Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Attentats, terrorisme, Charlie... - Page 4

  • Cette classe politique qui s'appuie sur la guerre...

     

             Après Margaret Thatcher, Bush-fils, Tony Blair...

                                           François Hollande.

     

     

                       Après une gestion de l'Etat d'urgence à la "Plus sécuritaire que moi, tu meurs !" (ICI), voici maintenant le volet : "Plus compassionnelle que moi, vous ne trouverez pas !" 

                        "Je vous promets solennellement que la France mettra tout en œuvre pour détruire l'armé de fanatiques qui ont commis ses crimes. Elle agira sans répit pour protéger ses enfants", a déclaré François Hollande lors de l'hommage national aux 130 victimes des attentats du 13 novembre, rendu ce vendredi aux Invalides.

     

    ________________

     

     

    Etats-Unis, Arabie Saoudite et Isräël

     

                      Le "trio Daech" : hommes sans lesquels le terrorisme serait vaincu faute d'instrumentalisation et de soutien financier et idéologique

     

     

                   Militarisation croissante de la société, tous au garde à vous… tous à la même heure, le même jour, enrégimentés sur le modèle des USA, d’Israël et des républiques bannières où l'Etat à la main mise sur le rapport émotionnel que chacun doit entretenir avec un événement quel qu'il soit...


    Sans surprise nous sommes face cette boursouflure étatique qui a tous les attributs d'un chantage émotionnel, un de plus, puisque ceux qui nous tiennent lieu de dirigeants et qui ne sont que des commis voyageurs et des garçons de courses, sont à la merci des Etats précédemment cités. Tout se tient, inexorablement. Aussi, finiront-ils par nous demander d’épouser les mœurs de tous ces Etats dont l’existence repose sur le crime et l’exploitation du plus faible.


                   Pensez donc ! Tous ces Etats si prompts à la guerre, si doués pour le chaos, si talentueux lorsqu’il est question d’enterrer leurs morts - à 1 contre 1000 soit dit en passant. Cela va sans dire ! - devant de pauvres hères manipulables à souhait censés former une nation ; une humanité, des millions si prompts à baiser la main qui les a tués, les tue et les tuera encore demain car avec ces clowns tragi-comiques, nous n’en finissons jamais de mourir. Et si ces hommes-là sont à gerber, cette humanité consentante que l’on mène à l’abattoir est à déplorer car, qui s’opposera à l’idée d’un être humain qui trouve son humanité dans sa révolte contre ceux qui comptent, se reposent et s’appuient sur la guerre pour se faire élire ou ré-élire ? Même si, en ce qui concerne celui qui nous occupe ici, tout en gardant à l’esprit qu’il n’a ni les attributs ni le poids ni la dimension ni l’autorité qui justifieraient le fait qu’il puisse prétendre à un renouvellement de son mandat, on ose encore espérer que la conscience de cet individu-là aura le courage de reconnaître qu’il n’aura droit à rien qui ne nous soit pas arraché, rien qui ne soit pas extirpé de notre volonté, de notre pauvre volonté, comme dans un viol car on peut déjà soupçonner chez ce personnage sinistre à force d’incompétence une réflexion qui n’en finit sans doute pas de nourrir une espérance putride : « Pourquoi pas moi, après tout ! Hein ! Moi à nouveau puisque celui qui me remplacera ne sera pas plus à la hauteur que moi ! »

    On ne trouvera pas meilleur éloge de la médiocrité.

     

                   Camelots, joueurs de bonneteau bonimenteurs, finalement, tous ces preneurs d'ordres que l'on nomme "chefs d'Etat" ne sont-ils pas devenus des marchands d’armes ? Regardez : ne prospèrent-ils pas tout comme eux sur la guerre et la mort ?


    Joueurs de bonneteau partis de rien à marchands d'armes... certes, on peut estimer qu’il s’agit là d’un saut à la fois qualitatif et quantitatif non négligeable, c’est sûr ! Une promotion pour ainsi dire ! Mais n’empêche !

     

    ***

     

                   Dans son discours de ce vendredi 27 novembre 2015, à l’occasion de l’hommage de la nation rendu aux victimes des tueries du 13 novembre, ce même individu que l’on nomme « Président » a parlé comme suit : « Je vous promets… je vous promets… je vous promets… »

    Dans la vie, ce qui tue c'est l'espoir : on ne vit pas d'espoir, on en meurt. Et si les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, alors, le malheur a voulu qu’aujourd’hui, ils aient été nombreux, trop nombreux, à tendre l’oreille et à chercher dans cette voix-là, la pire des voix, la voix de ceux qui comptent sur la guerre pour survivre, eux et leur parti, un peu de réconfort et de sécurité.

    Et ce malheur-là nous recouvre déjà tous telle une ombre âpre à la mort comme d’autres… au gain.

                   Tâchons d'être dignes de ce malheur qui nous frappe et dont nous sommes les spectateurs privilégiés, pour ne pas, surtout pas, en être les victimes.

     

                    Alors, tais-toi Hollande ! Et puis surtout : ne promets rien ! Surtout pas !

     

    ____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Appel au boycott de la journée d'hommage national

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • La panique de l'Etat PS

     

     

    Etat d'urgence ou tentative de coup d'état politique en préparation de la présidentielle de 2017 ?

     

    _________________

     

     

                       L'heure est au recrutement massif, aux perquisitions, aux interpellations, aux assignations à résidence et aux gardes à vue...

                      Voici les derniers chiffres des actions policières depuis les attentats du 13 novembre et la mise en place de l'état d'urgence (1):

     

     

    A ce jour, on compterait 253366 interpellations et 253 365 gardes à vue ; certains sont interrogés depuis deux mois : inculpation ? Pas d'inculpation ? Les autorités tergiversent tout en hésitant.

    18 millions de perquisitions ont été effectuées, soit 40% des foyers de la métropole ; l'Outre-mer suivra très prochainement, sans rire ! Mais pour l'heure rien ne presse car c'est pas la porte à côté non plus !

    Au cours de ces perquisitions, le plus sérieusement du monde, trois fusils d'assaut, un lance-roquette défectueux ont été saisis et 50grs de produits stupéfiants... à la grande stupéfaction des autorités. Véridique !

    Les assignations à résidence concernent près de la moitié de la population âgée de plus de 15 à 30 ans, soit 33 millions de Français : les centres commerciaux sont vides, les lycées aussi, les commerçants râlent et les entreprises sont à l'arrêt.

    Près d'un million de policiers venus de toute l'U.E ont été appelés en renfort et autant de soldats des armées de l'Otan ; dans certains arrondissements de Paris on compte donc plus de policiers et de soldats que d'habitants.

    Une chose, une dernière : en cas de mauvais stationnement de votre véhicule dans notre belle Capitale, inutile de tenter de vous expliquer avec eux, aucun d'entre eux ne parlent  notre belle langue.

    Et puis, pourquoi faire les choses à moitié ? Des dizaines de milliers de mosquées ont été dévastés, plus qu'il n'en existe et n'en existera jamais...

    Et puis, parce que... c'est l'occasion qui fait le larron, d'une pierre deux coups : des militants écologistes sont assignés à résidence durant la COP21 ; zones interdites, convocations au commissariat... avant l'ouverture du sommet de Paris sur le climat.

     

                  Recrutement massif de policiers, de juges et de matons, construction d'une centaine d'établissements pénitentiaires... assistons-nous à un Etat PS paniqué ? Ou bien, la menace terroriste est telle que chacun d’entre nous devient alors une menace pour tous les autres qui, à leur tour, deviennent... etc... etc...

    Optons sans hésitation pour la première proposition car il s’agit bien de panique… panique à l'idée que l'électorat puisse penser que cet Etat responsable des attentats du 13 novembre 2015 de par ses choix en matière de politique internationale n'en fait pas assez pour contenir la menace qui pèse sur chacun d'entre nous car, si le PS prospère sur le FN et le FN sur la politique du PS, il ne faudrait pas non plus que ce Front National de plus en plus national ne rafle la mise ; il y a des étourderies qui se paient très chères. 

                  Aussi, pour cet Etat PS, un seul message prévaut : "Plus sécuritaire que moi, tu meurs !"

     

     

    1 - Les vrais chiffres compilés par le journal Le Monde sont les suivants : 1072 perquisitions administratives, 253 assignations à résidence, 201 armes trouvées, 77 cas de découverte de produits stupéfiants, 139 interpellations, dont 117 gardes à vue.

    A propos de l'Etat d'urgence, une communication du syndicat de la magistrature ICI

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Ceux pour qui le scandale d'attentats sanglants est arrivé

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Politique et actualité 0 commentaire
  • Crise des réfugiés : une supercherie infâme

     

                        Publié en Septembre 2015

     

    ____________________

     

     

    Guerre en Syrie

    Crise des réfugiés en Europe

    Escroquerie et hypocrisie occidentales

    Une jeune syrienne témoigne

     

              

                «... Je me tiens devant vous en tant que citoyenne syrienne fière, pour vous parler de la situation dans mon pays. Nous étions un peuple aimé et respecté. Avant cette guerre, nous voulions résoudre de petits problèmes par rapport à ce que nous affrontons aujourd’hui : la bureaucratie et la corruption dans certains secteurs. Nous ne connaissions pas le terrorisme ou la criminalité. Nous avons beaucoup travaillé durant ces dix dernières années ; et nous avions fait de gros progrès (à propos de la lutte contre les manquements à la démocratie et à un état de droit pour tous  en Syrie – ndlr). La chose la plus importante est qu’avant cette guerre, il n’y avait pas de réfugiés syriens. Nous avions une identité nationale forte. A propos de ceux que vous voyez aux portes de l’Europe, et qui sont en route pour l’Allemagne ou les Pays-Bas, laissez-moi vous poser une question : si l’Occident ne veut pas de ces réfugiés, ou ne veut pas qu’ils périssent en mer, pourquoi ne lève-t-il pas les sanctions contre le peuple Syrien, qui ont déjà coûté 143 milliards de dollars à la Syrie ? Si ce n’est pas l’agenda de l’Occident, pourquoi n’aide-t-il pas les Syriens à rester pour aider l’armée syrienne à se débarrasser des terroristes et rendre la Syrie de nouveau sûre ? Pourquoi n’aide-t-il pas à reconstruire les maisons détruites avec l’argent qu’il dépense pour les réfugiés ? Les Occidentaux ont dépouillé la Syrie des gens qui pouvaient reconstruire le pays. Ils veulent briser la Syrie et le peuple Syrien. D’un côté, ils veulent prendre les docteurs syriens et leurs meilleurs étudiants, et cela entraînera une fuite des cerveaux. Et d’un autre côté, les multinationales veulent une main-d’œuvre bon marché pour faire baisser les salaires. Nous avons perdu jusqu’à présent cent mille soldats dans le combat contre les extrémistes. Je n’entends pas l’Occident pleurer sur leur sort, sur ceux qui ont donné leurs âmes pour défendre la nation en laissant derrière eux des familles, qui ont besoin d’aide. Une autre tendance ces derniers temps est de faire sortir les chrétiens de Syrie, pour vider l’une des premières terres chrétiennes de ses chrétiens. Ils ciblent notre identité, notre unité et notre souveraineté. Chers amis, tout ce que je vous demande aujourd’hui, c’est d’être à nos côtés en tant que peuple, nous qui vous défendons en même temps que nous nous défendons nous-mêmes. Soutenez notre armée et notre juste cause parce que, si nous perdons cette guerre, ça ne s’arrêtera pas à la Syrie ! »

     

     

     

                                                       Autre témoignage...

     

     

     

    ***

     

             

                                     Onfray pose les responsabilités en ce qui concerne la Libye

     

                   Avec l'appui de Valls et de Hollande, Jean-Claude Juncker a appelé les Européens à l’audace et à l’humanité pour accueillir 160 000 réfugiés.

    Belle opération !

    En effet, c'est tout bénef ! Devinez pour qui ?

    On détruit les conditions d’existence de millions d’êtres humains puis l'on accueille en grande pompe sous le silence des médias déterminés à ne jamais poser les responsabilités, une poignée de "réfugiés" qui ont eu la chance de passer à travers des tonnes de bombes dans le cadre d’opérations de déstabilisation et de destruction de toute une région conduites par les pays d'accueil eux-mêmes et leurs alliés : c'est la main qui tue et l'autre qui soigne ceux que l’autre main n’a pas pu tuer.

     

               On estime à près de trois millions de mort musulmans, embargo irakien inclus, le vrai bilan de la fausse guerre dite "contre le terrorisme"  lancée par les USA depuis 1990, dont 1.3 million après les attentats du 11 septembre 2001 ; guerre qui n'est dans les faits qu'une vaste ratonnade, une de plus : régions dévastées, des millions d’êtres humains déplacés, abandonnés, "laissés" sans frontières, sans Etat, sans droits, sans armée, sans secours, sans police (en dehors des sociétés privées américaines de mise à disposition de mercenaires) à la merci de prédateurs voraces…

    Chair, viande, corps sans bras, sans jambes, sans tête, par centaines de milliers sous l'aviation étasunienne, israéliennes, françaises et anglaises (on retrouve toujours les mêmes depuis la fin de la seconde guerre mondiale agissant sur tous les continents), corps ouverts comme des sacs, hommes, femmes, enfants, sans âge et de tous les âges... ces peuples-là ne meurent pas : ils crèvent !

    Pour seul programme : la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, et "la casse" des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s'y opposent.

                 Vraiment, il n'est pas possible, à terme, qu'une telle supercherie infâme puisse échapper à un retour de bâton dévastateur. La morale l'interdit. Tout l'interdit et pour commencer l'histoire qui ne manquera pas de se venger...

     


    Onfray charge Hollande : bricolages et... par LePoint

    ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Naufrage en méditerranée

      

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Etat d’urgence ? Vous avez dit Etat d’urgence ?


    Attentats de PARIS : réactions dans les quartiers par tvnetcitoyenne

     

     

                  TVnetcitoyenne basée à Chambéry (73) a recueilli la parole des habitants des quartiers populaires.

     

    ***

     

                        Les démocraties ne seraient donc efficaces dans leur lutte contre le terrorisme que sous un régime d’exception ?


    La diplomatie de l’Europe étant arrimée aux intérêts saoudiens, américains et israéliens depuis une quinzaine d’années, le pire est donc à craindre. Est-ce à dire que l’Europe nous prépare un état d’urgence perpétuel ?


    Ce qu’on appelle le mondialisme (ou "la mondialisation") dont l’U.E est un des instruments, serait-il alors consubstantiel à un régime d’exception qu'est l'état d'urgence ?


    Le mondialisme et le terrorisme, arme de contrôle massif des populations confrontées à un mondialisme qui n’est qu’une guerre contre les Etats nations, l’Etat providence, les salariés, la liberté d’expression et par voie de conséquence, une guerre contre la démocratie, avec l’Europe comme cible privilégiée, seraient donc à terme indissociables ?

     

                          Toutes ces questions ne devraient-elles pas nous alerter ?

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Pourquoi je meurs

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Politique et actualité 0 commentaire
  • De quoi Daech est-il le nom et de qui est-il l'instrument ?

     

                 Daech, où, quand, comment, pourquoi et pour le compte de qui...

                 Toujours dans le cadre de la recherche d'une information  fiable,  complète, une information adulte, et par voie de conséquence, une information anxiogène, tout ce que le commun des mortels veut éviter à tout prix, le journal de 20h subvenant largement à ses besoins d'un monde manichéen... un peu comme dans un "Cachez cette info que je ne saurais entendre"...

    Mais là, ce n'est plus Tartuffe qui s'exprime mais bien plutôt un citoyen qui n'a mentalement plus les moyens de regarder en face tout ce qui, demain, sera la cause de son échec, de sa déchéance et de sa mort prématurée, trompé, manipulé, épuisé et ébahi...

    Car combien y a-t-il d'individus déterminés à mourir debout tout en faisant face à ceux qui les exécuteront... et les exécutent chaque jour, en silence, jour après jour ?

    Une poignée.

    Pour preuve de cette résignation et de cet abattement : la cote de popularité de François Hollande en hausse au lendemain des tueries du vendredi 13 novembre 2015 à Paris.

     

     

     ________________

     

     

                "Un Etat-nation : c'est un Etat respecté à l'extérieur, en paix à l'intérieur." -  R. Aron

     

     

                Daech pose de nombreuses questions. Difficile d'y répondre car, pour nombre d'analystes indépendants, Daech ne fait pas sens. Un vrai puzzle Daech, dont l'équipement et l'armement sont colossaux !

    Cinquante des plus hauts dirigeants de l'Etat islamique (Daech ou ISIS en anglais) sont essentiellement des généraux de l'armée de Saddam Hussein, le plus souvent laïcs.

    Chercher à comprendre Daech ou toute autre armée de mercenaires opérant au Moyen-Orient et en Afrique, c'est aussi et surtout, relever le fait que cette armée n'est jamais attaquée frontalement et que l'Occident n'est manifestement pas pressé d'en venir à bout. 

    On mentionne quelques bombardements ici et là, alors que 70% des sorties des avions américains le sont à des fins de renseignements. Quand une aviation lâche 20 bombes ( 2 par avions) on parle déjà de bombardement massif.

    Il est vrai que Daech semble rendre service à tout le monde : les Turcs (contre les Kurdes), Israël (avec la destruction de la Syrie), l'Arabie Saoudite (élimination du dernier état laïc de la région) et les USA (selon le principe qui voudrait que ce qui est bon pour l'Arabie Saoudite et Israël est bon pour les USA)...

    L'argent coule à flot pour Daech et pas seulement grâce au pétrole. Mais au fait... l’Europe achète-t-elle le pétrole de Daech ?

    Voici la réponse : "Lors d’une réunion de la Commission des affaires étrangère du Parlement européen nous avons appris avec stupeur que l’UE se fournirait en pétrole auprès de l’État islamique. Jana Hybaskova, l’ambassadrice de l’Union européenne en Irak, a ainsi affirmé le 2 septembre au sujet du pétrole irakien de l’État islamique (EI) : ICI : Malheureusement, des États membres de l’UE achètent ce pétrole ».

     

     

                   L'histoire de Daech et le dessous des cartes : vidéo à 18.30 et puis à 1.05.05 ;  tentative d'association des Européens avec Israël contre le "monde barbare musulman" selon la terminologie de Netanyahu à 1.31.00.

    Trois noms reviennent régulièrement à propos d'un projet de redécoupage du Moyen-Orient qui permettrait à l'Arabie Saoudite et à Israël de contrôler une région qui s'étendrait de l'Egypte à l'Afghanistan, une fois la Russie hors-jeu ; trois noms donc, ceux de Bernard Lewis - le prof, (choc des civilisations) Samuel Huntington- l'élève ( re-choc des civilisations) et un nouveau venu compléter une bande à l'idéologie crapuleuse : Oded Yinon.

    ICI pour plus d'infos avec une carte à l'appui.

    Tous ont un plan - le même : la fragmentation confessionnelle du Moyen-Orient -, et tous sont et américains et israéliens.

                 Le Wall Street Journal, lui, qui n'a peur de rien, pas bégueule pour un sou, reconnaît qu’Israël soigne les djihadistes du front Al-Nosra blessés en Syrie dans un hôpital des territoires occupés avant de les renvoyer au front finir le travail commencé contre Bachar al-Assad : ICI sur i24.

    On se demandait aussi pourquoi tous ces mercenaires fichent une paix royale à Israël depuis 15 ans !

     

     

    NB : Daech ou Etat islamique en anglais est identifiable sous l'acronyme ISIS ( Islamic State of Iraq and Syria)

     

                      Si Daech et les forces anti-Bachar al-Assad dites "armées libres syriennes" entraînées par la CIA partagent les armements fournis par les USA, la Grande Bretagne et la France, dans sa tentative d'expliquer et de justifier l'imbroglio syrien, John McCain, ancien candidat à la présidence des Etats-Unis, aura beaucoup de mal à réfréner un éclat de rire (vidéo à 18.00) aussi indécent que révélateur...

                      Car, n'ayons aucun doute : c'est pour cet éclat de rire-là, que nous sommes tous morts un certain vendredi 13 novembre 2015 à Paris. Oui, nous tous ! Puisque chacun d'entre nous est une cible : n'importe où, n'importe quand.

                     Aussi, ayons une pensée pour ceux qui ont survécu tout en mourant. Condoléances à nos familles.

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Daech : naissance et développement

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • "La fabrique de l'ennemi" de Pierre Conesa

     

                  "L'Europe ne peut faire face à la radicalisation sans remettre en cause sa politique extérieure."

                                              Pierre Conesa (ancien haut fonctionnaire du ministère de la défense)

     


    Entretien avec Pierre Conesa

     

     

    Touteleurope.eu : Comment définir la radicalisation ?

    Pierre Conesa : Le sociologue définit la radicalisation comme la posture de légitimation ou de passage à l'acte dans le domaine de la violence. En ce sens, la radicalisation touche aujourd'hui beaucoup de domaines : politique avec une radicalisation d'extrême gauche ou d'extrême droite (identitaires, black blocs...), religieux (l'islam n'étant pas la seule grande religion touchée), ou encore des domaines tout à fait inattendus comme la défense des animaux, par exemple...

     


    Touteleurope.eu : En Europe, ce phénomène touche-t-il certains pays plus que d'autres ?

    Pierre Conesa : la caractéristique du système français est d'avoir une forte composante maghrébine, avec un rapport d'anciens colonisés à colonisateur. Mais la nouveauté réside dans le phénomène des conversions, qui lui touche les classes moyennes.

     

    Touteleurope.eu : Plusieurs pays européens ont mis en place des programmes de contre-radicalisation : peut-on évaluer leur efficacité ?

    Pierre Conesa : C'est très difficile, d'une part parce que les programmes sont assez récents. Par contre, beaucoup de pays démocratiques ont insisté sur le suivi des radicaux qui sont passés par la prison, partis en Syrie et reviennent, etc. Dans ce cas là, l'indicateur est beaucoup plus facile à déterminer.

     

    La France elle-même a mis en avant un programme de déradicalisation axé sur les prisons : qu'en pensez-vous ?

    Pierre Conesa : 90% des gens qui reviennent de Syrie ne sont passés ni par la mosquée ni par la prison. Ce qui nous manque aujourd'hui, c'est un tableau d'ensemble qui permettrait de répondre aux questions suivantes : que se passe-t-il sur Internet ? Par des contacts directs ? Dans les lieux de culte clandestins ? Cette volonté de trouver dans la prison des moyens d'éviter le contact entre les personnalités fragiles et les radicaux violents, la manière de s'occuper des gens censés s'être amendés après avoir fait leur peine de prison mais qui ne sont pas du tout déradicalisés... tout cela pose des problèmes de droit public complexes.

     

    Touteleurope.eu : La France pourrait-elle prendre exemple sur les programmes de déradicalisation mis en place ailleurs ?

    Pierre Conesa : Le principal problème est que toutes les analyses de déradicalisation ne tiennent pas compte des politiques extérieures. Or la radicalisation sectaire salafiste/djihadiste se base avant tout sur des thèmes internationaux : quand vous trouvez sur des sites web djihadistes : "2000 morts à Gaza et on ne fait rien, 4 occidentaux égorgés on envoie l'armée", vous ne pouvez pas avoir de contre-arguments face à ce type de posture diplomatique. Et tant qu'on ne prend pas en compte cette dimension de la politique extérieure, une des causes de la mobilisation et de la radicalisation ne sera pas arrêtée.

     

    Touteleurope.eu : Qu'attendez-vous de la stratégie européenne de lutte contre le terrorisme ?

    Pierre Conesa : J'ai bien peur que les Européens oublient cette dimension, à savoir qu'on ne lutte pas contre le terrorisme avec des moyens militaires. C'est un mensonge qui a été énoncé par George Bush après le choc de 2001, et l'on a vu le résultat des guerres en Irak, en Libye, ou en Afghanistan. Or, au lieu d'en tirer des conclusions, on en rajoute avec l'Irak et la Syrie... D'autre part on ne lutte pas contre le terrorisme avec des bombes aériennes de 250 kilos ! Quand vous jetez une bombe pour tuer un type dans une maison et que vous faites 60 victimes autour, vous avez 60 familles de terroristes demain ! Et je pose une question de fond : pourquoi aller se battre contre l'Etat islamique parce qu'il égorge des gens, coupe les mains des voleurs, opprime les femmes et interdit les autres religions... pour défendre l'Arabie Saoudite, qui coupe les mains des voleurs, opprime les femmes et interdit les autres religions ? Donc tant que l'Etat se comportera ainsi dans le monde arabo-musulman, tout en racontant qu'il est le droit, la sécurité, la justice, on ne convaincra pas des jeunes gens de ne pas partir.

     

     ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Attentats - la responsabilité de l'Etat français

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Islam, Coran et Musulmans, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • "La fabrique de l'ennemi" de Pierre Conesa

     

                  "L'Europe ne peut faire face à la radicalisation sans remettre en cause sa politique extérieure."

                                              Pierre Conesa (ancien haut fonctionnaire du ministère de la défense)

     


    Entretien avec Pierre Conesa

     

     

    Touteleurope.eu : Comment définir la radicalisation ?

    Pierre Conesa : Le sociologue définit la radicalisation comme la posture de légitimation ou de passage à l'acte dans le domaine de la violence. En ce sens, la radicalisation touche aujourd'hui beaucoup de domaines : politique avec une radicalisation d'extrême gauche ou d'extrême droite (identitaires, black blocs...), religieux (l'islam n'étant pas la seule grande religion touchée), ou encore des domaines tout à fait inattendus comme la défense des animaux, par exemple...

     


    Touteleurope.eu : En Europe, ce phénomène touche-t-il certains pays plus que d'autres ?

    Pierre Conesa : la caractéristique du système français est d'avoir une forte composante maghrébine, avec un rapport d'anciens colonisés à colonisateur. Mais la nouveauté réside dans le phénomène des conversions, qui lui touche les classes moyennes.

     

    Touteleurope.eu : Plusieurs pays européens ont mis en place des programmes de contre-radicalisation : peut-on évaluer leur efficacité ?

    Pierre Conesa : C'est très difficile, d'une part parce que les programmes sont assez récents. Par contre, beaucoup de pays démocratiques ont insisté sur le suivi des radicaux qui sont passés par la prison, partis en Syrie et reviennent, etc. Dans ce cas là, l'indicateur est beaucoup plus facile à déterminer.

     

    Touteleurope.eu : La France elle-même a mis en avant un programme de déradicalisation axé sur les prisons : qu'en pensez-vous ?

    Pierre Conesa : 90% des gens qui reviennent de Syrie ne sont passés ni par la mosquée ni par la prison. Ce qui nous manque aujourd'hui, c'est un tableau d'ensemble qui permettrait de répondre aux questions suivantes : que se passe-t-il sur Internet ? Par des contacts directs ? Dans les lieux de culte clandestins ? Cette volonté de trouver dans la prison des moyens d'éviter le contact entre les personnalités fragiles et les radicaux violents, la manière de s'occuper des gens censés s'être amendés après avoir fait leur peine de prison mais qui ne sont pas du tout déradicalisés... tout cela pose des problèmes de droit public complexes.

     

    Touteleurope.eu : La France pourrait-elle prendre exemple sur les programmes de déradicalisation mis en place ailleurs ?

    Pierre Conesa : Le principal problème est que toutes les analyses de déradicalisation ne tiennent pas compte des politiques extérieures. Or la radicalisation sectaire salafiste/djihadiste se base avant tout sur des thèmes internationaux : quand vous trouvez sur des sites web djihadistes : "2000 morts à Gaza et on ne fait rien, 4 occidentaux égorgés on envoie l'armée", vous ne pouvez pas avoir de contre-arguments face à ce type de posture diplomatique. Et tant qu'on ne prend pas en compte cette dimension de la politique extérieure, une des causes de la mobilisation et de la radicalisation ne sera pas arrêtée.

     

    Touteleurope.eu : Qu'attendez-vous de la stratégie européenne de lutte contre le terrorisme ?

    Pierre Conesa : J'ai bien peur que les Européens oublient cette dimension, à savoir qu'on ne lutte pas contre le terrorisme avec des moyens militaires. C'est un mensonge qui a été énoncé par George Bush après le choc de 2001, et l'on a vu le résultat des guerres en Irak, en Libye, ou en Afghanistan. Or, au lieu d'en tirer des conclusions, on en rajoute avec l'Irak et la Syrie... D'autre part on ne lutte pas contre le terrorisme avec des bombes aériennes de 250 kilos ! Quand vous jetez une bombe pour tuer un type dans une maison et que vous faites 60 victimes autour, vous avez 60 familles de terroristes demain ! Et je pose une question de fond : pourquoi aller se battre contre l'Etat islamique parce qu'il égorge des gens, coupe les mains des voleurs, opprime les femmes et interdit les autres religions... pour défendre l'Arabie Saoudite, qui coupe les mains des voleurs, opprime les femmes et interdit les autres religions ? Donc tant que l'Etat se comportera ainsi dans le monde arabo-musulman, tout en racontant qu'il est le droit, la sécurité, la justice, on ne convaincra pas des jeunes gens de ne pas partir.

     

     ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Attentats - la responsabilité de l'Etat français

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • "Patience 2" de Marc-Edouard Nabe : une recension de Guillaume Basquin

     

               Dans le 2e numéro de sa revue Patience, sortie en Septembre 2015, Marc-Edouard Nabe revient sur les événements de Janvier dernier dans les locaux de Charlie Hebdo dont Nabe a bien connu les fondateurs dans les années 70 et 80.

    A propos de ces événements, Marc Edouard Nabe l'affirme haut et fort: "Hitler aurait été Charlie !"

    Difficile de lui porter la contradiction car... on grossissant le trait, légèrement, et quand on sait de quoi est capable et de quoi est responsable une bonne partie des « dignitaires » chefs d’Etat ou non qui ont marché ce dimanche 11 Janvier 2015… tous pompiers-pyromanes, la tentation sera grande de soutenir cette proposition de Nabe.

     

                         Ils sont venus, ils sont tous là ! Carré de tête de la manifestation : Cameron, Jean-Claude Juncker, Merkel, Netanyahu, Hollande, le ministre américain de la Justice Eric Holder, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg...

     

                          C'est Guillaume Basquin, chez Médiapart, qui expose la lucidité de diagnostic politique de Marc-Edouard Nabe à propos des événements du 7 Janvier 2015.

     

    Extrait :

                      " Patience 2, donc. La couverture déjà… Impossible de parler de ce « magazine » sans en montrer la couverture, très violente et politiquement incorrecte (euphémisme, n’est-ce pas ?). La voici reproduite.

    Ma première réaction a été : « Ah ! un peu facile : les “Charlie”, dans leur multitude bienpensante, sont des “fascistes” à vouloir nous entraîner dans leur “bonne” pensée … »

    J’avais faux. Ce n’est pas du tout ça que Nabe a voulu dire. Encore faut-il se renseigner, et l’écouter, dans une vidéo qu’on peut trouver sur son site, présenter son « livre » rue des Trois-Portes, lieu historique de la fondation d’Hara-Kiri, ancêtre de Charlie Hebdo. Verbatim : « Même “lui” est “Charlie”. On en est arrivé à un tel stade de compromission, de traîtrise, de dégueulasserie, de guimauverie, que même Hitler aujourd'hui serait “Charlie”. » Tout à fait différent, n’est-ce pas ? On sait que les masses ne sont pas toujours (pas souvent ?) éclairées, malheureusement ; dans un livre essentiel de Georges Bernanos, La France contre les robots, récemment réédité par les éditions du Castor Astral, on apprend que ce sont les masses, après tout, qui ont porté Mussolini et Hitler au Pouvoir absolu. C’est très gênant, n’est-ce pas ? Ça ne se dit pas… Dès 1945, Bernanos écrivait : « Il est possible que ces vérités déplaisent. »

    Car, la voilà cette vérité déplaisante du temps d’alors : « Ce qui fait l’unité de la civilisation capitaliste, c’est l’esprit qui l’anime, c’est l’homme qu’elle a formé. Il est ridicule de parler des dictatures comme de monstruosités tombées de la lune […] dans le paisible univers démocratique. Si le climat du monde moderne n’était pas favorable à ces monstres, on n’aurait pas vu en Italie, en Allemagne, en Russie, en Espagne, des millions et des millions d’hommes s’offrir corps et âmes aux demi-dieux, et partout ailleurs dans le monde […] d’autres millions d’hommes partager publiquement ou en secret leur nouvelle idolâtrie. » Plus grave : « Car les Démocraties, vous le savez, […] comptaient beaucoup d’amis des fascismes – des millions et des millions d’hommes acclamaient une doctrine qui, non seulement reconnaît à la Collectivité tout pouvoir sur les corps et les âmes, mais encore fait de cette sujétion totale de l’individu – pour ne pas dire son absorption – la fin la plus noble de l’espèce. » L’incroyable s’était produit : les hommes s’étaient mis à mépriser ce qui fait l’essence humaine même, la liberté. Dans cette grande opération de manipulation des masses qu’a été l’affaire « Je suis Charlie », même Hitler, l’incarnation même de la grande catastrophe métaphysique de l’Occident pour les Temps modernes, ce symbole du Mal absolu qu’a été le nazisme populaire, aurait probablement été « Charlie »… Oui, ça se tient. Maître en esthétisation de la politique (alors qu’il faut politiser l’Art, comme le disait Hans Jürgen Syberberg dans un ouvrage capital, La Société sans joie[3]nous y sommes !), il aurait très probablement défilé le 11 janvier aux côtés de François Hollande…"

     

                             Le billet de Guillaume Pasquin dans sa totalité ICI

     

    ______________________

     

    Le 7 Janvier de Nabe : une vidéo ICI

     

    Le site de Marc-Edouard Nabe ICI

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais, Attentats, terrorisme, Charlie..., Marc Edouard Nabe, Politique et actualité 0 commentaire
  • Des frappes françaises en Syrie...

     

                ... ou quand la France se mêle de ce qui ne la concerne pas.

     

               On estime à près de trois millions de mort musulmans, embargo irakien inclus, le vrai bilan de la fausse guerre dite "contre le terrorisme"  lancée par les USA depuis 1990, dont 1.3 million après les attentats du 11 septembre 2001 ; guerre qui n'est dans les faits qu'une vaste ratonnade, une de plus : régions dévastées, des millions d’êtres humains déplacés, abandonnés, "laissés" sans frontières, sans Etat, sans droits, sans armée, sans secours, sans police (en dehors des sociétés privées américaines de mise à disposition de mercenaires) à la merci de prédateurs voraces…

    Or, en ce qui concerne cette région, ce chaos n'est pas le nôtre. Qui plus est : c'est l'après chaos qu'il nous faut préparer ; et la meilleure façon de le faire, c'est, pour l'heure, de s'en tenir éloignés.

     

    Aussi, que ceux qui ont mis le feu l'éteignent !

     


                  Valls  devant l'Assemblée nationale mardi 15 septembre 2015 sur l'intervention militaire française en Syrie.

     

               De plus, les USA ont renoncé à la chute de Bachar el-Assad car, en ce qui les concerne, il semblerait que la stratégie du chaos qui a été la leur jusqu'à présent, ait atteint ses limites : celles d'un chaos contre-productif car incontrôlable.

    La France n'a bien évidemment aucun intérêt à miser sur cette chute de Bachar el-Assad ; ce qui impliquerait de jouer la carte USA contre les cartes arabe, iranienne, russe et chinoise - merci de vous reporter à la tradition diplomatique de notre pays ; l'Europe ne comptant pas puisqu'elle est sans identité ni volonté propres, reste alors un seul pays à contenter ; comprenez... un pays dont des hommes comme Valls, appuyés par Hollande et une bonne partie du PS, se doivent de servir les intérêts : Israël ; et accessoirement les monarchies du Golfe pour booster nos ventes d'armement.

    Aussi, ne nous y trompons pas : dans cet engagement de la France en Syrie (1) et dans le refus du gouvernement Hollande de s'appuyer sur Bachar el-Assad (contrairement aux analyses faites par les membres de la famille gaulliste, Villepin, Fillon, Jupé et.... Chevènement) pour tenter de rétablir un semblant de normalité dans cette région, c'est bien, encore et toujours la voix d'Israël - un pays qui ne respecte aucune loi internationale -, qui se fait entendre dans la bouche du ventriloque Manuel Valls !

    Un Etat sans projet autre que celui de la domination ; un Etat qui n'a rien à offrir au monde (et c'est une première !) et qui n'a qu'un souhait : ne rendre de comptes à personne et régner sur une région privée d'Etats, une région désarmée, une région sans diplomatie, une région à sa merci : occupation, domination, captation, vol, bombardement et assassinats.

     

     

    1 - Il serait bon de rester vigilant à ce sujet : est-ce que le gouvernement Hollande n''en profitera pas pour frapper le régime d'el-Assad. Comptons sur les Russes pour nous tenir informés.

     

    ***


     

                 Qu'à cela ne tienne !

                 Après la bêtise propre aux larbins-garde-chiourmes, six minutes d'intelligence avec Dominique de Villepin.

    Cela n'aura échappé à personne, comme un fait exprès, cet homme n'est plus ministrable... dans aucun gouvernement quel qu'il soit.

    On pourra tous le déplorer car, à l'heure où Védrine  sur lequel, naïvement, nous avions fondé quelques espoirs (c'était mal connaître le PS, c'est sûr !) a purement et simplement retourné sa veste (on dit que le Rwanda et sa présence à l'Elysée au moment du génocide y est pour quelque chose dans ce retournement - Védrine serait tenu !) cette intelligence-là n'a jamais été aussi précieuse qu'aujourd'hui.

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : La France à l'heure d'Israël

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Contre la compassion, un procès d'intention

     

     

                Tragédie des réfugiés venus d’une région à feu et à sang, reportages et commentaires…

    Photo du corps d’un enfant syrien de 5 ans qui s'est échoué sur une plage de Bodrum, en Turquie, qui fera le tour du monde…

    Sur Internet, là où tout est permis, sous couvert d’un  pseudonyme qui donne du courage même aux plus lâches, des blogueurs et des blogueuses se sont crus autorisés à moquer l’élan compassionnelle - même éphémère, une tragédie sachant l’autre -, qui a traversé une Europe pourtant récalcitrante à l’idée d’accueillir un malheur plus malheureux qu’elle, à l'exception de l'Allemagne, il est vrai. Une Allemagne qui sait à la fois regarder en arrière et devant elle ; hier, aujourd'hui et demain : Seconde guerre mondiale, démographie, économie et compétitivité ; et c'est alors qu'elle en vient à réaliser qu'elle doit agir, ou bien plutôt... qu’elle doit se positionner, au plus vite ; et puis, l’occasion est trop belle, c’est sûr !

     

                  Ces derniers jours donc, toute cette faune internaute ne s’est pas privée pour tenter de disqualifier ceux que ces événements ont bouleversés, à grand renfort de sarcasmes cyniques et d’attributs péjoratifs :

    -         Leçon de morale compassionnelle

    -         Tous se sentent purifiés car le Bien est en eux

    -         Confort intellectuel et moral

    Blogs dans lesquels la compassion est qualifiée de « terrorisme» et de « manipulation émotionnelle »...ICI

    Blogs qui n’hésitent pas à dénoncer le fait que les religions puissent rappeler l'obligation de se porter au secours de son prochain, voisin ou pas... LA

    Blogs tuyau-de-poêle aussi, tous s’emboitant les uns dans les autres, les uns sur les autres, devant-derrière, jusqu’à prétendre être à même de dresser, ou bien plutôt, de tirer le portrait de cet homme compassionnel… humain trop humain, compassionnel bien au-delà du raisonnable ; homme qu'ils situent à gauche, une gauche qui aurait pris le contrôle des médias… et quand on sait ce qu’il en reste de « cette gauche », et du métier de journaliste... ce qu’une information digne de ce nom est encore en droit d'attendre de cette profession… on se retient pour ne pas éclater de rire.

    De plus, une grande partie de ces internautes se vante de l’avoir quitté cette gauche hégémonique et ultra-compassionnelle ! Et vous savez quand ? Et même si jamais ils ne l’avoueront publiquement : le jour où ils ont réalisé ce qui suit : « Comment ça, vous dites ? La gauche c’est pas la droite ? Vous êtes sûr ? Merde alors !». Et quand on sait le temps qu’ils ont mis à s’en rendre compte… on pourra légitimement douter de leur faculté de discernement à tous.

     

                 Faut dire que les salauds ont la dent dure ; ils pardonnent difficilement aux événements qui se dressent devant eux et qui, tel un miroir,  les obligent à se regarder en face, bien en face, au fond, tout au fond car, dès que la compassion pointe le bout de son nez, terrassés ils sont par une vérité  terrifiante - les salauds assumant rarement leur état : l’absence totale de compassion en générale, et pour une population en particulier ; population qui a le malheur de ne pas partager les mêmes attributs religieux ou/et ethniques qu’eux ; circonstances plus aggravantes encore : population qui refuse de se soumettre avant de baisser la tête.

    En effet, pour ces blogueurs, tous ces étrangers-là - réfugiés, migrants,  et puis les autres, à des milliers de kilomètres d’ici, chez eux… car, ils ne les lâchent pas d’une semelle, jamais ! -c’est un souffle, une respiration, des poumons pour rien ou pour si peu ; un gâchis en oxygène assurément, et quel que soit leur âge, à l’heure où, dans nos centres urbains saturés, respirer devient un problème sanitaire.

    On savait qu’il existe ici en France une frange de la population pour laquelle tout ce qui a trait à une zone géographique qui s’étend du Maroc à l’Afghanistan (à l’exception, pour certains d’entre eux, d’une Capitale dite éternelle…  sorte de postérieur composé d’une raie et d’un trou au milieu) peut bien crever : hommes, femmes, enfants ; et les bêtes aussi.

    On savait que le Front National ce n’est pas toute l’extrême droite et qu’il en reste encore à côté ! Non pas à l’extrême de l’extrême droite mais plus simplement à droite ! Cette droite dite républicaine.

    Et pour finir, on savait aussi ceci : Arabes, Musulmans, Musulmans et Arabes, qu’ils soient d’ici ou de là-bas, Français ou non, à leur sujet, on peut à peu près tout se permettre de dire et de faire.

     

               Mais alors, forts de leur mépris à l’égard de la compassion que tous ces événements ont suscitée, tous ces blogueurs et blogueuses iront-ils jusqu'à parler de « pornographie compassionnelle » ? Oseront-ils ? Car enfin... souvenez-vous ! Dans d’autres circonstances, et à propos de la dénonciation ô combien justifiée et nécessaire de l’exploitation politique et mercantile d’événements qui appartiennent aujourd’hui à l’Histoire, on se souviendra du procès fait à un humoriste - de très loin… le meilleur de sa génération, soit dit en passant -, à propos  d’une formule qui… si nos souvenirs ne nous trahissent pas, se lisait comme suit : « Pornographie mémorielle ».

    Alors, oui ? Non ? L'oseront-ils ce terme de « pornographie compassionnelle » qui leur brûle les lèvres et les touches de leur clavier d’ ordinateur ? Car, pas seulement les cons, les salauds ça osent tout aussi ! Comme se tirer une balle dans le pied en refusant d’entendre ce battement dans l’air qui se rapproche à grands pas, tel un boomerang car, le coup de poing qu’ils croyaient asséner à la compassion et l’humanisme, et qu’ils vont dans un instant recevoir, juste avant une grimace hideuse, grimace à l’image de leur for intérieur, ce coup de poing leur fera d’autant plus mal qu’eux tous ne soupçonnaient pas qu’il puisse leur revenir… ce coup de poing qui est le leur et qui s’apprête maintenant à les frapper en pleine face. Et quand on sait toute la haine qu’ils y avaient mis dans ce coup de poing, toute la haine dont un être humain est capable à l’endroit d’une population en particulier, et plus encore, quand il est question de faire preuve de compassion à son sujet - car on n’y revient toujours, on ne cesse d’y revenir, génération après génération -, on se dit que, décidément, le masochisme, tout comme les voies qui mènent à la haine de l’autre, ne cessera jamais de nous surprendre tellement une bêtise crasse et abjecte dicte son expression et sa conduite.

     

                  Un regret toutefois : les salauds ne connaissent pas la tentation suicidaire. Il nous faudra donc faire avec, tout en ne cessant jamais de leur répondre à chaque fois qu’il aurait dû se reconnaître qu’un devoir : se taire. Car, pour certains d’entre eux, en particulier ceux pour lesquels "humanisme" et "compassion" sont quasiment deux mots d'une grossièreté sans nom, face aux événements de ces derniers jours, cette évidence qui se vérifie tout au long de l’histoire humaine aurait dû s’imposer à eux en un quart de seconde : si on n’a pas la compassion, on aura les camps. Et on les a eus, et on les a, et on les aura demain encore car, mine de rien, les écrits-déjections de tous ces internautes-là s'en portent garants.

    Quand on sait que parmi tous ces blogueurs, ne serait-ce qu’en raison de l’histoire de leurs ascendants, et parfois aussi la leur vécue sans procuration, nombreux sont ceux qui avaient pourtant une bonne raison de reconnaître le caractère tragique d’une situation dans laquelle la compassion avait toute sa place, ce nouvel échec qui est le leur, échec à l’empathie, échec cuisant, à la fois infirmité et malédiction, après bien d’autres opportunités elles aussi gâchées, devons-nous alors, encore et aussi, nous étonner que les mêmes, possédés par une arrogance sans limites, une arrogance jusqu'au-boutiste, sans gêne, lancent à la cantonade, tel un coq juché sur son tas de fumier : « A chacun sa merde ! Et la nôtre est derrière nous ! Sorry folks ! »

    Comment peuvent-ils en être aussi sûrs ? Car, les salauds n’ont pas cessé d’y être et de s’y complaire… de tout temps, dans la merde… moralement.

    C’est alors que l’Histoire avec un grand H, celle qui n’est jamais contée sinon à l’oreille - messes basses et noires -, comme ces livres vendus sous le manteau, vient subrepticement solliciter notre attention, toute notre attention ; c’est les yeux écarquillés que l’on écoute son récit :

    « Non ? Vraiment ? Vous pensez ?

    -      Ca ne fait aucun doute !

    -      Assurément ?

    -      Assurément ! 

    - Ca alors !»

     

    ____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Syrie, quand les langues se délient

     

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu