Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

urss

  • Roger Garaudy : réhabilitation et justice

     

     

                 « Toujours à contre-nuit, comme un pont de lumière entre l’Europe et l’Orient»

     

    garaudy,censure,israël,usa,urss,christianisme,marxisme,philosophie,pcf,cgt,politique,justice,bannissement,bernanos,roger garaudy,kravtchenko

     

    Spiritualisme, morale marxiste, marxisme et Chrétiens, Islam…

     

                   Né le 17 juillet 1913 à Marseille, résistant, communiste, enseignant, député, sénateur, écrivain et philosophe, humanisme et marxisme, Bernanos de gauche, membre du parti communiste dès 1933, arrêté en 1940 sous le régime de Vichy, déporté en Algérie... après la libération Roger Garaudy entre au comité central du PCF.

    Très tôt, Roger Garaudy ouvrira un dialogue avec l’autre versant de la réflexion révolutionnaire dans l’ouvrage « L'église, le communisme et les Chrétiens » car pour Roger Garaudy, révolution et transcendance sont indissociables.

    En bon communiste discipliné et aveugle, il sera sans pitié pour Victor Kravtchenko (l'auteur de Chose Freedom, un livre dénonçant le système soviétique, publié à New York en 1946) même si, tel un effet boomerang, bien des années plus tard, à propos d'un de ses ouvrages, il lui faudra, lui aussi, faire face à une vendetta qui n’aura rien à envier à celle que Kravtchenko en 1947devra affronter au moment de son procès en diffamation contre l’accusation d’agent américain lancée par le PCF ; un Kravtchenko seul et abandonné par toute la classe intellectuelle dite de gauche, dite progressiste.

    L'invasion de la Tchécoslovaquie par l’URSS lui inspirera deux ouvrages : "Pour un modèle français du socialisme" et le questionnement suivant : "Peut-on être communisme".

    Au cours des années soixante il s’orientera vers une approche « auto-gestionnaire », voire « libertaire » de l’organisation de l’existence ; il penchera pour l’émancipation de la classe ouvrière des appareils des partis politiques et des syndicats : PCF – CGT en tête.

    En 1970 il est exclu du PCF. Il se tourne alors vers la religion : le Christianisme de son enfance avant de se convertir à l'Islam en 1982 après avoir vu dans le Coran la continuité du message de Christ : Jésus et les Evangiles. Il viendra à l’Islam « l’Evangile d’une main et le Capital de l’autre » précisera-t-il.            

     

    garaudy,censure,israël,usa,urss,christianisme,marxisme,philosophie,pcf,cgt,politique,justice,bannissement,bernanos,roger garaudy,kravtchenko

                (Partout les mêmes images : Gaza, Syrie, Irak, Yémen, Libye, Afghanistan - partout les USA, Israël, l'Arabie Saoudite, le Qatar, les djihadistes coalisés et une Europe supplétive : France et Grande Bretagne en tête)

     

                  Tous les titres des ouvrages de Roger Garaudy (plus de 60) témoignent d’un esprit d’une clairvoyance rare :

    - Les Fossoyeurs – Un nouvel appel aux vivants

    - Avons-nous besoin de Dieu ?

    - Vers une guerre de religion ? Débat du siècle

    - L'Islam et l'intégrisme

    - Les États-Unis avant-garde de la décadence,

    - Le Procès de la liberté

    - Le XXIe siècle – Suicide planétaire ou résurrection

    - Le Terrorisme occidental

     

                       Dans les années 90, il fut un des premiers à dénoncer un nouvel ordre mondial qui n’est que la continuité de l’ancien désordre colonial.

    L'ouvrage "Les mythes fondateurs de la politique israélienne" publié en 1995 fera de lui la victime d’un long acharnement qui n’aura rien à envier aux procès staliniens des années 30 et 40… jusqu’à sa « chute » et son bannissement professionnel et médiatique.

    L’ouvrage en question se compose de trois chapitres principaux : « Les mythes théologiques », « les mythes du XXe siècle » et « l'utilisation politique du mythe ».

                      Roger Garaudy explique le pourquoi de cet ouvrage :

     
    " ... les intégrismes, générateurs de violences et de guerres, sont une maladie mortelle de notre temps. Ce livre fait partie d'une trilogie que j'ai consacrée à les combattre : Grandeur et décadence de l'Islam , dans lequel je dénonce l'épicentre de l'intégrisme musulman : l'Arabie Saoudite. Deux ouvrages consacrés à l'intégrisme catholique romain qui, tout en prétendant "défendre la vie", disserte sur l'embryon, mais se tait lorsque 13 millions et demi d'enfants meurent chaque année de malnutrition et de faim. Ces ouvrages s’intitulent : Avons-nous besoin de Dieu ? et Vers une guerre de religion ? 

    Le troisième volet du triptyque, Les Mythes fondateurs de la politique israélienne, dénonce l'hérésie du sionisme politique qui consiste à substituer au Dieu d'Israël l'Etat d'Israël, porte-avions nucléaire et insubmersible des Etats-Unis qui entendent s'approprier les pétroles du Moyen-Orient.

    Une politique aussi inavouable en son fond exige le camouflage que mon livre a pour objet de dévoiler. D'abord, une prétendue justification "théologique" des agressions par une lecture intégriste des textes révélés, transformant le mythe en histoire : la terre conquise devenant "terre promise". Il en est de même pour l'Exode, cet éternel symbole de la libération des peuples contre l'oppression et la tyrannie, invoqué aussi bien par le Coran (XLIV, 31-32) que par les actuels "Théologiens de la libération".

    Et puis une mythologie plus moderne : celle de l'Etat d'Israël qui serait "la réponse de Dieu à l'Holocauste", comme si Israël était le seul refuge des victimes de la barbarie de Hitler, alors qu'Itzhak Shamir lui-même écrit: "Contrairement à l'opinion commune, la plupart des immigrants israéliens n'étaient pas les survivants de l'Holocauste, mais des Juifs de pays arabes, indigènes à la région."

     

                      Si à aucun moment Roger Garaudy ne niera le génocide juif, Roger Garaudy n'aura eu qu'un seul tort : dénoncer l'exploitation de ce génocide à des fins de domination et de spoliation ; ce qu'on nommera plus tard... la shoah-business, sujet de controverse lancé par le politologue et historien américain Norman G. Finkelstein dans un livre publié en 2000, sous le titre : L’Industrie de l’Holocauste : réflexions sur l’exploitation de la souffrance des Juifs.

     

    garaudy,censure,israël,usa,urss,christianisme,marxisme,philosophie,pcf,cgt,politique,justice,bannissement,bernanos,roger garaudy,kravtchenko

    (Se soumettre ou périr)

     

                       Agrégé de philosophie à 23 ans, d’une intelligence foudroyante d’une limpidité redoutable (pensée limpide dans la noirceur du siècle), suite à la publication de cet ouvrage sur l’Etat d’Israël et sa condamnation par les tribunaux à la demande des associations juives, le bannissement de Roger Garaudy de la vie intellectuelle française, peine de mort civile, annoncera la fin des débats politiques, intellectuels et spirituels en France au profit d’un « il n’y a pas d’alternative » dévastateur, qui scellera une défaite sans précédent de la pensée, comme autant de réactions en chaîne d’une décadence intellectuelle et d’une rupture de la transmission d'une tradition philosophique humaniste ; décadence qui propulsera au devant de la scène, après une chute vertigineuse de tous les niveaux de la réflexion intellectuelle et historique, un contingent arrogant, bruyant, d’une intolérance inouïe - obscurantisme, terreur et mensonges : trou noir cauchemardesque de la pensée -, relayé par des médias aux ordres qui, d'une pierre deux coups, enterreront sans sourciller, six pieds sous terre, leur métier de journaliste : Bernard-Henri Lévy, Bernard Tapie, Jack Lang, Bernard Kouchner, Alain Finkielkraut, Eric Zemmour, La Licra, le CRIF, Nicolas Sarkozy, Carla Bruni, Manuel Valls, François Hollande…

     

    garaudy,censure,israël,usa,urss,christianisme,marxisme,philosophie,pcf,cgt,politique,justice,bannissement,bernanos,roger garaudy,kravtchenko

    (Autre confirmation de la fin de tous les débats - Gaza 2008)

     

                 Infortuné, Roger Garaudy décédera le 13 juin 2012 dans le silence assourdissant d'une caste médiatique et intellectuelle terrifiée à l'idée de lui rendre justice : en effet, le premier qui s'y risquerait... sauterait.

    Qu'à cela ne tienne : Roger Garaudy aura été sans aucun doute un homme du futur… «… l'homme qui a brisé les frontières idéologiques artificielles du XX° siècle » : religion et marxisme. 

     

                        Mais alors, qui donc aujourd’hui osera témoigner en sa faveur sans craindre la relégation ?

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Littérature et essais ad hominem 1 commentaire
  • 1999 : Kosovo, Otan et désinformation

    vladimir volkoff,désinformation,kosovo,politique,usa,otan,actualité

     

               « Le prétendu droit d’intervention ne peut être envisagé que comme manifestation d’une politique de force qui , dans le passé, a donné lieu aux abus les plus graves » - Cour internationale de justice de La Haye en 1949.

     

    ***

     

                « En l’an 1999 une bombe française, démocratique, civilisée s’abat sur la capitale d’un pays, Belgrade, avec lequel la France n’est pas en guerre. La France avait le choix pourtant : prendre parti pour une nation qui fut sa sœur d’armes en 14 et en 39, la Yougoslavie, condamner expressément le bellicisme  américain, s’entremettre, négocier, jouer les médiateurs…

    La France a choisi  de servir de valet d’armes de Clinton et de Albright. Quant aux Serbes, eux n’ont jamais eu le choix puisque la proposition de l’Otan était insultante et inacceptable : occupation de la Serbie, du Monténégro et du Kosovo.

    Ce même Otan déclenchera  en boule de neige une catastrophe humanitaire à la fois chez les Kosovars, les Albanais et les Serbes.

    Accusateur, juge et bourreau, certes l’Otan ne faisait pas la guerre au peuple serbe mais au tyran Milosevic. Mais alors, pourquoi bombarder Pristina alors que le dit tyran n’y est pas ?»

     

                             Vladimir Volkoff  à propos de la guerre du Kosovo - Paris1999

     

     

                Ainsi assistons-nous à « L’opération de désinformation Kosovo » (1) jugée par Volkoff la plus ambitieuse à avoir jamais été tentée.

    Etudiant la désinformation depuis bientôt 20 ans, Volkoff propose de n’utiliser le mot « désinformation » que dans le cas d’une manipulation de l’opinion publique à des fins politiques, avec une information traitée par des moyens détournés tout en précisant que la désinformation  peut s’exercer à propos de mensonges, mais ce n’est pas la notion de mensonge qui prime ; c’est la notion de manipulation de l’opinion publique où l’acquiescement de l’opinion débouche sur une psychose collective.

    Arrivent ensuite les caisses de résonance que sont les organes qui propagent la désinformation : les médias principalement (et aujourd'hui : les réseaux sociaux).

    On peut désinformer à partir d’un mensonge comme à partir d’une vérité, un mélange vrai-faux fournissant généralement le support le plus efficace. Volkoff en 1999 prédit d’ailleurs que les choses iront en s’empirant puisque nous assistons à  une double colonisation des médias de l’information : les annonceurs qui les colonisent et l’économie qui colonise le politique.

    Et pour finir, aucune opération de désinformation ne peut se dérouler sans diabolisation de l’adversaire.

     

    ***

     

     

                    L’Otan, la coalition et la manœuvre américaine autour des événements yougoslaves.

     

              Analyse de Samuel L. Blumenfeld dans Le Monde des 2-3 mai 1999 :

    « La Russie est  la cible privilégiée de l’Otan, car c’est non seulement le pays le plus grand du monde mais c’est celui qui détient les ressources naturelles les plus importantes de la planète. Sa faiblesse actuelle présente à l’Occident une occasion unique pour imposer son contrôle sur cet immense pays qui devra ensuite être fragmenté en des Etats mieux gouvernables… »

    « Le bombardement de Belgrade fut la première salve dans cette nouvelle guerre mondiale dont le but premier est le démembrement de la nation la plus grande du monde. L’Otan espère accomplir ceci avec l’aide des Musulmans à l’intérieur de la fédération russe… raison supplémentaire d’appuyer les Musulmans contre les Serbes chrétiens… »

    On peut poursuivre l’analyse ; Volkoff n’hésite pas, prophétique : « Une fois la Russie achetée à coups de milliards de dollars, morcelée, peut-être occupée, elle doit être mise en exploitation sauvage par les transnationales. »

     

               Poutine résistera à cette humiliation et à ce pillage des richesses. C’est bien là ce que l’Otan ne lui pardonne pas aujourd’hui et tous les médias dominants atlantistes, publics comme privés.

    Un diplomate américain confiera à Volkoff à propos du projet européen de l’après guerre : « Nous souhaitons que l’Europe se fasse mais qu’elle se fasse mal ».

    Comme un fait exprès, Volkoff se manquera pas de remarquer que «  plus l’Europe se dénationalise, plus elle fournit à l’Amérique une domesticité dévouée ».

    Et Volkoff de conclure en 1999 : "L’Amérique en plein épanouissement, ambitionnant de s’étendre  à la planète entière ; l’Europe apparaît aujourd’hui comme mort-née ; et les divers pays européens comme suicidés dans leur souveraineté. Dans ce contexte, les Russes et leurs alliés en tête, qui ont l’impudence de résister  (en 1999 il s’agissait des Yougoslaves serbes), doivent être mis hors d’état de nuire."

     

     

    1 - Se reporter à Clap 36 à propos de son documentaire : Propagande de guerre, propagande de paix

     

    ***

     

              Volkoff était trop heureux de saluer en son temps le cynisme des USA durant la guerre froide : lutte contre le communisme oblige !  pour mieux déplorer dans son ouvrage sur la désinformation ce même cynisme à propos du conflit du Kosovo en particulier et de la Yougoslavie en général qui frappa de plein fouet les Serbes et leur allié russe et orthodoxe impuissant (les références culturelles de Volkoff), oublieux du fait suivant : le maître des lieux n’est pas pour ou contre, anti ou pro, il pense ce qu’il faut penser … il est ce qu’il faut être pour rester le maître des lieux en toutes circonstances.

    Les USA  introduisirent le Việt Minh en Indochine pour en chasser les Français ; ils feront la guerre en Corée puis au Vietnam une fois les Français hors jeu contre le communisme et son allié tantôt chinois, tantôt bolchévique...

    Pro-communiste en Indochine, anti en Corée et au Vietnam, pro-orthodoxe contre l’URSS puis anti-orthodoxe contre la Russie une fois l’URSS vaincue...

    Pro-islam en Europe (en Bosnie notamment, jusqu’à souhaiter l’entrée de la Turquie dans l’U.E), anti-islam au Moyen-Orient contre le Hamas ; pro-islam au côté de l’Arabie Saoudite ; anti à nouveau quand il s’agit de l’Iran…

     

               Leçon amère pour Vladimir Volkoff donc, le russe orthodoxe anti-communiste « blousé » par les USA dont les analyses gardent néanmoins dans son ouvrage écrit en 1999 toute sa pertinence à propos de la guerre en Yougoslavie, au Kosovo et des mécanismes de la désinformation ; analyses qui n’ont jamais été autant nécessaires aujourd’hui.

    _____________

    Pour prolonger, cliquez :

     

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Médias, Ukraine et propagande....


                    La Palme d'or revient à France Culture qui n'a pas cessé depuis trois semaines de vilipender la Russie, Poutine et la minorité russe de l'Ukraine.

     

     Ukraine à la 11e mns...

     

     

            Pas de représentation du point du vue russe ; pas de mise en perspective ; aucune considération pour la minorité russophone ; aucune analyse critique de la politique de l'Otan, et avec l'appui de cette organisation... de la politique des USA aux frontières de la Russie ; aucune considération pour les intérêts russes ; aucune reconnaissance ni légitimation de ces intérêts ; aucune reconnaissance d'une place au sein du concert des Nations d'une Russie indépendante, pays-continent à lui tout seul ; "journalistes" ouvertement anti-Poutine avec, dans leurs reportages, l'intériorisation du discours de propagande du nouveau gouvernement Ukrainien dit pro-européen : dans les faits, tout bonnement pro-Otan et pro-américain, et financé comme tel ; journalistes anti-russophones dans leurs propos, - vocabulaire dépréciatif à l'encontre des Russes, jugements de valeur hors du cadre de la mission qui devrait être celle d'un journaliste ; propos sans nuances et déséquilibrés...

     

     

     

             Pour encadrer ce fiasco journalistique, un Antoine Mercier qui doit très certainement déjeuner avec sa serviette noué autour de son coup, fourchette d'un main et morceau pain de l'autre, et une petite gourde ventriloque, liseuse de dépêches AFP, qui répond au nom de Caroline Broué.


    Après la Libye et la Syrie... c'est à un nouveau naufrage des médias que l'on assiste avec la crise en Ukraine ; naufrage qui confirme et consacre une fois de plus la fin du journalisme et d'une information sans parti pris ; et quand on sait que la vérité des faits est un mille-feuilles qui demande à la fois de l'expertise - histoire et culture -, un très haut niveau de conscience professionnelle et la reconnaissance d'un risque : celui de passer à côté de la vérité, tout simplement...

    Longtemps l'on pourra s'interroger sur la question de savoir comment tous en sont arrivés là.


              Certes ! Contre les médias privés nous sommes sans recours... en revanche, contre France Culture et les radios et télés du service public financés par les contribuables, nous pouvons agir en manifestant notre colère et notre écœurement...

     

    N'hésitez pas à le faire ICI

     

    ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les carnets de Jacques Sapir sur la Russie

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Katyn - enfin Wajda !

    Trois ans d'attente, dont deux années de retard, Katyn*, le film d'Andrzej Wajda, arrive en France dans sa version DVD après sa sortie en 2007 dans une seule salle parisienne.

    Katyn - Wajda dvd édition montparnasse.JPG
    .
    Katyn : près de Smolensk, forêt située à environ 50 kilomètres de la frontière biélorusse
    .
    ________________________
    .
    .
    Crime, mensonge et oubli
    .
    .
    Katyn et Staline.jpg
    En avril 1940, 21957 prisonniers de guerre polonais seront exécutés par les services spéciaux du NKVD (police politique secrète du parti communiste de l'URSS) dont plus de 4000 dans la forêt de Katyn ; tous officiers, en majorité réservistes, tous appartiennent à l'intelligentsia polonaise - élites politique, économique et culturelle.
    .
    Décision prise par le Politburo qui avait alors pour membres : Staline, Molotov, Beria,  Kaganovitch,Vorochilov, Kalinine et Mikoïan après le partage de la Pologne entre la Russie et l'Allemagne en 1939, et alors que les Allemands, de leur côté, construisait le camp de concentration d'Auschwitz qui n'était  pas encore destiné à l'extermination des juifs mais aux officiers polonais faits prisonniers.
    .
    Décision fut prise de déporter tous les membres de leur famille dans le Kazakhstan pour 10 ans (adultes et enfants) à l'initiative de Khrouchtchev.
    .
    Le seul crime de tous ces officiers : être des patriotes polonais soupçonnés, une fois libérés, de vouloir prendre une part active à la lutte contre la prise de contrôle de la Pologne par l'URSS et sa politique impérialiste et pour la renaissance d'une Pologne indépendante ; ce même patriotisme qui infligea une défaite humiliante à l'armée communiste en 1920 lors de la première tentative d'annexion de la Pologne par la nouvelle URSS.
     
    ..
    ***
    .
    Terreur et idéologie : fin du droit, de la responsabilité et de la culpabilité individuelles. Nettoyage ethnique chez Hitler contre nettoyage de classe chez Staline.
    katyn et hitler.jpg
    .
    Pendant plus de quarante ans les Soviétiques réussiront à camoufler ce crime à leur population et à celle de l'Europe de l'Est et à en accuser les nazis. Il faudra attendre les années 80 pour que l'URSS reconnaissance son entière responsabilité*
    ..
    Le massacre de Katyn Zaslavsky - Tempus.JPG
    (Edition originale 1998 - ré-édition 2007 actualisée)
    .
     
    * Responsabilité : inutile de préciser que la Grande Bretagne et les Etats-Unis connaissaient la culpabilité de l'URSS depuis 1942 et nous tous aussi, en Europe de l'Ouest.
    .
    ______________
    .
    On estime à plus de 400 000 le nombre des victimes (déportation, emprisonnement ou assassinat) de l'occupation russe de la Pologne durant la seule période de la seconde guerre mondiale : 400 000 sur une population de 12 millions.

     

    Lien permanent 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu