Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Actu internationale - Page 2

  • Alternative européenne : Italie 1 - France 0 ?


     

    luigi-di-maio-et-matteo-salvini-se-sont-entendus-sur-la-formation-du-prochain-gouvernement.jpg

                 Luigi Di Maio et Matteo Salvini : la défaite de Bruxelles.

    Les chefs de file du Mouvement 5 étoiles (M5S - assimilé "gauche alternative et souverainiste") et de la Ligue ( assimilé extrême droite régionaliste) ont conclu un accord de gouvernement le 17 mai dernier.

    Le nom de Giuseppe Conte pour diriger le gouvernement a été proposé au président de la République le lundi 21 mai.

    Au programme : frein à l'immigration ; fin des restrictions budgétaires au profit d'une relance interne ; réforme fiscale ; revenu de citoyenneté mais... pas de sortie de l'Euro : "Revenir à la situation des origines dans laquelle les États européens étaient mus par une intention sincère de paix, de fraternité, de coopération et de solidarité".

    Reste à savoir si l'Italie, ses choix politiques et son nouveau gouvernement prendront très vite l'eau avant de boire la tasse, partageant ainsi le destin des Grecs et de leur  gouvernement Tsipras.

    De plus... gare au veto présidentiel et aux pressions de la Commission européenne ! Premier Ministre, ministres, le président Sergio Mattarella peut s'opposer à tout candidat que l'alliance majoritaire au parlement - 5 étoiles M5S (1) et  la Ligue -  proposerait et ainsi, voler les Italiens de leur victoire électorale ; c'est la démocratie qui s'en trouverait affaiblie ; frustration et colère, les vieux démons des années 70 (les années de plomb !) pourraient bel et bien resurgir, d'autant plus que... refus après refus, la formation d'un "gouvernement de technocrates" sans base électorale pourrait être le choix de ce président-agent de l'orthodoxie de la Commission européenne et garant de la soumission des Italiens

    à ses diktats.

     


                         

    luigi di maio et matteo salvini,la défaite de bruxelles. les chefs de file du mouvement 5 étoile

    Reste alors, la destitution : le parlement italien peut voter le départ d'un président qui refuserait de tenir compte du résultat des urnes. Quant à la Commission....

                  Qu'à cela ne tienne : l'Italie demeure dans les mois à venir le pays européen dont il faudra suite l'actualité au jour le jour : nouveau test pour ceux qui cherchent une alternative à cette Europe concentrationnaire : pas de sortie possible sinon dans la souffrance, le discrédit... - et la mort économique et financière ?

     

     

     
                                 

                                                                          _________________

     

     Pendant ce temps-là... ici, en France...

     

    lemedia.JPG

    Aude Lancelin  reçoit Elsa FaucillonEric CoquerelGérard Filoche (2)Gaël Quirante et Alexandre Devecchio ; sujet du débat : la politique de classe du gouvernement, le rôle de la gauche et le réveil de la lutte. 

                                    Vidéo ICI

     

                       

                       Convergence des luttes et luttes des classes...

    Certes, classes il y a ! Conscience de classe, c'est moins sûr. Convergence des classes ? Pour en douter, il suffit de se reporter à l'analyse sociologique  des résultats des élections de ces vingt dernières années. 

    Les classes populaires lors des consultations électorales présentent les caractéristiques suivantes :  abstention massive (1er parti de France) ; vote FN majoritaire ; une petite minorité composée de militants  très politisés ; et puis, last but not least : une conscience identitaire purement religieuse qui exclut tout engagement politique a-religieux ou laïc.

                            

                     Convergence des luttes et luttes des classes...

     

    Les classes moyennes : stabilité (ceux dont l’avenir n’est pas menaçant à moyen terme – 10 ans ; ceux concernés par une réelle menace de déclassement-relégation; et ceux qui peuvent encore compter (ils ont les bons diplômes, une expérience, des acquis professionnels de valeur) sur quelques promesses de promotion et d’ascension sociale.

     

                         Convergence des luttes et luttes des classes... 

     

    Après l’urbanité, place à la ruralité aux classes non définies : prospérité des gros exploitants agricoles ( céréaliers) ; endettement et pauvreté des petits ; isolement des autres ; absence de culture politique ; colère non canalisable ; re-vote FN et abstention.

     

                        Convergence des luttes et luttes des classes... avez-vous dit !  

     

    On peut légitimement s'interroger à propos de ceux que Aude Ancelin a réuni autour de la table en ces termes : combien pèseront-ils aux prochaines échéances électorales : 10, 12, 15 % ?

    Il serait temps de cesser de croire qu'une hirondelle en grève annonce le printemps d'un mouvement social sans précédent car seules les urnes font tomber un gouvernement et un président...

    Dans le contexte d'une abstention record chez les classes populaires... tout ce petit monde semble avoir oublié qu’aujourd'hui le clivage n'est plus entre la droite et la gauche ; le clivage, toutes classes confondues, se situent à un niveau Européen : ceux qui souhaitent continuer avec l'Europe telle qu'elle se déploie depuis trente et les autres qui  cherchent non pas à la réformer puisqu’elle n’est pas réformable mais bien plutôt, à s’en éloigner, voire s’en séparer ; ce clivage implique, car tout est lié et indissociable, les préoccupations suivantes pour ou contre : immigration (réfugiés, les besoins en main d’œuvre, le regroupement familiale), restriction budgétaire ( appauvrissement de l’Etat providence et des services publics vitaux) et la mise en concurrence des travailleurs européens ; pour résumer : toutes les politiques qui remettent en cause de notre contrat social depuis la fin de la seconde guerre mondiale ( CNR) tout en gardant à l'esprit que  ce contrat diffère en fonction des pays : le contrat social allemand ou danois n’a rien à voir avec le contrat social français.

    Contre cette Europe de la gestion d'une pénurie organisée ( budgétaire) et structurelle (démographique), on aura identifié les courants et autres mouvements suivants  :

    • Les souverainistes (les Gaullistes.... de Dupont-Aignan à Asselineau),
    • L'extrême droite
    • Le NPA et Lutte ouvrière 
    • Les Insoumis.          

     

                 Souhaitons  bon courage non plus à  la convergence des luttes mais cette fois-ci,  à la convergence des bulletins de vote de tout ce beau monde. 

    Certes, on peut encore envisager une mobilisation qui, bien que minoritaire tout en faisant beaucoup de bruit,  serait susceptible de pouvoir compter  sur un  soutien "tacite" - du bout des lèvres - d'une partie de la classe moyenne qui, dans le meilleur des cas, devrait opter pour une attitude de "wait and see" ; attitude porteuse de toutes les ambiguïtés possibles car cette classe étant très inconstante, elle pourra à tout moment se retourner contre ceux qui auront occupé la rue et bloqué qui les transports, qui les avions, qui la poste, qui les autoroutes, les administrations... car les classes moyennes ne prendront aucun risque avec  leur argent : l'Euro. En cas de coup dur, tous iront se réfugier chez Macron ou son successeur.

                         Reste alors l’option italienne (alliance - "gauche alternative souverainiste"- extrême droite régionaliste - de tous ceux qui souhaitent débarquer la classe politique qui a soutenu le projet mondialiste de la Commission européenne sous domination allemande) d’une Italie qui n'est pas la France : Mussolini y est encore très largement respecté (3), alors qu’en France, c'est la figure de Charles de Gaulle (contre Pétain) ;  traduit en terme d'électorat, c’est donc à une véritable incompatibilité historique, politique et morale auquelle  cette fameuse  (et fumeuse ) Convergence des luttes des classes est confrontée ; incompatibilité irréconciliable : l'extrême droite face aux gaullistes-souverainistes et ces derniers face aux Insoumis et NPA.

     

                    Italie 1 – France 0… non pas face à l’Italie mais face au projet mondialiste européen. Et c’est alors que le piège se referme sur eux tous pour le plus grand profit de qui ? Devinez ! 

     

     

    1 - En plus de la critique du système politique et financier, le Mouvement 5 Étoiles défend une écologie radicale en cinq points : l’eau publique, le transport durable, le développement durable, le droit à l’accès à Internet et l’écologie. Le mouvement mise sur la démocratie participative ; en matière de relations internationales, le M5S est non-interventionnisme.

    2 -  A l'écoute de Gérard Filoche, on réalise à quel point trente ou quarante ans au PS, ne vous permettent plus de comprendre qui que ce soit, et plus encore, le corps électoral en général et le vote ou non vote des classes populaires en particulier. Il serait temps que les Filoche de l'engagement politique comprennent qu'un être humain ce n'est pas simplement qu'une feuille de paie en fin de mois. 

     

    3 - Mussolini... dans toutes les classes : de l'universitaire au pizzaïolo... Mussolini et le football, ultimes raisons pour tout italien de rester fier de l'être. "Et l'Empire romain ?" direz-vous ! Mussolini y pourvoie dans les mémoires ; quant à la Renaissance - sa peinture, son architecture, ses fresques, ses lettres, ses sculptures : un italien qui a passé sa soirée devant son téléviseur à regarder la Raï Uno aura tout oublié de la splendeur du Quattrocento au saut du lit le lendemain matin.

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Europe et U.E 0 commentaire
  • Iran : la mise sous cloche avant l'asphyxie économique

                    

                   media

     
     
                         Trump montre le décret signifiant la décision des Etats-Unis de quitter l'accord sur le nucléaire iranien le 8 Mai 2018 !
     
    (Le 8 mai 1945 est la date de trois événements historiques : la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie, la fin de la Seconde guerre mondiale et celle de l'Europe en tant qu'entité indépendante, maîtresse de son destin... pour le meilleur et pour le pire)
     
     
    ____________
     
     
                  Le président américain a signé un décret qui rétablit les sanctions suspendues depuis l’entrée en vigueur de l’accord sur le nucléaire conclu à Vienne en 2015.
     
                 
                 A défaut de pouvoir détruire l'Iran ( sur le modèle de ce qui a été fait en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie), les USA choisissent de mettre ce pays et sa population entre parenthèses pour le plus grand bénéfice de l'Arabie Saoudite ( en finir avec l'influence de l'Iran dans la région - marché de dizaines de milliards de dollars en armement pour les USA) et d'Israël (lobby dominant à Washington - fin du soutien au Hezbollah qui contrarie les projets expansionnistes israéliens, faute de moyens financiers ?).

    Ces sanctions économiques feront que ce pays et sa population ne pourront compter sur aucune perspective d'amélioration de leur niveau de vie ni sur un développement humain à moyen et long termes.

    Les USA miseraient-ils, et bien que ce ne soit plus une priorité, sur un soulèvement de la population iranienne contre des conditions de vie difficiles ? Alors que cette décision unilatérale des USA risque de souder tous les Iraniens contre le Grand Satan, le gouvernement iranien étant dégagé de toute responsabilité puisqu'il a accepté de montrer "patte blanche" en signant un accord sur le nucléaire en 2015 avec la Chine, la Russie, la Grande Bretagne et la France et les USA d'Obama.

    Mauvais calcul des Etats-Unis ou bien... réalisme total ? A défaut de pouvoir le détruire ou de le déstabiliser, autant faire en sorte que l'Iran se radicalise (cela sert admirablement les intérêts d'Israël) et/ou qu'il meure lentement d'asphyxie...
     
                      Stratégie "gagnant-gagnant" pour les USA et.... les Etats-Unis !!!! D'autant plus qu'en ce qui concerne l'Europe - à jamais considérée comme un concurrent économique - un concurrent de trop -  par son  allié transatlantique dont le seul souci en la matière est la concurrence chinoise  dès 20 prochaines années  -,  la reprise des sanctions contre l'Iran plonge l'Allemagne et la France dans l'incertitude : quelles représailles contre ceux qui décideraient de passer outre et de continuer à commercer avec l'Iran.... Airbus pour ne pas nommer ce fleuron européen ainsi que notre industrie automobile ? 
     
    N'oublions surtout pas, le projet irano-chinois :  L’Iran et la Route de la soie : cauchemar US (1)
     
     
     
                          Tout compte fait, et en comptant bien,  au regard des gains attendus - gains géopolitique et économique -, la tentation était trop grande, beaucoup trop grande, pour un seul homme et une seule puissance  ; impossible d'y résister. Aussi, reconnaissons à Trump sa capacité à défendre les intérêts de son pays et de ses alliés véritables : Israël et l'Arabie Saoudite. 

                         Pour sûr, l'Europe privée de leaders dignes de ce nom, des leaders capables de ne pas simplement se soucier de la bonne santé de la balance commerciale de leur pays respectif (l'Allemagne de Merkel en tête) ne bronchera pas. Une raison supplémentaire de mépriser cette Europe, sa construction et les hommes et femmes qui l'enlisent un peu plus chaque jour dans l'asservissement et la non-existence en tant qu'entité politique, culturelle et économique indépendante, visionnaire et courageuse.
     
     
     
     
    1 - "Grands projets d’infrastructures lancés en partenariat avec la Chine et la Russie : le projet de canal entre la mer Caspienne et le Golfe ou la mer d’Oman qui permettrait aux navires russes d’accéder aux « mers chaudes » ; et surtout celui dit de la « Nouvelle route de la soie » (terrestre et maritime) proposé par le président chinois Xi Jinping. L’arrivée en gare de Téhéran d’un train de marchandises parti de Chineà 10 400 km - préfigure ce que pourrait être la modernisation de la voie ferrée reliant les deux pays, via le Kazakhstan et le Turkménistan." - Gilles Munier
     
    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation 0 commentaire
  • Syrie : une analyse de Richard Labévière

    Syrie : une analyse de Richard Labevière,

    Pour prolonger, cliquez : ICI

     

     

    R. Labévière : rédacteur en chef service étranger puis éditorialiste à RFI de 2000 à 2008, année de son licenciement. 

    Lien permanent Catégories : Actu internationale 0 commentaire
  • La vérité sur Bernard Lugan : une recension de Michel Drac


                                   

     

                   "Le corrompu", chef d’Etat ou non, n’est que l’effet d’une cause qui a pour nom « le corrupteur » ; à ne jamais s’en prendre aux corrupteurs, à mettre l’accent sur les corrompus seulement, c’est encore et c’est toujours le refus d’identifier les causes, le refus d’établir des responsabilités, le refus d’un jugement avisé et honnête ; un jugement factuel fondé sur des faits et l’histoire.

    A ce sujet, force est de constater que Bernard Lugan, historien "africaniste", ne semble toujours pas être rentré dans cette histoire africaine dont il se réclame tant ; pour un historien, tous s’accorderont à dire que c’est plutôt navrant même si cet universitaire privé de recul historique, a la fâcheuse habitude de nous conter l’histoire  des vainqueurs du côté desquels il n’a de cesse de se ranger : les pays les plus développés, anciennes puissances coloniales.

    Pour cette raison qui en vaut bien d’autres, on peut dire que Bernard Lugan n’est pas un homme de recherche mais bien plutôt un homme d’opinions. Or, il se trouve que les opinions de ce Monsieur sont rarement les siennes mais bien plutôt celles de ceux qui l’ont précédé ; comme sur l’Apartheid qui nous vient du 17è siècle. Les opinions de Lugan sont aussi celles de sa famille politique : l’Action française - une idéologie du début du XXè siècle -, et puis…. de sa famille tout court : Bernard Lugan est le Fils d’un officier de marine installé au Maroc qu’il quittera en 1959 (1).

    Aussi, se reposer sur Lugan pour comprendre aujourd’hui l’Afrique et l’Africain, les Afrique et les Africains, c’est un peu comme demander à un Golden-boy de la City de nous parler des bienfaits du communiste  ou à un centenaire de nous parler des bienfaits d'Internet ; une gageure.

                      Il n’en demeure pas moins que les opinions de Lugan ont tout à fait le droit d’être exprimées et d’être relayées à condition qu’elles le soient « contradictoirement » car, Lugan est à l’Afrique ce que Eric Zemmour est à la question (du moins pour ceux pour lesquelles c’en est une !) des Français issus de la colonisation et de l’immigration économique :  le récipiendaire d'un gigantesque coup de pied au cul reçu de ce Continent (en particulier le Maroc pour l’un, l’Algérie pour l’autre) ; coup de pied au cul qui les a propulsés aux antipodes d’une raison honnête ; une raison qui devrait se méfier comme de la peste de sa propre raison de penser ce qu'ils ne peuvent pas ne pas penser.

    Certes, tout ce petit monde pourra toujours trouver quelque consolation en nous rabâchant jusqu’à satiété que si la saloperie (coloniale celle-là !) n’a rien à envier à celle qui, aujourd’hui, submerge et recouvre l'Afrique, on ne pourra pas longtemps leur contester à tous ces fils et filles de colons bavards et revanchards, le commentaire : "… cette saloperie était tout de même plus compétente, efficace et efficiente sous l'ancien régime... (colonial s'entend)" ; et puis aussi : "... la corruption  n’était que d’ordre moral  (corruption des esprits dans le genre : « On est la race des Seigneurs et vous n’êtes que des nigauds ! ») et non matériel et financier !"............. Là, c’est déjà moins sûr car il semblerait que cette efficacité économique toute blanche, ait été toute relative ; la France continentale en était le plus souvent de sa poche ; une France vache-à-lait d’une économie au service d’un Empire aux calculs de ses prix de revient (et à la facturation) plus que fantaisistes. 


                                 

     

                     Disons les choses : si la recherche de la vérité doit être le réel souci de ceux qui se penchent sur le berceau ou le cercueil (c’est au choix) de ce Continent qu’est l’Afrique - un continent traumatisé : traite négrière, colonialisme, apartheid, génocides, climats hostiles, archaïsmes ethniques, corruption des élites par les Multinationales, pillage de ses ressources -,  seule l’étude de l’action de ceux qui, Africains d’Afrique, ont tenté au péril de leur vie, de sortir leur pays d’une dépendance mortifère, tout en échouant, permettra de comprendre en toute lucidité, honnêteté et exhaustivité, les véritables freins à une indépendance qui, soit dit en passant, n’est dans l’intérêt d’aucune de nos Multinationales ; qu'ils alors nommés : Jomo Kenyatta,  Ruben Um Nyobè,  Patrice Lumumba, Nasser, Mobutu, Kwame Nkrumah, Mehdi Ben Barka, Ben Bella, Amílcar Cabral, Nyerere, Thomas Sankara, Kadhafi ; et du côté des institutions :  OUA.

    Pour cette raison, prenant en compte les agissements et autres crimes de ces Multinationales qui sévissent sur un continent gorgé de pétrole et de diamants (corruption, trafic d’armes, assassinats, coups d’Etat), on préférera toujours l’expérience de ceux qui y  ont  laissé  leur vie dans ce combat en faveur d'un destin africain  dans la dignité et le respect, d’autant plus que… « Comprendre l’Afrique, les Africains et  les Afrique »  ne peut être que le fruit d’un travail pluridisciplinaire : sociologie, démographie, ethnologie, histoire des religions, histoire inter-continentale, économie, climatologie, psychologie, psychanalyse, médiologie…

    Un travail collectif  sans conflit d'intérêt et de revanche. 

                     Or, Bernard Lugan est prisonnier des défaites de sa famille politique et de son histoire familiale. Ce dialogue sur l’Afrique, c’est avec lui-même qu’il le conduit sous la forme d’un cours magistral devant une audience absente, amphithéâtre vide…

    Dans la recension de Michel Drac, nulle mention du « génie africain » ; aucune énumération des qualités propres à l’Afrique ; qualités sur lesquelles pourrait s’appuyer ce Continent maintenant globalisé sous la plume de Bernard Lugan ! Mais alors, l’Africain serait donc un homme sans qualité et le Continent la station-service du moteur industriel  et technologique de l’Occident ?

    Quand on pense au salaire d’un pompiste…

    Rien sur le pillage des ressources non plus.

    Aussi, Lugan semble développer une expertise centrée sur elle-même ; celle d’un occidental, fils de colon faisant la leçon à l’Afrique du haut de sa condescendance ( et les chiffres et statistiques de l’ONU) et du bas de son impuissance à chasser de nos esprits le soupçon d’une démarche consistant à « inférioriser » l’Africain – « cet éternel grand enfant ! » - selon le principe suivant : « L’Afrique est bien trop importante pour le développement et le maintien de la prospérité de nos Multinationales pour être laissée aux Africains seuls».

    Lugan appelle de ses vœux un mode de développement spécifique à l’Afrique tout en oubliant de mentionner comment il compte s'opposer aux Multinationales qui n’y ont aucun intérêt. Dans les faits, c’est l’Apartheid à une échelle continentale que Lugan cherche à nous vendre, encore et toujours : l’exception africaine sous la forme d’une marginalisation et d’une séparation propices à tous les abus et tous les vols et exploitations de toutes les ressources y compris humaines.

    Les Multinationales peuvent donc dormir tranquilles ; elles n’ont pas fini de se ruer sur une Afrique infantilisée dans son exception ; une Afrique sans défense ni conscience politique digne de ce nom ; une conscience libératrice d’énergie.

                      Pour résumer : suggérer "un modèle différent de développement pour l’Afrique ( CONTINENT AUX RESSOURCES NATURELLES INÉGALABLES) c’est vraiment se moquer du monde : ce continent fait l’objet de convoitises sans scrupules, d’une cruauté sans retenue de la part des Multinationales.

                     Pour toutes ces raisons, l'Afrique doit trouver des solutions de le cadre de cette guerre qu’est la mondialisation. Elle n’a pas d'autre choix : combattre les Multinationales et des ONG qui n'ont de "non-gouvernementales" que l'appellation. Quant à Bernard Lugan, il est temps, vraiment temps, qu'il suive des cours de géo-politique et d’économie moderne s’il souhaite être pris au sérieux un jour car cet historien ne sait pas, ne veut pas manifestement savoir dans quel monde interdépendant nous vivons tous ; et s’il lui arrive de savoir quelque chose, manifestement, il lui reste à comprendre enfin ce savoir qui peut être le sien, d'autant plus qu'avec cet ouvrage, il semblerait que la vérité soit tombée non pas sur l'Afrique mais bien plutôt sur son auteur. 

     

     

    1 - Si nous ne pensons tous la même chose c’est aussi et surtout parce que nous n’avons pas tous la même histoire. Il est donc important de savoir et de comprendre « d’où un tel ou une telle pense ».... cad : à partir de quelle histoire personnelle. A ce sujet on pourra se reporter au lien suivant : Affects-passions-politique-et-philosophie

     

    Pour prolonger, cliquezUne certaine idée de la Françafrique 

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • 1942-2018 : de la rafle du Vél d’Hiv à la "Grande marche pour le retour " des Palestiniens.

     

                  Rafle du Vél d’Hiv : entre les  et  plus de 13 000 Juifs (majoritairement étrangers), dont près d'un tiers étaient des enfants, ont été arrêtées pour être déportés : moins d'une centaine reviendront.

     

    1942-2014 : de la rafle du Vél d’Hiv à l’opération « Bordure protectrice » contre Gaza

                        Rafle du Vél d'Hiv - Palestine... c’est bien de la même indifférence qu’il est question vis-à-vis du sort injuste et cruel fait aux Palestiniens

    _____________

     

                       Pour sûr, à la hauteur de son martyre, un Peuple l’aura été ! Le Peuple Palestinien, alors que son calvaire perdure sans espoir d’en connaître un jour la fin sinon dans la résignation mais au prix de son humanité car en face, l’intention est bien d’en faire un Peuple d’esclaves à défaut de pouvoir le faire disparaître.

    Quant au martyre juif... ses porte-parole auto-proclamés ici en France, ont conduit une génération de Français issus de cette communauté à la déshumanisation tranquille et sereine de plusieurs millions d'êtres humains qui n'ont qu'un droit et qu'un devoir : aller voir ailleurs si ça se fait d'être palestiniens en Palestine : occupation, vol de la terre, humiliation, exploitation d'une main oeuvre corvéable à merci, bombardements civils et assassinats (sans oublier le sort qui est réservé ici, en France, à ceux qui souhaitent mettre en face de leurs responsabilités morale et historique les " leaders d'opinion juifs" omniprésents dans les médias en pure perte pour notre humanité ); or, il se pourrait bien que cette génération soit en passe d’occuper la dernière des places sur un plan éthique, humain et moral ; une génération libre jusqu’à l’impunité, libre mais sans excuse car...

    Elle savait tout cette génération ! Elle avait entre 20 et 35 ans et elle savait tout et elle a tout accepté jurqu'à tout désirer, le mors aux dents, sans grimace, sans regrets et sans remords... imperturbable.

                       Que ceux qui s’interrogent encore à propos de l’indifférence qui a accompagné cette rafle du Vél d'Hiv, ne cherchent plus de réponses car c’est bien de la même indifférence qu’il est question vis-à-vis du sort injuste et cruel fait aux Palestiniens, à cette nuance près néanmoins : le sort des palestinien est une cause entendue mondialement depuis 50 ans ; la rafle de juillet 42 n’a offert qu’une dizaine de minutes à tout un chacun pour prendre une décision : s’y opposer, secourir ou bien regarder ailleurs.

                        La morale est ironique, autant que l’histoire et son balancier ; et la vérité de soi et sur soi, est toujours aussi cruelle qu’insupportable et pourtant, elle est le plus souvent, la même pour tout le monde ; c'est sans doute la raison pour laquelle "Dieu" n'a sauvé, ne sauve et ne sauvera personne. Et pour cause !

     

     
     1 - A propos de "La grande marche", cliquez ICI
     
    2 - A propos de la "rafle du Vél d'Hiv, cliquez
    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • La France championne du monde: les Zemmour, Finkielkraut et consorts n'ont qu'à bien se tenir !

    la france championne du monde: les zemmour,finkielkraut et consorts n'ont qu'à bien se tenir

    Une France du métissage, une France de la diversité des origines... réunit par un même destin

     Les Zemmour, Finkielkraut et consorts  - Val et Valls en autres - n'ont qu'à bien se tenir !

     

    ***

     

                        Alain Finkielkraut, académicien, s'exprime à propos du "Rapport Borloo pour les banlieues" présenté il y a quelques semaines seulement : " Dans cent ans, les historiens pourront nous expliquer comment notre civilisation a investi des milliards dans son propre anéantissement !" - vidéo ICI

                        Manifestement, Finkielkraut ne s'entend plus parler car, ne nous trompons pas, ce ne sont pas les mots qui ont dépassé sa pensée, mais bien plutôt sa pensée qui ne s'autorise plus aucune retenue ; absence de retenue qui rend illusoire tout espoir de remédier à la difficulté de la mise en oeuvre d'un "vivre ensemble" même a minima.

                         

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Coupe du monde de Football 2018, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • l'Equipe de France de Football championne du monde

     

     

    Zlatko Dalic, le sélectionneur de la Croatie, la france championne du monde

     Respect et admiration Monsieur Dalic : si près du but.

     

    ___________________

     

                             

                     L'équipe de France de football championne du monde !

    Nul doute que cette finale de 2018 sera étudiée de près, de très près par toutes les équipes européennes en vue de la prochaine coupe d'Europe. Imaginez-vous ça : les Croates ont su neutraliser le "collectif français" 60 minutes durant avec pour conséquence une équipe de France fébrile, figée, glacée, incapable de maîtriser le match (1). Une équipe tétanisée par l'enjeu ? 

    Comment Deschamps a-t-il pu passer à côté de la probabilité de ce risque ?

    Néanmoins, la France a rejoint les deux grandes nations européennes de football que sont l'Italie et l'Allemagne : en effet, dominée en finale d'une coupe du monde, elle rafle la mise : hier soir, la France aura été l'Allemagne et la Croatie la France. La génération de Platini comprendra.

                  Quant à s'approprier la victoire de ce groupe dirigé par Deschamps et qui, sur l'ensemble de son parcours, mérite de soulever le trophée tant convoité... c'est autre chose. Certes, on peut être heureux pour eux tous !

     

     

    1 - Une analyse du jeu de l'équipe de France ICI

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Coupe du monde de football 2018 

     

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Coupe du monde de Football 2018, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Allemagne, année 2011

    .Billet de blog

    Billet de blog publié en 2011

     

     

    Ah ! l’Allemagne !

    Toujours à la tâche !

    Amour du travail bien fait et des ordres reçus et exécutés sans broncher.

    Et leurs trains, en convois, qui arrivent toujours à l’heure ! Et parfois même… en avance !

    Ô ! miracle (à en croire Alain Minc qui n'en rate jamais une...) !

    L'excédent commercial de ce pays s’élève, chaque année,

    à plus de 8 milliards d’Euros.

    Respect donc !

     

    ***

     

    P1030912.jpg

     

                 Mais... si au royaume des aveugles, les borgnes sont rois (et tous les Alain Minc du monde... avec eux), qu'il soit ici permis de préciser ce qui suit...

    Ci-dessous... les secrets de la compétitivité allemande (1) et les clés pour une meilleure compréhension de ce miracle (qui, bien sûr, n’en est pas un car, en économie, s'il peut y avoir des secrets, il n'y a jamais de miracle : il n'y a que des politiques) :

     

    - 25% de perte de pouvoir d'achat des salariés allemands en 10 ans.

    - Asphyxie de la demande intérieure allemande (et de la zone Euro par voie de conséquence).

    - Un PIB allemand inférieur à celui de la France en 2008, et ce pour la première fois dans son histoire.

     

                 D’aucuns reprochent à l’Allemagne son absence d’esprit solidaire et une politique économique du type… chacun pour soi et le Conseil européen pour tous.

    Premier « partenaire » commercial de la France, d’autres, sinon les mêmes, lui reprochent d’avoir tué tout espoir de croissance dans la zone Euro ; absence de croissance qui a pour cause… une absence de demande intérieure allemande... qui a pour origine : l’absence d’augmentations de salaires... et leur baisse.

     

                Arrive alors la question fatidique, une interrogation mêlée d'angoisse et de terreur face à cette même angoisse… et dont la bonne foi ne saurait pourtant être remise en cause...

                Mais au fait, à quoi sert l'Allemagne ? Et puis aussi... à quoi ça sert un a(A)llemand ?

    Et dans l'attente d'une réponse...

    Emmanuel Todd et son analyse des structures familiales des nations (celle de l'Allemagne, entre autres) nous apportent quelques éléments de compréhension de la "question allemande", (ou de l'Allemagne en question) aujourd'hui, au sein de l'Union Européenne.

     

    ___________________________

     

    1 - La crise financière frappe de nouveau à la porte de l'Europe. Les pays de la zone euro doivent se retrouver vendredi 11 mars pour discuter du pacte de stabilité économique et financière, exigé par l'Allemagne, en contrepartie de l'augmentation du fonds de stabilité financière qu'elle est la première à financer.

    L’Allemagne lie l'augmentation de sa contribution au fonds de stabilité financière à l'adoption d'un programme économique et financier qui est le suivant :

    Les pays de la zone euro devraient s'engager à diminuer leurs dettes et leur déficit budgétaire. Celui-ci ne doit pas dépasser les 3% du PIB. Interdiction qui devrait être gravée dans le marbre de la Constitution dans chaque pays partenaire. L'âge de la retraite devrait être porté de façon uniforme à 67 ans dans l'ensemble de l'Europe. L'indexation des salaires sur les prix, devrait être supprimée. Sans oublier des plans d'économie en tout genre et des privatisations imposées.

     

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale 0 commentaire
  • L'Afrique en question avec Stephen Smith, le repenti

     

     


                               

     

                 Afrique et sous-développement - Afrique et la question démographique - Afrique et boat-people - Afrique et invasion - Afrique et la fin de l'Europe... "La ruée vers l'Europe" - une recension de Michel Drac.

                                                                   ____________

     

                Le comment, le pourquoi... savoir qui est responsable : la surpopulation qui mine le développement ou bien l'absence de développement qui est responsable de la surpopulation. Plus on éduque , plus grande est la sécurité matérielle, plus on divertit moins on procrée. 

    Sinon...

    Qui peut bien avoir un intérêt particulier à ce que l'Afrique se développe  - une Afrique autonome et compétitive ? Qui a un intérêt particulier à ce que l'Afrique se rapproche de l'Europe dans son mode d'organisation de la production et de l'existence  ? Vincent Bolloré et nos multinationales ? Gardant à l'esprit le  pillage de l'Afrique, de ses matières premières dont les pays producteurs sont les derniers à pouvoir contrôler les prix, comme un fait exprès...

    Les statistiques, les chiffres ont la prétention de tout expliquer même s'ils ne prouvent rien (un peu comme la psychanalyse) ; les chiffres, sans même avoir à questionner leur origine,  sont trompeurs ; plus ils ont la prétention de nous révéler le réel moins ils l'exposent ; illusion d'optique à la fois intellectuelle, économique, culturelle et sociologique  ; certes, ces stats peuvent mettre à jour bien des phénomènes, des situations, mais en aucun cas, ils ne prouvent quoi que ce soit (1).

    Stephen Smith, l'auteur de l'ouvrage, responsable du "service Afrique" du quotidien Libération à la fin des années 80, était alors à l'origine d'articles plutôt compassionnels vis à vis de ce Continent, et de son sort - à la lecture de ses articles, les lecteurs n'étaient pas dupes des raisons qui faisaient de l'Afrique un continent sous-développé. A cette époque, ces raisons,  Smith savait où les trouver : chez les multinationales des anciens colonisateurs. 

    A la fin des années 90, un virage s'est opéré - pas simplement chez des journalistes tel que Stephen Smith (en ce qui  le concerne, cette volte face marquait-elle une lassitude face aux problèmes endémiques de ce Continent (2) ? Ou bien par opportunisme - projet de carrière universitaire aux USA ?)-, dans les médias, dans la recherche universitaire et chez les politiques, un peu comme cette gauche qui est passée au centre droit, voire carrément à droite, car tout est lié finalement ; années qui ont vu se propager des analyses du type : "Si l'Afrique est sous-développée, l'Ouest n'y est pour rien, ni nos multinationales mais bien plutôt ce continent gangrené par la corruption" jusqu'à Sarkozy et son "l'Afrique qui n'est pas rentrée dans l'Histoire" ; et plus récemment Macron avec son "Cessez de faire des enfants si vous voulez sortir du sous-développement !"... sans oublier "des élites africaines incompétentes et corrompues" tout en prenant soin de faire oublier que ces élites étaient entretenues, choyées ou bien écartées, voire éliminées, par les pays du Nord ; ceux-là mêmes qui n'avaient pas de mots assez durs contre les Africains  dans leur ensemble :  et comme de juste, on a pu aisément faire le constat suivant :  quiconque tente de contrarier les intérêts économiques et financiers des anciens pays colonisateurs verra son action échouée (coup d'état militaire) et son espérance de vie abrégée (Sankara : assassinat). 

    Par voie de conséquence, Stephen Smith est devenu depuis 20 ans le porte-voix des Finkielkraut, des Renaud Camus, des Zemmour, chantres du grand remplacement et de tous ceux qui se refusent obstinément à reconnaître que l'Occident est le principal responsable du sous-développement de l'Afrique depuis la fin de la soi-disant décolonisation. 

    Si en Russie, l'Aristocratie a payé très cher son refus d'éduquer le peuple russe - cela lui coûtera sa survie et une Révolution ; les pays développés, leaders économiques et militaires, paieront très cher leur refus, depuis les années 30, de permettre un développement parallèle Afrique-Europe avec un réel souci de justice dans une relation gagnant-gagnant. 

    Rien de surprenant ce refus puisque c’est notre prospérité qui était en jeu. 

     

                                          
                         

     

                  Quant au point de vue de Drac que mon billet n'a pas l'intention d'aborder - le sujet de mon billet ce sont les analyses à propos de l’Afrique -... 

    Flottilles sur l’océan... qui décide et qui doit décider de qui va mourir, et qui va vivre... cette question et cette décision (réflexion venue tout droit du café du commerce) ne sont déjà plus envisageables. Ne pas avoir compris ça, dénote une méconnaissance du point de non retour moral que nous avons atteint ici en Occident ; car la morale c’est plus fort que tout quand les médias s'en mêlent, et plus encore, quand le cynisme et les coups tordus se portent d’autant plus à merveille que ces mêmes médias ne sont pas là pour en parler.

     

     1 - D'autant plus que ... toutes les prévisions démographiques de ces cent dernières années se sont avérées erronées (ICI). Quant aux conséquences qui ont pu en être tirées... toutes ont bien évidemment subies le même sort. Rien de surprenant à cela puisque c'est la politique et les politiques d'ordres économique, sociale et environnementale qui sont mises en oeuvre qui écrivent l'Histoire ; et pas simplement les occupants des chambres à coucher. 

     

    2 - A la longue, les perdants, toujours perdants finissent toujours par lasser nombre de leurs partisans ; la compassion n'est pas éternelle ; c'est aussi une énergie ; elle s'épuise à la longue. Autre considération : à ne "s'occuper" que des perdants ne finit-on pas perdant soi-même ? Arrive alors la prise de conscience suivante : il faut commencer à penser à soi ; et c'est alors que l'on change de cap pour rejoindre le camps des "gagnants" seuls capables de vous garantir un avenir : prospérité matérielle et considération. 


                                       

     

    •  "Comme beaucoup de jeunes français, Antoine a voulu aider l'Afrique pour améliorer le sort de ces millions de gens qui vivent dans la pauvreté... Mais une fois sur place, des doutes surgissent : si la main qui donne reste au dessus de celle qui reçoit, l'aide semble maintenir insidieusement une forme de domination occidentale qui perdure depuis l'époque coloniale. Après tout, la main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit !"

     

    Pour prolonger, cliquezhttps://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2016/06/21/a-propos-de-l-afrique-et-du-pillage-de-ses-richesses-929797.html

    https://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2017/12/01/voyage-de-noce-de-macron-sur-le-continent-noir-ou-le-silence-940132.html

    https://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2013/12/30/penser-le-monde-aujourd-hui-avec-l-afrique-et-les-ong-888992.html

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Enfin la fin de l'Union Européenne programmée grâce à Coralie Delaume et David Cayla !


                                                         

               Une excellente recension de "La fin de l'union européenne" par Michel Drac ( les auteurs de l'ouvrage y sont très certainement pour quelque chose).

    Un ouvrage qui réjouira plus d'un euro-sceptique tout en alertant les inconditionnels de l'U.E pour lesquels aucun salut n'est à attendre de la réforme de cette Union. Quant à envisager sa fin jusqu'à la souhaiter... vous pensez bien !

     

    la fin de l'union européenne michel drac serge uleski

    La fin de cette U.E se décline comme suit : 4 crises majeures et fatales :

    - Crise économique et financière avec l'Euro

    - Crise identitaire et migratoire : doublement de la population dans les 30 prochaines années -  explosion de l’UE entre les pays disposés à prendre en charge une partie de cette migration ; les autres opposés et intransigeants. 

    - Crise euro-atlantique : Otan, europe et USA  - contradictions et opposition d'intérêts géopolitiques. 

    - Crise de l’oubli : vieillissement de la population ; absence de transmission de l'héritage issu de la construction européenne des années 50 à nos jours auprès des nouvelles générations ; nouveaux migrants extra-européens sans repère historique et culturel quant à cette construction. Et par voie de conséquence : négation de la spécificité de la culture européenne, son histoire et sa population.

     

                  Enfin la fin de l'Union Européenne programmée grâce à Coralie Delaume et David Cayla ? Sans doute mais... il faudra patienter encore un peu car, si les bonnes choses ont une fin, elles savent aussi se faire attendre.

     

    __________________

    Pour prolonger, cliquez  : Que faire de l'U.E ?l'union européenne à la poubelle serge uleski

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Europe et U.E, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu