Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

taubira

  • Christiane Taubira sort de son silence et sombre irrémédiablement

     

    890700-000_7i4i5.jpg?modified_at=1467618994&width=960

     

                  Après l'attentat de Nice, Christiane Taubira est sortie de son silence (1) : elle a pris la parole sur Facebook. Après un hommage rendu aux victimes, elle s’est empressée de voler au secours de François Hollande et de Manuel Valls.

    Taubira préparerait-elle son soutien à la candidature et à la ré-élection de Hollande ? Une réponse par l’affirmative s’impose. Et c’est bien là que le bât blesse.

    Dénonciation des attentats et de ce qu’elle identifie comme une tentative de récupération politique de la droite (et le PS alors ?), hommages aux victimes...

                      "Mais enfin, où étiez-vous Madame Taubira quand Hollande (avec le soutien et la complicité de Fabius et de Valls), a soumis la politique étrangère de la France aux intérêts des USA, d'Israël et de l'Arabie saoudite ? Où donc ?

    Dans le premier et le second gouvernements de François Hollande, vous étiez Madame !"

                   Larmes de crocodile que celles de Madame Taubira ? Ou bien l'aveu d'une inconséquence totale ?

     

     

    1 - Dans ce billet, il est question de rendre justice à Christiane Taubira comme on rend un jugement : ce qui peut l’innocenter et ce qui la condamne en tant que personnage public, politiquement engagé.

    Dénoncer Taubira aujourd'hui, c’est aussi défendre tous les auteurs qu'elle revendique.

     

    ____________________

     

     

                  Brillante candidate à la présidentielle de 2002, rapporteuse de la loi du 21 mai 2001 qui reconnaît enfin que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien constituent un crime contre l'humanité, garde des sceaux du gouvernement Ayrault et Valls, si Christiane Taubira a pu être un jour une de nos dernières intellectuelles engagées, dans les replis sinueux de son cortex cérébral, de circonvolution en circonvolution, Christiane Taubira n’aura eu de cesse de creuser son sillon durant quatre longues années, de la solidarité gouvernementale au renoncement, du renoncement à la soumission, de la soumission à l'asservissement car bien avant son opposition au projet de loi constitutionnelle de la déchéance de nationalité et de la remise en cause du « droit du sol » qui provoquera son départ du gouvernement Valls, on pouvait déjà assister aux manifestations de flics dans les rues, à des avocats faisant la grève de l'aide juridictionnelle ; plus tôt en février 2015, des enfants et leurs parents arrêtés à l'occasion d'une traque contre les "anti-Charlie" ;   une mineure de 14 ans a été mise en examen pour apologie du terrorisme ; un adolescent de 16 ans a été placé en garde à vue ; un homme de 34 ans, qui avait fait l'apologie des frères Kouachi lors de son arrestation en état d'ivresse ; ainsi que des dizaines de procédures ouvertes pour "apologie" du terrorisme.

    Vinrent ensuite la confirmation par la Cour de cassation du caractère illégal de la campagne BDS (boycott d'Israël), la France demeurant le seul pays au monde où une telle interdiction est posée, puis les persécutions judiciaires de Dieudonné et d'Alain Soral qu'aucune justice en Europe se cautionnerait ; des « affaires » qui n'avancent pas (comme si l'Etat PS gardait sous la main l'épouvantail Sarkozy avec celui de Marine le Pen) ; et toujours des policiers et des gendarmes acquittés à propos de bavures avérées, des prisons surchargées et toujours une justice sous financée ; des syndicalistes mis en examen, et aujourd'hui même : condamné pour contrôles au faciès, l'Etat se pourvoit en cassation alors que François Hollande s'était engagé à lutter contre ce type de contrôle lors de sa campagne présidentielle.

    Et puis enfin, l’état d’urgence décrété par Hollande dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015 avec ses assignations à résidence d’écologistes considérés dangereux, des perquisitions par centaines sans résultats et des interdictions de rassemblements et de manifestation...

     

                        La pire des choses pour un être humain c’est de mal vieillir car, on ne devrait jamais vieillir comme on ne devrait jamais cesser de hurler ! Tous devraient alors pousser leur cri puis mourir pour mieux laisser résonner ce cri.

    On reprochera à Christiane Taubira d’avoir tué ce cri pour une bataille de chiffonniers de mauvaise foi à l’Assemblée nationale le mercredi au moment des questions de gouvernement, tout en ayant la faiblesse et l'immense complaisance de croire que cette bataille valait une seule journée d'investissement.

    Oui ! On ne devrait jamais vieillir ou du moins, on devrait se retirer lorsqu'on sent venir comme un relâchement - lâcheté et servitude volontaire qui vous prennent tout et ne vous laissent rien.

    Et c'est alors que... pas à pas, sans éclat ni tapage, par la petite porte, porte de derrière pour ainsi dire... mois après mois, année après année, on s’y traîne, debout mais couché, lentement mais sûrement, de flatterie en flagornerie, alléché par l’odeur d’une promesse de reconnaissance au sein du grand barnum politique et sociétal... et puis, par un beau matin, on retrouve ses chaînes, le bruit de son cliquetis et son entrave, celle dont on croyait s’être débarrassé car l’abolition de la traite doit trop, beaucoup trop à une bourgeoisie blanche indisposée par le spectacle de l’humiliation, de la peur et de la terreur - la couleur de son sang, l’odeur de son urine, la crasse et la sueur de ses travaux pénibles -, et pas assez à ses enchaînés ; d’où ce retour, non pas du refoulé, mais à la case départ ; là d’où l’on vient et que l’on n’avait  jamais vraiment quitté faute d’avoir été l’acteur majeur de sa libération.

    Faut dire que l’esclave, la « bonne à tout faire » et « à servir à tout » a été engrossée par son maître qui aura la charité d’en faire sa concubine ; une concubine qui jamais ne pourra se hisser au rang d’une épouse ; pas robe de mariée ni cérémonie ; et c’est le ridicule qui accompagnera tôt ou tard son ascension au côté de son maître, entre deux tiges de canne à sucre ; sucre d’orge d’un orgueil et d’un fourvoiement - on parlera presque de forfaiture -, à la fois grotesque et laid, d’une rare laideur, qui nous inspirera néanmoins de la pitié… pitié face à cette erreur monumentale : coucher avec le mépris qui a décidé de tout… de votre condition d’être au monde, à peine humain en l’occurrence.

    L’histoire n’a-t-elle pas maintes fois démontré pourtant que le salut des minorités ne peut venir que d’eux-mêmes ?

    Et c'est alors que l'intéressée ira jusqu'à tenir le fouet qui punira ses congénères. Et c'est aussi l'indépendantiste guyanaise qui échange son lexique et son codex de militante contre une langue de bois au service de la domination du plus fort sur le plus faible : l'élève a dépassé le Maître.

    « Django » le long métrage de Quentin Tarantino sur l'esclavage aux Etats-Unis, nous en donnera quelques exemples aussi hilarants et savoureux que pathétiques car, dans ce monde de la traite, de l’esclavage et des plantations, "le nègre domestique", nègre de l'intérieur, qui bichonne le maître, le pomponne, s’assure de son bien-être, de la propreté des lieux et de l’excellence des mets qu’il trouvera dans son assiette, sait que la force est du côté des Blancs esclavagistes et négriers ;  sa sécurité et prospérité aussi quand il est promu au rang de Major d’homme. Dans ces conditions, mieux vaut, à ses yeux, être le domestique du Blanc au 19e siècle que son salarié "libre" cent ans plus tard, à trois dollars de l’heure.

     

    1854784564.jpg

     

                   Dans les multiples aspects d’une soumission comme à rebours, revirements, volte-face, doit-on y voir là ce que Germaine Tillon appelait « la plus massive survivance de l’esclavage » ? Est-ce que l’être humain est condamné à toujours revenir vers la main qui l’a longtemps opprimé pour demander une dernière caresse dans l’espoir inavouable de recevoir un coup de bâton ? Est-ce que jamais l’être humain n’aura vraiment la liberté de s’affranchir trouvant sa résilience dans un « tenir tête » qui n’acceptera aucun compromis ? Est-ce que celui qui a quitté le travail forcé, prenant le maquis, une fois reconnu dans son humanité et ses droits, sera-t-il toujours tenté de remettre cette liberté entre les mains de celui qui lui a longtemps refusé le droit d’en jouir tel l’enfant maltraité incapable de nommer son « maltraitant » et qui revient sans cesse vers ses parents parce qu’il n’en aura jamais d’autres ?

    Esclave un jour, esclave toujours ?

    Christiane Taubira et sa promiscuité avec le PS c'est le pauvre qui vient au secours du riche (ou de ses larbins... les garçons de courses Hollande et Valls). Souvenons-nous que de nombreux esclaves combattirent aux côtés de leurs maîtres contre leur propre affranchissement durant la guerre de Sécession car, même lorsqu'il prend le parti de sa libération, exploité et humilié, il arrive que l'opprimé finisse par se reconnaître une dette pour s'être affranchi seul et sans autorisation ; ou bien encore : une dette envers ceux qui auraient grandement contribué à le libérer du joug de l'exploitation ou de l'esclavage ; l'opprimé reviendra donc acquitter cette dette même après des années d'autonomie à la fois matérielle, psychique et culturelle car l'opprimé d'hier sait qu'il n'y a pas d'avenir digne de ce nom, un avenir florissant aux cotés des puissants, pour les ingrats à l'endroit de ceux qui se considèrent encore comme leurs créanciers, libérateurs ou anciens maîtres confondus. Il est vrai aussi que l'on ne compte plus les "esclaves" qui ont fini par se croire faits pour leurs chaînes même quand on les en a débarrassés.

    S'il faut bien tôt ou tard "tuer le père" pour le devenir à son tour un jour, debout et responsable, de même, seul le meurtre du maître de maison affranchit l'esclave une fois pour toutes car, avec ce meurtre, c'est le poison de la dette qui disparaît avec le créancier, corps et biens, dans la chaux vive des fosses communes.

     

    543500-french-interior-minister-valls-kisses-french-justice-minister-taubira-prior-to-a-government-seminar-.jpg?modified_at=1376907653&width=960

     

                    Christiane Taubira s'étant construite autour de son origine et de l’histoire de cette origine - pour s'en convaincre, il suffit de se reporter à son parcours militant - Frantz Fanon, Aimé Césaire et Edouard Glissant  (auteurs cravatés qui n’ont fait finalement que servir la langue de leurs maîtres - en la retournant contre ces derniers, certes ! mais n'empêche... -, car cette langue reste la leur) dont Christiane Taubira se réclame, ont donc échoué : leur littérature ne l’aura pas aidée à penser les dangers de la compromission et le piège qui se referme sur la victime qui choisit de servir son bourreau : celui d'hier, d'aujourd'hui et de demain ; celui de toujours, du côté du manche qui vous domine entre deux sourires, deux tutoiements, deux embrassades : Judas père et fils. 

    Savoir est une chose : comprendre est tout. Manifestement, Madame taubira n'a pas compris ce qu'elle a appris. On est donc bien son pire ennemi ! Plus aucun doute là-dessus.

     

    ***


                   Si la vieillesse est un naufrage, Christiane Taubira aura sombré jeune, relativement, et comme  son intervention sur les réseaux sociaux le laisse entendre et deviner, en envisageant de soutenir la ré-élection de François Hollande, cet homme qui ne mérite rien et dont il n'y a plus rien à sauver, il est dit que l'ancienne garde des sceaux envisage de jouer un rôle actif : rassembler la gauche, tel est son projet. Manifestement,Taubira ne sait donc pas ce qui se passe dans l'électorat de cette gauche. Quatre années de gouvernement l'ont totalement sortie de la réalité ; la nôtre de réalité et puis la sienne aussi : qui et quoi elle est supposée être face à ce qu'elle a été car ce qu'on a été vous engage et vous oblige.

    Avec cet engagement auprès d'un non-président, Christiane Taubira vivra son naufrage politique et moral jusqu'à la noyade comme d'autres de boire leur vin jusqu'à la lie, à charge pour nous qui n'avons pas encore renoncé, après la défaite de Hollande en 2017 et celle du PS aux Législatives qui s’ensuivront, de reconstruire une Gauche en accueillant tous ceux qui ne veulent plus d’une France à genoux devant l’Otan et la Commission européenne, des Gaullistes souverainistes aux Ecologistes  - parmi ceux qui souhaitent véritablement "faire de l'écologie" -, en passant par le PC et Mélenchon jusqu'à l'extrême gauche, sans oublier ceux qui auront quitté un PS moribond.

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le PS doit mourir pour qu'une alternative politique renaisse

     

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Cour d'appel, chambre correctionnelle, influence et racket

     

     

     

     

     

     

    Par arrêt du 7 octobre 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement de la 17ème Chambre correctionnelle de Paris déclarant Alain Soral coupable de provocation à la haine raciale à l’égard de Frédéric Haziza.

     

                  Suite à l’entretien du mois de novembre 2012 où Alain Soral avait qualifié Frédéric Haziza de « con du mois » et détourné la chanson L’Aziza de Daniel Balavoine pour en faire un karaoké dédié au journaliste, celui-ci avait porté plainte contre Égalité & Réconciliation et Alain Soral (directeur de la publication).

    Dans les propos qui avaient motivé la plainte de Frédéric Haziza, Alain Soral avait évoqué « un journaliste issu de la communauté dont on n’a pas le droit de parler qui occupe... oui c’est le mot... il s’agit d’occupation... à peu près la totalité de la superstructure idéologique de la France » et qui fait « un boulot de censeur tribaliste ».

    Durant l’audience du 17 octobre 2014, 3 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende avaient été requis contre Alain Soral par le procureur Annabelle Philippe.

    En première instance (délibéré du 21 novembre 2014), Alain Soral avait été condamné à payer un total de 13 002 euros (amende, dommages et intérêts, parties civiles...).

                  Le 7 octobre 2015, la cour d’appel a confirmé le jugement.

     

    ***

     

                   Justice d'exception...

                   Même si l'on pourra regretter la maladresse de Soral qui a commis l'erreur de "généraliser" le cas Haziza, aucun pays, aucun tribunal en Europe n'aurait condamné Alain Soral ( et Dieudonné antérieurement) pour avoir exprimé une telle opinion sur ce journaliste controversé.

    Après un jugement rendu contre Dieudonné - deux mois de prison avec sursis (1) -, que le "journaliste" Haziza ait pu obtenir gain de cause contre l'essayiste Soral... qu'un tribunal français puisse rendre, en appel, un tel jugement, indique à quel point la justice est bel et bien sous influence et sous contrôle. Taubira devra s'en expliquer après 2017.

    Quant à ce procureur Annabelle Philippe : quand serons-nous autorisés à demander des comptes aux procureurs et aux juges ?

    Car, jamais une justice indépendante n'aurait donné suite à la plainte déposée contre Soral ! Jamais une justice indépendante n'aurait condamné Soral dans le cadre de la libre diffusion des opinions et de son expression !

    Aussi, force est donc de conclure ceci : Christiane Taubira, garde des sceaux, peut être tenue personnellement responsable de l'acharnement du parquet contre Dieudonné et Alain Soral ainsi que contre tous ceux qui ont eu la présence d'esprit en Janvier de cette année de refuser de se ranger sous une bannière dictatoriale - " Je suis Charlie " -, rompant salutairement avec une unanimité fabriquée de toute pièce par les médias car ce sont bien ces "anti-Charlie" qui ont sauvé la démocratie ce jour-là et les jours suivants.

    Ce que l'Etat, la classe politique et médiatique ne leur ont pas pardonné. Pour sûr !

     

                   Le moment venu, on ne manquera pas de dresser à nouveau le portrait d'une femme qui a définitivement sombré, politiquement et moralement, dans l'exercice de sa fonction de garde des sceaux.

     

     

     

    1 - Dieudonné n’a jamais eu que deux cibles : le CRIF et la LICRA, tous deux responsables depuis 2003 de son bannissement des médias et d’un véritable acharnement que l’on peut à juste titre comparer à une chasse à l’homme comme on peut en mener contre des délinquants, voire des terroristes : d’où le « Je suis Charlie Coulibaly » de Dieudonné posté sur Facebook  ; comprenez : « Tout comme Charlie Hebdo, je suis un  transgressif mais... en ce qui me concerne, on me traque comme un terroriste ».

     

    _____________________

     

     Un portrait de Frédéric Haziza

     

                        Coup de pied d'Haziza à un garde du corps de Dieudonné : ou quand Haziza cherche la confrontation dans l'espoir d'en sortir "victime".

    Tout est dit, tout est montré dans ce coup pied.

     

     ***

     

     

                 Entré à Radio J en 1982 (radio communautaire juive), Frédéric Haziza crée et anime l'émission politique Le Forum Radio J en 1988 ;  il est aujourd'hui chef du service politique de l’antenne depuis 2001.

    Conflit d'intérêt oblige... Frédéric Haziza est aussi journaliste-éditorialiste sur La Chaîne parlementaire - Assemblée nationale (LCP-AN) où, depuis 2003, il anime Questions d'info. Il présente également sur la même chaîne Entre les lignes.

    Terne, sans talent et laborieux, très certainement recruté grâce à des appuis, ce journaliste communautarisé est manifestement venu sur le service public chercher un complément de salaire.

    Scandale des scandales... qu’il soit permis ici de suggérer à LCP et au CSA  qu'il demande à Monsieur Haziza de choisir : soit il sert le service public, soit il sert sa communauté et ses intérêts partisans bien compris… incompatibles avec l’exercice du métier de journalisme dans ce même service public, mais certainement pas les deux, et qui plus est... aux frais des contribuables.

    Car enfin... trouvez donc un journaliste de Radio Notre Dame, de beur-FM ou Radio Orient officiant sur le service public ! Ne vous donnez pas cette peine : vous n’en trouverez pas.

     

                  En 2012, après une interview avec Jacques Cheminade, candidat à l'élection présidentielle, la chaîne LCP recevra des dizaines de messages d'indignation. Il est reproché ceci à  F. Haziza : son manque de déontologie, son soutien indéfectible à Israël qu'il affiche sans vergogne, le conflit d'intérêt que représente son poste à Radio J et la partialité qui en découle.

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Médias - récupération, lessivage et recyclage

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Une mineure de 14 ans mise en examen pour apologie du terrorisme : Christiane Taubira sombre définitivement

     

                    A l'heure où Dieudonné a bien failli être "interdit de scène" et ses fans de spectacle à Metz et à Strasbourg ces deux derniers jours....

                      - dieu merci, il semblerait qu'il existe encore en France quelques juges indépendants !

     

    taubira,dieudonné,apologie du terrorisme

     

    Une Christiane Taubira encadrée

    Amnesty International interpelle la France sur ses arrestations

     

     

                   ... une mineure de 14 ans a été mise en examen mercredi par un juge des enfants de Nantes pour apologie du terrorisme, après avoir menacé lundi des contrôleurs dans le tramway de "sortir les kalachnikovs", a-t-on appris de sources judiciaires.

                   Un adolescent de 16 ans a été placé en garde à vue pour avoir diffusé sur son compte Facebook un dessin "représentant un personnage avec le journal Charlie-Hebdo, touché par des balles, et accompagné d'un commentaire « ironique ».

                   Un homme de 34 ans, qui avait fait l'apologie des frères Kouachi lors de son arrestation en état d'ivresse après un accident de voiture la semaine dernière, a été condamné lundi à quatre ans de prison à Valenciennes.

     

     

                      Des dizaines de procédures ouvertes pour "apologie" du terrorisme : manifestement des instructions sont données par le Parquet, Taubira, Valls et Hollande

                   Dans ces circonstances, comment ne pas conseiller à Christiane Taubira de quitter dans les meilleurs délais ce gouvernement ; dans le cas contraire, qu'elle sache qu'elle y laissera le peu de crédit ou/et de respect que nous, à gauche, pouvons encore lui accorder.

     

    ________________________

     

    Pour prolonger, cliquezexcès judicaires - Bruno Rebstock, avocat

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Amenuisement et ressassement : quand pour les médias, le "Je" d'un Zemmour est "un autre"

     

                Les commentaires autour de Zemmour font rage dans les médias et dans les journaux en ligne...


                         Oh non ! Pas au sujet des propos qui sont les siens sur les minorités arabes, musulmanes et noires - faut pas rêver non plus !-, mais à propos de Pétain, de Vichy de la collaboration et du sort des Juifs à cette période : ICI

     

    ... depuis la publication de son tout dernier livre qui se vend comme des petits pains, et des propos de son auteur à l'occasion des promos télés et radios.Dans cet ouvrage, il est question du suicide de la France : c'est pas rien en effet ! « France de Zemmour », bien évidemment ! Et de l’autopsie de son cadavre par un Zemmour médecin-légiste un rien charognard.

     

                Toutefois, à la lecture de son ouvrage, il y a un reproche qu'on ne pourra pas adresser à Eric Zemmour, c'est celui d''ingratitude.

     

    Au moins Zemmour sait-il ce qu'il doit à la France. C'est déjà ça.

     

    ***

              Zemmour par-ci, Zemmour par-là… au fil des ans et de ses interventions, dans le choix de ses cibles, difficile de ne pas faire le constat suivant en toute lucidité et en toute bonne foi, loin de tout procès d’intention : tout comme Finkielkraut et Elisabeth Levy, Zemmour n’acceptera qu’une France, celle qui lui a permis (et lui permet) d’occuper dans les médias dominants un statut et une place de choix, sans partage et sans considération aucune pour qui et quoi que ce soit d’autre : une France taillée sur mesure pour Zemmour seul sur le dos de tous les autres qui n’auront jamais assez d’une vie pour gravir les marches d’une réussite fantomatique : on pensera aux minorités visibles et invisibles ; minorités ethniques et/ou cultuelles.

    Même une Christiane Taubira insultée n’aura pas droit à un mot de compassion de Zemmour qui fera le choix délibéré de reléguer les insultes racistes à son égard au rang de ce qui se dit dans les cours d’écoles ; interprétation triviale à dessein : celle du mépris ; et comme une calamité n’arrive jamais seule… on mentionnera aussi, à l’aune de ce qu’un Zemmour est encore capable d’énoncer, une Christiane Taubira Ministre de la justice frappée du soupçon d’une nomination dans le cadre d’une discrimination qui se voudrait positive ; ce qui, aux yeux de Zemmour, mérite déjà en soi une condamnation sans rémission.

    En effet, n’est-ce pas Eric Zemmour qui a lancé à la cantonade une fois, sinon deux : «Ce n’est pas moi qui ai été nommé ministre parce que j’étais noir et femme !»

    Mais alors, à partir de quand et sous quelles conditions, aux yeux de Zemmour, est-ce que l’on cesse d’occuper un poste parce qu’on est noir, musulman ou homosexuel ou bien encore une femme ? Quand on est un homme, qui plus est... blanc ? Et certainement pas parce que le candidat serait tout simplement compétent ou du moins, pas moins apte qu'un autre ?

    Zemmour  serait très certainement bien incapable de nous répondre, piégé par sa propre bêtise car Zemmour ne sait pas que l’on est son pire ennemi dans ce domaine, et que l’on pense toujours mieux avec l’intelligence des autres.

     

     ***

     

              Sur l'antenne de RTL, la radio, sa maison mère, à quelques exceptions près, chaque intervention de Zemmour n’élève personne et rabaisse tout le monde,    toujours ! Jusqu’à conforter les préjugés les plus éculés et les moins constructifs.

    Certes, chez RTL, Zemmour est roi, et les auditeurs aussi dont on flatte les préjugés et les jugements à l'emporte-pièce du matin au soir ! Mais quand même !

    Chez BFM-TV, Ruth Elkrief reçoit Zemmour comme on reçoit le Pape du PAF qu'il est ; elle le reçoit sans sourciller : sourires, bavardage, ton enjoué.. tout va bien... tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes

    France Inter lui déroule un tapis rouge, dès le matin, à la première heure ; Zemmour n'y rencontrera, là encore, auprès d'un dénommé Patrick Cohen, aucune résistance.

    Manque plus que France Culture, chez Finkielkraut qui doit bien partager le plus gros de l'arsenal lexical de Zemmour, ses obsessions, ses verdicts sans appel et autres tirs croisés à balles réelles.

    Le site d'info, concurrent du Figaro, Atlantico, lui fait aussi risette, sans doute pour ne pas être en reste.

     

              Faut dire que Zemmour est un bon, un excellent "client" : audience assurée ! Et ce n'est sûrement pas un hasard s'il se trouve que le cheval de bataille de Zemmour n'est pas l'égalité et la fraternité et la France mais... les Musulmans... encore et toujours ! Et derrière le Musulman : l'Arabe. Derrière l'Arabe, le Maghrébin ainsi que les Français originaires d'Afrique noire. Et derrière le Maghrébin... un soutien indéfectible à la cause palestinienne. Et si Zemmour ne s'intéresse qu'au Musulman et au Maghrébin, les médias eux, en revanche, sont particulièrement intéressés car singulièrement énervés, par tout soutien aux Palestiniens. D'où cette entente très cordiale et la complaisance avec laquelle les médias reçoivent Zemmour ; chacun y trouve son compte : les Musulmans à Zemmour, les Arabes (comprenez : les antisionistes) aux médias.

    Faut-il y voir là une des raisons pour lesquelles Zemmour est partout chez lui dans les médias proches d'Israël car le Musulman fait un parfait bouc-émissaire auquel on se garde bien, le plus souvent, d'offrir une tribune équivalente  ?

    Précisons tout de même ceci : 80% des propos de Zemmour sur les minorités arabes, musulmanes et noires transposés à la communauté juive seraient considérés sans l'ombre d'une hésitation comme antisémites, et de fait , passibles de poursuites.

    Aussi, cherchez l'erreur... pour peu qu'il y en ait une !

     

              Il faut reconnaître que Zemmour brasse large, un Zemmour sans doute champion de natation dans une autre vie, et pour cette raison, nombreux sont ceux qui, avec lui, y trouvent leur compte : les xénophobes, les patriotes, les nationalistes, les racistes, les sionistes contre les Musulmans, les anti-sionistes contre BHL, les FA, le FN, les "réac", les homophobes, les ringards, les Cathos traditionalistes de la messe en latin et de la contraception dans les toilettes la chasse tirée,  les anti-bobos du PS et d'ailleurs, les ploucs à l’ancienne, les anti-mondialistes de droite et de la gauche du PS ( à ne confondre avec les alter-mondialistes), les machos pathétiques contre la femme qui porte le pantalon et qui élève la voix, et d'autres encore, parfois innommables.

    Plus espagnol que Zemmour (rapport à l'auberge du même nom) vous ne trouverez pas !

             Sur ce chapitre « Médias », quant à leurs propriétaires et leurs employés journalistes qui ont en commun un souci, un grand souci d'Israël, de son système colonial d'apartheid, de sa capacité de nuisance et de son influence ici en France - médias aux journalistes et éditorialistes atlantistes et sionistes – pour ces gens-là, Zemmour c'est tout ce que le Front national aurait pu être, et devrait être, à leurs yeux à tous mais auquel ils ne peuvent décidément pas se rallier ouvertement, même discrètement, dans la connivence et le soutien tacite, bien que chez BFM-TV Marine le Pen soit manifestement la bienvenue tous les jours, 24H/24 ; en effet, le boulet antisémite de ce parti et sa détestation d'une oligarchie qui ne reconnaît aucune frontière ni aucune nation, les en empêchent  ; or, Zemmour est bel et bien leur face cachée à tous, le côté pile de tout ce qui les motive, au fond et au tréfonds. Car, l'articulation par Zemmour d'un hypothétique "péril musulman" et d'un fantasmatique "remplacement de la population française de souche par ces mêmes Musulmans" cher à Renaud Camus, sert à merveille leur propre angoisse et leur désir de garder le contrôle et de continuer de dominer la scène médiatique.

    Aussi... pour peu que ce soit envisageable un instant, on pourrait dire que Zemmour, c'est le FN sans l'histoire du FN (sans la tache raciste, antisémite, anti-républicaine, colonialiste et vichyste indélébile), et sans son fondateur Jean-Marie le Pen. Car, pour les médias qui courtisent Zemmour, qui le couvent comme on couve un allié précieux (RTL, I-télé, Paris-Première et autres interventions radios et télés) Zemmour c'est le FN de Marine seule ! enfant d'une génération spontanée : pensez donc ! Avant elle, il n'y avait rien. Devant elle et après elle...

    Allez savoir !

     

    ***

     

     

             Mais enfin, diable ! Pourquoi Zemmour a-t-il besoin de penser ce qu’il pense ?

            Rares sont ceux qui maîtrisent comme Zemmour le non-dit et la dissimulation des véritables motivations qui se cachent derrière chaque intervention dans le débat public. S'il lui arrive d'avoir raison contre plus bête que lui - comme un fait exprès, ses détracteurs appartiennent souvent à cette catégorie ; c’est la raison pour laquelle Zemmour coule des jours paisibles : pensez un instant à Aymeric Caron, Nicolas Domenach ou Léa Salamé -, et trop souvent tort face à l'intelligence d'un intervenant - il est vrai qu'au royaume des aveugles les borgnes sont rois -, manifestement, Sciences-Po ne lui aura été d’aucun secours car, on ne peut jamais cacher très longtemps d’où l’on vient, et plus encore quand on n’en est jamais vraiment sorti. Et à ce propos, force est de constater que Zemmour n'est autre que le fils de ses parents et le fruit d’une seule histoire, la leur : colonialisme, Algérie française, guerre, OAS, expatriation et ressentiment ; jusqu’à cultiver une haine à peine contenue, vengeance et revanche ; une haine fonds de commerce du FN dans tout le bassin méditerranéen de Nice à Perpignan.

    Histoire que Zemmour a faite sienne manifestement, l’intériorisant sans doute bien au-delà de ce que pouvaient attendre de lui ses ascendants car enfin, est-ce que les parents tiennent à ce que leurs enfants leur ressemblent à ce point ? Rien n’est moins sûr !

    Fier de cet héritage, garant de sa transmission - ressentiment, isolement et fermeture à l’autre.-, Zemmour contre Rama Yade, contre Taubira, contre Thuram, contre les groupes de Rap, contre ce qui de près ou de loin touche à l'Islam,, à l'Arabe, au Maghreb, inutile d'aller chercher plus loin... c'est Zemmour qui n'a de cesse de régler les comptes de ses ascendants sans jamais les solder, contre les Peuples colonisés et leurs descendants nés et/ou résidant sur le sol français. Et c'est sans doute là son drame le plus intime : Zemmour n'aura finalement rien choisi pour lui-même et de lui-même ; il n’aura fait que subir ses origines et un destin balayé par les vents d'une Histoire dont son creuset familial et communautaire n'avait rien anticipé faute d'une conscience appropriée ; l'ignorance, l'insouciance et l'arrogance n'étant d'aucun secours face à la puissance d'une volonté de justice et d'autodétermination.

     

    ***

     

                 Mais alors, qu'est-ce qui est arrivé à la France ?

    Le dernier ouvrage de l'essayiste de RTL à la prétention d'y répondre. Soit.


                 Toujours à propos de Zemmour, on poursuivra avec la question de « la femme » et l’attention toute particulière qu'il accorde à la question de la place de cette femme dans notre société et son aversion envers celles qui ont déserté leur foyer (enfants et mari) pour la carrière, et plus encore, celles qui ont décidé de se priver de et de mari et d'enfants...   pour ne rien dire de celles qui ont choisi pour "mari" une épouse.

    Suprême paradoxe et contradiction ultime : alors que Zemmour croit se tenir en pleine lumière, voilà qu'il côtoie les ténèbres !

    Mais alors, à quand un Zemmour en faveur de la femme voilée de la tête au pied, femme invisible et cloîtrée, grossesse après grossesse  ?

     

                   Pourquoi chercher plus loin ? Tenez ! Et si Zemmour n’était in fine qu’un petit machiste méditerranéen mal dégrossi - bien que malingre -, qui n'a jamais vraiment quitté son bled (une sorte de plouc à l'ancienne, disons) ni les jupes de sa mère dont il n’a de cesse de louer le dévouement, une mère dans sa cuisine dès 6h le matin, toute sa vie durant, devant ses fourneaux jusque tard le soir, pour le grand bonheur d'Eric Zemmour enfant, et le plus grand malheur de tout ce dont on est en droit d'attendre d'un être humain : intelligence, générosité, compassion et courage.

               Pour sûr ! Un coup majeur porté à la croyance à la perfectibilité de l’être humain, fondement de notre civilisation française et européenne celle-là... que ce Zemmour !

     

               Et enfin... et pour en finir... provisoirement  : en ce qui concerne la dénonciation de la fausse gauche, du PS, des bobos et de la femme-objet-promotionnelle, rappelons ici que Zemmour a tout pris chez Philippe Muray et Alain Soral ; et Zemmour a tout rendu... d'aucuns diront "il a tout vomi"... tout recraché mais sans intelligence, sans talent, sans nuances, sans art car Zemmour est sans écriture ni langage. Pire encore, il n'a aucune manière d'être ce qu'il est : aucun style donc.

    Là encore, « Je » chez Zemmour est "un autre" car Zemmour c’est Soral… un Soral enfin audible et assimilable ; faut dire qu'il manquait à l'original un biais franchement anti-Musulman - véritable sésame pour quiconque souhaite faire son entrée dans les médias -, et plus important encore : un enthousiasme à toute épreuve pour la cause sioniste. Qu’on ne s'inquiète de rien ! Zemmour pourvoira en s'en donnant à coeur joie contre les Musulmans (Afrique noire et Maghreb aussi) tout en prenant soin de ne fâcher aucun patron de médias en n’abordant jamais, pour le dénoncer, la question d’un sionisme corrupteur de la politique intérieure et extérieure de la France. Courageux Zemmour mais pas téméraire !

    Pour être clair : l’antisionisme de Soral le condamne ; la xénophobie et le racisme qui prennent pour cible « les Musulmans » sanctifient Zemmour dans les médias atlantistes et proches d’Israël : la quasi-totalité des médias dominants.

                     Après un Zemmour-FN sans le FN, voici maintenant un Zemmour-Soral sans Alain Soral !

    Décidément, Zemmour est bel et bien un homme de son temps : un ersatz, sorte de succédané, instrument d’une société médiatique composée de tartuffes aussi déterminés que vindicatifs ;  et rien ni personne ne leur résistent très longtemps.  

                   Qu’à cela ne tienne : Internet est là pour pallier, et votre serviteur aussi. C'est déjà une consolation, non ?

    _______________

    Pour prolonger, cliquez : Qui sauvera Eric Zemmour ?

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Pas de fleurs pour Kémi Seba

     

     

                  A l'heure où des députés peuvent des années durant, et sans être inquiétés, être exonérés de l'impôt sur le revenu faute de déclaration, si d'autres peuvent en toute impunité financer leur campagne électorale avec de l'argent des puissances étrangères ou bien avec des rétro-commissions de vente d'armes, là encore, sans être inquiétés... pour ne rien dire du blanchiment de ceux qui oeuvrent au sein des réseaux pédo-criminels et autres - notables, élus, magistrats, policiers, industriels -, sans oublier toutefois une complaisance de tous les jours vis à vis de la LDJ (ligne de défense juive) et ses coups de force...

                 En revanche, à l'endroit de Kemi Seba, auteur et activiste panafricaniste né en France, la justice sera  d'une rigueur sans faille et d'une exactitude à toute épreuve, avec ou sans Christiane Taubira garde des sceaux !

    Indépendance de la justice à la solde du pouvoir économique et politique oblige, sans doute !

     

                   En effet, Kemi Seba a été incarcéré samedi soir ; il a été placé en détention selon des sources judiciaire et policière. Kémi Séba était en France (Kemi Seba réside depuis 3 ans au Sénégal) pour présenter son dernier livre : Black nihilism. En octobre 2009, cet auteur avait été condamné à deux mois de prison avec sursis, avec mise à l’épreuve, par la cour d’Appel de Paris, pour violences en réunion. Le sursis avait été révoqué en octobre 2011, car Kémi Séba n’avait pas respecté les obligations de sa mise à l’épreuve. Il doit donc exécuter cette peine.

     

    ***

     

                  Jour après jour, les agissements de la présidence Hollande et du gouvernement Valls nous confirment un ralliement sans esprit de justice à la raison du plus fort... raison qui ne souffrira aucune contestation !

    L'étau se resserre donc autour de ce qu'on pourra appeler la dissidence :

     

                  Pour rappel : une dissidence qui a pris pour cible une pensée unique qui se déploie autour d’un projet mondial qui ne souffrira aucune contestation : ici… la menace du chômage (d'où l'unanimité de médias et de leurs salariés précaires ou richissimes contre cette quenelle), ailleurs… celle des bombes contre quiconque s’y oppose : individus, peuples et Etats :

     

    - Dévastation des nations, des cultures, des coutumes, des usages et du contrat social et autres compromis au nom d'une mondialisation pour laquelle les êtres humains ne sont que des ventres à remplir (ou des Peuples à affamer, c’est selon... leur niveau de soumission ou de résistance !), et du temps de cerveau disponible à distraire jusqu'à l'abrutissement...

     

    -  Diabolisation de tout individu qui refuse d'adhérer à l’univers conceptuel de cette mondialisation ; individu dissident qui se verra alors qualifier, au choix, de... fasciste, raciste, antisémite, complotiste paranoïaque, nationaliste, populiste, homophobe, démagogue anti-européen et anti-américain...  

     

    - Instrumentalisation de la culture arabo-musulmane en générale et de l'Islam en particulier (foulard et pratiques religieuses) aux fins de condamner des quartiers entiers à une marginalisation irréversible, ici en France et en Europe.

     

    - Hégémonie d’une alliance américano-israélo-saoudienne (La Grande Bretagne et la France comme supplétifs) qui a pour seul programme :  la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, sans oublier "la casse" des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s'y opposent...

     

    - Tentative de marginalisation de la Russie ; politique qui consiste à faire le choix de soutenir le dissident milliardaire Khodorkovski aujourd'hui résident en Suisse contre le lanceur d'alerte (héros ?)  Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd'hui "apatride" et sans un sou, auquel toute l'Europe a refusé l'asile politique...

     

    - Chantage à l’antisémitisme et bannissement contre quiconque critique publiquement la politique d’Israël ; un Etat qui n'a aujourd'hui plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'Apartheid  et dont la politique jouit ici en France du soutien et de la complicité de l’Etat français au plus haut niveau - une alliance qui nous salit davantage chaque jour -, avec en prime l’exploitation du génocide juif à des fins économique, politique et géostratégique...

     

    - Conditionnement des esprits à une nouvelle guerre froide  dans un face à face USA-Chine pour le plus grand profit du complexe militaro-industriel occidental...

     

    - Construction d’une Europe-instrument d’une mondialisation sans honneur ni justice qui n’est dans les faits qu’une guerre contre les salaires et les acquis sociaux...

     

    - Mise en concurrence de tous les salariés à une échelle tant locale qu’européenne et mondiale...

     

    - Mise à mort subreptice, ici en Europe, de la liberté d’expression et de la démocratie, à grand renfort d’instances tutélaires sans légitimité démocratique (fonds, banques, commissions, organisations) ainsi que de technologies de la surveillance et du contrôle de millions de citoyens.

     

    - Neutralisation de tout esprit critique en faisant peser sur ceux qui n'ont pas renoncé, le discrédit du ressentiment, de la jalousie, et pire encore : de l'envie.


    - Passivité de tous les médias dominants, et ce sans exception : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte au sein desquels s’exerce sans vergogne un chantage au chômage contre quiconque s’opposerait à une telle soumission ; médias qui ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune.

    __________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Supra-négritude

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Christiane Taubira : circonvolution cérébrale et débâcle morale

                     Alors que ce qu’il faut bien se résoudre à appeler « une ratonnade » continue de plus belle à Gaza - maintien de l'ordre colonial israélien oblige... plus 800 morts du côté palestinien, en majorité des civils -, on ne manquera pas cette intervention de la semaine dernière de J.J Candelier,  député PC du Nord à propos de l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie.      

     

     

                  Cette circulaire est la suivante : "Le 12 février 2010, la Garde des Sceaux de l'époque, Michèle Alliot-Marie signait une directive ordonnant aux procureurs de la République d'engager des poursuites pénales contre tout personne appelant les consommateurs à ne pas acheter les produits israéliens. Un simple texte interne à l'administration s'autorisait ainsi une interprétation de la loi pénale sanctionnant d'un an d'emprisonnement et 45.000€ d'amende le fait "d'entraver une activité économique ou d'inciter à le faire".

     

    Personne n’est dupe : cette circulaire a pour but de criminaliser l'action des militants anticolonialistes à propos de la politique d'Israël en Palestine.

     

               ChristianeTaubira s’adresse au député Candelier dans ces termes : « Vous savez que c’est un sujet difficile ».

     

    Et nous de lui répondre : « C’est sûr ! C’est un sujet qui demande du courage, un vrai courage ! »

     

    Courage pour courage, d’autres parleront d’héroïsme : en effet, il faudra lutter seul contre une poignée, une minuscule minorité puissante, agissante et impitoyable et un gouvernement à sa botte.

    Madame Taubira n’est décidément pas de cette étoffe-là.


               Dans les replis sinueux de son cortex cérébral, de circonvolution en circonvolution – faut croire qu'une fois nommé et en place, manifestement on apprend vite, et l'on prend le pli tout aussi rapidement ! -, Christiane Taubira n’a de cesse de creuse son sillon ; toujours le même depuis qu’elle a été nommée à son poste de garde des sceaux ; il a pour nom : solidarité gouvernementale.
    Hollande, Fabius et Valls veillent ; elle n'aura pas le droit à l'erreur, et elle le sait.

     

    Et c'est alors que... pas à pas, sans éclat ni tapage, par la petite porte, porte de derrière pour ainsi dire... mois après mois, année après année, on s’y traîne, debout mais couché, lentement mais sûrement, de flatterie en flagornerie, alléché par l’odeur d’une promesse de reconnaissance au sein du grand barnum politique et sociétal... et puis, esclave un jour, esclave toujours ! par un beau matin, on retrouve ses chaînes, le bruit de son cliquetis et son entrave, celle dont on croyait s’être débarrassé car l’abolition de la traite doit trop, beaucoup trop à une bourgeoisie blanche indisposée par le spectacle de l’humiliation, de la peur et de la terreur - la couleur de son sang, l’odeur de son urine, la crasse et la sueur de ses travaux pénibles -, et pas assez à elle-même et à ses enchaînés ; d’où ce retour, non pas du refoulé, mais à la case départ ; là d’où l’on vient et que l’on n’avait  jamais vraiment quitté faute d’avoir été l’acteur majeur de sa libération. Faut dire que l’esclave, la « bonne à tout faire » et « à servir à tout » a été engrossée par son maître qui aura la charité d’en faire sa concubine ; une concubine qui jamais ne pourra se hisser au rang d’une épouse ; il n’y aura pas de robe de mariée ; et c’est le ridicule qui accompagnera tôt ou tard son ascension au côté de son maître, entre deux tiges de canne à sucre ; sucre d’orge d’un orgueil et d’un fourvoiement - on parlera presque de forfaiture -, à la fois grotesque et laid, d’une rare laideur, qui nous inspirera néanmoins de la pitié… pitié face à cette erreur monumentale : coucher avec le mépris qui a décidé de tout… de votre condition d’être au monde, à peine humain en l’occurrence. 

     

    Et c'est alors que l'intéressée ira jusqu'à tenir le fouet qui punira ses congénères. Et c'est aussi l'indépendantiste guyanaise qui échange son lexique et son codex de militante des droits des Peuples à disposer d'eux-mêmes contre une langue de bois au service de la domination du plus fort sur le plus faible : l'élève a dépassé le Maître.

     

    « Django » le long métrage de Quentin Tarantino sur la traite, nous en donnera quelques exemples aussi hilarants et savoureux que pathétiques. 

    D’autre temps, d’autres mœurs… et quand on sait qu’aujourd’hui personne n’ est contraint à ce déshonneur  -  et sûrement pas Madame Taubira -… sinon par désoeuvrement, orgueil et vanité ; encore et toujours la vanité ! Que dire alors ?

     

    Une chose est certaine : Frantz Fanon,  Aimé Césaire et Edouard Glissant  (auteurs cravatés qui n’ont fait finalement que servir la langue de leurs maîtres) dont Christiane Taubira se réclame, ont donc échoué : leur littérature ne l’a pas aidée à penser les dangers de la compromission et le piège qui se referme sur la victime qui choisit de servir son bourreau : celui d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Celui qui est du côté du manche ; bourreau de toujours, qui vous domine des pieds à la tête, entre deux sourires, deux tutoiements, deux embrassades : Judas père et fils.  Car si un antisémite peut cacher un raciste, qu'il soit permis de dire ici que derrière un sioniste conquérant qui ne reconnaît qu’une seule existence digne de considération, la sienne propre et seulement la sienne avant toutes les autres, il se pourrait bien qu’un racialiste y ait trouvé un asile  plus que confortable.

    Autant pour la vigilance de Madame Taubira qui avait pourtant tous les atouts en main – intelligence, talent, culture -, pour démasquer un tel stratagème. Car si le pouvoir corrompt, le pouvoir « privé du pouvoir de dire non » rabaisse et avilit ; on quitte son fauteuil débiteur et sale… endetté à vie.


             
    Le malaise de Madame Taubira face au député PC, lui-même intimidé par le poids de la charge qui représente toute remise en cause du credo sioniste confirme une fois de plus nos soupçons : quiconque s'avise de dénoncer le laxisme scandaleux de l'Etat français vis à vis d'Israël, sa complicité, devra renoncer, ici en France, à un avenir professionnel qu'il soit politique, économique, médiatique ou universitaire, au plus haut niveau.

     

    Force est de faire le constat suivant :  il y a des chapes de plomb et des Epées de Damoclès qui, en un tour de main, forcent un esprit qui a pourtant mille fois prouvé sa combativité, à battre en retraite avant de s'adonner, le regard craintif et inquiet, à un exercice cocasse d'humilité et de timidité aussi inattendu que confus : souvenez-vous : Madame Taubira était une candidate remarquable à la présidentielle de 2002, sans doute la seule, hommes et femmes confondus.

     

    Il est vrai que le PS n'a pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer. Prêtez-lui main forte, un bras, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y abandonnerez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : discrédité - d'une collaboration, même éphémère, avec un parti tel que le PS qui cultive comme aucun autre, le mépris courtois et sournois envers ceux qui le servent, sans doute à cause d'une trahison politique qui lui sied si bien depuis trente ans ! Mépris que l'on pourrait sans difficulté interpréter comme un transfert à des fins thérapeutiques : en effet.... c'est celui qui dit qui est, car enfin... n'est-ce pas une tâche insurmontable à la fois de se le dire et de constater qu'on l'est... parjure sans foi ni loi, le matin devant sa glace à l'heure où il faut en remettre une couche ?

     

    Après leur départ, reste alors pour tous ceux qui ont un jour succombé à l'appel du PS à se faire oublier au plus vite dans le confort d'une retraite rondelette ; et pour ceux qui auront gardé un minimum de conscience morale... retraite amère qui ressemble étrangement à une cavale : rompre tout contact avec son passé tout en renonçant à une vie sociale digne de ce nom.

     

    Mais alors... est-ce un hasard si ce destin sacrificiel qui ressemble fort à une crucifixion touche en priorité des Français qui appartiennent à des minorités visibles ?

     

                Ah ! Mépris quand tu nous tiens.....................   Harlem Désir (il sera le premier), Malik Boutih, Najat Vallaud-Belkacem et maintenant Christiane Taubira...

     

    Même en politique, on leur confie le sale boulot.

     

     

    ***

     

           Quittez ce gouvernement de la honte (1) Madame Taubira avant qu'il ne soit trop tard ! car pour y être restée, vous n’aurez aucune excuse.

     

     

    1 - On pourra se reporter à la lettre ouverte à François Hollande publiée de cette semaine par Edwy Plenel. Si la dénonciation dans la presse dominante de la soumission du gouvernement Hollande et Valls à Israël est suffisamment rare pour que l'article du patron de Médiapart soit ici salué, Edwy Plenel courageux mais pas téméraire, dans son réquisitoire, oubliera néanmoins l'usage d'un mot et l'association de trois autres : sionisme + "France, classe politique et médias" quand on sait que l'on retrouve le même parti pris et le même ralliement à la raison du plus fort de l'UMP au PS, du Figaro au Nouvelobs...

    Ce rapprochement aurait permis à Plenel d'expliquer pourquoi Hollande est acculé à faire autant d'erreurs qui n'en sont pas pour tout le monde, bien évidemment. Après tout, ne sommes-nous pas là pour comprendre et pas seulement pour condamner ?

    Les causes ! Attaquez les causes ! Car le courage est là : dans l'exposition des causes ! Le courage et les ennuis, certes, c'est vrai ! mais... dénoncer les effets, c'est à la portée de tout le monde ! Et puis, à sermonner sans péril, on triomphe sans gloire ! Aussi, à titre d'encouragement, on lancera à Plenel  : "Allez ! Encore un effort, vous y êtes presque !"

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez Pour l'abrogation de la circulaire Alliot- Marie

     

     

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Anne-Sophie Leclère contre Christiane Taubira : quand justice rime avec vendetta politique

     

     

                   Anne-Sophie Leclère, ancienne candidate FN aux municipales, a été condamnée par le tribunal de grande instance de Cayenne à une peine de neuf mois de prison FERME et à 5 ans d'inéligibilité, pour la publication sur Facebook d'un photomontage raciste comparant la garde des sceaux, Christiane Taubira, à un singe.

     

     

                           Comment Christiane Taubira peut-elle soutenir un tel jugement ?

     

                 Dans le dossier Anne-Sophie Leclère, c'est l'association Walwari, fondée par Mme Taubira, qui a porté plainte. Par conséquent, force est de conclure qu'il s'agit là sans l'ombre d'un doute d'un jugement politique ; et en cela, ce jugement qui n'est qu'une outrance juridique de plus (après celle du conseil d'Etat à propos de l'artiste Dieudonné) doit être dénoncé avec la plus grande vigueur. Car enfin, du sursis aurait été amplement suffisant, ainsi que l'inéligibilité d' une Anne-Sophie Leclère très certainement plus sotte que méchante.

     


     

    ***

     

                 Après l'interdiction des manifestations de soutien au Peuple palestinien, c'est le liberticide Manuel Valls, totalement inféodé à la puissance atlantiste - celle des bombes au service d'un monde a-moral qui ne connaît qu'une loi, celle du plus fort -,  qui tisse sa toile jour après jour avec la complicité d'une femme, Christiane Taubira, brillante candidate à la présidentielle de 2002, rapporteuse de la loi du 21 mai 2001 qui reconnaît enfin que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien constituent un crime contre l'humanité.

    Et ce n'est sûrement pas cette Christiane Taubira -là qui quittera ses fonctions définitivement discréditée et salie mais bien plutôt la ministre d'un gouvernement déterminé à servir un projet d'inspiration oligarchique et mondialiste d'une violence sociale, politique et culturelle sans précédent dans l'histoire de la France et de l'Europe.


    Que Christiane Taubira sache dès maintenant que l'on ne lui reconnaîtra aucune excuse car, tous ces gouvernements sous la présidence de Hollande dans lesquels elle aura perdu son âme... n'avaient rien à voir avec la Gauche.

     

    _________________________

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Christiane Taubira en service commandé

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Revue de presse : les Une du Nouvelobs, ici et ailleurs

     

     

    logo-nobstr.svg

     

     

     



     

    Christiane Taubira refuse de débattre avec Marine Le Pen : une erreur stratégique ?

     

                 La politique ayant horreur du vide, et les partis « siphons » aussi, qu'il soit permis de noter ceci : aujourd'hui, près de 50% du discours du FN, c'est celui que devrait tenir la gauche. Et Christine Taubira le sait mieux que personne. Elle n'a donc rien à gagner à débattre, sinon reconnaître publiquement qu'elle appartient bel et bien à un gouvernement que l'on peut sans difficulté, et avec regret, qualifier de "gouvernement de la 2e droite" ; gouvernement à la solde d'une oligarchie mondiale sans honneur ni justice ; un gouvernement occupé à
    reverser des dividendes aux actionnaires qui ont investi leur avenir sur un François Hollande maintenant redevable ; retour sur investissement qui ne souffrira aucun retard.


    Aussi, force est de conclure ce qui suit : le PS n'a vraiment pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer.

    Prêtez-leur un bras et main forte, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y laisserez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : rincé et discrédité - d'une collaboration avec le PS.



     

    Dieudonné : mes 3 conseils à Valls et Taubira pour stopper la contagion antisémite

    (de Thierry de Cabarrus, chroniqueur politique)


                "... il s’agit, tout bonnement, de protéger notre société fragilisée contre la tentation abjecte de se trouver des boucs émissaires responsables de la crise qui la frappe."

     

     

                 Entre temps, Dieudonné, lui, a certainement besoin de se protéger de quelques élites communautaires et de leurs supplétifs qui depuis dix ans cherchent à abattre celui qu'il faut bien se résoudre à considérer comme notre plus talentueux humoriste satirique de langue française depuis Molière, fils de Voltaire, sans aucun doute le plus grand anti-tartuffe de la société du spectacle médiatique et politique. 


    Quant à Monsieur Thierry de Cabarrus... s'il souhaite que l'on prenne au sérieux ses interventions écrites, il lui faudra intervenir dans des médias qui acceptent parmi ses chroniqueurs agréés et autres blogueurs associés toutes les opinions à propos, entre autres, de Dieudonné.

    Or, il se trouve que sur le Nouvelobs comme sur tous les médias mainstream, une seule opinion prévaut : il faut faire taire cet activiste politique.



    En d'autres termes, si d’aventure Monsieur Thierry de Cabarrus devait penser qu'il faut soutenir Dieudonné, à aucun moment il ne pourrait le faire savoir. C’est la raison pour laquelle, sauf le respect qu’on lui doit, à lui et à tous les intervenants accrédités par le Nouvelobs, nous préférons accorder bien plus d'attention aux commentaires qui sont postés (même après le couperet de la censure), d'autant plus que ces commentaires qui émanent d’intervenants qui ne doivent rien à personne, soutiennent dans une immense majorité des cas, la démarche de Dieudonné.


    ***

    Ne jamais renoncer !


    Dénoncez ! Dénoncez ! Il en restera toujours quelque chose !



    Mikhaïl Khodorkovski est arrivé en Suisse

                  Longtemps on se souviendra d'une Europe et de médias qui auront préféré Mikhaïl Khodorkovski à Snowden faisant le choix de soutenir le dissident milliardaire aujourd'hui résident Suisse contre un Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd'hui "apatride" et sans un sou, auquel toute l'Europe a refusé l'asile politique...

                   Après ça, vous irez déplorer le divorce croissant entre les Français et les médias, la politique et l'économie.

     

     

    Assurer la pérennité du "Nouvel Observateur"

                    Préoccupons-nous plutôt de la pérennité du métier de journaliste qui part à vau-l'eau sur tous les sujets qui touchent, entre autres, à la société française ; et que ce soit avec le Nouvelobs ou sans, importe peu ; seule importe l'information : profondeur et hauteur.

    Et là, quelque chose me dit que l'on est loin du compte.


    Dieudonné : non, il n'est pas interdit d'interdire

    (de Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Observateur)


              Des médias aux ordres ont sciemment coupé les ponts, tué la communication, l’échange, voilà trente ans déjà, en tarissant toute relation aussi lacunaire soit-elle avec des pans entiers de la population de ce pays afin de contrôler toute contestation d'un projet tant national qu'européen et mondial aux conséquences économiques, sociales et politiques dévastatrices qui ne recueille l'adhésion d'aucune majorité digne de ce nom en Europe et au-delà.


    Certes ! Nous ne sommes pas dupes : le bannissement depuis 10 ans de Dieudonné a pour but, à la fois de réduire au silence un opposant mais aussi, et surtout, de le radicaliser (le forcer à hurler - métaphoriquement) et de le pousser à la faute afin de le marginaliser définitivement aux yeux d'un public somnolent car éreinté après une journée épuisante - et cette audience-là est bel et bien aujourd'hui l'unique cible des médias de masse ; public qui n'a, malheureusement, ni les facultés ni le temps de déjouer les intrigues de médias qui ne se reconnaissent plus qu'une seule obligation : complaire à leurs employeurs (actionnaires, annonceurs publicitaires et l’Etat) : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte ; médias qui, dans les faits, ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune qui devra marcher droit : dans le cas contraire, toutes les représailles seront à craindre : ici chômage et menaces physiques ; ailleurs les bombes.

     

    Et c’est bien sur ce quoi repose tout le discrédit de ces médias depuis trente ans : la certitude que si d'aventure les salariés et les intervenants de ces médias étaient capables de penser autrement, on peut être assurés qu’à aucun moment ils ne seraient en position de mener à bien cette ambition (pour ne rien dire de ceux qui s'autoriserait à le faire) ; car force est de constater que le recrutement de ces femmes et de ces hommes a pour premier critère non pas ce dont ils sont capables mais bien plutôt ce dont ils sont  incapables : oser penser la complexité du réel en y intégrant le poids de toutes les forces qui oeuvrent à sa mésinterprétation dans le meilleur des cas ; à sa disparition... dans le pire. Et manifestement, les recruteurs ne se trompent jamais ou bien rarement ou pas longtemps, étant eux-mêmes très certainement recrutés selon le même critère : ils n'ont pas le droit à l'erreur dans leur nomination de celle ou de celui qui devra mener une barque médiatique qui ressemble étrangement à un bateau fantôme à la dérive, ersatz d’équipage auquel il a été fixé un seul objectif  : malmener et tabasser le réel à coups d'articles aussi indigents que malhonnêtes, et ce afin d'assurer la protection d'intérêts partisans contre le bien commun ; intérêts qui ne souffriront aucune mise en danger.

     

    L'unanimité contre Dieudonné ne peut s'expliquer autrement : l'absence de voix dissonantes laisse entrevoir un abîme d'incompétences... un tombeau éthique, là où prospère non seulement l'indigence intellectuelle mais... la lâcheté aussi ; une lâcheté et des manquements coupables de lèse-société.

     


    Dieudonné : à Nantes, entre "pro" et "anti", un dialogue sans haine

              "Les uns manifestaient contre l'antisémitisme. Les autres ont leur billet pour le spectacle de jeudi soir. Ils ont su se parler. C'était impossible à prévoir."


                A force de publier des articles qui maltraitent et tabassent  le réel à coups de pied, de poing et de matraque, cela n'a rien de surprenant : les propriétaires des médias dominants finiront par faire du métier de journaliste, un métier qui ne veut plus rien souhaiter savoir ni comprendre.



    Dieudonné, Soral, Zemmour et la haine des autres

     

                   Décidément, jamais vous ne renoncez !


    ***


    Alain Soral ou la raillerie nietzschéenne !



                Difficile de se passer de l'intelligence d'Alain Soral ! Fervent soutien, dans l’esprit, au conseil national de la résistance, il est celui qui, aujourd'hui en France, avec l’aide de Rousseau, de Marx, de György Lukács, de Philippe Muray, de Michel Glouscard et de Jean- Michel Michéa , développe les analyses les plus courageuses, les plus pertinentes, les plus intelligentes et les plus talentueuses sur la société française (d’aucuns écriront : "... sur ce qui est arrivé à la France...") de la fin de la seconde guerre mondiale à nos jours.


    Quant à Zemmour...


    Pauvre de lui ! Victime, il n'aura rien choisi pour lui-même, se contentant de porter, comme on porte un fardeau, une histoire familiale qui a fait de lui un être verrouillé à double tour : ressentiment, aveuglement et anti-humanisme forcené.

    On ne peut que le plaindre. Il a toute notre commisération et notre compassion (enfin... jusqu'à un certain point parce que... faut pas pousser non plus !).

    _______________________

     
    Pour prolonger, cliquez : Pour une presse de toutes les intelligences

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Christine Taubira : Israël et Dieudonné - embarras et service commandé


    Ils ne sombraient pas tous mais tous étaient frappés

     

    _________________

     

                 Brillante candidate à la présidentielle de 2002, une tête bien faite et bien pleine, des convictions qui ne sont pas simplement des humeurs (celles de tout le monde) ni un positionnement ethnique et démagogique ou plus simplement carriériste...

     

    Rapporteuse de la loi du 21 mai 2001 qui reconnaît enfin que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien constituent un crime contre l'humanité…

     

    Garde des Sceaux, star du gouvernement Ayraul, si Christine Taubira est en politique un de nos derniers intellectuels engagés - après elle, la médiocrité de ceux qui ne se sont donné la peine de rien, même pas de naître, tout occupés qu'ils sont à gérer une carrière politique qu'ils espèrent longue et fructueuse sur le dos de tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un électeur... même et surtout abstentionniste -...


     

     

    Dans cette vidéo de Médiapart (à la 30e mn) qui lui a consacré une soirée voilà quinze jours, on ne manquera pas de noter l'embarras de notre Garde des Sceaux lorsqu'un sociologue lui suggère d'abroger la circulaire de Michèle Alliot-Marie qui interdit tout appel au boycott des produits d’un pays... Israël en l'occurrence ; embarras jusqu’à perdre pied puis s'effondrer moralement et intellectuellement : en effet, Christine Taubira mentionnera l’Iran qui devrait, selon elle, faire l’objet d’un boycott, feignant sans doute d’oublier que ce pays est déjà sous embargo, embargo draconien, au prétexte que ses dirigeants souhaitent concurrencer sur un plan nucléaire un Etat qui s’est pourtant affranchi des lois internationales depuis plus de 40 ans, Israël, avec le soutien d’une grande partie de la classe politique française jusqu’au plus haut sommet de l’Etat.

     

    Notre sociologue se gardera bien de le lui rappeler, constatant tout comme nous le malaise de Madame Taubira ; malaise qui confirme une fois de plus nos soupçons : quiconque s'avise de dénoncer le laxisme scandaleux de l'Etat français vis à vis d'Israël, sa complicité, devra renoncer, ici en France, à un avenir professionnel qu'il soit politique, économique, médiatique ou universitaire, au plus haut niveau.


    Certes ! Les consommateurs ont toujours la liberté de prendre la bonne et sans doute, la seule décision qui s'impose, au moment de leurs achats, pour peu que la provenance des produits soit loyalement étiquetée, n'empêche, il y a des chapes de plomb et des Epées de Damoclès qui, en un tour de main, forcent un esprit qui a pourtant mille fois prouvé sa combativité, à battre en retraite avant de s'adonner, le regard craintif et inquiet, à un exercice cocasse d'humilité et de timidité aussi inattendu que confus.


    Christine Taubira récidivera quelques jours plus tard, cette fois-ci à propos de Dieudonné dans une tribune aveugle et sans nuance du Huffington Post ; véritable lynchage de l’humoriste dans la plus pure tradition d’une campagne calomnieuse de persécution concertée ; il ne manque plus que les aboiements des chiens déchaînés et les encouragements de leurs maîtres : « Allez, cherche mon chien ! Cherche ! » ; une Christine Taubira en service commandé ("Allez Christine ! On t'a finalement soutenue dernièrement, un peu tard mais quand même ! A toi maintenant de nous rendre ce petit service !") chez un fantôme, un revenant, une dénommée Anne Sinclair (souvenez-vous, si vous n'avez pas peur des cauchemars !), rédactrice en chef d’un Huffington Post sans audience... spécialiste, avec quelques autres, d'un « journalisme » de restauration passeur de plats ; et comme un fait exprès qui n'est pourtant plus un hasard ni une exception : une ancienne animatrice télé de l'audimat et des coupures publicitaires pour laquelle le soleil se lève et se couche avec un pays qui aujourd'hui n'a plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid (Vous voyez, on n'en sort pas, jamais !).


     

    ***

     

                  Avec l’abandon en 1983 d'un projet destiné à contrer l'offensive néo-libérale et la nomination de Fabius s’ensuit un deuxième abandon : celui des classes populaires livrées au chômage et à la violence d’un libéralisme économique  sans précédent depuis la fin de la seconde guerre mondiale ; arrive alors SOS racisme et le détournement d’un élan qui se voulait fraternel et rassembleur porté par des français issus de l’immigration, appelé « Marche pour l’égalité » ; récupération dans le but de reléguer les classes populaires blanches et européennes maintenant stigmatisées, accusées de tous les maux – racisme, antisémitisme, xénophobie, islamophobie -, et à propos desquelles le PS ne fondait plus aucun espoir électoral, à la désertion des urnes ou au vote FN, vote stérile,  avec l’appui de tous les médias qui tiennent depuis trente ans un rôle stratégique dans la production et la diffusion d’une doxa qui recouvre tout : à la fois la finance, l’économie, le politique et la culture.

    Il reviendra à l’humoriste satiriste Dieudonné à partir de 2003 de dévoiler au grand jour toute la supercherie de ce système de domination par la division et la diversion (détourner l’attention des vrais problèmes socio-économiques) ;  le PS est alors tout nu, SOS racisme aussi et les médias tout autant, les fesses à l'air.

    On notera au passage que Dieudonné, né M’Bala M’Bala de mère bretonne et de père camerounais  aurait dû être l’enfant d’un modèle  à vocation multiculturelle dont le PS et des Verts souhaitaient assurer la promotion.  Et c’est sans doute là toute l’ironie de la situation : que ce soit Dieudonné, le métis, qui mette à mal une idéologie dominante du mensonge, de la rapine et du détournement des richesses révèle avec une acuité plus grande encore toute l’escroquerie de l’entreprise :  il n’a jamais été question de rassembler ce pays autour d’une idée forte qui aurait le souci de la justice pour tous mais bien de le diviser, de le dépecer pour mieux le livrer à une oligarchie mondiale seule capable de garantir à une classe politique sans envergure, sans estomac et sans projet digne de ce nom, secondée par une classe économique et médiatique vorace, des carrières nationales, européennes et mondiales mirobolantes, en centaines de milliers d’euros annuels, sur le dos du monde du travail et de l’histoire sociale et culturelle de tout un pays, voire.. d’un continent : l’Europe.


    ***


              Pour revenir à Christine Taubira et le PS...  force est de conclure ce qui suit : ce parti n'a pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer.

    Prêtez-leur un bras et main forte, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y abandonnerez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : rincé et discrédité - d'une collaboration, même éphémère,  avec un parti qui cultive comme aucun autre, le mépris courtois et sournois envers ceux qui le servent, sans doute à cause d'une trahison politique qui lui sied si bien depuis trente ans ! - Mépris que l'on pourrait sans difficulté interpréter comme un transfert à des fins thérapeutiques : en effet.... c'est celui qui dit qui est, car enfin... n'est-ce pas une tâche insurmontable à la fois de se le dire et de constater qu'on l'est... parjure sans foi ni loi, le matin devant sa glace à l'heure où il faut en remettre une couche ?

     

    Après leur départ, reste alors pour tous ceux qui ont un jour succombé à l'appel du PS (le tout dernier en date, Edouard Martin, ouvrier syndicaliste dans la sidérurgie), à se faire oublier au plus vite dans le confort d'une retraite rondelette ; et pour ceux qui auront gardé un minimum de conscience morale... retraite amère qui ressemble étrangement à une cavale : rompre tout contact avec son passé tout en renonçant à une vie sociale digne de ce nom.

     

                      Mais alors... est-ce un hasard si ce destin sacrificiel qui ressemble fort à une crucifixion touche en priorité des Français qui appartiennent à des minorités visibles ?

    On pourra longtemps s'interroger sur le fait que le PS ait pu confier à Christine Taubira un projet de loi aussi clivant et controversé que "Le mariage pour tous". Doit-on y voir là, une fois encore, un désir du PS de gonfler les scores du vote FN avant de l'instrumentaliser à la prochaine présidentielle de 2017 (1) ? Ce qui a fonctionné une fois, fonctionnera-t-il une seconde fois ? L'Oligarchie nous prépare-t-elle un second tour avec le FN ?


    ***

     

                Ah ! Mépris quand tu nous tiens.....................   Harlem Désir (il sera le premier), Malik Boutih, Najat Vallaud-Belkacem et maintenant Christine Taubira...

    Même en politique, on leur confie le sale boulot.

    ____________________


    1 - Si le PS préfère de loin Marine Le Pen à Dieudonné, c'est que le danger est moindre, voire inexistant : en effet, le FN ne lui a jamais fait perdre une élection majeure. Bien au contraire ! De plus, l'électorat du FN lève la tête vers ses dirigeants quand il a besoin d'entendre ce qu'il pense tout bas. Avec Dieudonné, c'est en grande partie son public qui l'a "instruit" politiquement ; son public et ses déboires avec les producteurs de l'industrie du spectacle.


    Pour prolonger, cliquez : Porter la crise au coeur du PS et des Verts

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Taubira insultée ! Taubira humiliée !


                   Lors d'un déplacement vendredi de Christiane Taubira à la cour d'appel d'Angers (Maine-et-Loire), une adolescente de 12 ans qui faisait partie d'un groupe d'opposants au mariage pour tous, réunis à l'extérieur de l'édifice, avait comparé la ministre de la Justice à une "guenon".

     

    Le parquet de Paris a ouvert le 21 octobre une enquête préliminaire après les propos d'une ex-candidate du Front national aux municipales qui avait comparé Taubira à un singe.

     

    ***

     

    2013-10-21T155832Z_1_APAE99K18DS00_RTROPTP_3_OFRTP-FRANCE-TAUBIRA-FN-20131021-b62a8.jpg



                 "C’est sans doute un signe des temps : les « inquiétudes » de Christiane Taubira sur la société française ne retiennent pas l’attention. La ministre de la justice a été insultée deux fois en une semaine par des propos racistes ; elle s’est émue hier d’un relâchement public, mais personne ne l’a noté." Hubert Vertas, France Culture.


    D’aucuns s’étonnent de la passivité de toute une classe médiatique et politique d'ordinaire si prompte à s'indigner pour un peu, pour un tout, pour un rien !

    Mais alors, que l'on prenne la peine de regarder la vérité en face : cette passivité est à l’image du mépris (et dans le meilleur des cas : dédain et condescendance) dans lequel, en France, la communauté noire est tenue, pour ne rien dire de l’incompétence de ceux qui sont censés la défendre.

    Et quand ils osent relever la tête... ce sont des procès sans nombre auxquels il leur faut faire face au nom de la lutte contre une "concurrence victimaire" qui remettrait en cause une unité nationale fantomatique et dans laquelle, soit dit en passant, ce sont toujours les mêmes qui font bloc, front et barrage.


    __________________________


    Pour prolonger, cliquez Kemi Seba

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu