Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

vietnam

  • Obama à Hiroshima(-Nagasaki) : le plus grand crime raciste de masse de l'histoire moderne

                  « Que dans un monde livré à tous les déchirements de la violence, incapable d’aucun contrôle, indifférent à la justice et au simple bonheur des hommes, la science se consacre au meurtre organisé (après les nazis - ndlr), personne sans doute, à moins d’idéalisme impénitent, ne songera à s’en étonner. » A. Camus. 1945. Journal Combat.

     

     

    ______________________________

     

     

                  Crime de guerre, crime raciste...

                  Le 6 août 1945 à 2 h 45 (heure locale), le bombardier B-29 piloté par Paul Tibbets, baptisé Enola Gay du nom de sa mère, décolle avec à son bord une bombe atomique à l'uranium 235 d'une puissance de 15 kilotonnes, surnommée Little Boy. L'équipage est composé de douze hommes, dont quatre scientifiques destinés à l'analyse de l'explosion.

    La bombe, recouverte de signatures et d'injures à l'adresse des Japonais est armée en vol et larguée à 8 h 15, à près de 9 000 mètres au-dessus de la ville d'Hiroshima. À 8 h 16 min 2 s heure locale, après 43 secondes de chute libre, la bombe explose à 587 mètres du sol, à la verticale de l’hôpital Shima, situé au cœur de l'agglomération.

    L'explosion, équivalant à celle de 15 000 tonnes de TNT, rase instantanément la ville.

     

    Destruction_Dome_Corbis.jpg

     

                       Rideau.

     

    ***

     

               Si le bombardement des villes Hiroshima et Nagasaki peut recevoir sans l'ombre d'une hésitation le qualificatif de crime de guerre, avec ou sans la caution d'une cour internationale de justice et d'une charte de l'ONU car la morale et les faits n'ont besoin d'aucune caution quelle qu'elle soit, il n'en demeure pas moins que cet acte d'une barbarie sans nom - qui met provisoirement un terme à près de quatre années de bombardements massifs de population civile par l'aviation allemande et alliée au bilan de 40 millions de morts... provisoirement car... le Vietnam ne tardera pas à s'attirer les foudres de l'oncle Sam -, peut être tout aussi légitimement qualifié comme suit : le plus grand crime raciste de masse de l'histoire moderne (1).

     

                  "Les Japonais, vous dites ? Quoi ? En1945 ? Mais... c'est qui, c'est quoi ? On s'en fout !"

                 Souris de laboratoire (La bombe, quelle efficacité ? Combien de morts ? Quelle vie pour les irradiés survivants ?), sacrifiés sur l'autel d'une guerre froide à venir (rabattre le caquet de Staline et ses exigences), considérés dans l'imaginaire occidental comme une population d'infra-humains avec ces individus de petite taille au teint jaune et aux yeux bridés... pour ces raisons, jamais l'Occident n'aurait destiné cette bombe atomique à un Allemand, grand gaillard aux cheveux blonds et aux yeux bleus car, nazie ou pas, l'Allemagne (et l'Autriche) c'est non seulement des trains qui partent et arrivent toujours à l'heure mais c'est aussi Bach, Kant, Beethoven, Goethe et dans les années 20 et 30, des prix Nobel à la pelle.

    Faut dire qu'à cette époque, les USA n'étaient pas à un racisme près avec le développement séparé des populations blanches et des populations noires ; véritable apartheid sur leur propre sol.

             Aussi, c'est bien le caractère intrinsèquement raciste du bombardement de Hiroshima et de Nagasaki - bombardement sans excuse qui demeure, 70 ans après les faits, toujours sans jugement ni condamnation -, qui se trouve là confirmé.

     

     

     

    1 - N'en déplaise à la vulgate, les Juifs d'Europe n'ont jamais été considérés comme des sous-hommes par les nazis ou le régime de Vichy mais bien plutôt comme un ennemi de classe : rivalité entre une bourgeoisie d'affaires apatride puissante et un capitalisme de souche et d'identité nationales et familiales ; autre ennemi : le "Juif fomenteur de révolutions ouvrières" ; et puis enfin, ennemi de nature... un ennemi quasi biologique : propension irréfragable à la domination d'une ethnie contre la crainte d'une bourgeoisie européenne de sortir perdante d'une telle compétition et d'une telle confrontation, dans le contexte d'une idéologie de domination sans partage des territoires et des Peuples européens, tous les Peuples européens, propre au nazisme.

    Deux Peuples "élus"... dont un de trop ! Election pour élection... l'Histoire nous enseigne qu'il faut simplement arrêter de raconter et de penser des conneries sur soi-même, et par ricochet, sur les autres dans le genre : "Je suis né pour dominer et vous pour m'obéir !"

     

    ________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Témoignages des irradiés et survivants : Les Hibakushas

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Résistance en Indochine : entre mémoire et oubli

    Hardouin Ombres indochinoises.JPG 

     

                   Le 8 avril 1941 le Sergent Hardouin du 13ème RTS d’Alger, engagé volontaire dans l’armée coloniale en 1938, répondant au matricule 2779, embarque sur le « Compiègne » en direction de l’Indochine : destination Tourane et Hué - province d’Annam, aujourd’hui Viet Nam.

    Tours d’hélice par les « 40èmes Rugissants » - le canal de Suez étant fermé -, puis Sumatra, après cent jours de mer et d’escales, le 26 juin 1941 le « Compiègne » remonte la rivière de Saïgon.

    Raul Hardouin avait quitté une France et une Afrique occupées par les Allemands et les Italiens, il trouvera une Indochine sous le joug d’un Japon qui, à cette époque (1941 et 1942) progressait victorieusement sur tous les fronts du Sud-Ouest asiatique mettant les armées anglaises et américaines en déroute ; or, une grande partie de leur ravitaillement en hommes et matériels passait par l’Indochine française.

    Le Sergent Hardouin se présentera à l’Etat Major (E.M.) de la Brigade Annam Laos (B.A.L.) situé à Hué ; âgé de 21 ans, il sera affecté au Bureau des Statistiques Militaires (B.S.M.) en tant qu’agent de service de renseignements et membre du Service Action : regrouper toutes les informations possibles sur les unités japonaises, leurs mouvements par voies routière, ferroviaire, aérienne, et maritimes, renseigner les forces alliées à leur sujet, telle est la mission du Sergent Hardouin et de ses hommes parmi lesquels ont comptera de nombreux civiles français et autochtones - des hommes qui s’inscriront en bonne place au martyrologue de la France.

    Car la Résistance qui s’organise en France devra exister ici aussi ; et tout doit être fait pour tenter sauver l’Indochine de la main mise japonaise et de sa Kempé Taï, l’équivalent de la Gestapo, qui avait tout pouvoir et en usa dans des conditions atroces ; on ne compte plus les personnes qui sont décédées après avoir subi les pires tortures pendant de longues journées d’interrogatoire.

     

    ***

     

                   Le 9 mars 1945 « … date fatidique pour l’Indochine française, début de son destin tragique qui se terminera dans la cuvette de Dien Bien Phu », c’est l’ultime attaque du Japon qui s’empare de la totalité de l’Indochine ; le Haut Commandement et le Gouvernement Général seront mis hors de combat en quelques heures.

    Le Sergent Hardouin et des éléments des réseaux de Résistance et du S.A. de l’Annam et du Laos prendront alors la brousse puis la jungle dans la région montagneuse de l’Ataouat (entre 1500 et 2500 mètres d’altitude).

    Six mois d’un périple sous une pluie diluvienne ; trois mille kilomètres sous un soleil brûlant le long de la chaîne Annamitique, parfois sans médicament et sans nourriture : attaques japonaises incessantes, sangsues, fourmis, gale purulente, pieds en sang, à dos d’éléphants, en pirogues, radeaux... tout en poursuivant la mission de renseignement...

    Arrive le 15 août, date de la demande d’armistice du Japon ; puis la capitulation…

    De l’Empereur Bao Daï à Hô-Chi-Minh, de trahisons en opportunisme jusqu'à l’implantation d'un Viet Minh soutenu et financé par la Chine et les Etats-Unis – Roosevelt et Truman ne voulaient pas revoir la France en Indochine après la capitulation japonaise et en accord avec les Russes -, la politique retrouve tous ses droits - politique qui n’est que la continuation de la guerre par d’autres moyens.

    Raoul Hardouin, maintenant sous-lieutenant, sera rapatrié vers la métropole le 6 février 1946 à bord du paquebot « Pasteur », cette fois-ci par le canal de Suez. Débarquement à Toulon le 28 février, là où les pensées de l'auteur iront « … vers tous les camarades qui dorment leur dernier sommeil en cette terre d’Indochine, sans une tombe et sans une croix...»...

    Dépité, le sous-lieutenant Hardouin quittera l'Armée pour ne plus y revenir.

     

     

    ***

     

                   Sans concession ni complaisance, d’une lucidité aussi rare qu’utile, ce récit dédié à la mémoire du Commandant de Goer de Herve à la tête de perce-murailles qui risquaient chaque jour leur vie pour arracher des renseignements précieux - tous ces agents de renseignement résistants furent vite oubliés au moment de l’arrivée en Indochine de nouveaux chefs nommés par de Gaulle -, ...

    Ecrit quarante ans après les faits, peu de temps avant le décès de l’auteur, ces Ombres Indochinoises* testamentaires fourniront sans aucun doute un nouvel éclairage sur cette activité de résistance qui participa à la victoire des Alliés dans le Sud-Est asiatique ; activité et région rarement mises à l’honneur par les historiens de la Résistance.

    ___________________

     

    * Si vous avez des difficultés pour vous procurer cet ouvrage, n'hésitez pas à me contacter par mail.

    Lien permanent Catégories : A l'international 0 commentaire
  • Le Grand Faucheur

    220px-Henry_Kissinger.jpg

    3144fe51.jpget la Grande Faucheuse

     

    Seal_of_the_Central_Intelligence_Agency.svg

     
    Vous qui avez le malheur de croiser ma route, abandonnez là toute espérance !

    (...et faites votre dernière prière !)

     
     
     
    ***
     
     

               Sous le grand boucher de la Realpolitik.... tous tombèrent : hommes, femmes, enfants, vieillards... au Vietnam, au Cambodge, en Amérique du Sud, en Afrique... sous des tonnes de bombes, exécutions sommaires, pendaisons, tortures, corps jetés à la mer par avions ou hélicoptères... prétendument au nom d'un anti-totalitarisme curatifs et préventifs - c'était selon... l'humeur -, même si après le passage du Grand Faucheur,  la démocratie ne s'est jamais aussi mal portée (on n'en dira jamais autant, il est vrai, des multinationales et de leurs succursales dans les pays concernés).

     


    Henry Kissinger malmené par des manifestants au Congrès américain

    ____________________

     

    Devoir de mémoire

     

                   Diable ! Mais qui a dit que l'Histoire ne respecte et ne fait la part belle qu'aux  vainqueurs et aux salauds ? Car pour eux ce sera... honneurs et longévité.

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Cendres d'hommes, de femmes et d'enfants

     

    Vous ne voulez pas mourir trop tôt ?

     

    Engagez-vous dans l'armée ! 

     

    frencharmy.jpg

      

        

    Suite à l'article de Jean-Yves Nau de Slate.fr

     

     

     

     

     

                 A propos du taux de mortalité chez les militaires qui est de loin inférieur à celui des populations civiles,qui peut ignorer qu’un des buts de toute guerre, c’est de tester de nouveaux armements ?

    Quand l’occasion tarde à venir, eh bien, on la crée.

    Paradoxe suprême : plus l'armement est sophistiqué, plus ce sont les populations civiles qui trinquent ; on n'en a jamais autant massacrées depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

     

    Aujourd'hui, les soldats ne veulent plus mourir, semble-t-il. Dans certains conflits, on échange même ces soldats contre des civils qu’on abandonne aux mains de leurs tortionnaires : c’était en Bosnie.

     

    Force est de reconnaître qu’un soldat, ça coûte cher : il faut le nourrir, l’habiller, le loger. Pensez à sa formation, à son entraînement... armes, bagages et matériel high-tech !

     

    Ne nous y trompons pas : l‘armée est dirigée aussi par des gestionnaires qui sont quotidiennement évalués sur leur capacité à obtenir le résultat qu’on attend d’eux mais... avec un minimum de pertes en hommes et en matériel. Les civils, eux, se comptent en milliards, et ils ne coûtent rien : pas d’investissement, pas de matériel high-tech.

     

    Le jour où l’on s’est autorisé à bombarder les populations des villes, des tonnes de bombes sur des milliers de civils - avant-hier le Vietnam, hier l’Irak, aujourd’hui l’Afghanistan et la Palestine -, ce jour-là, on nous a fait savoir qu’un soldat n’avait pas de prix et qu’un civil ne valait rien.

     

                Aussi... pour un peu, et sans qu'on nous y pousse, on en viendrait bien à penser : "Puisque leur armement ne nous protège plus, nous les civils... exigeons qu'ils nous le rendent cet argent... argent parti en cendres d’hommes, de femmes et d’enfants !"



     _________________

     

     

    Pour prolonger, cliquez : D Day, la grande gueule ouverte de l'enfer

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Viet-Nam, Irak oui ! Syrie non !

     

     

                 Pourquoi doit-on s’opposer à toute ingérence en Syrie et accueillir avec la plus grande des réserves les événements et toute information venant de Syrie ?

     

    1 – Ceux qui se penchent sur le berceau syrien  n’ont aucun projet de justice, de démocratie et de liberté pour le Peuple syrien.


    2 – La chute d’Assad ne conduira pas à la démocratie, à la justice et à la liberté pour le Peuple syrien.


    3 – Les grands bénéficiaires de la chute du régime syrien seront entre autres : les USA, Israël, le Qatar et l’Arabie Saoudite  qui n’ont jamais soutenu la démocratie, la liberté et la justice dans cette région et nulle part ailleurs.


                     A – Les USA : empire orphelin privé de civilisation (dans le sens de... entente spirituelle unanime entre les hommes : Elie Faure), gigantesque outil de destruction seulement capable aujourd'hui d'exporter le chaos : chaos financier en Europe ; chaos guerrier partout ailleurs...


                     B – Israël : Etat qui ne respecte aucune loi internationale, vit et prospère sur le dos de centaines de milliers de Palestiniens placés sous un régime de quasi Apartheid.


    Là-bas : vol de la terre, assassinats, meurtres, bombardements civils, occupation, humiliation...


    Ici : bannissement, chantage professionnel, chantage à l'anti-sémitisme, racket sous la forme de procès sans nombre contre quiconque ose dénoncer la connivence au plus haut sommet de l'Etat français avec cette politique : journalistes, artistes, producteurs radio et télé, universitaires et blogueurs...


                    C – l’Arabie Saoudite – Qatar : 1er agent de propagation du bacille de la peste religieuse intégriste dans nos banlieues... et partout ailleurs en Afrique.

     

     

    Car enfin…


    Qui peut bien souhaiter une Syrie démocratique, forte, libre et indépendante (mais musulmane quand même !) dans cette région ?


                Personne, excepté le Peuple syrien pour peu qu'il existe et qu'il en soit capable.


    La Syrie d'Assad dérangeait quels intérêts ?


                 USA, Israël et les monarchies sunnites alliées des USA...


    Une Syrie détruite et à genoux rend service à qui ?


                 Aux mêmes.


                  Et bien que les États-Unis aient utilisé du gaz orange au Viet-Nam et aidé Saddam Hussein à utiliser du gaz contre l’Iran, il semble bien qu'ils ne soient pas disposés à ce que Bachar al-Assad ou quiconque en Syrie puissent en faire autant.


    Doit-on alors saluer au passage une remise en cause salutaire des USA par les USA ?

    La question est posée.




    _____________________

     

    Pour prolonger, cliquez Syrie: la lettre d'un ancien ambassadeur de France à François Hollande


    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Cendres d'hommes, de femmes et d'enfants

     

    Vous ne voulez pas mourir trop tôt ?

     

    Engagez-vous dans l'armée !   

         

    _____________________________

     

     

    Suite à l'article de Jean-Yves Nau de Slate.fr

     

     

     

     

     

                 A propos du taux de mortalité chez les militaires qui est de loin inférieur à celui des populations civiles, qui peut ignorer qu’un des buts de toute guerre, c’est de tester de nouveaux armements ?

     

    Quand l’occasion tarde à venir, eh bien, on la crée.

    Paradoxe suprême : plus l'armement est sophistiqué, plus ce sont les populations civiles qui trinquent ; on n'en a jamais autant massacrées depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

     

    Aujourd'hui, les soldats ne veulent plus mourir, semble-t-il. Dans certains conflits, on échange même ces soldats contre des civils qu’on abandonne aux mains de leurs tortionnaires : c’était en Bosnie.

     

    Force est de reconnaître qu’un soldat, ça coûte cher : il faut le nourrir, l’habiller, le loger. Pensez à sa formation, à son entraînement... armes, bagages et matériel high-tech !

     

    Ne nous y trompons pas : l‘armée est dirigée aussi par des gestionnaires qui sont quotidiennement évalués sur leur capacité à obtenir le résultat qu’on attend d’eux mais... avec un minimum de pertes en hommes et en matériel. Les civils, eux, se comptent en milliards, et ils ne coûtent rien : pas d’investissement, pas de matériel high-tech.

     

    Le jour où l’on s’est autorisé à bombarder les populations des villes, des tonnes de bombes sur des milliers de civils - avant-hier le Vietnam, hier l’Irak, aujourd’hui la Palestine -, ce jour-là, on nous a fait savoir qu’un soldat n’avait pas de prix et qu’un civil ne valait rien.

     

                Aussi... pour un peu, et sans qu'on nous y pousse, on en viendrait bien à penser : "Puisque leur armement ne nous protège plus, nous les civils... exigeons qu'ils nous le rendent cet argent, notre argent ! Argent parti en cendres d’hommes, de femmes et d’enfants !"




    podcast

     

    (illustration sonore : Serge ULESKI)

     

     _________________

     

     

    Pour prolonger, cliquez : D Day, la grande gueule ouverte de l'enfer

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu