Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Actu internationale - Page 5

  • Frédéric Pichon : "Syrie, pourquoi l'Occident s'est trompé"

                   

     

    Frederic-Pichon-Syrie-pourquoi-l-Occident-s-est-trompe.jpg

     

                 Note de l'éditeur : "Au printemps 2011, la Syrie bascule dans une crise politique qui se mue très vite en une atroce guerre civile. En trois ans, ce conflit a fait 150 000 morts, des millions de réfugiés et causé des dégâts irréversibles au patrimoine culturel. Pourquoi ne pas l’écrire ? Sur le dossier syrien, l’Occident s’est trompé. D’erreurs d’appréciation en déclarations intempestives, les grandes puissances, dont la France, ont donné la pénible impression d’une diplomatie de l’improvisation. Les envolées martiales peinent à cacher l’indigence tragique d’une politique parfois menée par des hommes que la complexité du dossier syrien rebute. Aujourd’hui, la Syrie est un sanctuaire pour le Djihad mondial. Comment en est-on arrivé là ? Cet essai répond en tentant d’analyser les simplifications qui ont coûté si cher à tout un peuple."

     


                   "Pourquoi l'Occident s'est trompé " de Frédéric Pichon : à propos de cet ouvrage, on pourra sans hésiter remettre en cause le choix de son titre tout en saluant la pertinence des analyses proposées ; en effet, il ne s'agit aucunement d'une erreur ; tout comme pour l'Irak et la Libye, il s'est simplement agi de mettre hors-jeu des pays qui refusaient de se soumettre à ce nouvel ordre mondial qui, dans cette région, n'a qu'un seul souci : les intérêts économiques, politiques, coloniaux et religieux des Monarchies du Golfe, d'Israël, des USA ainsi que de la Turquie contre l'Iran et les Russes ; le crime à propos de la Syrie c'est bien d'avoir délibérément choisi de détruire ce pays pour atteindre la Russie, l'affaiblir et l'isoler en l'expulsant (après l'Europe) du Moyen-Orient. Avec ce choix quant au titre "Pourquoi l'Occident s'est trompé", sans doute le journaliste et son éditeur cherchent-ils à se mettre à l'abri d'éventuelles représailles car ils savent manifestement jusqu'où ne pas aller trop loin dans la dénonciation d'une politique criminelle.

                Car enfin, Afghanistan, Irak, Libye et Syrie... l'Occident aurait donc commis quatre fois la même erreur depuis 2001 ?

                Non, sans blague !

     

                    

                              L'auteur à propos de son ouvrage et de la situation en Syrie

     

     ***

     

            Dans le cadre des événements des "printemps arabes" et leur échec ainsi que de la parution de l'ouvrage "Grand Moyen-Orient : crises et guerres de la nouvelle phase stratégiques",  les Editions "Sciences marxistes" écrivaient : "Au Moyen-Orient il est presque une règle que les guerres  civiles deviennent le point de départ de guerres entre les Etats. Depuis, quatre conflits ont confirmé cette loi de mouvement, réduisant en poussière la rhétorique démocratique qui avait accompagné ces bouleversements politiques."

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Serge Uleski sur la Syrie

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale 0 commentaire
  • Donald Trump à la Maison Blanche : bas les masques !

                 

    bernie sanders, hillary cliinton, donald trump, 45e président des états-unis, élections américaines, élection américaine

                          Avec la victoire de Donald Trump aux USA, on notera le fait suivant : c'est encore un électorat anglosaxon, après celui de la Grande Bretagne avec son choix en faveur du Brexit, un électorat membre d'une nation qui est à l'origine avec la Grande-Bretagne d'une révolution néo-libérale incarnée par le couple infernal des années 70 et 80 Thacher-Reagan, qui dame le pion à une élite mondialisée sans foi ni loi qui n'a qu'un seul programme : faire la guerre à tous ceux qui refusent de se soumettre : guerre économique, guerre politique et enfin... celle des bombes et de la destruction de nations entières, laissant des millions d'êtres humains sans patrie.

     

    __________________

     

                    Cela fait des décennies que des milliardaires comme Trump financent les campagnes des Présidents qui se succèdent à la Maison blanche. Cela fait des décennies qu’il n’y a plus de mur étanche entre le monde des affaires (industrie agro-alimentaire, industrie des médias et du divertissement et le complexe militaro-industriel) et la politique, à tous les niveaux, du local au national, de la cambrousse à l’enfer urbain new-yorkais, de l’élection du chef de la police d’une bourgade de quelques milliers d’habitants, en passant par le juge d’une juridiction composée en majorité de sympathiques et de moins sympathiques « ploucs » jusqu’à la fonction suprême : la présidence des USA, Washington et Maison Blanche.

    Fini les faux semblants, les candidats écrans… de fumée ! Avec la victoire de Trump, c’est le business qui s’affiche haut et fort !

    Après tout, n’est-on pas mieux servi que par soi-même ?

    Soyez assurés que Trump et son Empire sortiront plus forts, plus riches de cette nouvelle « parenthèse » électorale, après une autre parenthèse, celle qui offrit au monde occidental un beau parleur au sourire sorti tout droit d’une pub pour dentifrice - Obama, cette mauvaise fable ! président-capitaine d’industrie : celle des drones -, qui succédera, souvenez-vous, à un autre Président lui aussi « de paille » : Bush junior.

    Reconnaissons un mérite à Trump : c’est d’avoir senti l’humeur de son pays et tâté son pouls avec justesse ; ce qui, soit dit en passant, est un minimum quand on est candidat à une élection. N’empêche… Hillary Clinton n’avait rien senti du tout, héritière bornée et arrogante (1). Les médias de masse, eux non plus, n’avaient rien vu venir ; médias français surtout. Là encore, leur incompétence est manifeste ; incompétence facilement explicable : sourds, aveugles et frileux, ces médias ne mettent plus le nez dehors ; ils n’analysent plus aucune réalité ; ils se contentent d’être les ventriloques de leurs employeurs car, il y a fort à parier que Hillary Clinton était la candidate de ceux qui signent leur chèque à tous en fin de mois. A faire l’âne pour avoir de l’avoine – that is : toucher son salaire et prétendre à une carrière prestigieuse au mieux, confortable au pire -, ne finit-on pas bourricot ?

    Bourricots… force est de constater que tous ces hommes et femmes de médias le sont bel et bien devenus, ils comme elles… eux tous que l’on n’ose même plus appeler « journalistes » de peur d’insulter cette profession en berne et les quelques représentants encore dignes d’un tel titre.

    On ne nommera personne puisqu’il faudrait, pour être équitable, les nommer tous.

    Ils ne s’y sont donc pas trompés tous ces médias, de France Inter à RTL, en passant par France info et BFM-TV en se faisant les porte-parole des desideratas de leurs employeurs ; ils ne s’y sont pas trompés tout en trompant leurs auditeurs qui ont dû tous « se réveiller » après six moins d’intox à propos de la victoire assurée de Hillary Clinton, avec une gueule de bois ; ces mêmes auditeurs-téléspectateurs qui ne se priveront pas, néanmoins, de continuer de s’informer auprès de ces mêmes médias qui nul doute, viendront leur dire maintenant que cette victoire de Trump était prévisible.

    Peut-on alors en conclure que tous ces médias ont fini par ressembler à leur public ? A moins que ce ne soit l’inverse. Mais rien n’est moins sûr ! Car, plus conciliants, plus complaisants, plus lâches que nous tous, vous ne trouverez pas ! Nos enfants le savent bien mieux que nous, eux qui ont encore l’âge d’exiger des adultes qu’ils le soient avant d’aller nous y rejoindre, là où une grande majorité d’entre nous a trouvé refuge : dans la résignation ou le cynisme. Ne nous y trompons pas : il n’y a pas plus demandeur d’autorité qu’un ado ; « autorité » dans le sens de « faire autorité » : savoir de quoi on parle et puis… des actes en conformité avec des paroles.

    Vraiment, quel gâchis ! Ou plutôt non ! Disons :  quelle hécatombe ces médias ! Même si aucun d’entre eux n’aurait pu agir autrement ; ces hommes et ces femmes, nommés ils sont pour ce qu’ils sont… qui est ce qu’on attend d’eux : « Qu’on n’ait surtout pas besoin de leur donner des ordres ! »

    - Merde alors, on n’est plus dans les années 70 et 80 ! C’est sûr !

    On l’aura compris : il ne s’agit donc plus d’auto-censure : ils se conforment car ils sont conformes : d’où leur recrutement et nominations.

     

    bernie sanders, hillary cliinton, donald trump, 45e président des états-unis, élections américaines, élection américaine

                  Revenons à la défaite de Hillary Clinton, un peu moins hilare maintenant,  et au cocu dans cette affaire ; car il y a bien un cocu dans cette élection :  Bernie Sanders, Bernie le kid de la politique malgré son grand âge (2), qui s’est finalement rallié à Hillary Clinton ! Si, lui aussi, avait été capable de « sentir » son pays, il n’aurait donné aucune consigne de vote ; il se serait bien gardé d’appeler à soutenir une femme sans légitimité qui ne s’est jamais donnée la peine de quoi que ce soit, même pas de naître ; si Sanders avait compris tous les Américains, après sa défaite aux primaires, il se serait éclipsé ; il serait parti comme il est venu avec sa hargne de dire tout haut ce que les USA cachent au monde : une réalité sociale abyssale. Et son honneur aurait été sauf.

    Certes, l'époque est rude. Faut dire aussi, il est vrai, qu’il y avait chez Sanders comme une odeur rance doublée d’un physique de looser au long court. On cache difficilement d’où l’on vient : d’une segment d’une offre politique qui, aux USA, n’a jamais vraiment su trouver une place… sa place auprès d’un électorat ethniquement et sociologiquement toujours aussi complexe ; un électorat à la psychologie labyrinthique.

                Avec la double défaite de Sanders, il est donc temps que "la gauche" apprenne à faire des révolutions non pas sans mais avec les hommes et les femmes, électeurs de surcroît, qui sont capables de lui en donner les moyens. Après tout, ne fait-on pas de la politique pas seulement avec ce que nous devrions être mais aussi et surtout avec ce que nous sommes, gardant à l’esprit que ça fait quand même un bail que nous le sommes tous.

    Mélenchon ferait bien, au plus vite, de méditer l’humiliation d’un Bernie Sanders maintenant condamné au silence même si, aux USA, le premier parti reste l'abstention : un Américain sur deux n'a pas voté. Ca peut être une consolation pour Sanders.

     

                 En attendant, place à Donald Duck Trump, animateur des ventes et des intérêts américano-américains, et ici en France, Marine le Pen que la victoire de Trump a pu réjouir comme aucune autre victoire, excepté la sienne – à venir ?

    Car la victoire de Trump a sa logique, la même qui verrait MLP succéder à Hollande : à force de n'être plus capable d'incarner qui que ce soit ni quoi que ce soit - Obama aux USA, Hollande en France ; et pas davantage leur successeur Hillary Clinton, ou ici, le challenger Juppé - excepté des intérêts supra-nationaux car le Capital n'a plus de frontières -  il n'est pas plus américain qu'européen et fait la guerre au monde entier - on prend le risque de faire revenir vers les urnes ceux qui les avaient désertées et ceux qui s'y rendaient sans enthousiasme ; or, quand les "caves" et les "gueux" se rebiffent car ils l'ont mauvaise - "caves" et "gueux" tels que les médias pourraient à mots à peine couverts les désigner -, tout devient possible : en premier lieu, l'impensable de classe ; classe  politico-médiatique ; une bourgeoisie qui, sans honte, vote, travaille, prospère et se fait élire avec le concours du PS depuis trente ans ; une bourgeoisie sans imagination qui n'a jamais rien su prévoir contrairement à celle d'en face qui, historiquement, n'a jamais craint les "conduites politiques à haut risque" - loin s'en faut ! - et qui attend avec impatience maintenant sa revanche ; il est vrai que la révolte des petites-gens a souvent servi ses intérêts ; hélas !

                  Nul doute, du FN, en 2017, on peut s'attendre à une campagne copie-conforme à celle de celui qui est devenu, dans la nuit du 9 novembre 2016, le 45e Président des Etats-Unis.

     

     

    1 - Les Clinton se sont toujours crus tout permis… or, l’élection d’Obama avait quelque peu contrarié leur plan de carrière : après le business, la politique qui n’est, tout bien pesé, que la continuation des affaires par d’autres moyens ; ils n’ont jamais accepté qu’un beau-parleur-prêcheur venu de nulle part leur dame le pion : leur pion. D’où l’acharnement de l’épouse Clinton, - couple accapareur -, et l’aveuglement du parti démocrate.

     

     2 - On ne fait pas « la révolution » avec un électorat jeune, éduquée et urbain aux USA comme ailleurs. Trump a bien vendu ses salades, il rentre au bercail : celui du business et de la domination : plus, toujours plus de domination !

    Est-il vraiment nécessaire d'analyser le vote en faveur de Sanders à l'occasion des Primaires ? D'aucuns parlent de "phénomène " à propos de ce vote. Si "phénomène" il y a, on pourra toujours le rapprocher du "vote Mélenchon" passé et à venir : un électorat hyper politisé composé de fonctionnaires, de syndicalistes et de quelques jeunes diplômés mécontents de leur sort.

    Pour peser, Sanders allié de Trump eut-il été plus judicieux comme choix ? Question absurde sans doute mais qui éclaire bien le problème de Sanders : son incapacité à toucher majoritairement l'électorat de la classe ouvrière.

    Mélanchon a partagé et partage aujourd'hui encore cette incapacité. Le vote ouvrier et/ou son absence, se niche depuis plus de 30 ans dans l'abstention massive ou chez MLP.

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Hillary Clinton : toujours plus de chaos à venir !

     

    hillary clinton,Diana Johnstone,jean bricmont,usa,

     

                    Un Donald Trump outrancier offert à la communauté internationale, sorte d'écran de fumée pour occuper les médias et nous faire oublier l'héritière de la principale puissance responsable de l'insécurité et du chaos dans le monde depuis 20 ans...

    Guerre sécuritaire chez les Républicains, guerre humanitaire aux millions de morts chez les Démocrates, Donald Trump,  Hillary Clinton... les USA ne veulent pas partager le monde ; toute relation gagnant-gagnant leur est étrangère car tous doivent se soumettre ou périr... c'est la politique de domination par le chantage au chaos menée par Washington depuis 20 ans. Et c'est la journaliste et écrivain américaine Diana Johnstone qui nous le rappelle.

     

     

              À l’occasion de la sortie de son livre "Hillary Clinton : La Reine du chaos", Diana Johnstone souhaite mettre l'Europe devant ses responsabilités car sans son soutien et sans sa soumission aux diktats étasuniens, cette politique du pire qui est celle des USA n'aurait jamais pu voir le jour ni se maintenir à un tel niveau de destruction ; une politique qui ne connaît plus aucune retenue depuis la chute du mur de Berlin et la désintégration de l'URSS.

    Rappelons que sans le soutien de Tony Blair, et alors que la France de Chirac et de Villepin s'y était opposée, jamais les USA n'aurait détruit l'Irak en 2003.

     

             Diana Johnstone place la France au centre de la responsabilité européenne car cette Américaine n'attend plus rien de son pays ; à ses yeux, aucun changement de politique internationale ne viendra de Washington et certainement pas avec Hillary Clinton à la Maison Blanche.

    actualité,politique,hillary clinton,diana johnstone,chaos,usa,donald trump,tony blair,chirac,de villepin,washington,justice

                 Diana Johnstone sera-t-elle entendue ? On peut en douter. L'Europe est gouvernée par des hommes et des femmes formés aux USA ; quant à ceux qui ont séché les cours, on ne pourra que déplorer le fait qu'ils n'ont ni le caractère ni la lucidité ni le courage propres à une lecture panoramique du monde qui balaie de son intelligence préventive tous les horizons dans la nécessité de prévenir les tensions et de préserver les équilibres qui seuls garantissent un monde sécurisé et apaisé dans la pluralité des cultures et des sociétés.

     

     

     

     ____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Capital, crise, guerre et reconstruction

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Une pensée pour tous ces intellectuels et auteurs syriens réfugiés qui découvrent la dictature de Bachar el-Assad à leur arrivée à Paris

    samar yazbek, destruction de la syrie, usa, israël, destruction du moyen-orient,bachar al-assad,syrie,réfugiés syriens,politique, géopolitique,

                       Dans un livre qui a pour titre "Les portes du néant", la romancière syrienne Samar Yazbek, installée à Paris raconte le quotidien de ceux qui luttent à la fois contre Assad et Daech : ICI

     

    __________________

     

     

                   « Maintenant laissons faire. Génie du Mal ! Te voilà lancé, suis le cours qu’il te plaira » - Jules César de W. Shakespeare.

     

                   On ne compte plus les intellectuels, universitaires et auteurs syriens qui ont trouvé refuge en Occident, à Paris en particulier. Invités dans toutes les émissions dites « culturelles », ils sont ! - émissions littéraires et autres, télés, radios, journaux quotidiens et hebdomadaires, magazines...

    Tenez ! Récemment encore sur France Culture qui a pour invitée une universitaire syrienne nommée Nisrine Al Zahre : ICI

                   A les écouter tous ces intellectuels syriens, patiemment, dans leurs témoignages à tous, là où aucun d’entre eux n’oublie jamais de nous parler de la dictature sanguinaire et cruelle de Bachar el-Assad père et fils...

                            ... un Bachar el-Assad qui, soit dit en passant, n’a eu qu’un seul tort aux yeux des Occidentaux : privilégier le projet d’un acheminement du pétrole iranien avec le soutien de la Russie, au détriment de celui des Monarchies du golfe...

    A les écouter tous ces auteurs, une fois à l’abri, leur exil accompli et achevé à Paris, loin de leurs compatriotes auxquels rien ne sera épargné...à tendre l’oreille donc auprès de tous ces quadras, quinquas et sexagénaires, hommes et femmes confondus, fraîchement débarqués à Roissy, la question suivante nous vient à l’esprit : comment tous ces intellectuels ont-ils fait pour vivre, étudier, enseigner, prospérer durant toutes ces années, dans une Syrie dirigée par el-Assad père et fils, deux bouchers dont il n’y aurait rien à sauver, y coulant des jours plus ou moins paisibles d’intellectuels syriens ? Comment ont-ils fait alors ?

                             ... voyez plutôt ! Parmi ces intellos syriens, d'aucuns n’hésitent pas à nous encourager, nous l’Occident, à juger Bachar el-Assad pour « crime de guerre » sans doute dans leur désir de conforter nos médias et notre classe politique et leur parti pris anti-Assad, à titre de remerciements envers notre belle terre d'asile, la France, et puis aussi selon le principe qui veut que l’on ne mord pas la main qui vous accueille et vous nourrira… trop heureux qu'ils sont tous ces Syriens d’avoir échappé au pire.

                   Autre question : tous ces intellos ont-ils fait partie de ceux qui ont occupé les rues des villes de Syrie en 2011 pour appeler Bachar el-Assad à des réformes démocratiques et à la fin de la corruption car c’est bien connu : avec el-Assad, père et fils, il suffit de demander pour obtenir ce qu’on désire, y compris la liberté ?

                            ... Insurrection qui fera près de quarante morts parmi les forces de l’ordre du régime dès les premiers jours.

    Dites ! On aurait souhaité une répression sans merci dont le régime est coutumier  que l’on ne s’y serait pas pris autrement. Sans doute la CIA peut-elle nous éclairer à ce sujet… ICI

                  Ou bien alors, tous ces intellectuels coulaient-ils des jours paisibles dans leurs universités respectives, peinards dans leur vie d'universitaires tranquilles, dictature syrienne ou pas,  en attendant la fin de la répression ? Car après tout, ici même, en Occident, on trouvera sans difficulté des milliers d’universitaires qui n’ont jamais contesté au cours de leur carrière quelque gouvernement ou présidence que ce soit... alors vous pensez bien… en Syrie !

     

                            On notera au passage, à propos de toutes ces questions légitimes ceci : ceux qui invitent nos intellectuels et auteurs syriens à s’exprimer, ceux qui les interviewent, comme un fait exprès ou comme par malchance, jamais ils ne semblent être capables de trouver le bon moment pour formuler toutes ces questions et toutes ces remarques pourtant frappées au coin du bon sens, auprès de leurs invités syriens...

                  Mais alors, tous ces intellectuels et auteurs syriens réfugiés auraient-ils découvert la dictature de Bachar el-Assad à leur arrivée à Paris ?

    Vraiment, c'est à se demander !

     

    ***

               

                    Dans ce contexte, une autre question vient maintenant à l'esprit ; une question dérangeante pour tout le monde : qu’est-ce qu’un Syrien aujourd’hui, intellectuel ou pas ? Et puis aussi : qu’est-ce qu’un Arabe, un Musulman (ou un Alaouite) dans cette partie du monde ? Qui est-il ? Ou bien plutôt... qu’en avons-nous fait si le seul refuge que cet Arabe, ce Musulman, puisse encore trouver pour sauver sa peau ou chercher un peu de sécurité et quelque réconfort matériel... si ce refuge, unique refuge, se trouve chez ceux qui ont détruit précisément son pays, avec minutie et une détermination sans faille ; son pays et d’autres encore, dans toute une région ?       

    Oui !  Qui sont-ils tous s’ils ne peuvent trouver refuge qu’auprès de ceux qui ont ruiné leurs moyens d’existence ?              

                                Imaginez-vous... disons des Polonais cherchant refuge en Allemagne en 1940 ? Peut-on alors parler de progrès lorsque la victime qui a survécu, peut toutefois envisager de se réfugier "en toute sécurité" chez celui qui est responsable de son malheur ? Sans doute est-ce ce qui nous distingue des Nazis : le fait que les victimes puissent trouver un peu de réconfort chez leurs bourreaux occidentaux.

                                L'humiliation serait donc totale pour les survivants ?

     

                   Si la guerre en Syrie nous est d’un enseignement quelconque c’est de nous avoir une fois de plus confirmé ceci : la lâcheté incommensurable des intellectuels en général et des intellectuels syriens en particulier qui, réfugiés en Europe, se gardent bien de dénoncer cet Occident pompier-pyromane d’un cynisme d’une cruauté sans nom ; un cynisme aux millions de morts arabes, musulmans et autres, depuis les années 90 !

    Sous le prisme de nos catégories occidentales, marxistes de préférence, ces intellectuels syriens nous invitent une fois de plus à faire le constat suivant :  la lâcheté de la bourgeoisie là-bas comme ici, est sans limite ; une bourgeoisie prête à toutes les humiliations, à toutes les compromissions, jusqu'à coucher avec ses bourreaux, pour survivre en tant que classe à la fois dominante et...  soumise finalement à la loi du plus fort, et ce sans état d'âme. Et si le meilleur trait de la bravoure est la discrétion (Falstaff – W. Shakespeare), sans doute doit-on en conclure que le meilleur trait du courage pour un intellectuel c'est un exil bavard et flagorneur d’une lâcheté sans nom.

                  Aussi, saluons ici bien plutôt les vrais héros : ceux qui ont pour seul ami, leur courage, et non la main qui a tué les uns, moins chanceux, et la main qui accueille maintenant les autres, ceux qui ont survécu au meurtre de masse qu'est la politique occidentale dans cette région du monde...

                  Une main, une seule, une seule et même main.

     

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Des nouvelles de la Syrie

     


    Terrorisme en Syrie : l’enjeu pétrolier

     

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale 0 commentaire
  • Colonialisme, nazisme et crime contre l’humanité : anachronisme, amalgames et confusion

     

                  Combien sommes-nous à nous souvenir de cet historien qui, dans les années 90, d'une équation, avait tenté la résolution suivante : « communisme = fascisme » ?

    Il s’agissait de François Furet (1) et avec lui, de toute une bande de révisionnistes passés à droite après de bons et loyaux services à gauche ; un Furet, déterminé à tuer le père, et pas n’importe lequel, celui qui s’était longtemps fait appeler « le petit père des peuples », sans doute dans le but de devenir enfin adulte – comprenez : raisonnable ; et donc à droite toute !-, au sortir d’une adolescence idéologique jugée très certainement encore boutonneuse et imparfaite, telle une crise post-adolescente, à un âge où il est pourtant et généralement admis (Furet avait alors 60 ans passés !) qu’il est déjà bien tard pour envisager un saut idéologique d’une telle ampleur, pour ne rien dire d’une telle métamorphose à la fois psychique et physique : passer du communisme à l’anti-communisme caricatural et forcené.

    Communisme = fascisme a recueilli peu de suffrages, sinon ceux de Furet lui-même et de quelques hurluberlus de droite et d’extrême droite ; une extrême droite qui soutenait alors Reagan et qui ira jusqu’à oser un communisme=nazisme  pas piqué des hannetons mais tout aussi inopérant et absurde.

    Communisme = fascisme

    Personne n’a donc été convaincu. Rien de surprenant à cela : allez donc demander que quiconque… qui aurait eu un père communiste… reconnaisse que ce même père était un salaud de la pire espère ; celle des fascistes en l’occurrence, voire même… celle des nazis pour les plus téméraires et les plus impliqués d’entre eux.

    Rongés très certainement par une culpabilité étouffante, proche de la suffocation (Soljenitsyne n’avait fait de cadeau à personne, il fallait donc bien en finir au plus vite, cracher le morceau et sa pastille et brûler tout ce qu’on avait adoré !), sans oublier l’air du temps qui passe et qui reste et empoisonne l’atmosphère  – Souvenez-vous ! Le monde occidental était alors sous le charme, ou la coupe et le joug, c’est selon, d’un couple halluciné nommé Thatcher-Reagan...

    Communisme = fascisme...

    Ces stakhanovismes du revirement, historiens ou pas, n’ont trouvé en Europe aucun fils pour porter un tel jugement sur son père ; et bien des années plus tard, à l’heure de toutes les trahisons de l’Ouest à l’égard de l’Est (trahisons économique et politique) il n’est pas sûr que les populations de l’Est (les Polonais exceptés) soient disposés à un tel raccourci historique. Quant à la Russie ? Poutine, ancien agent du KGB, n’a jamais été aussi populaire - Nostalgie ! Nostalgie ! Quand tu nous tiens, tu nous tiens bien !

    ***

    Communisme = fascisme...

    Une fois épuisée cette équation absurde, arrive alors un Colonialisme =nazisme.

    Avec cette nouvelle résolution coup de poing et coup de semonce, c’est bien une plongée dans un anachronisme imbécile qu’on nous propose ; en effet, la dernière conquête de l’Afrique, dernier coup de reins sabres au clair dans la chair - l’arrière train plus précisément -, d’une humanité-instrument économique, stratégique et idéologique, cette conquête donc ne date-t-elle pas de 1830 ? Alors que le nazisme, lui, trouve ses balbutiements dans les années 20… celles du XXe siècle ?

    Colonialisme = nazisme (2)…

    Existe-t-il seulement un historien désintéressé, honnête et responsable pour faire sienne une telle corrélation ? A moins qu’il ne s’agisse de ré-écrire l’histoire,  "colonialisme = nazisme" ne tente-t-il pas de nous dire que si le nazisme avait été antérieur au colonialisme… le colonialisme aurait été assimilable au nazisme ?

    Après l’anachronisme, c’est bien d’uchronie qu’il s’agit.

    De plus, cet amalgame fâcheux qui n’explique rien, qui n’informe sur rien mais ouvre la porte à des débats sans fin, sans but et sans intérêt, dessert la cause de l’anti-colonialisme en appauvrissant tout son potentiel d’analyse, de critique, jusqu’à la négation d’une complexité et d’une ambivalence que le creuset nazi ne pourra jamais contenir ; une complexité riche d'enseignements incomparables avec ceux du nazisme.

    Si assimiler le colonialisme au nazisme, c’est ouvrir une porte, celle de dissensions stériles, c’est aussi en fermer une : celle d’un travail d’analyse, et c’est clore tout débat car, on ne débat pas du nazisme car, avec le nazisme, il n'y a pas de "oui mais..." : rien à sauver et rien à partager ! Avec le nazisme, aucun héritage, aucune transmission possibles et souhaitables.

    Pour preuve : rien n’a demeuré.

     

    ***

     

                Certes, dans le passé, des historiens et des auteurs ont rapproché le colonialisme du nazisme sans toutefois aller, en ogres d’une pseudo-vérité historique, jusqu’à la fusion/absorption.

    L’historien Olivier Le Cour Grandmaison : Coloniser. Exterminer (il en restera toujours quelque chose ! ndlr). Sur la guerre et l’Etat colonial :

               « …La violence coloniale n’a pas été un épiphénomène qu’on aurait pu à la rigueur éviter... elle a été partie constitutive du système. Racisme d’État ? La formule peut paraître forte pour qui ignore l’histoire coloniale. C’est pourtant bien d’une xénophobie quasi généralisée qu’a souffert la société française plus d’un siècle durant. »

    Grandmaison s’appuie sur une multitude d’auteurs : Voltaire, Tocqueville, Lamartine, Jules Verne, Maupassant, Zola et les « petits », mille et un idéologues et vulgarisateurs de la pensée coloniale. Ces auteurs étaient donc les Goebbels de la colonisation ? Oui ? Non ?

    Soit. Il se serait alors agi d'un nazisme d'un nouveau type, ou bien plutôt d’un prototype : un nazisme sans penseurs nazis ?

    On peut aussi discuter le fait que Jules Ferry  - en Eichmann ou Himmler de la première heure, et bien avant l’heure -, partisan de l’expansion coloniale contre Clémenceau à qui on devra plus tard l’humiliation de l’Allemagne en 1918 et  sa tentative de revanche (à chacun ses aveuglements !) ; que Ferry ait été un nazi… à l'heure où cette idéologie de mort assurée - et il en fut bien question -, était impensable parce que… encore impensée à la fin du XIXè siècle même si le philosophe allemand Friedrich Nietzsche  - le petit père de nombre d'intellectuels-philosophes plongés dans la confusion -, n’était pas loin d'y réfléchir avant tout le monde avec la publication de son Antéchrist.

    Autre rapprochement colonialisme/nazisme : "De la barbarie coloniale à la politique nazie d’extermination", par Rosa Amelia Plummelle-Uribe, militante afro-descendante qui fera le lien entre les politiques d’anéantissement colonial et l’ensauvagement des sociétés européennes.

    Aimé Césaire lui aussi évitera soigneusement l'anachronisme colonialisme=nazisme, préférant raisonner (poétiser ?) autour des "Origines du Nazisme » - il est vrai que les nazis n’ont pas inventé grand-chose même si l'on ne doit jamais oublier le fait suivant : dans les années 20 et 30, tous les prix Nobel à caractère scientifique étaient allemands ou de langue allemande… du nom de ce peuple discipliné qui a toujours porté en lui l’amour du travail bien fait : aujourd’hui encore, leurs train arrivent toujours à l’heure, et leurs automobiles sont d’un rapport qualité-prix imbattable.

    Aimé Césaire d’une intuition d’une intelligence folle, même s’il s’agit là très certainement d’une prophétie mais a postériori, auto-réalisatrice a priori, s'adressera à nous en ces termes :

    "...nul ne colonise innocemment, que nul non plus ne colonise impunément ; qu’une nation qui colonise, qu’une civilisation qui justifie la colonisation — donc la force — est déjà une civilisation malade, une civilisation moralement atteinte, qui, irrésistiblement, de conséquence en conséquence, de reniement en reniement, appelle son Hitler, je veux dire son châtiment."

    Ce qui ne valide toujours pas l'équation colonialisme=nazisme.

    En revanche, on trouve là, chez Aimé Césaire - la tentation était sans doute trop grande -, le désir de récupérer à son profit un événement-catastrophe pour mieux l’investir avant de le vampiriser et de devenir celui qui, le bras vengeur, en désignera la cible. Evénement d'une Seconde guerre mondiale qui a pourtant aux yeux des historiens ses racines dans un inconscient européen qui n’a jamais eu besoin de l’aide d’une extension territoriale quelconque et de sa population pour s’étriper à loisir.

    A partir de cette analyse quasi mystique de Césaire, façon ancien-testament, là où tout se paie, mais interprétation naïve et plutôt optimiste quand on sait à quel point l’Homme-impunité triomphe de siècle en siècle… et puis, n’est-ce pas les meilleurs qui partent en premier et les salauds en dernier… sans oublier les immortels, ceux que l’on nous ressert génération après génération, et sur lesquels la vérité des faits n’a aucune prise ?

    Ceux qui ont donc cherché à détourner la sentence de Césaire au profit d’un colonialisme =nazisme, en seront pour leurs frais : Aimé Césaire a fini Maire de Fort de France après la Présidence du Conseil régional de la Martinique, et non en Che Guevara ou en «Serge Klarsfeld » pourchasseur de nazis négriers et colonialistes.

    Colonialisme = nazisme…

               Et puis de dérive en dérive.. . Colonialisme = nazisme=crime contre l’humanité

               Aujourd’hui, des voix s’élèvent pour que l’épopée coloniale française, de sa sédentarisation à sa maturation (sur plusieurs siècles) au terme de laquelle le dernier bastion colonial que fut l’Algérie, tombera, soit reconnue comme « crime contre l'humanité » : une « violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux d'un groupe d'individus inspirée par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux ».   

    « Colonisation - rôle et bilan globalement positifs » d'un côté, « Colonisation - crime contre l’humanité » de l’autre, deux faces d’une même pièce - déni et revanche pour les uns comme les autres ; une colonisation dont on chérit et caresse sans cesse le souvenir comme on caresse un espoir... contre une colonisation haïssable à rejeter en bloc ; seuls les gens pressés d’en découdre avec dieu sait quelle nécessité historique choisiront leur camp ;  les autres, plus avisés, patienteront car il y a fort à parier que les descendants des peuples colonisés ne nous en demandent pas tant ; il semble même qu’ils soient plus intéressés par la liberté et des visas que par des excuses ; quant à réunir des tribunaux et à dresser des bûchers…

    Certes ! Quelques Etats y trouveront leur compte sur le dos de leurs peuples toujours humiliés, plantés, là, sans avenir… derrière les barreaux d'une vaste prison qu’est devenue ce nouvel Empire post-colonial indépendant. Mais... de là à leur donner un coup de main...

     

                Contrairement au nazisme, qu'on le veuille ou non, quelque chose a bel et bien été sauvé de ce période coloniale... une langue, la langue française ; une langue parlée et respectée par des milliers d’êtres humains de tous les continents parmi les plus doués, les plus talentueux du monde dans les domaines des sciences et des arts ; preuve qu'il y avait bien quelque chose à sauver ! Et ce quelque chose l'a été par qui ? Aux plus sceptiques, on leur conseillera de voyager... et de rencontrer et d'écouter des Africains et des Maghrébins de tous les âges (3).

    Certes les êtres humains sont passés maîtres dans l'art de mentir et de se mentir ! Et dans une condamnation sans nuance du passé colonial de la France, une condamnation solennelle du type « crime contre l’humanité », il y a aurait là quelque chose qui relèverait du mensonge. En revanche, que des événements précis qui engageraient toute la responsabilité d'une France coloniale puissent faire l'objet d'un examen et qu'ils soient reconnus comme "crime contre l'humanité", pourquoi pas ! Une telle condamnation aurait alors un sens car c'est bien dans le souci d'une recherche de la vérité qu'un tribunal se serait prononcé, et non... dans le but de servir les intérêts d'un humanisme de culpabilité, et cet autre humanisme ignorant tout de l'être humain et de l'Histoire, pour ne rien dire d'un humanisme manipulateur et revanchard, un humanisme de Tartuffe, dans les faits... soucieux d'aucune condition humaine.

     _____________________

    1 - Avec deux ouvrages : "Le passé d'une illusion" et "Fascisme et communisme".

    2 - Affirmation d'une violence émotionnelle rare comme si d'aucuns avaient des comptes à régler davantage avec leur propre histoire (culpabilité et transmission d'une génération à l'autre ?) qu'avec une "Histoire de la colonisation" digne de ce nom. Qu'il soit ici permis de rappeler ce qui suit : tout comme ceux qui n’ont pas eu de parents communistes – et ils existent -, nombreux sont ceux qui sont issus de milieux qui ne doivent rien à une colonisation quelle qu’elle soit : nazi ou pas.

    3 - Est-ce qu’un groupe de néo-nazis désireux de sillonner l’Europe en Autocar à la rencontre des descendants des victimes de cette idéologie recevrait le même accueil ? On peut en douter.

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Politique et actualité 0 commentaire
  • Destruction de la libye : un rapport parlementaire britannique accable Cameron et Sarkozy

    un rapport parlementaire britannique accable cameron  sakozy à propos de la destruction de la libye, bernard henri lévy, kadhafi

    Sarkozy, Cameron et Bernard-Henri Lévy (chaussant des lunettes noires) en visite en Libye

     

    Les motivations françaises en question :

    Le rapport retranscrit une conversation avec un membre des services secrets américains : la France n'est pas intervenue pour sauver Benghazi, mais pour cinq autres raisons, bien différentes: 

    - S'emparer d'une partie de la production de pétrole libyenne
    - Augmenter l'influence française en Afrique du Nord
    - Améliorer la popularité de Nicolas Sarkozy en France
    - Replacer l'armée française au centre de l'échiquier stratégique mondial
    - Répliquer à la volonté de Kadhafi de remplacer la France comme puissance dominante en Afrique francophone

    Cinq ans plus tard, note le rapport, la Libye est au bord du gouffre ; plus de deux millions de personnes nécessitent une aide humanitaire ; 400.000 Libyens ont été déplacés de force ; et les forces militaires en présence continuent de se livrer à de multiples exactions contre les populations civiles et combattantes.

     

    ***

                   Encore une fois, c'est la démocratie anglo-saxonne et ses journalistes qui viennent dire tout haut ce que nous savions tous mais qu'aucun de nos médias, ici en France, n'avait jusqu'à présent osé expliciter ni aucune commission parlementaire. Aussi, force est de conclure que ce rapport britannique de la chambre des députés inflige une honte sur tous les médias français et son personnel ainsi que sur notre Parlement composé de députés-godillots. Et c'est avec impatience que l'on se donne rendez-vous aux Législatives de 2017 qui verront, en ce qui concerne notre camp, la gauche - une gauche alliée aux souverainistes en matière de politique étrangère - contribuer à précipiter le PS dans les abîmes d'un score électoral dont il ne se relèvera pas car ce parti doit mourir pour que la gauche renaisse.

     

                             Compte rendu de la BBC à propos de ce rapport : ICI

     

    ___________________

     

                        A la lumière des faits et des informations dont nous disposons aujourd'hui, à quand un Tribunal pénal international pour la Libye ?

    Qui demandera l’ouverture d’une procédure d’enquête ?

    Alors que le système judiciaire français ne s’y résoudra jamais, la Cour Pénale internationale pourrait-t-elle exercer sa compétence ? L’initiative en matière d’enquête et de jugement lui reviendra-t-elle ?

                Et puis enfin.. qui, de la cour pénale internationale (CPI) ou du  tribunal pénal international (TPI), juridictions chargées de juger les personnes accusées de génocide, de crime contre l’humanité, de crime d'agression et de crime de guerre, reconnaîtra coupables Bernard-Henri Lévy, Nicolas Sarkozy et David Cameron, premier ministre de Grande Bretagne au moment des faits ?

    La question est posée. On peut maintenant se mettre à rêver à une Justice majusculaire.

     

                           Pour prolonger, cliquez : Bernard-Henri Lévy-Cameron-Sarkozy - cour pénale internationale

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Afrique : convoitise exploitation déstabilisation 0 commentaire
  • Szczecin entre Allemagne et Pologne : une histoire d'architecture

     

     

    szczecin, stettin, stetin, pologne, oder, allemagne, baltique, lagune de wolin,zalem szczecinski

        

                       Située à quelques kilomètres de la frontière allemande, à une heure de la mer Baltique, Szczecin (Stettin en allemand, Sztetëno en cachoube, anciennement Stetin en français) est la 7e plus grande ville de Pologne , le chef-lieu de la Voïvodie de Poméranie occidentale ainsi que la 3e plus grande ville portuaire de ce pays.

    La ville se situe dans l'extrême nord-ouest de la Pologne sur deux rives de la rivière Oder tout près de son entrée dans la lagune de Szczecin à Trzebież près de Police. L'archipel qui se trouve entre deux bancs de l'Oder est une zone industrielle et portuaire.

     

           A visualiser en HD - cliquez sur "paramètres" (ustawienia), sélectionnez : 1080p

     



                   Stettin était la capitale du Duché de Poméranie. Dès le premier quart du XVIIIe siècle, la ville a été connu en France sous le nom allemand Stettin, et faisait alors partie de la Poméranie prussienne.

                  Szczecin a une histoire parmi les plus colorées d'Europe. Par le passé, cette ville a appartenu aux Polonais, aux Prussiens, aux Danois, aux Suédois et aux Allemands. Elle était allemande jusqu'en 1945 (province de Poméranie de l'État libre de Prusse). Elle est polonaise depuis les accords de Potsdam (1945).

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Serge ULESKI youtube

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Art et culture, Histoire et révisionnisme 0 commentaire
  • Jeux olympiques de Rio : 2 minutes d'arrêt

    rio de janeiro, jeux d'été, jeux olympiques 2016, cio, sport, corruption du cio, médailles d'or des jeux olympiques, jeus d'hiver,serge uleski,

     

    28 sports et 42 disciplines

    306 épreuves...

    Des milliers de médailles remises dont 812 "en or" (6 gr d’or dans une médaille : eh oui, faut pas rêver non plus !) ; des milliers d’athlètes pour les porter au tour du cou ; et puis d’autres qui n’auront gratifié un public télévisuel qui se compte en milliards que d’une éphémère prestation-apparition…

    Et à ce sujet, en cas d’élimination précoce, comment un participant s’arrange-t-il avec l’échec ?  Car, si l’important c’est de participer, et même si aucun n’ignore les enjeux financiers autour de leur victoire ou de leur défaite, il faut tout de même y avoir laissé quelques gouttes de sueur à ces Jeux car, sacrebleu ! on n’est pas là pour faire de la figuration non plus !

     

                   Qu'à cela ne tienne... ces Jeux de Rio touchant à leur fin, le moment est peut-être venu de partager quelques réflexions et autres remarques à propos de ce qui nous a été et de ce qui nous est donné à voir et à entendre ; et deux minutes suffiront :

                   A tout seigneur, tout honneur, même si de basse extraction… le beach- volley n’aura pas manqué de retenir notre attention trente secondes, montre en main -  le temps de s'en moquer. Et puis… faut-il vraiment commenter ce divertissement de plage élevé tant bien que mal, plus mal que bien d'ailleurs, au rang de « sport » olympique de surcroît ?

                   Changeons donc vite de registre : avec le basket, c’est un panier toutes les 5 secondes qui nous est donné à voir et à revoir - un pour toi, un pour moi -, et puis, parce qu’il faut que ça s’arrête un jour... pour cette raison, difficile de ne pas trouver ce va-et-vient d’un camp à un autre, d’un cerceau métallique à l’autre, d’une prévisibilité rédhibitoire au possible, d’un réel ennui ; un ennui peu commun ; rare donc, très rare cet ennui qui vous submerge au bout d'une dizaine de minutes et qui vous laisse sans secours, sinon un seul : voir ailleurs.

                   Et c'est alors que l'on se tourne vers le judo, déjà un peu émoussé : kimono et tatami… tirage de maillot cinq minutes durant. Catch ? Lutte ? très vite, très tôt, on ne sait plus ce que l’on est censé regarder, ce à quoi l’on est censé assister tant les deux protagonistes n’ont de cesse de se tirer par le revers de leur kimono comme d’autres par la barbichette :

    « Ben alors, tu veux faire du Judo ou pas ? On est là pour ça quand même !

    • M’enfous ! Tu m’auras pas ! 
    • Déconne pas. On nous regarde. Allez, laisse-toi faire, merde !
    • Toi d’abord !
    • Moi ?
    • Oui, toi !
    • Pourquoi moi ?
    • Parce que...»

    On ne louera jamais assez la présence d'un juge-arbitre pour mettre fin à ce face à face imbécile de chiffonniers où l’on finit débraillés et en sueur : une sueur pour rien ou pour si peu car, quitte à transpirer, rien ne remplace un footing le matin au lever du soleil à l'air libre.

                     Etouffant, suffocant même, en désespoir de cause, on se décide à prendre le large et le vent mais sans la tempête … en se tournant vers la mer, sous la protection du Christ géant et rédempteur de la baie de Rio : la Planche à voile ; et là, c'est la douche froide.

    Mal à l’aise sur leur planche, et plus encore lorsqu’il est question de manœuvrer et pas simplement de se laisser porter et conduire par le vent, -  quiconque serait plus à l’aise sur une bicyclette ou tout simplement à ne rien à faire -, une question nous vient très vite à l'esprit et sans mauvais esprit : qui un jour a bien pu décider qu’il était d’une importance extrême d’être capable de se tenir sur une planche montée d’une voile ?

    La planche à voile ? Un sport qui se pratique à coup de reins, semble-t-il ; coups de reins répétés, tellement la planche est réticente à accomplir ce à quoi on la destine ; on la maltraite pour qu’elle avance… et quand ce sport décidément très convulsif est pratiqué par des femmes, ces coups reins experts et déterminés laissent un homme songeur, très songeur : "Peut-être que dans d'autres circonstances..."

    Mais laissons là cette digression que d’aucuns qualifieront de tendancieuse et les cons de « machistes » (1)

     

                       Patins à roulettes, beach-volley, des lanceurs de javelot et de poids aux lanceurs d’alertes absents... soulever, jeter, aller et venir, à pied, à bicyclette, à la rame, courir encore et encore, seul, à deux, à huit avec ou sans témoin (en catimini ?) à passer et à repasser à temps, avant tous les autres de préférence - soit dit en passant, sur 400m, avoir recours à trois relayeurs pour couvrir cette distance, c’est à se demander s’il ne serait pas plus raisonnable pour les participants de rester chez eux, tranquillement assis ou bien à contempler les étoiles, filantes de surcroît -, il ne manquait donc plus que le roller et le squash ! Mais quand arrive le Badminton, après le golf, là, vraiment, la coupe est pleine ; on ne peut plus alors prétendre ignorer ceci : dans ces Jeux dits olympiques - les dieux de l’Olympe doivent franchement faire la gueule ! -, de Rio ou d’ailleurs, ce qui est à l’honneur, nul doute, ce n’est certes pas le sport - pour peu qu’il puisse en être question dans ce contexte et ces conditions -, mais bien plutôt la couverture médiatique de l'événement : l’audience télévisuelle ; pour cette raison, tous doivent pouvoir y trouver leur compte ! Les insatiables du foot et du basket sur canapé et ceux qui n'ont que le badminton l’été sur les plages pour se dépenser, faute de moyens (un jeu de 2 raquettes et un volant pour 10 euros - made in china svp !).

    Le plus insupportable dans le cadre de ces Jeux de Rio, car on n'aura pas pu ne pas remarquer, c'est le sérieux avec lequel des « athlètes » qui, il faut ici le dire, font injure à ce terme à chaque coup de raquette, fournissent leur prestation olympique ; des athlètes que personne ne pourra raisonnablement désirer fréquenter, moins encore, serrer les mains ou pire, leur adresser la parole car, quand on met autant d’application et de sérieux, le visage fermé et tendu, comme s’il pouvait bien être là maintenant question de vie ou de mort,  à pratiquer ce qui n’est même pas un divertissement, on appelle inévitablement le jugement suivant ; un jugement sans équivoque et sans nuances : la vacuité humaine n’a pas de limite ; pour cette raison, la remise d’une médaille quelle qu’elle soit, d’or, d’argent, de bronze ou même en chocolat, à ceux qui pratiquent cette activité, ne peut être considérée que comme un outrage.

    Aussi, on devrait pouvoir intenter un procès à ceux qui ont l’incommensurable prétention et bêtise (on ne sait plus comment les nommer !) de juger digne de figurer au palmarès des Jeux olympiques cet amusement pour cul-de-basse-fosse, jadis destiné à des jeunes filles qui n’avaient qu’un droit, se marier, faire des enfants et se taire ; sans oublier ceux qui le pratiquent dans le cadre de cette compétition ainsi que ceux qui les regardent.

     

                   Beach-volley, planche à voile, badminton... qu'est-ce à dire ?

                   Quid de l’athlétisme, demanderez-vous ?

                   Ah ! L’athlétisme, le vrai, le seul, proprement dit ou salement évoqué ! A propos d’un 110 m avec ou sans haies, qu’il soit couru en un trentième de seconde de moins que les années précédentes, excepté celui ou celle qui a « travaillé » des heures, des jours, des mois durant à cette performance toute relative, cela peut bien intéresser qui, franchement, ?

    Le téléspectateur vautré dans son canapé, ventripotent, un pack de bière à ses pieds, rotant plus souvent qu’à son tour ?

     

                    Avec la retransmission du badminton, c’est dans un tonitruant éclat de rire que l’on plongera dans l’obscurité la retransmission de ces Jeux au service d'un comité non pas sportif mais de sponsors et d’annonceurs publicitaires racketteurs rackettés par plus voraces et plus corrompus qu'eux : cet autre comité avec ses exigences financières exorbitantes.

    Quant à cette fièvre nationaliste que ces jeux sont capables de réveiller, dans le top 5 du classement des médailles, on retrouve les puissances économiques et militaires dominantes, les deux ou trois plus grands emmerdeurs de la planète ( c'est un euphémisme) et leurs larbins docteurs es chaos ; rien de surprenant à cela : la guerre c’est du sport et le sport c’est la guerre pour ceux pour lesquels la défaite n’est pas une option ; tous donc se retrouvent au cours de ces jeux : arrogants et dominateurs ; qu’il soit permis ici de rappeler que les Peuples ne se souviennent que d’une chose : des bombes qu’ils se sont prises sur la gueule mais jamais, au grand jamais, d’une médaille d’or gagnée par un athlète… en attendant qu’elle lui soit retirée pour dopage quelques années plus tard, car à vaincre sans péril, sinon pour sa santé, on triomphe sans gloire dans la guerre comme dans le sport.

    Et à ce propos, que deviennent nos médaillés, une fois la trentaine passée ? Dépression, prise de poids, cancer précoce, suicide... autant de sujets tabous.

     

                    Mais alors.. tenez : rendez-nous les Jeux du cirque ! Gladiateurs et lutteurs ! Dans l’arène, au centre, là où la poussière recouvre tout, et face aux lions, on y trouvera les membres du CIO (Comité International Olympique) aux voix et à la charte sonnantes et trébuchantes - jeux de quilles et pots de vin ; du meilleur cru, nous affirme-t-on ! Et l'on aura aucun mal à remplir la fosse puisque chaque jour la presse nous révèle qu’ils sont légion… (romaine !). Inutile de préciser qu’à chaque demande de grâce, c’est bel et bien une fin de non-recevoir qui viendra ponctuer un recours qui n’a pas lieu d’être exercé, pouce bien bas, le plus bas possible jusque dans les profondeurs de notre dépit amusé dans l'obligation que nous sommes de devoir rire de tout avant de nous en moquer allègrement.

     

     

    1 - N'empêche, si demain je dois absolument faire la connaissance d'une sportive - imaginez que cela devienne obligatoire ! -, il faudra impérativement qu'il soit question de planche à voile. C'est décidé.

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Katyn - Enfin Wajda !

     

                     Trois ans d'attente, dont deux années de retard, Katyn*, le film d'Andrzej Wajda, arrive en France dans sa version DVD après sa sortie en 2007 dans une seule salle parisienne.

    politique,actualité,katyn,pologne,wajda,russie,urss,staline,nkvd,allemagne

    .                  Katyn : près de Smolensk, forêt située à environ 50 kilomètres de la frontière biélorusse.
    . 
    ________________
     
     
    Crime, mensonge et oubli
     
     
    En avril 1940, 21957 prisonniers de guerre polonais seront exécutés par les services spéciaux du NKVD (police politique secrète du parti communiste de l'URSS) dont plus de 4000 dans la forêt de Katyn ; tous officiers, en majorité réservistes, tous appartiennent à l'intelligentsia polonaise - élites politique, économique et culturelle ; décision prise par le Politburo qui avait alors pour membres : Staline, Molotov, Beria,  Kaganovitch,Vorochilov, Kalinine et Mikoïan après le partage de la Pologne entre la Russie et l'Allemagne en 1939.
    .
    Tous les membres de leur famille  seront déportés dans le Kazakhstan pour 10 ans (adultes et enfants) à l'initiative de Khrouchtchev (1).
     
    Le seul crime de tous ces officiers : être des patriotes polonais soupçonnés, une fois libérés, de vouloir prendre une part active à la lutte contre la prise de contrôle de la Pologne par l'URSS et sa politique impérialiste et pour la renaissance d'une Pologne indépendante ; ce même patriotisme qui infligea une défaite humiliante à l'armée communiste en 1920 lors de la première tentative d'annexion de la Pologne par la nouvelle URSS.
     
    ..
     
    ***
     
    .
                   Terreur et idéologie : fin du droit, de la responsabilité et de la culpabilité individuelles. Nettoyage ethnique chez Hitler contre nettoyage de classe chez Staline.
     
    Pendant plus de quarante ans les Soviétiques réussiront à camoufler ce crime à leur population et à celle de l'Europe de l'Est et à en accuser les nazis. Il faudra attendre les années 80 pour que l'URSS reconnaissance son entière responsabilité (2).
     
     
     
     
    1 - On estime à plus de 400 000 le nombre des victimes (déportation, emprisonnement ou assassinat) de l'occupation russe de la Pologne durant la seule période de la seconde guerre mondiale : 400 000 sur une population de 12 millions. 
     
    2 - Responsabilité : inutile de préciser que la Grande Bretagne et les Etats-Unis connaissaient la culpabilité de l'URSS depuis 1942 et nous tous aussi, en Europe de lOuest.  
     
     
    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • John Kerry à la tribune d'honneur place de la Concorde un matin de 14 juillet 2016

                          C'est sûr ! Il ne manquait plus que Netanyahou et le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud d'Arabie Saoudite : trio du chaos, du terrorisme et de la mort

    john kerry 14 juillet 2016 tribune d'honneur paris

                    John Kerry à la tribune d'honneur place de la Concorde un matin de 14 juillet 2016. Un John Kerry venu passer en revue les troupes françaises qui depuis 15 ans n'ont eu de cesse de servir les intérêts de la politique étrangère des USA avec l'appui de l'Otan dans le cadre d'une pensée unique qui se déploie autour d’un projet - le mondialisme -, qui ne souffrira aucune contestation ni exception : ici, la menace du chômage ou la ruine politique ; ailleurs, la menace des bombes contre quiconque s’oppose, individus, peuples et Etats, à ce mondialisme qui n'est in fine qu'un nouvel ordre étasunien.

    Pour rappel :

    – Dévastation des nations, des cultures, des coutumes, des usages et du contrat social et autres compromis au nom d’une mondialisme pour laquelle les êtres humains ne sont que des ventres à remplir (ou des Peuples à affamer, c’est selon… leur niveau de soumission ou de résistance !), et du temps de cerveau disponible à distraire jusqu’à l’abrutissement…

    –  Diabolisation de tout individu qui refuse d’adhérer à l’univers conceptuel de ce mondialisme ; individu dissident qui se verra alors qualifier, au choix, de… fasciste, raciste, antisémite, complotiste paranoïaque, nationaliste, populiste, homophobe, démagogue anti-européen et anti-américain…  

    – Instrumentalisation de la culture arabo-musulmane en générale et de l’Islam en particulier aux fins de condamner une communauté entière à une marginalisation irréversible, ici en France et en Europe.

    – Hégémonie d’une alliance américano-israélo-saoudienne (La Grande Bretagne et la France comme supplétifs) qui a pour seul programme :  la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, sans oublier « la casse » des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s’y opposent…

    – Tentative de marginalisation de la Russie ; politique qui consiste à faire le choix de soutenir le dissident milliardaire Khodorkovski aujourd’hui résident en Suisse contre le lanceur d’alerte (héros ?)  Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd’hui « apatride » et sans un sou, auquel toute l’Europe a refusé l’asile politique…

    – Chantage à l’antisémitisme et bannissement contre quiconque critique publiquement la politique d’Israël ; un Etat qui n’a aujourd’hui plus rien à envier à l’Afrique du Sud du temps de l’Apartheid  et dont la politique jouit ici en France du soutien et de la complicité de l’Etat français au plus haut niveau – une alliance qui nous salit davantage chaque jour -, avec en prime l’exploitation du génocide juif à des fins économique, politique et géostratégique…

    – Conditionnement des esprits à une nouvelle guerre froide  dans un face à face USA-Chine pour le plus grand profit du complexe militaro-industriel occidental…

    – Construction d’une Europe-instrument d’une mondialisme sans honneur ni justice qui n’est dans les faits qu’une guerre contre les salaires et les acquis sociaux…

    – Mise à mort subreptice, ici en Europe, de la liberté d’expression et de la démocratie, à grand renfort d’instances tutélaires sans légitimité démocratique (fonds, banques, commissions, organisations) ainsi que de technologies de la surveillance et du contrôle de millions de citoyens...

    – Passivité de la quasi totalité des élus et de tous les médias dominants, et ce sans exception : du PS aux LR, de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro… de TF1 à Arte au sein desquels s’exerce sans vergogne un chantage au chômage contre quiconque s’opposerait à une telle soumission ; médias qui ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d’un monde unique, un monde sans altérité aucune.

     

                         C'est vous dire à quel point la présence du secrétaire d'Etat américain s'imposait donc ce matin-là et puis.... pourquoi faire les choses à moitié !

     

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Politique et actualité 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu