immigrée même si ces identitaires ont la fâcheuse habitude d’oublier de mettre au monde ces fameux chérubins tant prisés, de souche européenne incontestable, car ces identitaires sont plus souvent qu’à leur tour, célibataires et sans enfants – voyez Renaud Camus : 70 ans et sans descendance (2).

                      Aussi, ne cherchez pas plus loin… avec cette lutte contre le "Grand remplacement", il s’agit bel et bien d’une anxiété compensatrice à l’origine de laquelle on trouvera la bonne vieille culpabilité de celui qui n’est pas à la hauteur de ses convictions : il pense une chose ; il en vit une autre faute de courage, de détermination et de cohérence, à charge pour les sans-grades, les petits, les humbles, les trimeurs...  de porter le fardeau d'une conviction vécue par procuration par ces mêmes identitaires alors que toute conviction appelle pourtant quelques sacrifices : et quand on sait que rien de grand ne peut être accompli sans renoncements, il semblerait que ces identitaires tiennent plus à leur confort personnel qu'au confort d'une Nation dont ils nous rebattent pourtant les oreilles et dont l'évocation aussi respectable qu'elle puisse être, pourrait bien être aussi, comme pour le patriotisme, le refuge des crapules.

    Une fois encore, force est de constater qu’au fond, tout au fond, là où tout nous est révélé sur et à soi-même, tout n’est que compensation et diversion : le « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! » de tous ces identitaires, nous promet une société d’un autoritarisme dans lequel les anciens-nouveaux « gueux », en partie... sûrement pas très catholiques eux non plus ! -, auront été désignés pour occuper les emplois laissés vacants, une fois que... on ne sait quels immigrés auront été raccompagnés jusqu'à... on ne sait quelle frontière ; ce que les identitaires nomment "la remigration".

    C'est la vieille politique de la schlague (3). Faut dire qu'avec ces gens-là, l'Allemagne n'est jamais très loin !

    Après les immigrés, les européens récalcitrants donc face à des emplois dont tous avaient oublié l'impérieuse nécessité... dans des entreprises sans syndicats de salariés dignes de ce nom pour bien faire (comme quoi, ces identitaires pensent à tout ! Anti-immigré, anti-syndicaliste...), puis, plus tard, sans aucun doute, les camps car l'Histoire repasse toujours le même plat : le poison d'une vision d'un monde propre sur lui mais tellement dégueulasse à l'intérieur car si l'enfer est pavé de bonnes intentions, cet enfer porte plus souvent encore la marque d'une hargne dévastatrice, tous crocs dehors, là où tout doit pourrir et mourir ; n'oublions jamais que les projets les plus bêtes et les plus fous finissent tous à la porte d'entrée d'un bunker : bidon d'essence et allumettes car rien ne doit survivre ni demeurer ; et sûrement pas la honte.

    En attendant, les sans-formations, les sans-diplômes ou les mal-diplômés et les chômeurs ont du souci à se faire : la nouvelle société numérique avec ses emplois tout aussi numérisés, propres et ludiques... il ne leur faudra pas compter dessus : "Désolés folks !"

    Il y a des politiques de "plein emploi" qui glacent.

     

                   Et c’est alors que le lycée Henri IV ne désemplira pas ; la bourgeoisie, identitaire ou pas, pleinement ou mesurément, n’aura pas à s’inquiéter car elle n’aura pas à sacrifier aucun de ses fils et filles ; les classes populaires veillent au grain contraintes et forcées en assumant le principe d’une réalité têtue qui peut en laisser plus d’un sans illusion.

    Comme quoi, plus ça change, plus… 

     

     

    1 - Contrairement à ce qu'on serait tentés de penser... le fait que ce sont les populations immigrées qui sont affectées aux tâches les plus ingrates n’a rien à voir avec le racisme : il s’agit d’un lumpenprolétariat armée de réserve d’un capitalisme qui a embourgeoisé la classe ouvrière ; ce que Marx n’avait pas prévu, lui qui a su par ailleurs tout prévoir ; cette classe a fini par rêver des rêves de pauvres qui sont ceux que l’on prête aux riches qui, eux, n’ont pas besoin de rêver puisque tout, presque tout, leur est donné et acquis dès la naissance.

    Cette classe ouvrière a donc cessé de rêver à la révolution si tant est qu’elle en ait rêvé ne serait-ce qu'un jour. En revanche, pour la rêver à leur place, les candidats étaient légion parmi la bourgeoisie révolutionnaire.

    2 - Renaud Camus, ce mondain qui est de l’étoffe dont tous les imbéciles de notre histoire politique européenne sont faits. Qu’il soit un penseur d’opérette ne change rien à l’affaire ; il transpire la bavure à des kilomètres. C’est heureux qu’il ne soit pas flic.

    3 - Peine disciplinaire dans les armées allemandes et autrichiennes d'autrefois qui consistait en des coups de baguette que l’on donnait à l’homme puni.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 1 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu