Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

syndicats

  • Guerre des salaires, hausse des profits : une leçon d'Histoire de toujours

     

     

                  De l’analyse encore et toujours ! Toujours plus d’analyse ! Et toujours plus de profondeur de champ (on ne remerciera jamais assez l'agriculture !)...

     

                  Mais alors... que l’analyse soit notre fardeau ! Que l’on croule sous l'analyse ! Que l'on meure épuisés de lucidité ! Que l'on trépasse d’éclaircissement, aveuglés par une lumière létale ! Que l’on succombe d'une over-dose de prise de conscience terrifiante ! 

     

                  Oui ! L’analyse ! Une analyse qui éclaire et nous révèle un monde d’une intelligence foudroyante, et dont seul le Mal est capable. Le Bien, lui, en comparaison, est sans enseignement (penser un instant au Resto du coeur !) car le Bien ne nous apprend et ne nous révèle rien.

     

                  Pour cette raison, que l’on ne cesse jamais de nous parler du Mal ! Et que jamais nous n’en soyons délivrés !

     

                    Ainsi soit-il !

     


    Intervention de Jérôme Fourquet dans l'atelier "La dynamique électorale de Marine Le Pen à l'élection présidentielle de 2012. - Atelier de la Filière 5 - "État des lieux des forces politiques et perspectives" de l'université d'automne 2012 du M'PEP.

     

                   Rien de bien nouveau en ce qui concerne le vote FN. En revanche, nos doutes se confirment à propos du PS : ce parti est aujourd'hui majoritaire parmi les 40 et 60 ans dans tous les centres de nos grandes villes : plus les prix de l'immobilier sont élévés plus on vote PS ! Aussi, le PS est bel et bien le parti de la bourgeoisie ; une nouvelle bourgeoisie chez laquelle les grosses cylindrées ont remplacé les bibliothèques et les écoles de commerce et de management les études littéraires.

     

    ***

     

                L’Histoire ne cessera jamais d'être un élément important et profond de la réflexion. et la dimension sociale - la dimension de classe -, aussi avant l'action politique et la reprise en main d'une nouvelle Histoire : une Histoire pour demain.

     

    HIER

     

                  N'oublions jamais que ce sont les classes dirigeantes, avec l’appui, et pour le compte des banquiers internationaux et de l’Industrie – le capital international -, qui sont à l’origine de tous les mouvements fascistes des années 20 et 30 ; ce qu’on appelle aujourd’hui : l’hyper-classe.

    Quand le consensus n’est plus possible, quand la droite dite républicaine n’a plus d’attrait… il faut une formule à poigne. Les conditions du triomphe du fascisme : c’est le triomphe de la guerre des salaires en période de crise systémique.

    Se passer des syndicats ou bien récompenser les plus compréhensifs d’entre eux... la défaite du monde du salariat n’est possible qu’avec la complicité des syndicats dits « modérés ».

     

                     

    La montée de l'extrême droite (débat qui peut avoir son utilité même si à force de ne s'en prendre qu'aux effets on finit souvent par faire l'aveu de son impuissance face aux causes - ndlr) : JP. Ravaux - A. Corbière - un  exposé admirable de clarté d'Annie Lacroix-Riz à la 42.44.00 et à 1.28.08 

     

     

    AUJOURD’HUI


               La clarté sociale a reculé avec un PS, un parti Verts et des syndicats dédiés à la cause d'une Union euroépenne qui n'est qu'un des nombreux instruments de la mondialisation. La crise systémique est là ; les syndicats compréhensifs aussi (ce reporter à ceux qui ont signé le dernier ANI) ; des profits en hausse et la guerre des salaires sont à nouveau au rendez-vous avec l’entrée dans le salariat mondial des pays immergés, émergents et émergés suivants : Bengladesh, Chine, Inde, Brésil, Europe de l’Est dont le salaire minimum mensuel s'élève, selon les pays, entre 20 et 400 Euros.


                Aussi, le fascisme, c’est ici et maintenant !


    DEMAIN


             Il est peut-être utile de rappeler que le fascisme (guerre des salaires et hausse des profits) a reculé quand, et seulement quand, la classe ouvrière (aujourd’hui on dira « Les salariés ») a bougé : en 36 puis à la libération avec le CNR et en Mai 68.


                Seules les luttes sociales dans un cadre national (car c’est ce qui est proche qui nous sauve  en créant un précédent à l'effet "boule de neige"), feront reculer cette guerre des salaires qu’est la mondialisation… ce nouveau fascisme que peu d’acteurs politiques ose nommer comme tel.

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu